Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Analyse d'une défaite amère

Amère la défaite. Sublimes les oranges. Voila ce que l'on retiendra de ce deuxième match de l'équipe de France en ce vendredi 13 juin à Berne. Analyse d'une équipe qui suscite nombre d'interrogations.


Vendredi 13. Voila un jour qui n'aura pas porté chance à nos bleus. En effet, une prometeuse équipe de France s'est inclinée 4-1 face à une formidable équipe des pays-Bas à Berne. Retour sur une défaite qui fait mal, et sur une sélection qui fait jaser...


Un début calamiteux

"Catastrophique ! ". Voila le mot qui sort le plus quand il s'agït de qualifier le début de parcour de l'équipe de France dans cet Euro 2008. Après un premier match délicat face à une équipe de Roumanie refusant le beau jeu et restant cantonnée en défense, l'équipe de France à subit une cinglante défaite hier soir face à aux Pays-Bas, très joueurs en ce funeste vendredi 13 à Berne. Malgré un début de match très prometteur, et une tête de Ribéry passant de peu à coté du but, l'équipe de France déchanta bien vite à la 9e minute avec un but de l'inévitable Kuyjt. Le joueur de Liverpool ouvra le score sur un corner, grande faiblesse de l'équipe de France. Stoppés net. Les bleus eurent alors bien du mal à se remettre dans le bain, mais finirent la première mi-temps sur une bien meilleure impression, multipliant les occasions de but. Au retour des vestiaire, le début de la deuxième période coincidait avec la fin de la première avec un pénalty non sifflé suite à une main de Ooijer, et un duel perdu de Henry face à Van der Saar. A la 57e minute, le coup de cannon de Van persie, rentré en jeu peu auparavant, sur une contre attaque d'école, orchestré par Robben, rentré peu avant également, mis définitivement fin aux espoirs tricolores. Et pourtant, celui ci renaqui avec la réduction du score de Thierry Henry (71e), mais ce diable de Robben se chargeait de remettre les pendules à l'heure dans la minute qui suivi en ajustant Gregory Coupet dans un angle impossible. En fin de partie, l'excellent Sneijder se chargea d'allourdir le score en décrochant une somptueuse frappe enroulée de l'entrée de la surface venant ainsi déloger la toile d'araignée de la lucarne gauche.


Autopsie

Quatre buts. La france n'en avait pas encaissé autant depuis 1982 et un match contre la Pologne au parc des princes. A quoi est due cette défaite ? D'abord, et soulignons le, la raison principale de cette déroute reste le formidable jeu produit pas les pays-bas, déjà bourreaux de l'Italie (3-0) la semaine dernière. Mais les choix du selectionneur interrogent également.
La liste des selectionnés en premier lieu est source d'interrogations. Monsieur Domenech préférant faire confiance à des cadres, vieillissants, ayant déja fait leur preuves certes, mais ayant peu joué cette saison (sagnol, thuram, Vieira...), à des jeunes ayant déja fais leur preuves au plus haut niveau et consacrés par leur pairs (Sagna, Clichy, Flamini...).
Les choix tactiques également sont étonnants ? Ribery a été élu meilleur joeur du championnat allemand, sur son coté gauche, et le selectionneur s'entete à le positionner à droite, mettant Malouda à gauche. Malouda justement, véritable interrogation de cette Euro. Joueur discuté en son club (Chelsea), le Guyannais étonne par sa capacité à végéter sur le terrain. Un célebre tabloïd anglais, connu pour son humour sans frontières, invanta même un nouveau verbe, "to malouder", ce qui signifie "érer sur le terrain, sans but"... (sic).
Bref, cette équipe de France se fait vieillissante et ce troisième match face à l'Italie risque d'être un tournant, marquant la fin de plusieurs cycles. La fin de la génération championne du monde 98 ou d'europe en 2000, et l'émergeance définitive de celle championne du monde des moins de 17 ans, la génération dorrées de 1987 des Nasri, Benzema, Benarfa... En attendant, monsieur Domenech l'a promis, une équipe aux accents prononcés de jeunesse sera alignée face à l'Italie, officiellement pour donner du temps de jeu aux jeunes, pour leur donner l'occasion de participer à une experience comme celle ci...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: Analyse d'une défaite amère
Posté par antoine14 le 05/08/2008 19:25:56
Ton article dit vraiment ce qui c'est passé. Je vais lui mettre 10... Peux me dire ce que tu pense du mien et le noter. Merci d'avance.
Re: Analyse d'une défaite amère
Posté par gregdac le 17/06/2008 15:08:43
Je suis d'accord avec le beau jeu de l'équipe,en attaque,mais avouons que la défense,mis a part Evra,et peut etre Gallas,est un véritable fiasco quand on regarde Thuram et Sagnol,tous les deux hors de coup.
Re: analyse d'une défaite amère
Posté par bilbonec le 17/06/2008 13:09:35
Certes, les résultats des français sont catastrophiques. Mais pour peu qu'on ait été spectateur du dernier match contre les Pays Bas, il faudrait aller un peu plus loin que la triste constatation de ce résultat très lourd, et voir comment les français ont été dominateurs pendant plus d'une heure de jeu, se créant un nombre incroyable d'actions de but.

Personnellement, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas été aussi enthousiasmé par le jeu de l'équipe de France. Et je trouve que l'équipe alignée en début de match devrait rester la même tant qu'elle fait preuve d'autant de jeu sur le terrain. La raison de cette lourde défaite tient avant tout à l'incapacité des français à mettre au fond des actions que tout attaquant met habituellement au fond. La victoire des néerlandais tient avant tout à leur capacité à mettre au fond les rares occasions de but qu'ils auront eu pendant la première heure de jeu, alors que les français imposaient totalement leur rythme et leur technique (choses qu'ils avaient oubliées qu'elles existaient contre les roumains ...).

Au final, en ce qui me concerne, c'est l'équipe de France contre les Pays Bas qui peut être championne d'Europe (pour peu que la Roumanie ne gagne pas son dernier match). Après, le résultat est ce qu'il est ...

Modifié le 17/06/2008 13:11:05
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
L'auteur : Grégoire Darricau
28 ans, Antony (France).
Publié le 17 juin 2008
Modifié le 16 juin 2008
Lu 670 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲