Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

De l'éducation

Je ne cherche nullement à me justifier ni m'excuser... Simplement décrire ce que je vois comme un sérieux et inquiétant mal de société.


Depuis le deuxième trimestre de mon année de sixième j'ai pris une très importante décision, je dirais mème décisive pour la tournure future de ma vie. En effet, tant que je poursuivrais mes études je ne travaillerais plus : " je n'en br***** plus une", pour reprendre une expression plus courante. Pas pour me la péter ni pour faire le marginal, simplement parceque je me suis rendu compte "plus ou moins" (plus moins que plus mais bon...) et que j'avais des choses beaucoup plus intéressantes (à courts termes certes...) à faire ou à découvrir. Il se trouve que pour l'instant cela marche, si jamais ça n'était plus le cas et bien... J'aviserais.

"Walid pourquoi tu travailles pas ? ", "Walid c'est mal si tu travailles pas t'as rien à faire en prépa", "Walid y a un jour tu vas te casser la gueule si tu continues"... Voilà le genre de remarque auquelles j'ai le droit tous les jours depuis. Et c'est à ce genre de remarque que je répond "Et alors ? ". C'est fou comment les gens cherchent à faire pression sur ce sujet. A croire qu'ils ne peuvent se sentir bien si ils sont les seuls à travailler autant. Et pourquoi écouraient-t-on forcément si l'on ne travaillerait pas comme on nous l'impose au lycée ? Pourquoi le degré d'intéret que l'on porte à une matière se mesurerait en fonction du temps de travail passé dessus ?

De plus en plus les études se concentrent de plus en plus en simplement apprendre à lire à compter et surtout à reproduire à l'identique une démarche que l'on nous bourre dans le mou. C'est à dire que l'on nous pousse à ne réagir qu'instinctivement, action/réaction, problèmes/solutions, 0/1, et ainsi revenir à un état animal perdant ainsi ce qui fait de nous des hommes. C'est simple, on prend la filière scientifque, on enlève le plus de matière littéraire possible (un ingénieur voué à travailler dans l'international n'a que 2h d'anglais par semaines... : s) et on fourre des maths en vracs (Contre 10h de maths et 10 de physique-chimie...) et après c'est simple, bourrage de crâne pour que tout le monde prenne cette filière. C'est pas compliqué le schéma d'aujourd'hui c'est t'es bon tu vas en S, sinon en L et si t'es un glandeur va en ES. C'est très con et très cliché mais voilà où on en arrive de nos jours.

Comment peux t'on encore faire des découvertes si on ne fait que reproduire les anciens ?

J'ai 18 ans, dans quelques mois je vais devoir voter. Participer à l'élection de celui qui dirigera le pays pour les 5 ans à venir et y a pas deux jours une personne de mon âge me demande "Pour qui je dois voter ? Je comprends rien moi. Mais j'aime bien la tète de ségo... ". Mais qu'est ce que ça veut dire ? Comment se fait il qu'on ait aucune éducation politique ? On est jeté dans une arène et on doit de nous mèmes apprendre à lire un texte de loi. Personne ne sait plus lire une campagne et après on se plaint d'ètre manipulé par les médias et les politiques.

Les jeunes ne savent plus ni s'expliquer ni débattre, et après on s'étonne que le seul moyen qu'ils trouvent de se faire entendre est de brûler les voitures. Si l'on veut se cultiver on est obligé de le faire de nous mèmes en casant cela entre les heures de maths : s...

Et pour finir on se fout de savoir qu'un jeune ne va pas en cour parcequ'il s'y sent perdu, qu'il a refusé de suivre sa vocation de charpentier parcequ'un apprentissage c'est pour les "cassoc", qu'il veut changer de classe parcequ'il en a marre de pleurer tous les soirs en repensant à ce qu'il se prend dans la gueule simplement parcequ'il est en SEGPA ("Bouh le mongol", "Eh moi je connais des meufs en SEGPA qui ont plus de barbe que moi. ! "... Pitoyable.). On s'en fout de tous ca, nous pour réagir à ça on l'oblige à venir en cours, on le sanctionne si il veut pas et on lui ferme toutes les autres portes pour son avenir.

On passes 25 ans de notre vie à étudier et le reste à travailler. Moi c'est décidé, j'aurais un jour une famille à assumer alors si je dois en profiter ce sera maintenant ou jamais.

Je resterais toujours persuadé qu'il n'y a jamais une seule manière de faire, jamais une méthode unique. Il est possible de trouver son rythme et de faire ce qu'il nous plait. Seulement prends ton temps, réfléchis bien à ce que TOI tu veux faire et lance sans te soucier de ce que l'on te fourre dans le crâne ou tu feras les mèmes erreurs que moi.


Tout tient à ça : Vit-on pour travailler ou travailles t'on pour vivre ?
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (15)
Re: De l'éducation
Posté par myriam c le 07/12/2008 22:23:18
"Comment peux t'on encore faire des découvertes si on ne fait que reproduire les anciens ? "

J'ai aimé cette phrase. Elle encourage a créer par soi même.
L'éducation devrait apporter la connaisance par la découverte : l'école de la vie...
Mais ça...
Re: De l'éducation
Posté par supernaut le 14/09/2007 21:58:15
Ernvinyatar, je n'ai jamais dit que la S n'ouvrait pas toutes les portes, j'ai dit que beaucoup (trop) de gens croient que la L les ferme toutes, nuance.
Et toutes ces heures de sciences et de maths elles te servent à quoi en droit ?
Re: De l'éducation
Posté par karamgruul le 14/09/2007 18:15:35
"Le diplôme est l'ennemi mortel de la culture. Plus les diplômes ont pris d'importance dans la vie [...], plus le rendement de l'enseignement a été faible. Plus le contrôle s'est exercé, s'est multiplié, plus les résultats ont été mauvais."
Paul Valéry
Re: De l'éducation
Posté par ernvinyatar le 14/09/2007 10:24:06
J'ai jamais dit (écrit) que j'approuvait... Je suis tout à fait d'accord quand je lis qu'il est absurde de "pousser" (forcer) un gosse à prendre des options qu'il n'aime pas.
Elava, tu n'envisage pas la Belgique... et tu as bien raison. C'est pas génial comme pays.
Sorry ginger, mais il y a un contre-exemple; les anglais n'ont plus que du pain provenant du rayon surgelés, et les rares 'vraies' boulangeries n'explosent pas leur chiffre d'affaire, là-bas, les croissants frais sont plus ou moins devenus un produit de luxe.
Supernaut, j'ai fait l'équivalent d'une S (8h de maths, 7h de sciences, 4h de latin) et je suis en fac de droit, alors, oui, c'est la filière qui laisse le plus grand nombre de portes ouvertes. Il est encore temps de se réorienter en L à l'unif', alors que dans l'autre sens c'est mission impossible (trop de matière à rattrapper).

Sinon, the_walou n'as pas tord... si on peut se permettre de glander sans froler l'echec scolaire, pourquoi pas ? Mais attention quand même, c'est dûr de s'y remmettre par la suite, surtout si (comme moi) on attend la fac pour recommencer à étudier sérieusement.
Re: De l'éducation
Posté par supernaut le 12/09/2007 19:44:46
Alors là... Chapeau bas... !! On a exactement la même philosophie ^^.

Moi j'ai toujours eu des notes assez bonnes partout, et comme je ne savais pas ce que je voulais faire, on m'a dit "prend S, S ça ouvre toutes les portes", bla bla bla bla bla... Or, j'ai des bonnes notes en maths et en sciences, mais je peux pas blairer ça. Depuis la 4e je dis que je veux faire un bac L... Mon truc c'est la musique, et aussi les langues, et je voudrais étudier ça plus tard. Cependant, mes très chers parents m'ont très fortement encouragé (obligé en gros) à faire une 1e S... !! Même si j'avais de meilleures notes en langues qu'en sciences, "non ! tu feras S !" Pour eux (comme pour une quantité invraissemblable de gens), la série S conduit à la fortune et la réussite assurée et la L à être un gros loser (même si, en réfléchissant un peu, on s'aperçoit qu'il s'agit de bacs généraux tous deux). La conseillère d'orientation m'a donné un test et j'ai obtenu 72 pts en littéraire, une cinquantaine en arts et social, 21 en calcul et 30 en sciences. Qu'est-ce que vous en pensez ? (c'est juste pour voir si c'est moi qui suis fou ou....)

Pour ce qui est des métiers intellectuels/manuels, je comprends le point de vue parental, mais je pense que se spécialiser c'est pas plus mal... et si ça plaît à "l'enfant" en plus...

Le passage de l'article à propos de l'abrutissement n'est pas totalement faux non plus à mon avis.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (15)
L'auteur : Walid Zaim
27 ans, Poitiers (France).
Publié le 11 septembre 2007
Modifié le 20 août 2007
Lu 713 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲