Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Compte en banque

Une petite nouvelle écrite à l'arrache...


James Harold informaticien de génie s'assit devant son ordinateur, au milieu du bureau central de la NASA. C'était la fin de sa pause et tous les employés regagnaient leurs postes. James bougeât légèrement la souris pour quitter l'écran de veille et un message s'afficha sur son écran, c'était du français, James eu donc un peu de mal à comprendre ce qui était écrit, il avait fait ses études en France mais cela faisait une éternité qu'il n'avait plus parlé cette langue: «Une erreur fatale a atteint votre carte mère pour de plus amples informations cliquez sur OK » James, intrigué, cliqua sur OK et un nouveau message apparut : « avez vous une grosse bite ? » James partit d'un grand éclat de rire, c'était encore un de ses collègues qui lui faisait une blague, les Français étaient très nombreux dans le service informatique de la NASA. Il voulut cliquer sur oui mais le bouton oui fuyait la souris, c'était le principe classique des faux virus, résigné à la bêtise du principe James cliqua sur non et au lieu des réponses classiques du style je m'en doutais un autre message apparut : « vous avez perdu :-) ! » et son ordinateur s'éteignit puis les autres ordinateurs et enfin la lumière. C'était beaucoup plus grave qu'une simple blague, c'était un virus, et qui dit virus sur un des sites les mieux protégés du monde dit hacker et qui dit hacker dit enquête !

Une heure plus tôt ,dans une petite ville du centre Var , Adrien était encore devant son ordinateur : « Adrien à table ! » - « deux secondes Maman , j'ai presque fini ! » Les doigts d'Adrien couraient sur le clavier de son ordinateur portable , il appuyât enfin sur entrée avec un sourire triomphal sur le visage , le virus était en place, dans moins d'une heure tous les bureaux de la NASA seraient plongés dans le noir !

5 ans plus tard :

Adrien avait maintenant 20 ans et de gros problèmes d'argent, mais cela ne le gênait pas, il serait bientôt plus riche que Crésus lui même. Cela faisait 6 mois qu'il préparait cela, ce n'était plus une petite panne d'électricité à la NASA ou un blocage des ordinateurs du FBI, c'était le gros coup, la banque CPN. Il avait tout prévu : le virement aux Bahamas, le billet d'avion commandé sur Internet et bien sur les heures de pause du personnel de la banque.

James Harold était à Paris, c'était lui que la NASA avait choisi pour pister le hacker, il commençait à regretter d'être l'informaticien le plus doué des états unis !
Le message qui avait déclenché le virus était en Français, James était donc parti pour Paris après 5 longues années de discussions avec les plus hautes sphères du FBI et de la CIA, quelques recherches et un long stage de Français intensif.
James se trouvait donc en plein centre de Paris à proximité de l'arc de triomphe. La NASA lui avait réservé une suite dans l'hôtel California, un 4 étoiles très luxueux et aussi très cher. James fit son entée dans l'hôtel, il se trouvait dans un hall immense meublé de fauteuils et de canapés Louis XVI, face à lui s'ouvrait un bar qui tentait de recréer une ambiance marine, plusieurs aquarelles marines et un bar en forme de coque participaient à rendre cette ambiance. James se rendit rapidement à l'accueil puis il gravit les 7 étages qui le séparaient de sa suite par l'escalier, il avait toujours eu peur des ascenseurs d'aussi loin que sa mémoire remontait. 2min plus tard il entrait dans sa chambre légèrement essoufflé et après une brève visite des deux étages sur lesquels s'étendait sa suite en duplex il se servit un whiskey au mini bar puis il se mit dans un des nombreux fauteuils et allumât son portable dernière génération. 30 secondes plus tard il était connecté sur le net par liaison satellite et commençât ses recherches. Il savait déjà que le hacker avait envoyé son virus d'une petite ville du centre var appelée Brignoles. James entrepris de chercher dans les archives du FBI les problèmes du même type que celui qui l'intéressait dans les dix dernières années. Il s'introduisit sur le site interne du FBI et commença à chercher les archives, quand il voulut entrer dans la dernière partie des archives, celle qui l'intéressait un écran s'afficha en sur brillance : « SECRET FILES ENTER PASSWORD »

Pour pouvoir remonter jusqu'au coeur de la banque centrale Adrien devait d'abord passer par une de ses décentralisations. Il s'introduisit sur le site de la CPN Côte d'Azur et entra directement dans les comptes personnels. Il allait d'abord devoir procéder par petits virements afin de ne pas éveiller l'attention, il entra donc dans le sous menu « virement » puis dans « créer un nouveau compte » mais alors qu'il commençait à penser que c'était trop facile un nouvel écran apparut « mot de passe : »

James commença à taper sur son clavier avec une vitesse incroyable, l'écran de l'ordinateur semblait atteint d'épilepsie, les écrans s'enchaînaient à une telle vitesse que l'on pouvait croire que l'ordinateur clignotait. Deux minutes plus tard James savait que le mot de passe comportait 16 caractères, qu'il pouvait comporter des chiffres mais pas d'espaces. Il avait déjà travaillé pour le bureau du FBI avant d'être engagé par la NASA. Il savait que les mots de passe les plus couramment utilisés dans le service des archives étaient des noms de villes. Le code postal comportait 4 caractères, le nom de la ville devait donc en comporter 12. Il ouvrit un atlas numérique ou toutes les villes américaines de plus de 30000 habitants étaient répertoriées et il obtient 5 villes dont le nom comportait 12 caractères Washington DC, Midle side est et trois autres villes au nom aussi compliqué. James décidât de commencer par la plus connue : Washington DC.

C'était un système de mot de passe ultra simpliste, 10 caractères, pas de chiffres ni d'espace. Adrien n'avait même pas besoin de se donner la peine de trouver le mot de passe il lui suffisait de 5 petites minutes pour craquer le système de codage, il se mit à pianoter frénétiquement sur son clavier et au bout de 4min30 l'écran de mot de passe disparut, laissant place à la rubrique nouveaux comptes.

« PASSWORD ACCEPTED », il était dans les archives secrètes du FBI il se mit à fouiller les dossiers des dernières années se rapportant aux forfaits informatiques.
Au bout du compte il copia 4 dossiers sur son ordinateur, ces 4 dossiers se rapportaient tous à un virus informatique envoyé par un hacker qui produisait une panne de courant généralisée ou locale. Le premier dossier se rapportait au FBI lui même : tous les ordinateurs des bureaux centraux du FBI avaient subit, il y a quelques mois de cela, une panne générale due à un virus informatique. James entreprit de remonter à la source de ce virus.

Name :Brun Albert ......compte créé......votre compte est crédité de 100 euros.
Il avait réussi , il avait créé un nouveau compte sous un nom factice, il jeta un coup d'oeil à sa montre, la pause déjeuner serait bientôt finie, il fallait qu'il se dépêche s'il voulait passer inaperçu. Il commença à virer de petites sommes sur son compte à partir des comptes des particuliers qui étaient enregistrés dans la banque de données de la CPN. Au bout d'une vingtaine de minutes son compte était créditeur de 120000 euros, c'était un bon début, Adrien sortit du site en rétablissant tous les mots de passe. La pause déjeuner serait finie dans 2 minutes et personne ne se rendrait compte de rien.

St Maximin la Sainte Baume, à 20 km de Brignoles, James laissa échapper un léger sourire, le hacker de la NASA n'en était pas à son coup d'essais ! Après près d'une heure de recherches il matérialisa un triangle de 20 km autour de st Maximin d'où étaient partis les 4 virus qu'il avait « répertoriés ».
Il avait bien mérité un petit café, il descendit dans la rue et se mit à la recherche d'un bar sympathique pour prendre un café tranquillement. Après avoir bu un café décaféiné James passa des heures à flâner sur les bords de la Seine, Paris était vraiment belle en cette superbe journée de printemps.

Adrien se connecta ensuite sur le site de le BA_A_MAS (Baston and Massali), la plus grande banque des Bahamas, il entra dans son compte personnel qu'il avait créé deux mois auparavant et commença à le préparer pour accueillir le virement de son compte Français. Au bout d'une demi heure il avait fini, il éteignit son ordinateur et sortit dans la rue son portable sous le bras, il devait changer de résidence au cas ou ses transactions auraient été repérées. Il descendit à pied jusqu'au centre ville et monta dans le bus pour Marseille.

Assis à la terrasse d'un café du bord de Seine James réfléchissait, il sortit son téléphone portable de sa poche de chemise et pianota un numéro. Après deux tonalités une voie féminine répondit :
-« Mme Dussol ?
-Je suis sa fille !
-Pouvez vous me passer Bertrand s'il vous plait Mademoiselle ?
-De la part de qui ?
-L'homme qui clique plus vite que son ombre, il comprendra !
-Entendu, je vous le passe. » Quelques secondes plus tard une voie grave et mélodieuse se fit entendre au bout du fil :
-« James, ça fait un bail ! Comment tu vas depuis tout ce temps ? Toujours au FBI ?
-non, j'ai eu une promotion, je suis a la NASA maintenant !
-A la NASA !Ben dis donc mon vieux, qui aurai dit à l'université que le petit binoclard qui ne pensait qu'à ses jeux vidéos se retrouverait à la NASA !
-Comme quoi tout arrive !Et toi, toujours dans tes enquêtes ?
-Toujours, toujours, et je ne compte pas m'arrêter de sitôt !
-Bon si je t'appelle ce n'est pas pour se rappeler les bons souvenirs mais parce que j'ai besoin de ton cerveau éclairé, je suis sur la piste d'un hacker qui a fait buguer les bureaux de la NASA et du FBI, entres autres, je voulais ton avis, d'après toi, à quoi est-ce que ce mec va s'attaquer dans les prochains mois ?
-C'est plutôt évident, tout être humain normalement constitué ne peu pas résister à l'envie de se faire un peu de blé! Alors en plus si l'on a un talent du style du gars que tu cherche je te paris ce que tu veux qu'il va essayer de se faire une retraite en or, surveille les banques et je suis sûr que tu vas pas tarder à entendre parler de lui.
-Merci Bert, je te revaudrais ça, au fait, dés que j'aurais coincé ce type, je t'appelle et on se fait une bouffe, comme au bon vieux temps !
-Pas de problème, et si t'as besoin de moi hésite pas à m'appeler.
-OK à bientôt ! »
James rangea son téléphone et sortit son ordinateur qu'il déplia sur la table tout en commandant une autre Bière.

Arrivé à Marseille Adrien sortit son ordinateur tout en s'asseyant à la terrasse de l'OM café, il l'ouvrit et se brancha directement à Internet tout en commandant une Bière. Il se mit a chercher un hôtel dans le centre de Marseille, il commença par chercher un 2 étoiles puis se rappelant qu'il était sur le point de devenir riche il se ravisa et pris un 4 étoiles : il se décida finalement pour le Sofitel qui surplombait le vieux port, il lui faisait face a quelques centaines de mètres, il pourrait donc y aller à pied. Il se leva donc de sa chaise, régla la note après avoir pris un sandwich et se mit en route.

Une fois connecté sur Internet James commença à analyser les transactions bancaires effectuées pendant les 3 derniers mois mais au bout d'une heure de travail acharné il n'avait rien trouvé et il ne s'était occupé que de deux des trente banques françaises. Il s'arrêta pour se lever et regagner son hôtel alors que le jour commençait à décliner. En chemin il réfléchit et quand il arriva dans sa chambre il avait élaboré une nouvelle stratégie. Il r'alluma son ordinateur et il ouvrit un petit logiciel qui avait été créé spécialement pour la NASA, il permettait de créer des programmes simples en un temps record. Au bout d'une heure James avait créé un nouveau programme qui, une fois lancé sur Internet répertoriait tous les fichiers correspondant aux critères qu'il avait préalablement indiqué, à savoir les transactions bancaires effectués pendant les 3 derniers mois dans la région PACA, puisque c'était de là que le hacker semblait opérer.

Assis en tailleur sur son lit dans la suite qu'il avait pris pour passer la nuit, Adrien surfait sur Internet tout en mangeant son sandwich. Dehors la nuit tombait sur le vieux port, embrasant les mâts des voiliers dans les dernières lueurs du crépuscule.
Les touristes commençaient à affluer qui cherchant un restaurant où manger, qui se rendant au théâtre de la Criée pour voir la dernière interprétation du mythe de Phèdre par Isabelle Adjanie.
C'était bientôt l'heure de la fermeture des bureaux de la CPN à Paris et Adrien profitait de ses derniers moments de répits avant de passer à l'action, dans cinq petites minutes il aurait toute la nuit pour mener son plan à bien, en attendant il se détendait en massacrant d'autres internautes innocents sur son jeu vidéo préféré : ultima online.

A Paris la nuit tombait sur l'arc de triomphe et James, tranquillement installé dans un fauteuil Louis XVI attendait que son programme ait terminé ses recherches tout en dégustant des nems et du riz cantonais qu'il avait acheté au restaurant chinois qui faisait l'angle de la rue. Son programme avait déjà analysé 25 des 30 banques de France et il avait trouvé un compte crée dans les 3 derniers mois.

C'était l'heure, Adrien attendit encore deux minutes puis il se connecta au serveur de la CPN, il pénétra d'abord les protections des informations personnelles : son compte possédait maintenant 119200 euros depuis qu'il avait payé le bus, le sandwich et l'hôtel. Adrien s'introduisit ensuite dans la partie des transactions, un écran de password s'afficha, Adrien commença à taper sur son clavier.

Le programme avait terminer sa lourde tache, James se pencha sur son ordinateur et visualisa ce que son programme avait découvert. Son programme avait répertorié prés de 200 transactions et seulement deux nouveaux comptes créés. Le premier compte avait été créé deux semaines auparavant par un certain Mr Beranger habitant Toulon, James ouvrit un annuaire virtuel sur Internet et se mit a rechercher ce Mr Beranger, celui-ci existait bien il habitait effectivement à Toulon, modeste garagiste, son compte n'était détenteur que de 100 euros, un peu léger pour une retraite en or. Le deuxième compte quand à lui avait été créé par un Mr Brun Albert à St Maximin, James ouvrit à nouveau l'annuaire pour constater avec un sourire de victoire que seulement deux Mr Brun était domiciliés à St Maximin et aucun ne s'appelait Albert, de plus le compte de ce Mr brun était crédité de 120000 euros à son ouverture, ce qui était déjà une meilleure base pour une retraite en or !

PASSWORD,PASSWORD, Adrien n'avait pas réussit à craquer le système, il devait donc trouver le mot de passe, c'était un mot de passe à douze caractères ne contenant que des chiffres. Adrien réduisit la page Internet et il ouvrit un petit logiciel de sa conception, puis après avoir réussi à craquer le système qui empêchait d'effectuer plus de trois essais pour trouver le password il lança son logiciel, celui-ci allait effectuer toutes les combinaisons de douze chiffres possibles et les appliquer au système de protection, ce qui pouvait prendre beaucoup de temps.

James commença l'analyse du compte suspect, pour cela il dut forcer un mot de passe de conception basique, un vrai jeu d'enfant. Le compte ne possédait plus que 119200 euros des 120000 qu'il possédait au départ, le hacker avait donc dépensé une partie des sous de son compte, c'était une aubaine pour James qui pensait pouvoir aisément retrouver le lieu des dépenses grâce au numéro du compte.
Une partie de l'argent manquant avait été retirée dans le distributeur numéro 2500, James réussit à accéder à la carte des distributeurs de la région PACA, le 2500 était situé a Marseille dans le quartier de Belsunce, entre la gare et le vieux port. Le hacker qu'il cherchait avait donc dû arriver à Marseille prés de la gare, en train ou en bus, puis descendre sur le vieux port. Seulement 500 des 800 euros dépensés avaient été retirés, les 300 autres s'étaient envolés, il n'y avait qu'une explication possible, il avait acheté quelque chose sur Internet. Si il parvenait à trouver cette commande grâce au numéro de compte il pourrait obtenir le numéro de connexion de l'ordinateur qui avait passé la commande et grâce à ce numéro il pourrait localiser l'ordinateur lors de sa prochaine connexion, il allait enfin coincer ce hacker qu'il cherchait depuis plus de 5 ans !

Le logiciel avait enfin trouvé la bonne combinaison, Adrien était entré, il voulut commencer à transférer de l'argent sur son compte mais il se rendit compte qu'il fallait un Password spécifique pour chaque antenne régionale de la banque pour pouvoir utiliser les comptes enregistrés dans celles ci. Les mots de passe n'étaient pas insurmontables mais ils lui faisaient perdre du temps, beaucoup de temps. Il fallait absolument qu'il ai finit avant l'ouverture de la banque à 9h, faute de quoi son stratagème serait repéré et il pourrait dire adieu aux Bahamas.

Le hacker venait d'arriver à Marseille, si il n'avait pas de famille dans cette ville il devrai aller à l'hôtel, aller chez sa tante quand on était entrain de cambrioler une banque, même si c'était par Internet, était assez peu probable, il était donc certainement a l'hôtel . James entrepris donc de reprogrammer le programme qu'il avait utilisé pour trouver le compte de « Mr Brun », il changea les axes de recherche tout en gardant le même principe : le programme, toujours lancé sur Internet allait chercher toute les réservations d'hôtel effectuées avec le numéro de compte de « Mr Brun » dans un périmètre d'environ 10 km autour de Marseille.
S'il ne s'était pas trompé dés le début, mais c'était très peu probable, un compte ouvert sous un faux nom à St Maximin, lieu de départ de tous les méfaits de ce petit génie de l'informatique, sa recherche allait lui ramener le numéro de l'ordinateur du hacker de la NASA.

Adrien commençait a être extrêmement nerveux, son compte possédait maintenant prés d'un million d'euros, son programme avait déjà débloqué la moitié des banques CPN Françaises et lui, à la vitesse de cent euros par comptes amassait une fortune de plus en plus considérable. Mais il était déjà une heure du matin et son avion partait de Marignane à 9h45, il devait y être une heure avant et en comptant une heure de bus pour aller à l'aéroport il devait partir à 7h30 environ, il ne lui restait donc que six heures avant de devoir remballer, il devait avoir fini d'ici là.

AUCUNE RESSOURCE TROUVEE, il n'avait pas réservé son hôtel par Internet, mais qu'avait il donc pu acheter d'autre ? James tournait dans la chambre, fumant cigarettes sur cigarettes, il avait pourtant décider d'arrêter quelques mois auparavant. Tout à coup, se rappelant la conversation téléphonique de la journée il eu un éclair, il se précipita sur son ordinateur et il modifia une nouvelle fois son programme, il ne pouvait être certain de son idée mais de toute façon il ne pouvait se permettre de perdre plus de temps. Il lança une nouvelle fois son programme sur Internet puis il jeta un coup d'oeil sur le compte de Mr Brun, il était passé à l'action, le compte était maintenant tributaire de plus d'un million d'euros et il progressait, la somme gonflant progressivement de cent euros en cent euros. C'était une méthode classique, il prélevait cent euros sur chaque compte et les transférait sur le sien. Mais la somme augmentait lentement, le pirate devait être confronté à des mots de passe, il lui restait encore une chance de le coincer mais il fallait faire vite.

Adrien souriais, plus que dix banques et il aurait fini, son compte s'élevait maintenant à six millions d'euros, il était déjà riche mais il voulait aller jusqu'au bout. Il se rendit au mini bar de sa suite et se servit un whiskey coca puis il retourna devant son ordinateur, plus que cinq banques.

Le programme avait trouvé : billet première classe pour les Bahamas, réservé avec le compte de Mr Brun. Il avait eu raison, James remercia intérieurement la perspicacité de Bertrand puis il se remit à la tâche.

Quatre banques.

James se mit à pianoter frénétiquement sur son clavier, il parvînt assez facilement à obtenir le numéro de modem de l'ordinateur de « Mr Brun » et commença à remonter à sa source. Pour cela il utilisa un programme qu'il avait « piqué » au FBI, c'était un traceur qui pouvait repérer l'émission d'un signal satellite spécifique au mètre carré près.

Deux banques.
Le programme avait trouvé, le modem du hacker émettait en B10H12, il ouvrit un atlas virtuel et fit la correspondance en latitude et longitude : le signal partait d'un point au bout du vieux port, si les souvenirs de sa dernière visite à Marseille étaient bons c'était là qu'était le sofitel, un des plus beaux hôtels de Marseille.

C'était fini, Adrien réduisit la page de la banque CPN et ouvrit celle de la BA-a-MAS et commença le virement. Une barre d'état s'afficha :Transfert des données veuillez patienter 5%


Une sonnerie, deux sonneries...


10% effectués

-« Allô ?
-Bernard ? C'est James à l'appareil
-Salut James, quoi de neuf ?

20%

-Sonne le branle-bas de combat, je l'ai repéré, il est à Marseille !
-Pas de problème, j'appelle immédiatement mon collègue marseillais, il sera à nous d'ici vingt minutes !
-merci, dit leur de me le garder au frais je serais là bas d'ici trois heures.
-OK à plus tard. »

50%

Bernard r'accrocha puis il tapa trois chiffres :013

70%

-« Allô ?
-Bureau central du GIGN à l'appareil, vous pouvez me passer le commissaire Marcel s'il vous plait ?
-Je vous l'appelle tout de suite monsieur. » Quelques secondes plus tard une voix rauque teintée d'un léger accent se fit entendre dans le combiné :
-« Ouais c'est moi, qu'est ce qui se passe ?
-On a repéré un suspect dangereux dans votre secteur, il serai domicilié dans le Sofitel, il faut absolument que vous alliez l'appréhender le plus vite possible !
-Pas de problème, c'est quelle chambre ?
-Je n'en sais rien...
-Vous êtes marrant vous, comment vous voulez qu'on le trouve nous votre suspect, y'a au moins deux cents chambres dans cet hôtel !
-il est plutôt jeune et il possède un ordinateur portable, c'est tout ce que je sais !
-Bon j'envoie une équipe mais je ne vous garantie rien ! »

Adrien avait fini, il était riche et dans quinze heures il serais aux Bahamas. Il se leva de son lit et alla chercher un nouveau whiskey dans le bar, il le but et il éclata d'un grand rire avant de se servir a nouveau.

James éteignit son ordinateur puis il descendit récupérer sa voiture dans le garage de l'hôtel, il mit le contact puis il démarra en trombe, dix minutes plus tard il était dans un TGV méditerranée en gare de Lyon, dans trois heures il serai à Marseille, en espérant que les flics l'auraient coincé.

Adrien était en train de boire son troisième whiskey quand la porte vola en éclats, cinq policiers armés firent irruption dans la chambre, Adrien repartit d'un rire dément qui se finit dans un sanglot, il était fichu.

James fit son entrée dans le commissariat du 1° arrondissement de Marseille et il demanda le commissaire Marcel, celui ci sortit de son bureau, James sortit un papier de sa poche : « J'ai le certificat d'extradition en règle je rentre aux states avec lui ! »

*********************
Trois mois plus tard aux Bahamas :
-« Allô
-Adrien ?
-C'est moi !
-Salut c'est James, on a un problème là, tu te sens pas de nous envoyer un petit programme, ho rien de bien méchant, juste de quoi coincer un guignol qui croit qu'il est le premier à avoir éteint la lumière à la NASA...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
Re: Compte en banque
Posté par sintineddi le 20/08/2004 07:47:59
excellent. j'adore la fin
Re: Compte en banque
Posté par sultan le 20/08/2004 07:47:59
Je trouve que cette histoire est bien former et je t'encourage à continué dans cette voie
Re: Compte en banque
Posté par perfectblue le 20/08/2004 07:47:59
en réponsse a mergez les filles qui vont voir la photo elle auront raison... ;-)
Re: Compte en banque
Posté par scratch le 20/08/2004 07:47:59
Trop trop bien !!! franchement, c vraiment haletant !!! on ne peux pas s'en décrocher, on lit jusqu'au bout même si c long !
He beh, pour un truc écrit juste comme ça rapid' bin c vraiment EXCELLANT !!! Voilà, je te met excellant !!!
Re: Compte en banque
Posté par truth doesnt make a noise le 20/08/2004 07:47:59
lol dsl j'avzis po fait gaffe kil y avait marké ke c'était une nouvelle, ben du coup ta encore + de mérite!!bravo
ecris en d'autres!!
bye
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
Publié le 27 août 2002
Modifié le 27 août 2002
Lu 1 753 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲