FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Changer le monde... (1)

Rêver d'un monde meilleur... C'est bien. Mais si on essayait ?


Qui n'a jamais rêvé d'un monde meilleur ? Quand vous voyez toutes ces injustices qui pourrissent le monde... Cela doit peut-être vous révolter. Mais ce que peu de gens comprennent, c'est qu'avant de vouloir changer les autres et le monde, il faut... Se changer soi-même !
Pour illustrer ma démarche, je vais m'accompagner de citations tirées d'un évangile apocryphe (à savoir, qui n'est pas dans la bible). Et là je vous préviens, si vous êtes athée ou d'une autre religion que le christianisme, je ne suis pas là pour vous endoctriner de force, mais pour transmettre un Message, libre à vous de ne pas en prendre compte.


Aimer les autres comme soit même

Première étape, si l'on veut être respecté des autres et aimé d'eux, il faut bien montrer l'exemple et leur rendre la pareille...

"Jésus disait :
Aime ton frère comme ton âme,
veille sur lui comme sur la prunelle de ton oeil ! "

(Thomas, logion 25)


La première Epître de Saint Jean montre bien le lien qui peut exister entre le thème de la lumière et celui de l'amour. "Celui qui prétend être dans la lumière, tout en haïssant son frère, est encore dans les ténèbres. Celui qui aime son frère, demeure dans la Lumière et il n'y a en lui aucune occasion de chute. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux. "
Ainsi, lumière et amour, gnosis et agapè, ne peuvent être séparés. La haine rend aveugle, elle rend malheureux. " Celui qui n'aime pas, demeure dans la mort ", dira encore saint Jean. Il demeure déjà en enfer, enfermé en lui-même, sans nul " désir du désir de l'autre ", autisme spirituel que l'on peut imaginer encore plus douloureux que l'autisme psychique. Pour celui qui aime, tout existe davantage, l'autre est vu dans la lumière, et alors le proche se révèle effectivement comme étant la prunelle de notre oeil, celui qui nous permet de mieux nous voir, de nous connaître nous-même.
Il est vrai aussi que ce n'est que dans le don total de soi-même que l'on touche son " fond ", la prunelle de son être. Cet " ouvert ", ce " trou noir " où se résorbe et où naît notre accord avec la Lumière.


Se corriger avant de corriger

On a trop souvent tendance à mettre le doigt sur les défauts des autres, plutôt que d'admettre et corriger les nôtres...

"Jésus disait :
La paille qui est dans l'oeil de ton frère, tu la vois.
Mais la poutre qui est dans ton oeil, tu ne la vois pas.
Lorsque tu ôteras la poutre de ton oeil,
Alors tu verras clair pour ôter la paille qui est dans l'oeil de ton frère. "

(Thomas, logion 26)


Ce que nous reprochons aux autres n'est souvent que la projection de nous nous reprochons à nous-mêmes ; mais que nous n'osons pas nous avouer. Ce que nous supportons le moins chez les autres, ce sont nos propres défauts.
A écouter certaines conversations, on en apprend plus sur la personne qui parle que sur la personne dont on parle. Par exemple : lorsque l'on dit de quelqu'un qu'il est intelligent, il faut sous-entendre : "Il pense comme moi" ; s'il est stupide, il faut sous-entendre : "Il ne pense pas comme moi. "
"Juger les autres, c'est se juger soi-même. " La paille que nous remarquons chez autrui, c'est notre poutre refoulée... Être attentif aux jugements spontanés qui naissent dans notre esprit nous apprendra beaucoup sur nous-même et notre inconscient. Lorsque celui-ci sera un peu plus clarifié, nous verrons clair chez les autres et nous verrons qu'ils n'ont pas tant besoin d'être jugés que d'être aimés et que cet amour inconditionnel peut-être le point de départ de leur transformation vers la lumière.


Explications et mot de la fin

Les interprétations que j'ai donnés sont basées sur la doctrine gnostique.

Gnose : Electisme philosophique " prétendant à concilier toutes les religions et à en expliquer le sens profond par une connaissance ésotérique des choses divines, communicables par tradition et par initiation ".

Cet article est un témoignage de ma vision des choses et de ma foi, à vous de prendre en considération l'un ou l'autre...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (19)
Re: Changer le monde... (1)
Posté par meony le 03/09/2006 13:44:25
mtaveau
pourquoi es-tu tellement "anti-articles sur la religion qui endoctrinent", alors qu'il y a tellement d'articles qui endoctrinent sur tellement de thèmes... homosexualité, égalité des sexes, et tant d'autres... pourquoi accepter certains endoctrinements et en rejeter d'autres ?

tu dis :"des bonnes idées, on peut en chercher et en trouver sans avoir à regarder dans la Bible"
c'est vrai, je trouve aussi que plus l'homme rejette la Bible, plus le monde évolue en bien... (< ironique)
Re: Changer le monde... (1)
Posté par camilo guevara le 19/03/2006 20:19:25
L'analyse de ce que toi, tu appelles le "communisme" se réffère je pense à l'expérience des pays dits de l'est. Si c'est le cas, alors je suis d'accord avec toi! Cependant le môt communisme a été galvaudé et écarté de son sens originel inscrit dans un processuce évolutionnelle vers une société inédite et à ce jour probablement inaténiable. Je pense sincèrement que l'idée même du communisme ne peut se concevoir sans un développement optimum de la démocratie, ce qui justement à fait défaut et dès le départ dans les pays où l'expérience a été tentée. Au nom de cette idéologie ou du moins de ce qu'on pourrait appeler le "socialisme scientifique" ils ont dissolus l'essence même de ce processuce sociétal pour ne retenir que la partie pragmatique du projet et aussi, il faut le dire, dans un contexte interne de terrreur et de dictature, et extérieur où la démocratie internationnale n'existait que si peu!
le concept communiste ne peut se concevoir que dans un processuce d'évolution économique, politique, sociale et culturel. De même que le communisme si le peuple français le décidait , ne se substituerait pas au capitalisme mais tacherait d'en changer la logique pour que se dernier peu à peu s'éfasse. C'est pourquoi les communistes français parle de dépassement du capitalisme et non d'abolition de ce système par un hypothétique grand soir. Les communistes français ont de plus et depuis longtemps déjà condamnés et sans condition le stalinisme et ses crimes, rompu avec "la dictature du prolétariat, et également avec le centralisme démocratique; ils font également depuis longtemps preuve de volonté démocratique incontestable à travers son fonctionnement interne : culture du débat comme nulpart ailleurs, décisions prises par vote majoritaire, préparation des congrès démocratiquement, plusieurs textes d'oriantation sont proposées, un est retenu aprés débat et vote à tous les niveaux, possibilités d'amender le texte, chaque ammendement est débattu et voté......
La parité est de mise, cela fait plus de trente ans que personne n'a été mis dehors, tous les partis ne peuvent pas en dire autant! Les communiste partout où ils sont élus sont à l'initiative de propositions de démocratie participative de façon à associé l'ensemble de la population aux choix et décisions prises, je dirais aussi que c'est quand même Marie George Buffet alors ministre de la jeunesse et du sport, qui a créé les conseils départementaux de la jeunesse, la lutte contre le dopage et autres... peu de chose ont malheureusement été possibles, avec si peu de pouvoir dans un gouvernement à égémonie socialiste!
Pour tout ce que je viens de dire, et aux conditions incontournables de l'émancipation démocratique de la société (démocratie moderne et réelle et non celle que nous connaissons aujourd'hui), je suis certain, que le communisme, projet réalisé par et pour les citoyens ne prive pas les gens de la liberté individuelle et privé, bien au contraire, bien moins que la société capitaliste, pour laquelle nous pouvons mesurer l'ampleur des privations , en France et encore d'avantage à l'étrangé, y compris dans les contrées pillées comme l'Afrique ou l'Amérique latine. Quant à l'obéissance à l'état, du moment que la démocratie s'exerce dans les meilleurs conditions possible et les contrepouvoirs existes et sont respecté et pris en compte, ils est normal d'obeir aux lois d'un état, sans çà la liberté n'existerait pas!
Re: Changer le monde... (1)
Posté par alexis-sayn le 19/03/2006 18:45:31
camilo guevara -> 'Pensez-vous comme je le pense moi-même que le Christ fu finalement le premier communiste de ce monde?'

Si l'on examine la question avec des critères de politique, on ne pourrait pas vraiment employer le terme communisme. Oui, le Christ prônait le partage des biens en surplus et l'entraide. Mais ces deux choses-là sont des manifestations de la Parole, ou de l' Amour si vous préférez un terme moins religieux, qu'annonçait le Messie. Mais le communisme, ne l'oublions pas, prive les citoyens de la liberté individuelle et privée, et de plus, ils doivent obéir à l' Etat. Or, Jésus prônait pour le bonheur libre de chacun.

Donc, Jésus n'était pas à proprement parler le premier communiste.
Re: Changer le monde... (1)
Posté par camilo guevara le 19/03/2006 11:35:06
L'homme est à la fois bon et mauvais, son penchant dans un sens ou dans l'autre va être incontestablement influencé par sa culture et le type de relation qu'il va entretenir avec la société et les autres citoyens et aussi par son environnement social, son éducation et les valeurs défendues dans la société.
Si chacun doit effectivement faire un travail sur sois pour être plus tolérant, plus solidaire, plus humain finalement, ce processuce de révolution de nos "âmes", de notre fond, ne se fera pas exclusivement à l'échelle individuelle, c'est bien par l'action collective que l'on pourra diriger ce processuce dans le bon sens.
Comment une société oû seul l'argent est le moteur de tout et l'unique objectif peut-elle générer un comportement humain digne de se qui est décrit dans la bible à travers entre autres les dix commendements?
l'action collective dont je parle plus haut, signifie pour moi le comportement citoyen nécessaire à ce processuce de révolutions, l'évolution des technologie et l'argent au services de l'humanité et de la satisfaction des besoins humains et non l'inverse comme c'est malheureusement le cas aujourd'hui. La citoyenneté peut s'exprimer par différentes manières, l'appropriation collective du suffrage universelle, la refonte d'une démocratie davantage en lien avec les gens et leurs réalités du quotidien, une démocratie participative oû chaque citoyen verrait ses pouvoirs augmenter, dans l'entreprise et la société, le militantisme associatif, politique, syndical, utiliser ces contrepouvoir que sont le droit de manifester et celui de faire grêve, développer de manière exponantiel le débat publique. Nous devons agir tous ensemble avec nos différences et nos diversités pour infléchir sur le cours des choses, pour rompre avec cette logique libérale qui broie des millions de vies humaine en France et des milliards dans le monde, qui ne permet pas à ce que nous avons de meilleurs en nous puisse s'exprimer et se développer, pour arriver à ce que le christ aurait pu appeler l'homme nouveau.
J'ai un question, très provocatrice, mais qui peut avoir au moins le mérite de générer la réflexion.

Pensez-vous comme je le pense moi-même que le Christ fu finalement le premier communiste de ce monde?

Il y a un poême que j'aime beaucoup et je vais vous compter. I l est écrit par Chantal classe de troisième, tiré d'un livre vraiment super, qui montre les valeurs de la jeunesse différamment que celle qu'on nous montre dans les médiats. le livre s'intitule : "poêmes d'adolescents" pédagogie Freinet, avec ces quelques mots qui enfantes le jour, édition Casterman.

UN JOUR, UN JOUR...
Le jour où je pourrai
lutter à tes côtés,
Le jour où je pourrai
marcher au sein des étudiants, des ouvriers, de tous ceux qui ont besoin d'aide,
je t'assure, je le ferai.

Mais aujourd'hui, que puis-je faire?

Si je criais les injustices, on me ferait taire,
on me dirait que je suis qu'une enfant,
que je ne comprend pas.

Faut-il donc être adulte pour regarder autour de soi,
pour voir des familles vivre dans des taudis,
avoir du mal à "joindre les deux bouts",
pour voir des étudiants obligés d'interrompre leurs études,
faute de moyens,
pour voir des ouvriers exploités travailler dans des conditions lamantables,
pour voir des vieux obligés de travailler jusqu'à soixante-dix ans parcequ'ils n'ont pas de quoi vivre?

Tu me regardes,
tu m'écoutes, impuissant,...
Il est vraiqu'à dix-sept ans
quand on est ouvrier,
on n'a pas de pouvoir.

Mais nous grandirons et nous combattrons.
Nous ne serons pas seuls,
des milliers de personnes nous soutiendront;

Alors un jour viendra
où tout changera.

CHANTAL
classe de troisième
Re: Changer le monde... (1)
Posté par camilo guevara le 19/03/2006 11:30:09
L'homme est à la fois bon et mauvais, son penchant dans un sens ou dans l'autre va être incontestablement influencé par sa culture et le type de relation qu'il va entretenir avec la société et les autres citoyens et aussi par son environnement social, son éducation et les valeurs défendues dans la société.
Si chacun doit effectivement faire un travail sur sois pour être plus tolérant, plus solidaire, plus humain finalement, ce processuce de révolution de nos "âmes", de notre fond, ne se fera pas exclusivement à l'échelle individuelle, c'est bien par l'action collective que l'on pourra diriger ce processuce dans le bon sens.
Comment une société oû seul l'argent est le moteur de tout et l'unique objectif peut-elle générer un comportement humain digne de se qui est décrit dans la bible à travers entre autres les dix commendements?
l'action collective dont je parle plus haut, signifie pour moi le comportement citoyen nécessaire à ce processuce de révolutions, l'évolution des technologie et l'argent au services de l'humanité et de la satisfaction des besoins humains et non l'inverse comme c'est malheureusement le cas aujourd'hui. La citoyenneté peut s'exprimer par différentes manières, l'appropriation collective du suffrage universelle, la refonte d'une démocratie davantage en lien avec les gens et leurs réalités du quotidien, une démocratie participative oû chaque citoyen verrait ses pouvoirs augmenter, dans l'entreprise et la société, le militantisme associatif, politique, syndical, utiliser ces contrepouvoir que sont le droit de manifester et celui de faire grêve, développer de manière exponantiel le débat publique. Nous devons agir tous ensemble avec nos différences et nos diversités pour infléchir sur le cours des choses, pour rompre avec cette logique libérale qui broie des millions de vies humaine en France et des milliards dans le monde, qui ne permet pas à ce que nous avons de meilleurs en nous puisse s'exprimer et se développer, pour arriver à ce que le christ aurait pu appeler l'homme nouveau.
J'ai un question, très provocatrice, mais qui peut avoir au moins le mérite de générer la réflexion.

Pensez-vous comme je le pense moi-même que le Christ fu finalement le premier communiste de ce monde?

Il y a un poême que j'aime beaucoup et je vais vous compter. I l est écrit par Chantal classe de troisième, tiré d'un livre vraiment super, qui montre les valeurs de la jeunesse différamment que celle qu'on nous montre dans les médiats. le livre s'intitule : "poêmes d'adolescents" pédagogie Freinet, avec ces quelques mots qui enfantes le jour, édition Casterman.

UN JOUR, UN JOUR...
Le jour où je pourrai
lutter à tes côtés,
Le jour où je pourrai
marcher au sein des étudiants, des ouvriers, de tous ceux qui ont besoin d'aide,
je t'assure, je le ferai.

Mais aujourd'hui, que puis-je faire?

Si je criais les injustices, on me ferait taire,
on me dirait que je suis qu'une enfant,
que je ne comprend pas.

Faut-il donc être adulte pour regarder autour de soi,
pour voir des familles vivre dans des taudis,
avoir du mal à "joindre les deux bouts",
pour voir des étudiants obligés d'interrompre leurs études,
faute de moyens,
pour voir des ouvriers exploités travailler dans des conditions lamantables,
pour voir des vieux obligés de travailler jusqu'à soixante-dix ans parcequ'ils n'ont pas de quoi vivre?

Tu me regardes,
tu m'écoutes, impuissant,...
Il est vraiqu'à dix-sept ans
quand on est ouvrier,
on n'a pas de pouvoir.

Mais nous grandirons et nous combattrons.
Nous ne serons pas seuls,
des milliers de personnes nous soutiendront;

Alors un jour viendra
où tout changera.

CHANTAL
classe de troisième
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (19)
Publié le 12 mars 2006
Modifié le 11 février 2006
Lu 1 453 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143