FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Cauchemard enfermé

Cette silhouette... Inconnu et si présente. Un cauchemard enfermer. Suis-je folle ? Ai-je des hallucinations ? Je veux sortir de ce cauchemard si vrai !


Persécutée pendant mon sommeil, à travers ce qui me sert de rêve. Je me réveille sur le coup des trois heures du matin, une habitude fatiguante à la longue... Je me place devant la fenêtre pour réflechir à ce rêve... A cette réalitée cachée et glacée. Les branches de l'arbre qui se trouve juste en face de ma chambre frappent contre ma fenêtre, elles me proccurent une étrange sensation. La pluie tombe comme si ça regroupait toutes les personnes pleurant à ce moment présent, le vent s'engouffre partout, dans les moindres petits endroits libérés. Il y laisse échapper sa froideur, désormais je peux la sentir à travers ma nuisette. Je regarde au pied de l'arbre, je vois une ombre, je me sents épier... Comme si cette ombre appartenait à quelqu'un et non à quelque chose, le tonnerre arrive à grand pas, il se rapproche de plus en plus faisant trembler la moindre parcelle de ma maison. Un éclair vient s'écraser dans mon jardin... Cette ombre, cette silhouette, cet homme ! Maintenant je sais, quelqu'un était bel et bien là dans mon jardin entrain de m'espionner. J'ai pu l'entrevoir un instant avec la lumière de l'éclair. Une fois cette lumière partie, plus rien, la silhoutte avait disparu. Deviendrais-je folle ? Aurais-je des hallucinations ? Je suis bonne à enfermer.


A ces pensées je préfère aller prendre un bain pour me relaxer, ne plus penser à tout çà, ne plus penser à rien. Dix minutes s'écoulent, je suis encore dans mon bain, mais la lumière, elle, s'est éteinte pourtant je suis seule à la maison... Surement l'orage qui à provoquer une coupure de courant. Pas de quoi s'inquiéter n'est-ce pas ? Ni même se poser de question ! Je sors de ma baignoire et met mon peignoir. Je sors de la salle de bain et me dirige vers l'escalier tout au fond du couloir. Ce couloir me parait hostile maintenant, sans lumière; pied nu je descend l'escalier de bois, craquant sous le moindre geste occassioné de ma part.
A droite se trouve le salon... Une lueure me tape à l'oeil alors que je tournais sur ma gauche, le sens contraire de cette pièce... J'entends du bruit, un souffle perturbé, des murmures viennent me parader aux oreilles et dans mon esprit. J'attrape vite fait la lampe de poche qui se trouvait en bas de l'escalier et éclaire le salon avec l'aide de cette dernière. Une silhouette apparait, cette silhouette déjà vu tout à l'heure au pied de l'arbre. Comment est-elle rentrée ? Suis-je entrain de devenir folle pour voir ces choses irréalisable ? Je suis bonne à enfermer.


Je me mets à trembler, j'ai peur... Un noeud se forme dans mon estomac ainsi que dans ma gorge, mon coeur palpite à une allure intense. Je m'approche lentement de l'endroit ou j'ai cru voir cette silhouette, plus rien. Mais le souffle perturbé de cette personne est toujours là, je peux le distinguer, il vient du placard au fond du salon, est-ce que je dois y aller ? Cette voix me susurre que je devrais m'y rendre... J'écoute cette voix, je suis devant la porte de ce fameux placard, dois-je l'ouvrir ? Je l'ouvre ! Un corps, un enfant... Je connais cet enfant. C'est mon enfant, mon bébé, la chair de ma chair... Pendu dans ce maudit placard... Pourquoi mon enfant est-il présent dans ma demeure ? Il aurait dû être chez son père pendant tout le week end... On est que samedi et il est là, ici, devant moi entrain de se vider de son sang.
Hallucination ? Complètement tarée ? Je suis bonne à enfermer.


Je sors mon enfant du placard et le pose sur le fauteuil, j'essaye ensuite d'appeler les urgences, rien... J'avais oublier, pas d'électrité... Je sens un regard provenant de derrière moi m'épier en silence. Je soulève mon enfant aussi rapidement que possible et me dirige vers la porte d'entrée. Cette dernière est fermée à clef... Sans les clefs sur le verrou alors qu'elles y étaient encore hier soir. Je me souviens que dans la cuisine il y avait également une porte de sortie donnant sur le jardin. Je courrus donc aussi vite que je pouvais tout en portant mon enfant vers la cuisine. Avec chance cette porte était fermée à clef, mais les clefs se trouvaient toujours dessus. Je tournais les clefs et sortie aussi vite que mes forces me le permettait. Une voiture était garée à l'arrière de ma maison. Une voiture inconnue que je n'avais jamais rencontré encore. A qui peut-elle bien appartenir ? Pourquoi est-elle garée dans mon jardin ? Appartiendrait-elle à cet homme ?
Trop de questions en tête... Un cauchemard aussi vrai... Suis-je folle ? Je suis bonne à enfermer.


Je me précipite à toute allure avec mon enfant hors de ma propriétée. Cet homme se trouve désormais devant moi, je me recule doucement... Il s'approche et se bloque devant moi, me regardant de la tête au pied. Il lève sa main et me caresse le visage... Cette sensation... Me semble provenir tout droit des entrailles de la terre. L'homme enlève sa capuche et me regarde. Il me parle... Des phrases que je ne comprend pas... Mon incompréhension totale et surement provoqué par la peur qui se trouve en moi. Il prend mon enfant, j'essaye de l'empêcher mais je ne peux pas, je n'arrive pas à bouger. Mon enfant disparait dans ses bras, devant moi. L'homme, lui est toujours présent, toujours me fixant hautainement, l'air plus snob que ça il n'y a pas... J'avais encore jamais vu. Son regard est froid, voir même glacial, à part les feux de l'enfer qui les éclairent et cette froideur absolu, il ne s'y trouve aboslument rien.
L'homme me poignarde... Coup de couteau dans le coeur. Je hurle tout ce que je peux, ferme les yeux et les rouvrent à nouveau... Je suis maintenant allonger sur un lit, tout ce qui se trouve autour de moi est d'un blanc éclatant... Un blanc pur pourrais-je dire. J'essaye de lever mon bras droit, je ne peux pas je suis attachée. Un homme se tient à mes côtés, il est vétu d'une blouse blanche et d'une piqûre qu'il venait de m'injecter.
Je suis folle... Je suis complètement allumée. Je suis bel et bien enfermer...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
Re: Cauchemard enfermé
Posté par sid' le 21/12/2006 20:09:53
moi c'est pas les fautes d'ortographes qui me choquent le plus, c'est les fautes de temps. Ainsi, du présent tu passes à l'imparfait pour finalement revenir au présent ce qui donne un mélange assez spécial..mais comme l'a dit "ushiwa", je pense que tu as compris et même que cela doit devenir un peu lourd à force..je voudrais cependant signaler à "typhus" qu'il à oublier la cédille à "ça en enlève" (ton frère qui est en CM1 l'orait éviter celle-la?)^^
sinon, en ce qui concerne le contenu de ton texte, je le trouve original et assez prométeur (ptètr après quelques retouches)
bref, continue..!
Re: Cauchemard enfermé
Posté par weird science le 07/12/2006 16:00:26
Tout comme Typhus je n'ai pas pu aller jusqu'au bout, les fautes entravent fortement le rythme, elles sont tellement grosses que je ne suis pas parvenu à me concentrer sur le texte, toute mon attention s'est focalisée sur ces aberrations ! C'est dommage car l'idée de départ semblait bonne...

La perfection en orthographe n'est pas requise pour un site comme celui-ci mais il y a quand même un minimum, ne serait-ce que pour être lu.
Re: Cauchemard enfermé
Posté par ushiwa.sasuke le 29/11/2006 14:36:45
Bref osef je pense qu'elle l'a compris...

Sinon malgré ca l'idée n'est pas mal du tout voir plutot intéressante...
Re: Cauchemard enfermé
Posté par typhus le 28/11/2006 06:51:32
C'est pour cela que les traitements de texte existent ! Ca en enlève déjà pas mal : nulle question ici d'être la perfection orthographique incarnée. C'est juste un manque de rigueur.
Re: Cauchemard enfermé
Posté par athéna le 27/11/2006 20:13:41
Tout le monde n'est pas la perfection même de l'ortographe. Certaines personnes mêmes quand elles relisent ne trouvent pas les fautes...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
L'auteur : Athéna ******
27 ans, Nice (France).
Publié le 27 novembre 2006
Modifié le 26 novembre 2006
Lu 1 082 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143