FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Baudelaire : Les Fleurs du Mal

Quel recueil de poèmes toucha, émerveilla ou épouvanta autant de personnes que celui-ci ? Recensement de quelques critiques, incendiaires ou élogieuses, puritaines ou romantiques tirées de la presse de l'époque.


Personnellement, "Les Fleurs du Mal" est pour moi un véritable chef d'oeuvre, la truculence du génie romantique, une épine au venin aphrodisiaque parmi tant de fades roses... Mais tout le monde ne pense pas ainsi. Voici quelques jugements d'ensemble (favorables ou non à l'oeuvre) tirés de la presse de la fin du dix-neuvième siècle.


Avis défavorables

Gustave BOURDIN pour "Le Figaro", 5/07/1857
"Il y a des moments où l'on doute de l'état mental de M. Baudelaire, il y en a où l'on n'en doute plus -c'est, la plupard du temps, la répétition monotone des mêmes mots, des mêmes pensées-. L'odieux y coudoie l'ignoble, le repoussant s'y allie à l'infect. (...)
Jamais on n'assista à une semblable revue de démons, de foetus, de diables, de chloroses, de chats et de vermine. Ce livre est un hôpital ouvert à toutes les démences de l'esprit, à toutes les putridités du coeur.
Si l'on comprend qu'à vingt ans, l'imagination d'un poète puisse se laisser entraîner à de semblables sujets, rien ne peut justifier d'un homme de plus de trente, d'avoir donné la publicité du livre à de semblables monstruosités. "

même auteur, pour le "Journal de Bruxelles", dix jours après
" (...) Rien ne peut donner une idée du tissu d'infamies et de saletés que renferme ce volume. Les amis de l'auteur en sont épouvantés, et se hâtent de proclamer une chute, de peur que la police n'intervienne : les citations mêmes ne sont pas possibles à une plume honnête. C'est par là et par un sentiment de dégoût, plus fort que tout le reste, que M. Baudelaire échappera au fouet des gens qui se respectent. "

Louis MENARD pour "La Revue philosophique et religieuse", 09/1857 (on peut souligner que cet homme était un ancien ami et condisciple de Baudelaire)
"M. Baudelaire voudrait passer pour un méchant diable aux doigts crochus, au pied fourchu. En lisant son livre, on se le figure tout autre : ce doit être un grand garçon, un peu gauche, avec une longue redingote noire, le teint jaune, les yeux myopes et les cheveux de séminariste. (...)
Son mal réel est d'avoir vécu dans un monde fantastique, tout peuplé d'ombres malsaines, qui se dissiperaient au contact de la réalité. Les rêves n'ont pas de corps. Qu'il laisse là les poètes de la Renaissance et les charniers romantiques de 1830. Qu'il entre dans la vie commune, et il saura revêtir, de cette forme qu'il possède à un si haut degré, des créations vivantes et saines. Il sera père de famille et publiera des livres qu'il pourra faire lire à ses enfants. "


Avis favorables

Gustave FLAUBERT, lettre du 13/07/1857
"Franchement, cela me plaît et m'enchante.
Vous avez trouvé le moyen de rajeunir le romantisme. Vous ne ressemblez à personne (ce qui est la première de toutes les qualités). L'originalité du style découle de la conception. La phrase est toutes bourrée par l'idée, à en craquer.
J'aime votre âpreté, avec ses délicatesses de language qui la font valoir, comme des damasquinures sur une lame fine. (...)
En résumé, ce qui me plaît avant tout dans votre livre, c'est que l'art y prédomine. Et puis vous chantez la chair sans l'aimer, d'une façon triste et détachée qui m'est sympathique. Vous êtes résistant comme le marbre et pénétrant comme un brouillard d'Angleterre. "

Edouard THIERRY pour "Le Moniteur Universel", le 14/07/1857
"Le poète ne se réjouit pas devant le spectacle du mal. Il regarde le vice bien en face, mais comme un ennemi qu'il connaît bien et qu'il affronte. (...) Il parle avec l'amertume d'un vaincu qui raconte ses défaites.
Je le rapproche de Dante, et je réponds que le vieux florentin reconnaitraît plus d'une fois dans le poète français sa fougue, sa parole effrayante, ses images implacables et la sonorité de son vers d'airain. "


Conclusion

La parution des "Fleurs du Mal" a déchaîné dans la presse une véritable querelle littéraire, qui s'est matérialisée par une suite de "question-réponse" à travers les différents journaux de l'époque. On remarquera toutefois que la majorité des critiques négatives émanent de journaux religieux et/ou de personnalités concervatrices et bien-pensantes (vous soulignerez sans doute que "Le Figaro" n'a pas changé de registre depuis le XIXème...).
On sait que, généralement, le public cultivé s'en tenait à l'opinion de BRUNETIERE :
"Baudelaire est l'une des idoles de ce temps -une espèce d'idole orientale, monstrueuse et difforme, dont la difformité naturelle est réhaussée de couleurs étranges, et sa chapelle l'une des plus fréquentées. Indépendants et décadents, symbolistes et délinquescents, dandys de lettres et wagnérolâtres, naturalistes mêmes, c'est là qu'ils vont sacrifier, c'est là qu'ils s'enivrent enfin des odeurs de corruption savante et de perversité transcendantale qui se dégageraient, à ce qu'ils disent, de leurs Fleurs du Mal. " (paru dans "La Revue des Deux Mondes" le 1/06/1857)

PS : Vos commentaires sont les bienvenus, je serai curieuse de connaître votre conception personnelle de l'oeuvre de Baudelaire...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Re: Baudelaire : Les Fleurs du Mal
Posté par crazysk8 le 28/04/2006 23:48:29
tostaky, baudelaire n'est pas un poete moderne, c'ets lui qui va marquer le tournant entre le poesie romantique (il me semble) et le moderne, sans lui pas de verlaine de raimbeau d'appolinaire (dsl de l'orthographe) et j'en passe.

Personnellement je trouve les poemes de baudelaire beaucoup plus passionnant que ceux de Hugo.
J'ai découvert Hugo et Baudelaire à peu pres en même temps, et j'ai fait mon choix, Baudelaire.

Mais bon tt dépend des moeurs de la morale de la personne qui lit ces poemes.
Re: Baudelaire : Les Fleurs du Mal
Posté par crazysk8 le 28/04/2006 23:42:41
C'est baudelaire qui m'a fait apprécier la poésie, ce fut le premier receuilque jai lu, ses écrits arrivent à nous produire des effets que tres peu de poetes arrivent à me transmettre.
Re: Baudelaire : Les Fleurs du Mal
Posté par tostaky le 03/12/2004 14:33:50
Ionesco est un auteur fabuleux. mais là n'est pas la question.
Les fleurs du mal ont depuis leur parution sucitées nombre de discussions.
Mais je trouve dommage que l'article ne s'attache pas au procès (comme pour Bovary, de Flaubert) qu'elles ont engendrées.
Il est facile de faire l'éloge (ou le blâme) de cette oeuvre. Mais c'est la détruire. En effet, elle n'est pas si simple que ça. D'ailleurs elle est formée comme un roman découpée en chapitres (le spleen/ idéal (...) la mort). Et c'est aussi le premier poète moderne tout en restant classique.
Re: Baudelaire : Les Fleurs du Mal
Posté par epsilon le 21/10/2004 18:25:04
Pou moi, Baudelaire est un crasseu qui n'as acun talent, les imple fait de le citer dans le Laguarde et Michard est une preuve que même les plus débiles peuvent êtres considérés comme des génies et même figurer au panthéon des écrivain français. Auteur débiles et fous, prennez exemple. L'époque à laquelle vivait Baudelaire, rassemblais en son sein parmis les plus grands génies de la littérature française tel que Victor Hugo, MUsset, Verlaine, Flaubert, Lamartine.... et je supose que cet auteur a sût se "distinguer par son originalité vu que sa plume ne pouvais rivaliser avec les grands de l'époque. On est toujours un génie et un roi dans le pays que l'on a inventé. Quiconqu serais roi en Utopia, serais peut être un bouseu en Angleterre. Pour ma part, je le considère comme un erreur tout comme Ionesco au XX eme sciècle. Certains auteur s ont souligné à raison qu'il est incîtable. Enfin je dirais que quelqu'un qui se plait à vivre dans les tortuosités de son espit sans jamais les combattre mais en en faisant l'éloge dans sa littérature est un ennemi du genre humain et ne sucite chez moi que du dégoût.

Epsilon 20 ans, amoureux de la morale et combatant de la connerie et du laiser dire.
Re: Baudelaire : Les Fleurs du Mal
Posté par perks le 14/10/2004 18:15:19
moi aussi j'adore beaudelaire !!! mon poème préféré des fleurs du mal c'est "la mort des amoureux" et e celèbre "Les litanies de Satan" !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Publié le 10 octobre 2004
Modifié le 10 octobre 2004
Lu 5 489 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143