Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Amour douloureux (3) : chez Balthazar

Le 3e épisode improvisé de la série.


La voiture courrait à vive allure parmi les taxis et les cyclistes de la rue. La 4e rue défilait sous nos yeux sans que nous trouvions la fameuse boutique de Balthazar.
- Arrête-toi !
James pressa la pédale de frein et la voiture s'immobilisa. Une vieille pancarte sur un vieux mur annonçait :

BOUTIQUE BALTHAZAR
Retrouvez votre boutique sur
Le Grand Boulevard.
Balthazar, votre commerçant préféré.

- Bon, ben allons sur le Grand Boulevard, dit James, décontenancé.
- C'est étrange.
- De quoi ?
- De nous avoir envoyé là. La pancarte est plutôt vieille, ça doit faire un petit moment qu'elle est là. Charles devait surement être au courant. Alors pourquoi nous avoir envoyé ici ?
Tandis qu'il redémarrait la voiture, en trombe, James répondit :
- Pour donner à Balthazar le temps de s'enfuir !
Les pneus crissèrent sous la pression subite de l'accélérateur et le moteur rugit tandis que la voiture dépassait déjà les 70km/h. Sur la route, un point perturbait mon esprit :
- Dis-moi, quel type de boutique est-ce ?
- J'en sais rien...
Arrivés sur le Grand Boulevard, la voiture décéléra. James cherchais Balthazar tandis qu'il se gara en silence. La boutique nous faisait face.

C'était une petite boutique de faces et attrapes. On pouvait voir des masques d'halloween, des pétards en tout genre... Mais pas de Balthazar. Quand James poussa la porte, une sonnette retentit. Des bruits de pas précipités se firent entendre et une voix qui saluait son client d'un " Bonjour " un peu trop joyeux. Mais lorsque l'homme mit un pied dans la pièce, un sentiment étrange m'envahit et tout se passa en une demie seconde sans que je me rende compte de quoi que ce soit. Lorsque j'ouvrit les yeux, je me retrouvais assise sur Balthazar, les mains enserrant son cou, prête à le tuer. Je m'éloignais alors de lui, perdue, cherchant un regard de soutien tandis que tous les deux me regardaient avec de grands yeux ronds. Balthazar s'approcha de moi :
- Comment tu as fait ?
- Fait quoi ?
- Te rétracter ?
- Ben je... C'est normal. La question c'est comment j'ai fait pour me retrouver là...
James intervint :
- C'est rien. C'est normal. Tu es plus forte que je ne le pensais. Balthazar, dis-moi où le trouver.
- Trouver qui ? Dieu ? Ah ! Tu peux toujours le chercher... Ricana-t-il.
Je sentais mes nerfs à fleur de peau. Cette sensation était étrange. Le ricanement de Balthazar me poussait à le détester férocement. Soudain, ma question fusa :
- Pourquoi je te déteste ?
Balthazar me fixa, espérant surement que cette question était le fruit de son esprit. Mais tandis que le je fixais à mon tour, il baissa les yeux :
- Ne me demande pas ça...
- Si, je te le demande. Explique-moi.
- Je t'en supplie, pas ça...
L'intensité de mon regard lui exprimait clairement que je ne lâcherais pas le morceau. Il était obligé d'avouer :
- Il y a... Longtemps...
- Combien de temps ?
- 320 ans. C'était il y a 320 ans... Lorsque nous avons essayé de détruire Dieu... Mon père vous a trahis. C'est lui qui a fait échouer la tentative...
- Comment ?
James prenait part à la discussion, voulant surement en savoir plus sur notre histoire :
- Il... Il est allé voir Dieu. Mon père... Était... Je ne sais pas, peut-être au bord de la faillite à ce moment-là... Il a prévenu Dieu de la tentative de prise de pouvoir de ses disciples... Dieu et mon père se sont alliés. Ils ont réussis à rallier à leur cause les quelques serviteurs qui n'étaient pas assez convaincus du besoin de détruire Dieu. Ils ont créé des monstres... Increvables. Et c'est comme ça que tu les Anges et tous les Démons ont été détruits.
- Et pourquoi sommes-nous là ?
- Surement parce que Dieu n'est pas au courant de votre existence...
- Mais... Je ne comprends pas. Dieu contrôle la vie, non ? Alors comment se fait-il qu'il n'ait pas vu les deux bébés ?
James essayait vainement de comprendre la situation de l'époque.
- Eh bien... Vous étiez protégés. Vos parents vous avaient offert une sécurité que Dieu ne connaissait pas. C'est une très vieille magie, tellement vieille qu'elle a été oubliée par tous les pratiquants. Mais elle est toujours fonctionnelle, puisque Dieu ne vous a pas détecté. Elle marche surement encore aujourd'hui... Dieu doit peut-être vous voir comme deux êtres humains normaux, sans dons particuliers.
- Comment en être sur ?
- Il faut faire un test. Face au seul monstre que Dieu a garder pour se protéger des deux êtres de la prophétie, de vous.
- Et comment trouve-t-on ce monstre ?
Ma question avait paru si naturelle, tandis que je comprenais que si cette magie ne marchait plus, le monstre nous détruirait.
- Je ne sais pas.
- Tu mens !
La colère de James me désarçonna. Balthazar, les yeux agrandis par la peur d'un Ange, céda, une fois de plus, peut-être dans l'intention de se faire excuser des fautes de son père :
- Vous allez mourir si vous y allez...
- Dis-nous !
Face à un interlocuteur aussi effrayant, Balthazar avoua :
- Il est ici. Dieu le cache dans la ville. Là où se trouve mon ancienne boutique...
- Tu as fait un pacte avec lui ?
- Faut me comprendre ! Ma boutique faisait faillite là où elle était et vous... Vous n'étiez que mythe ! Légende ! Je ne pensais pas que vous aviez survécu...
Le fils du démon prit soudain un air grave :
- Mais je vais réparer les pêchés qui pèsent sur moi à cause des erreurs de mon père. Je vais vous aider, retourner du bon côté.

Fin Ep 03. Ep 04 : face au monstre.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Natacha V..
26 ans, Nice (France).
Publié le 05 janvier 2010
Modifié le 22 décembre 2009
Lu 1 362 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲