FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Alfred de Musset

Biographie d'Alfred de Musset et analyse de son oeuvre "les Nuits".


Biographie

Issu d'une famille aisée, Alfred de Musset fait de brillantes études que couronne un prix de latin, frequente le salon des Hugo, lance à dix-neuf ans son premier recueil poètique-"Contes d'Espagne et d'Italie". Il prend ses distances avec les romantiques parce qu'il ne partage pas leurs choix politiques après 1830. En 1833 Musset rencontre George Sand avec qui il vit jusqu'en 1835 une passion. Jusqu'en 1838 sa production est féconde et variée. Mais après 1838 son inspiration se tarit. Précocement vieilli par la débauche et l'alcool, sujet à des crises nerveuses de plus en plus fréquentes, il mène une ville dominée par l'ennui et la lassitude. Il meurt en 1857 dans l'indifférence générale.


Oeuvres

Comédies
-"La nuit Vénitienne"
-"Fantasio"
-"Il ne faut jurer de rien"
-"Un caprice"

Drames
-"André del Sarto"
-"Les Caprices de Marianne"
-"Lorenzaccio

Poèmes
-"Rolla"
-"Les Nuits"
-"Lettre à Lamartine"


"Les nuits", 1835-1837

Musset est l'un des écrivains les plus contestés de son époque. Son choix de prendre ses distances avec les romantiques rend très significative sa présence dans son époque. Ne quittant pas l'espace clos de la poèsie, Musset fait surgir la force salvatrice de l'écriture, celle-ci étant la seule qui permette de rapprocher le'vivre'et le'dire'.
"Les Nuits" est un cycle de quatre poèmes, écrits entre 1835 et 1837 lors de la rupture du poète avec George Sand. Les quatre poèmes suivent une structure dramatique."Les Nuits de Mai", "Les Nuits d'Aout" et "Les Nuits d'Octobre" représentent des dialogues entre le poète et sa Muse, alors que dans "La Nuit de Décembre", l'interlouteur du poète est son double. Ce dédoublement de la voix lyrique peut avoir plusieurs significations. D'un coté il désigne la force déchirante de la douleur qui brise son ame souffrante et d'un autre coté, la forme même du dialogue révèle la volonté du moi de s'arracher de sa propre prison dans laquelle une souffrance muette l'aurait enfermé.
L'ordre des quatre poèmes nous permet de suivre les étapes du drame vécu par le poète. Dans "La nuit de Mai", la voix de la Muse qui chante la vie et la beauté de la nature ne le touche point. Il reste inaccessible dans son désespoir.
Dans "La Nuit de décembre", il plonge encore plus profondément dans le désespoir. Son double vient lui réléver qu'il est condamné à ne jamais quitter la Solitude.
La Muse revient dans "La Nuit d'Aout", mais elle et le poète echangent leurs roles.
Ce n'est que dans "la Nuit d'octobre" que le poète apparait guéri et peut raconter à la Muse toute l'histoire de son amour et sa souffrance. Mais cette guérison est illusoire. Lorqu'il se souvient de la trahison de la femme aimée, il ne peut pas s'empecher de maudire. Il parvient à surmonter l'indignation et la haine grace à la Muse qui lui rélève le sens du malheur et de la souffrance dans la vie humaine.
C'est donc en écrivant que le poète trouve ses réponses cherchées et qu'il s'avère sauvé, car trouver le salut pour l'etre humain signifie aussi comprendre le pourquoi de ce qui lui arrive

"La Nuit de Décembre"

Ce poème s'étend sur 216 vers et se compose de trois parties.
-La Iere partie- 108 vers octosyllabiques (18 strophes de 6 vers). Cette partie est narrative. Le poète raconte sa vie passée et notte qu'à tous les moments particulièrement pénibles il a été toujours accompagné par une personne énigmatique qui lui ressemblait comme un frère. Le rappel de ces moments se trouve lié à l'apparition de ce personnage étrange qui reste toujours silencieux. Dans cette première partie il est question de ce personnage désigné par le pronom "lui".
-La Iième partie- 90 vers décasyllabiques (10 strophes de 9 vers). Elle est nettement séparée de la première. La question implicite "qui es tu ?" est formulée ici explicitement. C'est le poète qui s'adresse à l'énigme pour lui demander qui il est. De ce fai, le personnage se trouve désigné par le pronom "toi". Ce passqge de la troisième à la deuxième personne est une autre marque formelle de la distinction entre la Ière et la Iième partie qui est un discours direct adressé à un personnage fictif.
-IIIème partie- 18 vers (3 strophes de 6 vers octosyllabiques). Dans cette partie c'est le personnage énigmatique qui prend la parole pour repondre à la question du poète. Ce personnage est la SOLITUDE qui se nomme dans le dernier vers. Le personnage est désigné par le pronom "moi".


Le premier partie se compose de deux sections. Dans la première section (les 10 premières strophes) le poète se remémoie les moments les plus importants de sa vie : son enfance, adolescence, sa première déception amoureuse, la periode de libertinage et la mort de son père. A chaqu'un de ces moments sont consacrés deux strophes. La première strophe est divisé en deux moitiés égales. Les trois premières vers posent ma circonstance particulière et qui situe dans l'espace et dans le temps l'événement raconté. Les trois vers suivants introduisent l'apparition de la VISION. Ce personnage apparait sous une apparance nouvelle mais il ressemble toujours au poète.
Dans les strophes paires sont décrits les comportements de la vision dans chaque circonstance nouvelle. Ce qui saute aux yeux c'est que la vision ne dit jamais rien. Ce manque de communication est une des marques de la solitude. En compagnie de ce personnage le sujet lyrique reste seul. La vision mime le comportement du poète. En lui le poète voit son propre image. Le comportement de la vision représente la matérialisation des sentiments du poète.
L'onzième strophe résume l'idée qui sera dévélopée dans les strophes suivantes. La deuxième partie se compose de 3 sections. Dans la première section de la deuxième partie, le poète s'adresse à ce personnage et lui demande "qui donc es tu ?". Cette question est répétée 3 fois. La deuxième section représente l'évocation de la rupture du poète avec la femme aimée. Il décrit longtemps la douleur que cette rupture lui a causé. Dans la sixième strophe, le poète l'invite à partir : "Partez, partez", "allez, allez". L'amour est présenté comme un absence.
La troisième section est déjà la confusion entre la solitude et l'amour.

La négation de l'amour aboutit au triaumphe de la solitude. L'amour est toujours l'espoir qui représente une déception. L'amour signifie solitude.
La troisième partie est la réponse de la vision. Dans cette partie c'est la vision qui prend la parole pour répondre à la question "qui donc es tu ?". Le personnage répond point par point au supposition. Dans la troisième partie est souligné que la vision est le poète lui-meme. La solitude se présente comme le double du poète.
L'originalité de Musset dans "La nuit de décembre" consiste dans le fait qu'il a lié le thème du double au thème de la solitude.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: alfred de musset
Posté par asmix28 le 31/10/2009 11:07:41
"Qu’est ce que je peux détester l’analyse des textes ou poèmes… Ça en écorche toute la signification… Comment des personnes peuvent supposer comprendre et ensuite analyser l’âme de l’auteur déposée sur le papier…
Ça me dégoûte presque." Ce genre de commentaire n'a aucuns intérêts à l'amélioration de cet article. Peut-être que tu en es dégoûté ; mais ce genre de réflexion n'est pas du tout approprié, le but d'un commentaire est de donner son avis intéressant dans tout les cas (que l'on aime ou non) du moment qu'il est argumenté et qu'il a un sens et un intérêt commun.

Helena, ton article comporte beaucoup de fautes d'étourderies notamment dans "de ce fai" ; " Iieme partie"; " ce passqge". Article apathique pour de vrais littéraires, mais intéressant pour de simples secondes.

Modifié le 31/10/2009 11:08:33
Re: Alfred de Musset
Posté par sehnsucht eitry le 20/08/2004 07:56:49
Qu’est ce que je peux détester l’analyse des textes ou poèmes… Ça en écorche toute la signification… Comment des personnes peuvent supposer comprendre et ensuite analyser l’âme de l’auteur déposée sur le papier…
Ça me dégoûte presque.
Quant à ta biographie je la trouve mauvaise, comment peux tu résumer la vie d’Alfred de Musset en dix lignes, et la passion qu’il a eu pour Georges Sand en deux.
On croirait une biographie stupide et dénuée de sens que l’on trouve dans un bouquin de français.
Ça m’exaspère vraiment.
Bon au fait il est né en décembre 1810 à Paris, mais tu n’as pas jugé bon de le mettre dans ta pitoyable biographie…

"Jamais homme n'a aimé comme je t'aime, écrit Alfred de Musset à Georges Sand, je suis perdu , vois-tu, je suis noyé, inondé d'amour... Tu as un autre amant, je le sais bien. J'en meurs mais j'aime, j'aime."
Re: Alfred de Musset
Posté par jubi07 le 20/08/2004 07:56:49
Bonne analyse ms c qqc fait en cours, non ?
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Publié le 15 juillet 2004
Modifié le 15 juillet 2004
Lu 34 150 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143