FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Chroniques de Vampires (1)

Jessie savait que le jour où elle tomberait amoureuse, sa vie changerait complètement. Mais jamais elle n'aurait imaginé qu'elle prendrait cette tournure...


Au journal télévisé : "Une nouvelle attaque a eu lieu cette nuit. Un randonneur a perdu la vie après s'être fait attaqué par un animal sanguinaire. Il se serait totalement vidé de son sang. Le légiste recommande à tous les habitants d'éviter les randonnées et les ballades dans la forêt, que ce soir seul ou en groupe. Des chasses vont être effectuées pour tuer le présumé loup coupable de ces trois agressions violentes. Nous recommandons à la population de ne pas sortir la nuit et de bien verrouiller les portes. "


Jessie était de ces jeunes filles qui ne croyaient plus aux princes charmants et ce depuis sa première déception amoureuse. Depuis, elle en avait assez su pour savoir que les princes existaient, ça oui, mais fourrés au chocolat, en paquet de 12 et au rayon biscuits.
Elle n'avait pas été bercée toute son enfance par des histoires de princesse et de cheval blanc, elle n'avait pas vraiment cru en ça. Elle s'était simplement contentée de croire que l'amour était quelque chose d'exceptionnel. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Franck. Il avait été six mois de sa vie, à l'aube de ses dix-sept ans. Puis, un beau jour, elle l'avait découvert dans les bras d'une autre. Depuis combien de temps la trompait-il ? Elle ne savait pas. Mais elle savait dès lors que leur histoire était finie.
C'est ainsi qu'elle perdit toute croyance en l'amour, le beau, le vrai. Elle ne se croyait plus jamais capable d'aimer qui que ce soit, de faire confiance à tout être humain. Les hommes étaient devenus pour elle des ennemis, des comédiens qui ne respectaient jamais rien et encore moins la femme.

Elle était au restaurant lorsqu'elle le vit pour la première fois. Sa meilleure amie, qui mangeait en face d'elle, lui tournait le dos. Mais elle capta le regard que Jessie lançait de temps à autres :
- Oh ! Je crois que Jessie a une proie !
- Hein ?
Perdue dans ses pensées, elle fut surprise de voir le regard amusée de son amie :
- Quoi ? Une proie ? De quoi tu parles ?
- De cet homme que tu regardes avec insistance depuis qu'on est arrivées.
- Oh, non, je ne le fixe pas...
- Allez, Jessie, on me la fait pas. Je te connais depuis six ans maintenant et je sais que la dernière fois que tu as regardé quelqu'un comme ça, c'était Franck...
- Ne me parle pas de cet idiot. Tu sais très bien que je ne cherche personne.
- Oui mais ce n'est pas parce que tu ne cherches pas que tu ne trouves pas. Allez Jessie ! Tu ne crois pas qu'il serait temps d'arrêter un peu tout ça ? Ca fait trois ans maintenant que tu n'es plus avec Franck et tu continues à maudire les hommes. Tu ne crois pas qu'il serait temps de tourner la page ?
- Ca fait longtemps que j'ai tourné la page, Addie.
- La preuve que non, Jess. Je sais que tu as beaucoup souffert de ce que tu as dû subir avec Franck. Mais tu n'as connu qu'un seul amour ! Un seul homme t'as fait souffrir et tu as généralisé en pensant que tous les hommes n'étaient que des sales types, coupables des pires crimes du monde ! Il faut que tu tournes la page, que tu réessaye de t'ouvrir, de rencontrer des hommes qui sauront te rendre heureuse. Il est temps d'avancer !
- Je ne veux pas. Regarde tous ces hommes qui, accrochés au bras de leur femme, mâtent des petites minettes en minishorts...
- Jess, ils ne font que les regarder. Ils ne se retournent pas sur leur passage, ils ne vont pas les draguer. Ils ne font que regarder. Ce n'est pas quelque chose de mal, du moment qu'il n'y a pas d'arrières pensées !
- Ca tu n'en sais rien.
- Laisse-moi te dire une chose : quand un homme a des arrières pensées sur une femme qu'il croise dans la rue, il se retourne et la regarde jusqu'à ce qu'elle soit hors de vue.
- Bref, Addie, je ne suis pas prête.
- Ca fait trois ans, Jessie. Et tu viens de dire toi-même que tu as tourné depuis longtemps la page avec Franck. Alors qu'est-ce qui t'empêche d'avancer ?
- Bah... Théoriquement, rien.
- Tu vois ! Allez, va voir cet homme !
- Ca, certainement pas !
- Allez, vas-y ! En plus il n'arrête pas de te regarder du coin de l'oeil !
- Comment tu sais ça, tu lui tourne le dos !
- Il y a un miroir en face de moi...
Sans un mot de plus, Jessie observa son amie griffonner quelque chose sur une serviette en papier et se lever pour donner la serviette en question au bel inconnu, lui touchant quelques mots. Quand elle revint s'asseoir en face d'elle, elle la questionna :
- Tu as écrit quoi sur la serviette ?
- Ton numéro de téléphone.
- Addison ! Ca va pas ou quoi ?
- Relax, Jess. Il s'en servira ou pas, on verra bien. Mais s'il veut te draguer, là, au moins, il peut le faire.
- Je te déteste quand tu fais ce genre de choses...
- Je sais. Allez je dois filer !
- Tu ne prends pas de dessert ?
- Non, mais toi tu devrais, ils ont une tarte aux pommes exquise. On se voit au bureau !
- oui. A plus tard.
Jessie se retrouva seule à table, toujours face au bel inconnu. C'était vrai qu'il était beau. Il semblait avoir le même âge qu'elle, peut-être légèrement plus, sauf si c'était la fatigue qui lui donnait un air un peu plus vieux. Vêtu de noir, il semblait pensif. Alors qu'elle le regardait, elle le vit tourner la tête vers elle. Elle n'eut pas le temps de tourner les yeux qu'il se levait déjà, se dirigeant vers elle d'un pas décidé :
- Bonjour, puis-je me joindre à vous pour ce dessert ?
Jessie sentit le feu monter sur ses joues :
- Heu... Bah... Heu... Oui, bien sûr oui !
Elle détestait bafouiller, surtout en face d'un homme. Elle ne voulait pas qu'il la pense faible. Discrètement, elle prit une profonde inspiration. L'homme lui présenta sa main :
- Je m'appelle Aaron, ravi de vous rencontrer.
Elle se leva un peu trop rapidement, se cogna les genoux et lui tendit sa petite main cuivrée :
- Jessie, ravie également.
- Votre amie m'a donné votre numéro, dit-il en s'asseyant. Mais je ne me suis pas permis de l'utiliser. J'ai préféré vous parler en tête à tête avant de le faire. Pour savoir si vous me le permettiez.
- Heu... Et bien... C'est assez délicat. Mon amie fait souvent les choses spontanément alors...
- Très bien. Je vous le rends alors.
- Non, vous pouvez le garder et l'utiliser, si ça vous tente.
- Je vous remercie. Promis, je ne le vendrai pas à des boîtes qui font de la pub ! Plaisanta-t-il.
- Merci, répondit-elle dans un sourire.
- Alors, dites-moi Jessie, que faites-vous dans la vie ?
- Je suis écrivain. Je travaille en ce moment avec ma maison d'édition sur un prochain roman. Elle se trouve pas très loin d'ici.
- Je vois. Quel genre de romans ?
La question était trop délicate mais elle n'osait pas avouer. Ses romans parlaient de femmes trompées, trahies ou tuées par leurs maris.
- Ce ne sont pas des histoires très joyeuses...
- Racontez-moi. De quoi parlait votre dernier roman, par exemple ?
- Une femme, Elisa, était mariée depuis plus de sept ans avec un tueur en série. Un beau jour, elle rentre plus tôt chez elle et le voit en train de faire l'amour à une autre femme. En larmes, elle s'enfuit. Sauf qu'il la retrouve et finit par la tuer. Et après s'ensuit l'enquête policière avec une femme flic qui est l'ex de l'homme en question. Enfin, c'est un peu compliqué dit comme ça...
- Non, je comprends parfaitement. Que du policier, en somme.
- Oh non, j'ai aussi écrit de la science-fiction.
- Ah bon ? Quel genre ?
- Oh des histoires sans grand intérêt...
- J'aimerais bien les connaître.
- Ce sont des romans jeunesse. Des histoires de loups-garous et de vampires qui s'unissent pour sauver le monde... Rien de bien intéressant, croyez-moi.
- Bien sûr, je comprends. Mais je me fascine pour ces histoires, toujours plus vraisemblables les unes que les autres ! Et des vampires et des loups-garous qui s'unissent pour sauver le monde, voilà une idée bien extravagante !
Légèrement vexée, Jessie remua sur sa chaise :
- Oui, je sais. Ce sont des romans pour les enfants, je ne voulais pas faire paraître les créatures comme des monstres sanguinaires qui se contentent de tuer et dévorer tout le monde sur leur passage. Puis entre Meyers et Smith, les vampires sont plutôt connus pour être gentils ces derniers temps...
- Oui, ça ce n'est pas faux.
Elle consulta sa montre et vit avec horreur que cela faisait déjà plus d'une demi-heure qu'ils discutaient. Elle était déjà en retard.
- Ecoutez Aaron, ce fut un plaisir de discuter avec vous, mais j'ai rendez-vous avec le directeur de la maison d'édition en question et je dois impérativement partir. Je suis déjà en retard et on ne peut pas dire qu'il apprécie ma personnalité...
- Aucun problème. Je dois y aller aussi. Puis-je vous appeler ?
- Ce sera avec plaisir.
- Nous pourrions continuer à parler de vos romans. Je vous appellerai très vite.
- A bientôt ! Ajouta-t-elle tandis qu'elle quittait déjà le restaurant.



Prochain épisode : Jessie est à la maison d'édition pour discuter de son roman avec le Directeur qui la sermonne sur ses histoires toujours plus sombres...
L'auteur : Natacha V..
26 ans, Nice (France).
Publié le 26 avril 2011
Modifié le 25 avril 2011
Lu 1 311 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143