FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







C'est ça la méthode Sagnol !

Après trois matches, Bordeaux est tout en haut de la Ligue 1. Un début de saison idéal pour le nouvel entraîneur Willy Sagnol. Mais s'agit-il réellement d'une révolution ?


Willy Sagnol a débarqué en Gironde au début du mois de juin. Son boulot à la tête des espoirs ne le comblait plus totalement "J'avais besoin d'être avec mes joueurs au quotidien. La sélection, c'est beaucoup de visionnage, de repérage. J'arrivais à un moment de ma carrière où je pensais devoir m'inscrire dans un projet de club et celui de Bordeaux m'a séduit immédiatement". Il n'a pas manqué ses débuts en gagnant ses trois premiers matches. Il serait un peu injuste de mettre ses succès au seul actif de Sagnol, lui même avait tenu à plusieurs reprises à remercier Francis Gilot, mais il a bien évidemment une part de responsabilité. Pour connaître ce qu'apporte un entraîneur, qui plus est quand il vient d'arriver, le mieux reste d'aller voir les entraînements et ceux dirigés par Willy Sagnol sont pour le moins savoureux. On y voit des joueurs souriants, heureux d'être là. Au fond, c'est un peu l'état d'esprit voulu par leur coach. "Il nous dit tout le temps qu'il faut prendre le plus de plaisir possible dans ce que l'on fait pour que ce soit bien fait" confirmait Grégory Sertic.

Mais ne voyez surtout pas ici un quelconque laxisme, il n'en est rien. L'ambiance est détendue mais c'est simplement pour que le travail soit bien fait. Willy Sagnol s'implique énormément lors des entraînement, bien plus que le faisait Francis Gilot "je ne vais pas dire que c'est mieux. C'est simplement différent. Ils ont des conceptions différentes de leur métier" continuait Sertic. Dans la méthode Sagnol, le dialogue y tient une place importante, une place prépondérante même. Mais là également a été une certaine rigueur comme le fait d'avoir prohibé le tutoiement "j'ai été habitué à cela et je trouve ça mieux. Ça permet de se souvenir que l'on est dans un contexte de travail. Je ne suis pas leur copain et les joueurs ne sont pas les miens" s'explique Sagnol. Ce qui ne l'empêche en rien de passer beaucoup de temps avec ses hommes, souvent individuellement, car ça fait parti pleinement de son travail. Une proximité appréciée par les joueurs "il vient beaucoup nous voir. Il a instauré une sphère de confiance. Quand on a quelque chose à dire, on sait qu'on sera écouté. C'est vraiment bien car l'ambiance du groupe en est que plus saine" se réjouissait Cheick Diabaté. Les mises au vert et les repas d'après-match ont été réinstaurés. L'ancien international français responsabilise ses cadres. Il leur demande régulièrement leur ressenti sur le groupe ou leur avis sur un choix tactique. Autre chose, c'est à ces mêmes cadres de gérer la cagnote des retards (la règle veut qu'il faut arriver au moins quarante-cinq minutes avant le début de la séance d'entraînement) "mes joueurs sont assez grands. Je n'ai pas à être le gendarme. Je n'ai pas à gérer ce genre de choses. Cela appartient au groupe" commente Sagnol.


Rigueur et attaque comme mots d'ordre

Son passé au sein du Bayern Munich lui a donné une réputation de rigueur. Ce qui n'est pas faux. Mais on pourrait le croire intransigeant pour ne pas dire inflexible mais il suffit de parler avec ses joueurs ou regarder son comportement en entraînement. Un esprit positif flotte au dessus du Haillan. Jamais vous ne verrez Willy Sagnol élevé la voix après un geste manqué ou après un mauvais choix. Il recadre, il conseille, il reprend. Tout cela dans le calme et la sérénité. Une véritable attitude positive qui s'étend jusqu'en match. Ce sont ses mots qui permirent à ses joueurs de se reprendre après des premières mi-temps délicates contre Monaco et à Nice pour deux victoires finales (respectivement 4-1 et 3-1). "Il ne nous a pas mis la pression du tout. Il ne nous a pas adressé de reproches. Il a juste dit ce qui n'allait pas et ce qu'il fallait changer pour que ç'a aille mieux. Après, ce sont les gros de l'effectif qui prenne le relai" appréciait Wahbi Kazhri arrivé en Gironde cet été et déjà indispensable dans les plans de Sagnol.

A tout cela s'ajoute un projet de jeu ambitieux qui a le mérite de plaire à son effectif. Et jusqu'à présent, on n'a rien vu de mieux pour rassembler un groupe. Surtout que le discours est emprunté de vérité "il nous a clairement dit comment il voulait qu'on joue. Il veut qu'on joue haut avec un bloc compact, qu'on tienne le ballon et qu'on soit constamment tourné vers l'avant. Mais il nous a également prévenu que ce serait compliqué, qu'il nous arriverait de prendre des buts et de perdre des matches. Parce que c'est son jeu qui veut ça" expliquait Sertic.

Pour l'instant, Bordeaux gagne sans vraiment être conforme aux souhaits de son nouvel entraîneur. On l'a vu plus souvent exploiter des contres plutôt que faire des phases de conservation. Mais tant que ça marche. Bordeaux devra cependant battre Bastia cet après-midi pour confirmer ses bonnes dispositions du mois d'août. Seulement, il devra faire sans Plasil et Contento blessés et Diabaté suspendu. C'est ce qui arrive quand on a voulu une préparation physique poussée. Mais il en faudra plus pour faire douter Sagnol...
L'auteur : Fruitier Manu
21 ans, Paris (France).
Publié le 17 septembre 2014
Modifié le 14 septembre 2014
Lu 399 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143