FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Chapitre 1 : les gardiens d'éole

Dans un monde où une guerre de religion fait rage 4 sectes s'entre tuent, afin d'assurer à chacune la survie de sa croyance une gardienne d'Eole, dieu de l'aire, raconte son histoire depuis son recrutement jusqu'à son exécution.


L'histoire que je vais vous raconter n'est que l'histoire parmi tant d'autres gardiens d'Eole, de leurs recrutement jsqu'à leurs morts... Elle a commencée il y'a déjà plus de cinquante ans.
Au commencement nous n'étions que des enfants, ou adolescents normaux nous n'avions rien demandés surtout pas cela...
A cette époque je pouvais encore rire avec mon vrai grand frère...

Chapitre 1 Le crépuscule de sa vie

Le vent soufflait un peu trop fort cette après midi là, aussi quand Romaric et moi nous eûmes fini de balayer les dernières feuilles de la tombe de nos parents et replacés les fleurs sur le marbre froid il décida qu'il était temps de repartir.
Romaric voulait fuir vers le nord du pays afin de s'éloigner le plus possible de la guerre qui se déroulait ici, étant adulte et mon seul tuteur légal je n'avais pas d'autre choix que de le suivre. Nous roulions depuis plusieurs jours sur sa moto. Nos neuf ans de différences entrainaient souvent des disputes liées à une incompréhension commune de l'autre.
Malgré ces nombreuses altercations fraternelles nous tenions beaucoup l'un à l'autre, nous savions que nous n'avions plus que nous deux comme seule famille et cela nous rapprochait beaucoup.
Arrivés au port de Guerrini, Mon frère me demandait ou plutôt ordonnait :
-Surtout tu ne bouges pas d'ici et tu gardes la moto. Compris ? Je vais "chercher" de la tune pour Ravenna, comme ça on pourra dormir dans un hôtel avec un peu de chance et trouver un boulot.
-Mais c'est un quasi désert la bas ! Il n'y a que les gardiens d'Eole et les chimères ! Tu n'as pas l'intention de te faire recruter quand même Romaric ! Ce sont des fous ! On va se faire tuer !
-Ne t'inquiète donc pas Erika, je sais ce que je fais ok ? Et puis tu pourras apprendre plein de choses toi aussi.
-Sauf que moi je ne suis pas candidate au suicide ! Si tu veux te foutre en l'air, Romaric. C'est ton problème pas le mien ! Il soupira et me souleva afin de me placer sur sa moto.
- Et tu la gardes bien ! Ce qui signifiait dans son langage que c'était comme ça et pas autrement ...

Les gardes d'Eole étaient réputés pour être des guerriers sanguinaires sans sentiments. Ils devaient parcourir le monde à la recherche de divers cristaux de vie afin de les offrir au dieu Eole lui-même, pour moi cela ressemblait plus à une secte qu'à un groupe militaire...
Ces pierres si précieuses étaient scellées dans l'organisme de certaines chimères, et dans certains temples païens, les gardiens tuaient tous ceux qui étaient sur leurs routes et le fait que Romaric veuille les rejoindre me faisait peur...

Romaric revint une heure plus tard avec un bracelet argenté incrusté d'une pierre bleue, Il était magnifique mais je me doutais qu'il l'avait volé et cela m'exaspérait aussi, quand il me le mit au poignet je le foudroyai du regard.
-Tu l'as volé Romaric ! Tu as vraiment un problème de cleptomanie ! Lui répondis-je énervée. Il me regarda amusé et monta sur la moto
-si il ne te plait pas rend le moi je le revendrai.
- Ce n'est pas ça ! Mais ... Je fus coupé par Romaric qui démarra rapidement car des policiers nous poursuivaient en criant après nous. Prendre la fuite comme cela était devenu une habitude avec le temps, et cela nous amusait toujours autant à vrai dire.
-Tu as prit combien là bas ? Demandais-je tandis que nous arrivions vers une crique.
-Environs 2000 Mikas, on sera tranquille pour un bon mois ! Il dérapa soudainement et s'arrêta net. Un garde d'Eole bloquait le passage vers Ravenna.
-papiers, sil vous plait. Ordonna t-il envers Romaric je compris de suite que nous étions très mal, aucun de nous deux n'avait de papiers et je me doutai que ce garde en avait rien à faire de nos papiers et qu'il voulait quelque chose de précis.

Ce garçons devait être plus jeune que Romaric, pourtant il portait déjà l'uniforme des gardiens et on voyait son revolver pendre de sa ceinture.
Romaric descendit de la moto, et répondit sur un ton calme.
-Nous sommes désolé mais la guerre a brulée notre maison il y a déjà 8 ans et nous n'avons rien à vous présenter. Il était nerveux je le ressentais, Le jeune homme haussa les épaules et me souri, ce qui me fit froid dans le dos.
- et bien tu dois connaitre la règle, pas de papier pas de vie ici. Mais on peut s'arranger.
- Vous voulez quoi de l'argent ? La moto ? Il lui répondit que non assez sympathiquement
- a vrai dire le QG de Ravena à besoin de nouvelles recrues vu que la dernière bleusaille a été accidentellement mangée par une chimère... La petite ferait l'affaire.
Romaric me regarda et lui répondit derechef qu'il en était hors de question
-ma sœur est trop jeune et elle ne souhaite pas en être et puis s'il le faut j'irai à sa place.
-je crois que tu n'as pas compris, j'ai dit que je voulais la petite, tu es trop vieux pour être recruté soit tu t'en vas gentiment en l'oubliant soit je me charge de toi. Son ton montait et il empoigna son arme, je n'aimais pas du tout la tournure des choses... Romaric sortit lui aussi un revolver de son blouson je ne savais même pas qu'il en possédait un ... J'étais vraiment étonnée ...
- On ne va pas s'énerver pour des papiers hein ? Ironisa mon frère en pointant le revolver sur le gardien qui souriait sadiquement. Je senti soudainement comme une présence derrière moi mais je n'eu pas le temps de me retourner qu'un autre gardien m'avait ceinturé avec ses bras j'avais beau me débattre rien n'y faisait ...
Romaric se retourna
- Lâches-la immédiatement ! Hurlât il a l'homme derrière lui mais un coup de feu partit
-Trop lent tout ça ... Fit le jeune homme qui venait de tirer dans le dos de Romaric, je voyais sa chemise se tachée au niveau de son torse, j'étais paralysée par la peur de tout ce sang, Romaric palissait de plus en plus mais il trouva la force de se retourner et de tirer dans la jambe du gars, tout en tombant au sol... J'hurlai son prénom espérant qu'il me réponde ... Sans résultat, je ne voulais pas croire ce que je voyais, il aurait suffit de prendre une autre route pour que notre ne vie change pas ...
-Dante aide moi, elle va finir par se faire mal elle-même !
-laisse là faire ça la calmera... Il continuait a tirer sur Romaric malgré le fait qu'il savait parfaitement qu'il était mort, puis quand il eut vider son chargeur il empoigna son corps et le jeta dans la crique... Tout cela devant moi il n'avait aucunement honte j'avais même l'impression qu'il prenait un certain plaisir a me montrer comment il faisait la chose... J'avais beau lui hurler d'arrêter que je ferai tout ce qu'il voulait il m'ignorait, quand son compagnon lui demanda sil devait me faire détourner le visage il rigola et lui dit qu'il fallait que je m'habitue aux coutumes de ma futur maison...

Chapitre 2 : L'antre des fous.



Après s'être débarrassé du cadavre le dénommé Dante s'approcha de moi avec une espèce de dague cranté qu'il avait sorti de sa veste. Il s'entailla la paume de la main sans aucun rictus de souffrance, il en fit couler dans un tube a essaie qu'avait sortit son ami et me prit la main.
-Non ! Vous faite vos trucs sectaire entre vous ! Et puis je ne vous connais pas ! Vous avez le SIDA ça se voit à votre tête reculer !
-Fais attention à ce que tu dis, tu pourrais le regretter par la suite. Tiens la bien Quentin, si on lui fait trop mal Romuald va encore gueuler...
-J'essaye mais, si elle mettait du sien on aurait déjà fini.
-très bien on va employer les grands moyens alors, couche la sur le ventre et assis toi sur elle comme Blaise nous avait montré. Je me retrouvais face contre terre avec

le deuxième garçon qui me maintenait les mains dans le dos ... ça prenait vraiment l'allure d'un match de catch... Soudain je senti une amère douleur derrière ma cheville mais je ne pouvais rien faire à par leur crier toutes les insultes que je connaissais... Je sentis à présent qu'on me laisser me lever...
-Assis toi. Me fit l'homme qui était sur moi, ce que à contre cœur je fis... Dante arrivait avec une seringue, le tube a essaie avec nos deux sangs mélangeaient du moins je pense et enfin une petite fiole ou était concentré un liquide blanchâtre. Avec sa seringue il prit de toutes ces choses et secoua sa seringue jusqu'à ce qu'il obtienne un liquide de couleur bleu. Il me fit un garrot au bras et m'injecta la substance dans une veine ... Quelques minutes plus tard je perdais connaissance.
J'ouvrai les yeux et je me retrouvai sur un canapé crasseux, en face de moi il y avait une dizaine de cannettes de bières, des cendriers et de la poussière... J'avais mal a la cheville mais aussi a la nuque ... J'entendais beaucoup de bruit autours de moi... Des gens parlaient que des hommes vu le ton qui était employé, j'en comptée quatre et je reconnaissais la voix de celui qui avait tué mon frère. Je sentais monter en moi des pulsions destructrices mais sans armes et surtout seule face a 4 gardiens mes chances étaient nulles...

Je choisissais donc l'option "à plat ventre" qui consistait à accéder au balcon qui était ouvert. Je me mis donc à ramper sur le sol pour qu'on ne me distingue pas grâce au canapé derrière moi.
Cela marchait assez bien à vrai dire, mon cœur battait très fort quand j'eu passée la porte du balcon, tellement que cela à du mettre hors circuit mes neurones a ce moment la car je me suis relever et j'ai de suite voulu sauter mais les barrières étant assez hautes je devais escalader. A peine avais je commencée qu'ils m'avaient repérée
-Putain Dante elle s'échappe ! On t'avait dit de rester là bas ! J'avais quasiment fini de monter sur ces barrières mais on me tirer par le jean je donnais des coups de pieds mais rien n'y faisait.
- Tu vas redescendre au nom d'Eole ! Tu es une gardienne maintenant tu ne peux pas t'en fuir quand même !
-Je vais me gêner ! Je forçais et j'arrivais enfin à me défaire de son emprise mais quand je vis le vide qui m'attendait j'hésitai à sauter, il devait y avoir douze mètres et au fond la mer... Leur base était construite sur une falaise ...
J'avais hésité trop longtemps on me happa et je tombai en arrière dans les bras d'un garde brun. Il me posa à terre et me regarda de haut.
- Files avant que je m'énerve ! J'obéis et reparti m'assoir sur le canapé.
-Non, non pas deux fois la même, tu viens t'assoir à table avec nous je n'ai pas préparé d'attelles pour ce mois ci ! Dante où sont mes clopes ! Merde à la fin !
Je prenais place à la grande table, il devait avoir une dizaine de place a cette table je me mis donc le plus loin possible de ces hommes qui jouaient au carte, fumaient, buvaient... La classe pour des gardiens quoi, on s'aurait cru au bistro du coin.
- On ne va pas te manger, tu peux te rapprocher tu sais ? Me fit Quentin gentiment en me montrant la place libre à coté de lui.
-Non. Me suffisais-je à répondre sèchement en restant le plus loin possible.
-On a qu'à faire une petite présentation ça cassera un peu la glace peut être ...
-Oh tu nous les casses Quentin, si elle veut rester a seule laisse là on n'a pas besoin de parler à une gonzesse en plus elle ne doit même pas avoir seize ans ...
-Calmes toi Dante, il a raison on va se présenter que ça te plaise ou non. Moi, c'est Honoré, médecin du QG. C'était le type qui m'avait fait tomber de la barrière, malgré qu'il soit un gardien d'Eole il avait l'air sympathique mais je restais méfiante envers lui... Il était assez gringalet il n'avait pas l'allure d'un gardien ...
- Blaise moins tu feras de connerie moins on se verra mieux se seras. Il était assez grand et musclé lui il avait vraiment l'air d'un gardien typique ! Il était blond et ressemblais assez a Dante de tête, en plus vieux ils devaient surement avoirs des liens de parentés... Il devait avoir environs la vingtaine je pensai

-Et tu nous connais déjà nous deux. Fit Quentin en souriant ce qui me dégoutai... Le voir me souri pareillement âpres ce qu'ils avaient fait je ne savais pas comment ils pouvaient arriver à le faire !
-A toi maintenant gamine. Présentes toi et dis-nous tout ce qui te concerne. Me commanda Blaise sans pour autant me regarder.
-Erika. Le mois prochain j'aurais quatorze ans. Je hais tout ce qui touche de loin ou de proche à cette religion Eolique ce n'est qu'une secte pour moi. Je préférais mourir de suite plutôt que rejoindre votre groupe de malade mentaux. Je fais la promesse qu'un jour je te tuerai ... Fis-je en regardant droit dans les yeux Dante qui me souriait en fumant.
- Elle me plait bien la nouvelle. Se répondit Blaise en se levant et se dirigeant vers le balcon avec son paquet de carte à la main.
-Romuald arrive les mecs je vous conseille de ranger votre capharnaüm de suite. Souffla t-il en revenant s'asseoir tranquillement. Alors que tous se levèrent en même temps et s'agitèrent dans tout les sens pour afin de je crois faire le ménage... Je ne sais pas pourquoi ce nom leur avait fait tant d'effet mais cela devait sans doute être le représentant de ce QG ou bien un membre important...

-Tu sais jouer au poker ? Me demanda Blaise apparemment non atteint par la vague de ménage s'opérant. J'esquissai et je commençais à couper les cartes et à les distribuer.
-finalement tu auras le droit à me parler...

-j'ai pas d'argent à miser, ça ne vas pas être drôle... Fis-je en esquivant un coup de balais qui c'était perdu.

-Si, tu as 2000 Mikas que ton frère avait, tout est dans ta chambre. Il posa un billet de quinze et m'invita à faire de même.

-très bien je suis. Cette partie dura bien dix minutes, après m'être enrichie de 70 Mikas de plus, j'entendis une porte s'ouvrir laissant place à un garçon tout à fait ordinaire ce qui m'étonnai étant donné la réaction de peur qui se dégager de tout les membres à l'exception de Blaise qui restait calme. L'homme qui entra était mais alors mais vraiment... Comment vous dire cela tout sauf viril... Comment disait déjà mon frère ah oui ...
Efféminé. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi il était gardien et surtout pourquoi les autres en avaient peur ...

-Mes amours ! ROMUALD est là ! Qui veut se faire un brin de toilette et essayer mes nouveau vernis.

-C'est quoi ça... Fis –je tout bas un peu déboussolée de rencontré un gardien de ce type

- un conseil gamine cours vite et loin de lui, tu es une fille. Blaise se leva et monta à l'étage tranquillement et au milieu de l'escalier il s'écria :
- ROMU ! Tu as une nouvelle poupée dans le salon elle s'appelle Erika. Je compris que je devais vraiment courir à ce moment là. Surtout quand j'vis la lueur d'envie dans le regard de cet énergumène qui s'approchait trop à mon avis. Les autres eux s'étaient tous enfuis dans de diverses salles et couloirs de cette maison qui servait de QG.

-Oh mais ils t'ont déjà marqués ! Je leur avais pourtant dis de m'attendre... Il regardait mon cou de façon intense comme s'il y voyait quelque chose de particulier par reflexe je portai ma main dessus, je ne sentais rien d'inhabituelle a part une sensation de brulure qui était déjà présente a mon réveil mais son regard me faisait craindre le pire. Soudainement il son regard changea.



Il devenait beaucoup plus intense t il me poussa en arrière je ne compris pas pourquoi mais il commença à parler tout seul, et il se répondait à lui-même. J'en profitais pour essayer de trouver la porte de sortie de cette maison, en vain. On me tira dessus, je sentais ma jambe droite déchirée par une douleur s'opérant à l'arrière de celle ci, un liquide se rependait dans mon jean.

J'avais beau hurler ma douleur il n'y avait que ce dégénéré qui me répétait toujours la même question en boucle : " pourquoi ne m'attendent –ils pas hein ? Tu m'attendras toi hein ? "
Il s'agenouilla face à moi en pointant son arme contre mon front, son sourire aux lèvres ils me répétait encore la question. Je lui répondis oui en pleure et commençant à sentir ma jambe s'engourdir j'appelai à l'aide. La peur de la mort si proche m'obligeais malgré moi à demander l'aide de ces tueurs sectaire.
Honoré arriva avec un vase derrière lui et lui explosa littéralement sur la nuque ce qui eut pour effet de lui faire perdre l'équilibre.


-Bon dieu mais tu vas arrêter tes conneries ! Il ramassa l'arme de Romuald et la rangea dans son veston et s'avança jusqu'à moi pour examiner ma jambe.


-Je sais que ça fait mal Erika mais il faudra s'y faire ici c'est comme ça ici... La balle est ressortie ? Tu l'as vue ?


Je commençais à sentir mes nerfs lâcher comme jamais ils ne l'avaient fait avant. Je ne dis rien, je me contentai de me lever et de me diriger vers la cuisine. En face de la table, en trainant ma jambe d'où ruisselait se sang, le mien. Je regardai sur le mur ou était aimanté des couteaux de cuisine et des piques à broche. J'en décrochai un et en examinai la lame minutieusement, en voyant mon visage se reflétait sur l'acier j'observais des tatouages runiques sur la peau de mon cou...

-Poses ça Erika tu vas te faire mal. C'était la voix de Dante, il était derrières moi et il avait posait sa main sur mon épaule. Ce qui eut pour effet direct de me faire reculer

-TU NE ME TOUCHES PAS ! Oses me retoucher je te jure je t'explose la tête ! Hurlais-je en maintenant mon couteau a la façon d'une épée ... Il fit mine d'être étonné et explosa de rire.

-Quoi avec le couteau à pain ? Et ta jambe folle ? Retournes voir Honoré tu fais que dégueulacer le sol avec ton cinéma. Il se retourna pour se servir dans le frigo qui était à sa droite je ne sais pas pourquoi je fis ce que je fis mais je poignardai Dante dans le dos aussi fort que je pu, il ne dit rien mais se retourna lentement et me mit une gifle que je n'oubliai jamais tellement elle me surprit.

-Que tu m'en veuilles je peux le comprendre, que veuilles me tuer je le comprends, ça te passera comme à tous ici, mais on n'attaque pas dans le dos des gens ! Et puis pas avec un ustensile de cuisine quoi ! Tu n'as pas de dignité ? Je crois qu'il va te falloir un entrainement draconien ... Maintenant va rejoindre Honoré avant que je t'en foute une autre ! Putain recruter des gosses qu'ils avaient dit, c'est facile a entrainer et moins violent au début !

Il retira le couteau de son dos, et le jeta dans l'évier simplement, je restais interdit. La claque m'avait vraiment fait un effet bizarre, quand Honoré s'approcha de moi avec une seringue et des pansements, je fondis en larmes, en m'asseyant sur le carrelage froid j'appelais à laide espérant entendre la voix de mon frère qui viendrait me chercher me délivrer de cette antre de fou et malades mentaux.

Je serrai fort le bracelet argenté, seul souvenir à présent de ce temps qui avait passé trop vite. La promesse d'être à jamais ensemble avait disparue à présent, je me retrouvais seule à présent. Lui disparait à présent avec le temps des souvenirs.


La boite à musique qu'était le temps de l'enfance avait joué sa dernière mélodie. Le dieu Eole avait fermé cette jolie boite à jamais et avait soufflé la bougie pour Romaric. La mienne j'aurai tout donnée pour qu'il me la souffle en même temps ainsi j'aurai pu affronter le vide qu'est la mort, avec lui, partager ce dernier saut à ses cotés. Cela était à présent impossible est mon esprit commençait a peine à le comprendre amèrement.


QG de Ravenna
Gardien d'Éole 23 Erika

Je me fis soigner par Honoré. Il retira cette balle qui était bien rentrée dans ma jambe puis il la banda. Il me conseilla d'aller dans ma chambre pour un moment, je n'eu pas vraiment le choix à vrai dire il m'y força.
J'observais cette petite pièce. Un lit, une armoire une table de nuit où était posé la bible Eolique, des murs gris et un planché ambre. Voila ma nouvelle demeure... Non je ne pouvais pas penser cela ! Je devais au minimum offrir une tombe descente à mon frère... J'ouvris donc la fenêtre de ma chambre et je vu le vide qu'il y avait.
Environs 6 mètres avant le sol... Ce n'était pas mortel certes mais cela devait quand même faire mal si je tombais... Mais plutôt crever que mettre leur uniforme demain.
Je commençais donc ma descente contre le mur. Je glissais à plusieurs reprises mais j'arrivai malgré tout à mon but.

Il faisait nuit noire et j'avançais sans trop savoir si j'allais dans la bonne direction, je ne pouvais pas courir avec ma jambe qui me faisait souffrir, mais j'avançais à mon rythme, éclairée par la lune. Des hurlements dédiés à cet astre se faisaient entendre, surement des chimères en quêtes de proies. Je regrettais alors de ne pas avoir pris de quoi me défendre.

Apres environs une bonne heure de marche solitaire j'arrivais a la plage où le corps de Romaric avait été jeté, je cherchais partout son cadavre. Il était tombé dans une petite crique à l'abri des vagues ce qui était en quelque sorte une chance. J'accourrai vers son corps inerte, mon cœur s'emplissait de tristesse a chaque mètre qui me rapprochait de lui, arrivait devant lui je le serai dans mes bras. Son corps froid, le sang séché sur son visage me rappelait la dure vérité. Je soupirai, et entreprit de creuser une tombe avec ce que j'avais sur moi pas grand-chose a par un gros coquillage qui me servit de pelle.

Quand le soleil apparut au dessus des premières vague du matin j'avais fini de recouvrir le corps de Romaric de sable, j'avais mis un peu de terre aussi et replanté des bleuets et crée une stèle de fortune avec des bâtons et des pierres...

-Désolé Romaric je sais que tu aurais préférai que je t'enterre au près de papa et maman mais faire 245 kilomètres avec un cadavre sur les épaules ça serait dure...
J'entendais mon nom être criait je compris qu'ils me cherchaient. J'essayais d'oublier ma blessure à la jambe et couru le plus loin possible, allant jusqua m'enfoncer dans la forêt Ce n'était pas la meilleure des choses à faire, je me retrouvai nez à nez avec une chimère faisant bien le double de ma taille, surement attirée par l'odeur de sang se dégageant de ma jambe.

- itrewic ekik stoda tenpiswo sjek wux tir ti tuor ekess loreata tenpiswo ! (c'est du draconnique chers lecteurs) C'était la voix de Blaise derrière moi, il était en uniforme blanc, il parlait à la bête, je pense, en un langage que je ne connaissais pas la bête rugissait a ses mots et parti vite il n'avait portant pas sortit son arme il avait juste parlé je savais que certains gardiens haut placés avaient des privilèges mais parler aux chimères n'était ce pas de la science fiction ?
Il se tourna vers moi et me lança un regard assassin et me hurla dessus.


-Doù tu crois pouvoir partir comme ça en pleine nuit sans autorisations ou même être accompagner ! Est-ce que tu vas bien dans ta tête ! Tu aurais pu te faire tuer tu aurais fait quoi si Quentin n'avait pas remarqué ton absence ! Réponds-moi !

-Je voulais juste enterrer mon frère... Murmurai-je en baissant les yeux. Il paru encore plus énervé qu'avant il continua à m'engueuler.

-Mais c'est qu'un cadavre ! Eole à soufflé pour lui ! Son corps n'est rien maintenant ! Crois tu que cela va changer quelque chose pour lui là où il est ! TU VEUX SENTIRE LE VENT TOI AUSSI OU QUOI ??? Je ne savais pas si il était en colère ou bien inquiet, mais j'eu le droit a une leçon de morale extrêmement longue ce jours là en rentrant avec Blaise.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Celine Hugonnet
23 ans, Espalion (France).
Publié le 22 mars 2012
Modifié le 17 mars 2012
Lu 1 144 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143