FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Dark blood

N'avez-vous jamais eu peur seul, dans la rue, le matin tôt, le soleil pas encore levé ?


Aujourd'hui, c'est le grand jour. Il est temps que je me lève. C'est dur, il est à peine trois heures. Mais bon, si je tiens à arriver à 4h30 devant le lycée, il me faut faire cet effort. Ce n'est pas tous les jours que l'administration scolaire propose un week-end à la mer. La maison est encore endormie. Je vais doucement réveiller ma mère pour lui dire que je suis prête à partir. Elle me sourit, m'embrasse sur les deux joues et s'excuse encore une fois de ne pouvoir m'accompagner. Elle est malheureusement malade. Donc je dois y aller seule. Cela ne me réjouit pas des masses. Mais il le faut bien.
Dehors, il ne fait pas très chaud. Mon lourd sac sur le dos, je commence à me diriger vers le point de rendez-vous. Pas un chat bien sûr. Toutes les lumières sont éteintes. Seuls les deux-trois réverbères du centre illuminent d'une teinte blâfarde le goudron de la rue. Je passe devant la boulangerie. Finalement, je ne suis pas la seule à être levée. L'odeur du bon pain me rassure. Je ne suis plus très loin. Malheureusement, je suis obligée de passer par la petite rue Emile Dupuy. J'ai toujours détesté ce chemin. Aucun réverbère, il y fait si sombre. Je frissonne. Bon, allez, j'y vais. Je l'ai déjà pris des milliers de fois cette ruelle. J'avance. Je me chante "First Love" d'Utada Hikaru dans la tête pour ne pas avoir à trop réfléchir. Le vent s'engouffre dans ma doudoune. Je frissonne à nouveau. J'en ai assez. J'ai l'impression que cette "petite" rue n'a jamais été aussi longue. Je continue de chanter. Je presse le pas. Je ne sais pas pourquoi. Je commence à fredonner. Je souris et me dis que les filles rigoleraient sûrement beaucoup de moi, si je leur raconterais la frousse que je vis maintenant. Un carton près des poubelles tombe. J'étouffe un cri, un rat s'enfuit. Je déteste ces bêtes-là. Je me dis que je n'ai vraiment pas de chance. Je m'arrête, je ferme les yeux et respire un bon coup. Lorsque je les rouvre, je ne peux m'empêcher de fixer la voiture rouge garée plus loin. Les vitres semblent teintées. Mais je ne peux m'empêcher d'attendre un mouvement. Je voudrais bien bouger mais j'ai peur. Détournée les yeux, je n'y arrive pas. J'ai froid, très froid. Je parviens à serrer mes bras autour de moi. A ce moment, j'entends des pas derrière moi, je pivote et voit une vieille dame avec son chien. Elle évite de me regarder tandis que je la suis du regard. Elle presse le pas auprès de moi. Elle doit penser que je suis folle. Je ris à nouveau de moi. Je me retourne à nouveau vers la voiture. Je hausse les épaules. Je dois la dépasser. La dame n'est déjà plus là. J'avance alors. J'évite de regarder vers elle. Malgré tout, je ne parviens pas à me rassurer. Près de la portière avant, je tourne rapidement mon visage vers la vitre et là, une homme me regarde avec un sourire torve. Je crie. Il ouvre sa portière. Ma main portée à mon cou, j'ai l'impression d'étouffer. Je continue de crier mais j'ai du mal. Il prend mon bras, enfonce ses ongles noirs dans ma chair. Il continue de sourire. Son regard est mauvais. La peur me submerge, je perds connaissance.
Lorsque je rouvre les yeux, je sais que je n'ai pas rêvé. J'ai mal à la tête, mon bras est tout endolori. Des marques rouges zèbrent mon bras, là où il m'a tenu. Je suis dans la voiture. Elle roule à vive allure. Je n'ose pas regarder devant moi. J'évite le siège avant. Je regarde par ma vitre. Des arbres défilent, il continue de faire nuit. Je n'ai plus mon sac.
- Réveillée ?
Je sais qu'il me regarde mais je préfère continuer à regarder les arbres.
-Bien silencieuse... J'apprécie.
La voiture s'arrête. Je frissone. Je tourne enfin mon visage et regarde malgré moi dans le rétroviseur avant. Il me regarde. Son visage anguleux où ses iris noirs comme l'ébène mélès au sang de leur globe qui me fixent, me révulsent. Ses longs cheveux noirs sont tirés en arrière et dévoilent un crâne luisant. Il se retourne vers moi et approche ses doigts de mon visage. Il enfonce à nouveau ses ongles dans ma peau mais cette fois-ci, de mon menton. Je pleure. Je sens le sang couler sur ses mains. J'ai terriblement mal. Je ferme les yeux et attends. Je sais que c'est la fin. D'ailleurs...
- C'est fini pour toi, ma douce.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Re: Dark blood
Posté par christa le 20/08/2004 07:57:12
bonjour, je m'appelle christa, j 'ai 17 ans
jai pour projet de réaliser un livre de nouvelles, je cherche donc des personnes qui seraient intércé par ce projet et très motivées, pour qui l'écriture est une passion é qui savent manier les mots aussi bien que possibles
merci d'avance
Re: Dark blood
Posté par no_place_for_us_ le 20/08/2004 07:57:12
bravo il n y en a pas beaucoup qui serait capble d en écrire la moitité cependant je me permet quelques remarques en tout respect de ton récit. personnellement je trouve que la tension que l on trouve dans la fin du récit n est malheureusement pas présente dès le début il est vrai que le créshendo est bien monté quoique le suspens peut ménagé avec la voiture rouge peu etre un peu trop soulignée a mon gout.sinon toute mes félicitations!
Re: Dark blood
Posté par tanaquil le 20/08/2004 07:57:12
arg désolée, j'ai confondu le titre avec le pseudo...
Re: Dark blood
Posté par thandie le 20/08/2004 07:57:12
mon pseudo habituel est thandie donc oui, c'est une coincidence...dsl
Re: Dark blood
Posté par tanaquil le 20/08/2004 07:57:12
Pas mal du tout comme histoire, elle démarre comme une petite peur banale, pour finir dans l'enlèvement par l'horrible vilain monsieur...

par rapport à ton pseudo, serais-ce une simple coincidence ? ne t'appellerais-tu pas daRk.bloOd sur un autre forum ?
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Publié le 11 mai 2004
Modifié le 11 mai 2004
Lu 844 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143