FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Bolt affronte la meute

Pour la première fois depuis les Jeux Olympiques de Pékin, la superstar jamaïcaine, Usain Bolt, n'est pas l'archifavorite.


Comme pour leur vélodrome, les organisateurs ont voulu que la piste de leur Stade Olympique soit rapide. On s'en est aperçu lors des premières séries du 100m féminin, hier matin, et cette impression de vitesse a été confirmée par les premières performances des hommes, également lors des séries du 100m dont les demi-finales et la finale se courront se soir. On commençait alors à parler de record du monde pour la finale de ce soir. Seulement, les choses ne sont pas aussi simples. Si Usain Bolt était dans sa forme de Pékin ou de Berlin, en 2009, lors des championnats du monde où il avait baissé la marque du record du monde à un stratosphérique 9'58, on pourrait penser qu'une piste comme celle-ci confirmerait les rêves de meilleur marque de tous les temps.
De plus, depuis Pékin, on a pu voir le retour de Justin Gatlin et l'éclosion de Yohan Blake, le partenaire d'entraînement de Bolt et dont Glen Mills est le coach. Pour le premier, champion olympique de la distance reine en 2004 lors des Jeux Olympiques d'Athènes, sa présence peut porter à polémique car il fut suspendu, en 2006 pour deux ans, pour contrôle positif à un produit dopant. Plus que son retour sur la piste, ce sont ses performances, quasi meilleures qu'à ses periodes de tricherie. Il n'est sans doute pas candidat à un second titre olympique sur la même distance, huit ans plus tard, mais une place sur la seconde ou la troisième marche du podium ne souffrirait d'aucune surprise. Le roi Usain Bolt lui-même ne voit pas en Gatlin son principal rival "il fait un très bon retour mais je ne pense pas que lui puisse me battre sur une finale olympique". Il le sait. Le gamin de Kingston sait que c'est son duel avec son compatriote Yohan Blake qui sera au centre des attentions. Il ne faut pas s'y tromper, même si il est le seul à avoir courru deux fois sous les 9'80 en 2012 (9'76 à Oslo et 9'79 à Rome lors de deux meetings comptant pour la Diamond League), la meilleur performance de l'année, elle est sous les pieds de Yohan Blake réalisée en 9'75.


Les anciens partagés

Sur la question des favoris, les avis divergent. Pour Maurice Greene, serial pronostiqueur qui avait dit avant les championnats du Monde de Daegu, l'année dernière, que le petit Blake prendrait le titre sur 100m, voit encore Blake "Usain Bolt n'a plus le petit truc qui le rendait presque imbattable. On commençait déjà à ressentir la même sensation l'année passée. S'il fait son faux départ en finale des mondiaux, c'est parce qu'il savait qu'il ne gagnerait pas s'il prenait un départ mauvais, voire moyen. Techniquement Blake est meilleur. S'il part mieux, il saura garder son avance, il a beaucoup pregressé". Chez Carl Lewis, le seul homme à avoir gardé son titre olympique sur 100m, la raison prend le pas sur le coeur "ce serait tellement beau qu'il gagne encore. Mais, si on réfléchit bien, c'est Yohan Blake, le favori. Cela faisait longtemps que nous n'avions pas vu quelqu'un capable de battre le roi".
Cependant, le triple champion olympique en titre, sur 100,200 et 4x100, garde ses supporters. En tête de file, les français Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut. Pour le premier "Usain est le plus charismatique. Qui pourrait vouloir le voir s'incliner ? C'est l'icône de l'athlétisme mondial. S'il doit faire un chrono, il ne le fera pas en séries ni en demi. C'est un mec de finale. Et pour Blake, c'est sa première finale olympique, il a moins d'experience. Il aura du mal, beaucoup de mal". Selon le second "en 2008, j'ai failli chialer quand je l'ai vu gagner comme ça. Dire d'un seul coup, parce qu'il est un peu moins exceptionnel, qu'il ne va pas gagner, ça frôle l'irrespect". Ce dernier essaiera de décrocher sa place pour la finale. Mais dans une demi-finale où figurent Asafa Powell et Justin Gatlin, comme il le dit très bien "ce sera dur, très dur mais pas impossible"...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Fruitier Manu
21 ans, Paris (France).
Publié le 13 août 2012
Modifié le 13 août 2012
Lu 696 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143