FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Au Burundi

J’avais 3 ans lorsque j’ai été vivre au Burundi. Jusqu’à l’âge de 6 ans, j’habitais dans ce pays merveilleux d’Afrique. Je vous relate les souvenirs que je garde de cette aventure unique qu’est l’expatriation à l’étranger.


Je dédie cet article à tous ceux qui rêvent de contrées étrangères. Je veux que vous croyiez encore en vos rêves, car tout est possible.

Je souhaite tout d’abord vous donner les repères géographiques du Burundi. C’est un pays de l’est de l’Afrique, entouré par la Tanzanie, le Rwanda et le Zaïre.


Moi, je suis née en Belgique, à Anderlecht, près de Bruxelles. Mes parents sont tous les deux de nationalité Belge. Ma mère est infirmière de formation et papa a été comédien professionnel. A un moment donné, il était très connu dans le monde du théâtre. Sa troupe a reçu le prix du Classique en Avignon en 1984. C’était pour la pièce « Woyzeck » mise en scène par Pierre Jaccaud dans laquelle mon père (Patrick Moreau) jouait le rôle principal. Il m’a raconté que lorsqu’ils se sont tous rassemblés sur la scène pour saluer, les spectateurs se sont mis debout et applaudissaient de toute leurs forces et criaient. Mais à notre naissance (j’ai une sœur jumelle), en 1989, il a arrêté le théâtre.

A 6 mois, j’ai fait mon premier grand voyage. La destination était l’île de la Réunion.

Lorsque j’eus 3 ans, mes parents ont déménagé à l’étranger. Nous sommes partis au Burundi.

Là-bas, nous avions des gens à notre service : des Noirs (ce n’est pas du tout péjoratif lorsque j’utilise ce terme) que l’on appelle des « boy ». Il y avait un gardien de nuit (un « zamou »), une nounou (elle s’appelait Finoti) et un cuisinier (il faisait les pâtes excellemment bien ! En plus, elle étaient faites main.). Nous avions une assez grande maison à Bujumbura, la capitale. Mon père était plombier et maman restait infirmière dans un hôpital.

Nous avions aussi de nombreux animaux domestiques : une tortue géante qui se baladait dans notre jardin (Marie), Bichette, notre chatte qui a eu des jeunes, Juju, une jolie chienne noire, des poules, des poissons (mon père est un grand connaisseur).

Nous avons rencontrés des Belges au Burundi et, maintenant, ils sont revenus en Belgique. D’ailleurs, durant ces vacances de Noël, on les a invités dans notre maison.
Avec eux, on allait au cercle nautique. Mes parents et nos amis Belges aimaient beaucoup plonger. Mon père avait d’ailleurs acquit le niveau de moniteur.

Ensuite, nous avons déménagé plus haut, vers les montagnes. Il faisait très humide, mais chaud ! Lorsque venait la saison des pluies (en septembre), on se mettait en maillot et on dansait sous la pluie. On avait même une piscine dans laquelle on allait souvent. Mais mon père l’a transformé en bassin pour ses poissons.

Et puis, on a encore déménagé. Et c’est à ce moment-là que la guerre a commencé à éclater.

Moi, je faisais de la danse rythmique. Il y avait une jeune fille qui se nommait Jasmine. Elle avait 6 ans. Un jour, on est arrivé à la danse et notre professeur nous a annoncé une très mauvaise nouvelle : « Jasmine a été tuée d’une balle dans la tête et sa mère, d’une balle dans le ventre ». Cela nous a fait un choc et au cours suivant, nous avions tous apporté une fleur pour la poser tout autour du chanson que la petite fille avait oublié juste avant sa mort. C’était vraiment très triste.

Je me souviens aussi qu’un de nos copains avait reçu un couteau dans le dos. Aujourd’hui, il a encore la cicatrice.
Là-bas, il n’y avait pas de sécurité, encore moins après la guerre. Les voleurs rodaient et d’ailleurs, un jour, ils ont volés le sac des mains de maman juste devant nous ! Alors, au dessus d’un mur, un homme est apparu, alerté par les cris de maman et il a couru après les hommes qui s’enfuyaient. Il n’a pas réussi à les rattraper. Je trouve qu’il a été très héroïque.

Les rebelles commençaient doucement à assiéger la ville, Bujumbura. Jusqu’au jour ou notre rue fut totalement barrée par les ennemis. On a dû appeler l’armée pour nous sortir de là. On s’est enfui en hélicoptère. On a fait notre baptême de l’air. On n’a eu le temps de rien emporter. On a tout laisser derrière nous. Juste avant, nous avions donné notre chienne à un ami qui est resté là-bas. On a appris qu’elle était morte quelques mois après notre départ.
C’était en 1995.

Nous nous sommes installés en Belgique, là où nous avions de la famille.
Après avoir déménagé 4 fois en Belgique, on est venu s’installer en France. Depuis mars, on a changé d’habitat 2 fois. Et mes parents ont encore des idées folles comme partir au Gabon ou en Nouvelle Calédonie. J’adore voyager et j’aimerais tant qu’on aille dans un pays chaud et tropical !
En tout, nous avons déménagé 12 fois ! Pas mal, pour moi qui n’ai que 14 ans !

Encore un conseil. Si vous voulez partir, n’hésitez pas. Vous n’avez qu’une vie. Et le but de la vie, ce n’est pas métro, boulot, dodo ! Réfléchissez-y. Le soleil, c’est beau. C’est le sympole de la liberté !

Source photos: www.fao.org ; www.uneca.org
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Re: Au Burundi
Posté par mis le 20/08/2004 07:55:52
salut clara ,
quand tu parles du Burundi on dirait que t'en a plus entendu parlé m1nan ça a un ptit peu change tu peu me croire car je suis Burundaise et j'y vis encore . Et pour le mélange éthnic don parl filsdumétal au Burundi y a pa de blem à l'école où je vais ,l'école Belge ,il y a des blancs , des métis ,des arabes, des noirs,...Il faudrait que tu te renseigne que tu suive un peu plus les info peut etre que t'aura envie d'y revenir et ppour le cercle nautique il existe encore et c'est encore aussi cool qu'avant.
Re: Au Burundi
Posté par filsdumetal le 20/08/2004 07:55:52
oui moi aussi je suis pour le mélange ethnic au sein des lycée, mais ce dont je parlais c'est que petit a petit les professeur expatriés du lycée ont été remplacé par des professeur locaux, et en l'espace de 2-3 ans, ce qui était le 2ème meilleur lycée francais a l'étranger avec 98.5% de réussite au bac a vu 60% de "désertion" des élèves francais tant le niveau avait chuter.

pour la guerre je n'en est jamais veccu donc je ne peut pas en parler.

Pour devilman, la crise économique africaine, tu doit savoir comment ca se passe...
Le gouvernement détourne l'argent, pi quand il n'y en a plus ils cherchent là ou ils peuvent en trouver encore...donc chez les expatrié et les étrangers qui entre paranthèse font marché le pays...
C'est ainsi que DRAGAGE a du faire sa petite liquidation judiciare...

Quand au tourisme??? du tourisme au gabon???
Ya que de la foret, meme pas une route qui traverse le pays, il faut prendre l'avion, louer une voiture, payer l'hotel....honnetement pour le prix d'une semaine au gabon, tu te pays 3 semaine a deux au vietnam ou en tailande et LA y a des truc intéréssent a voir!!!

ou alors ils ont trouver des trucs depuis noel...
Re: Au Burundi
Posté par âme solitaire le 20/08/2004 07:55:52
Primo : ok pour le lycée, je suis français au Togo, à Lomé, et je trouve que le mélange franco-autochtones est très intéressant. Autant que pour le mélange culturel que l'ouverture des français.
Ensuite j'ai plusieurs amis principalement belges et franco-togolais qui ont vécu la guerre dans divers pays (comme l'ancien Congo-Belge), et leur témoignage de leurs yeux "d'enfant" est le meme que l'auteur le décrit. Ce sont tous ces petits détails qui font des souvenirs, et en tout cas, ce sont des détails comme ça que je retiendrais lorsque je quitterais malheureusement ce pays (pour cause d'études supérieures).
Re: Au Burundi
Posté par devilman le 20/08/2004 07:55:52
je sais bien que tu as raison, le déraciné; simplement, si je ne donne que ce détail insignifiant de laz plage à deux minute du centre ville, c'est parcequ'elle ne va faire que du tourisme las bas.Elle s'interressera très peu à la crise économique qui y règne en maitre, et d'ailleurs elle n'en souffrira pas, puisqu'on sait tout les deux que les expatriés gagnent largement bien leur vie-quand ils travaillent au nom du devellopement bien sur- et ne sera donc pas concerné outre mesure par ce pays.
Je connais la comilog, j'ai un oncle qui y travail.Pour le lycée français, tu sais bien qu'il a toujours été plus "gabonaisfilsdeministre" que français, et moi je ne trouve pas que ce soit une mauvaise chose: si ce n'étais pas les cas les français resteraient toujours entre eux.De plus, ce lycée n'a pas bonne réputation à l'étranger. Il est considéré comme l'un des plus mauvais lycée français à l'étranger, parceque les jeunes ne passent leur temps qu'à fumer .ma mère y est prof, alors ce ne sont pas des infos erronées.
J'ai aussi un oncle forestier, mais il s'est vite reconverti dans la vente de voiture d'occasion.
le gabon: t'a peut etre raison quand tu dis durée de vie de 6 ou 8 ans max,mais dans l'immédiat, c'est un pays TOURISTIQUEMENT( et c'est ce qui interresse, je te le répète encore, la fille à la tortue) encore attractif.


Sur ce++ ce fut un plaisir filsdu métal, le déraciné
Re: Au Burundi
Posté par filsdumetal le 20/08/2004 07:55:51
Pour avoir veccu en indonésie et au gabon (ou mes parents sont toujpurs labas!), je connais bien l'expatriation.

c'est vrai que ta tortue on s'en fou un peu.

Pour répondre a devilman, si tu savai a quel point le gabon a changer, tu n'en parlerai plus comme ca.... c'est vraiment la merde la-bas, et c'est de pire en pire.

Mon pere travail pour la comilog (si tu connais?..), mais ils cherchent a rentré en france telement l'atmosfère du gabon s'est dégradée.
Le dernier "havre de paix" africain devien...comme le reste!!!
Pour te dire, il n'y a meme plus de famille a port gentil, le lycée francais (blaise pascale) est plus gabonnais que francais, et la mafia lybannaise de cote-d'ivoir a pris pied au "gabao", sachant que Dragage a couler suite a un détournement de fond de "quelques" milliard de dollards de la part d'un ministre, la comuf out, les forestier cul par dessu tete et elf gabon qui fou le camp en guiné équato...

je te laisse imaginé la suite.

bref tout ca pour te dire clara, enpèche tes parent a tout pri de partir au gabon, ce pays n'a une durée de vie de 6_8 ans au grand max!!!
moi aussi je veut voyager, mais l'afrique c'est foutu!! aller en asie c'est beaucoup mieu!!! parole de connaisseur.


sur-ce ++
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Publié le 30 avril 2004
Modifié le 30 avril 2004
Lu 2 243 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143