Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Education en Afrique

Si l'Afrique a pu conserver jusque là toutes les valeurs et cultures qui l'ont rendue illustre, c'est grâce à la sagesse de ses anciens.


L'Afrique rassemble des ethnies, des cultures, des traditions nombreuses et différentes, chacune mettant en œuvre des méthodes pédagogiques propres pour aboutir à la formation du type de personnalité spécifique de sa société. On y rencontre une multiplicité de castes, de statuts, de groupes professionnels, religieux, initiatiques, de fraternités d'âge et d'association de secours mutuel. Par exemple on fait alliance pour faire la guerre. Chacun de ses éléments se rattache des normes de conduites, des règles morales, des modèles, des comportements, des modes pédagogiques ou des andragogies spécifiques.
Elle est de la communication orale où le monde de communication privilégie la parole, le symbole, le contact vécu et concret. La parole est considérée comme une puissance mystérieuse et participante du dynamisme de l'être. Je parle donc je suis; je parle, donc je fais; je parle, donc je suis en communion aux autres. Les peuples qui composent l'Afrique se repartissent selon les pays, les croyances, les ethnies, les régions. Chaque groupe ou regroupement à ses propres modes de vie, sa manière de s'organiser en société. L'éducation dans la traditionnelle société de l'Afrique, est l'art de communiquer. Elle met à profile les images et les symboles puisés dans la nature environnementale. L'on fait beaucoup appel à la mémoire, en recourant aux différentes techniques qui facilitent la mémorisation, comme le chant, les formules rythmiques, les récits, les proverbes, les dictons, les maximes, les adages et les mises en scène. L'homme africain vit en harmonie avec la nature, les ancêtres, les autres et avec Dieu. La solidarité, la communion et l'hospitalité marquent profondément cette société. Les gens observent le quartier participer au deuil du voisin. L'esprit familial est un des traits qui caractérise cette société. Un africain se définit par son appartenance à une famille; il vit dans une perspective de l'être avec. Ainsi par exemple, dans les rassemblements, il y a des "aînés" – grands frères ou grandes sœurs et petits frères ou petites sœurs - des "pères" ou des "mères" et des "enfants" classés selon les âges. Les familles sont nombreuses parce qu'il y a d'abord à la base une conception du monde et de la vie selon laquelle tout être participe d'une manière vitale avec d'autres, et cela fait croître la vie. Plus il y a des membres qui partagent et participent à cette vie, plus elle se renforce et croît, mais à condition que les membres tirent à la même corde. Au fur et à mesure que les enfants sont en âge de se marier et de fonder leurs foyers, la grande famille accroît également ses dimensions. Dans le foyer, les enfants sont les fruits qui donnent sens et vie, qui donnent la validité du couple et de l'alliance conclue entre deux familles. " Les enfants représentent pour leurs géniteurs une valeur existentielle, un supplément d'âme. " Au sein de la famille, le père est la maison qui permet d'abriter le foyer, la mère est le foyer qui procure joie et chaleur à la maison et les enfants constituent leur avenir commun et leur chance de survie. La famille ne se limite pas à la triade père mère enfant. La présence et l'apport des anciens et des plus jeunes assurent les différentes fonctions qui donnent à la famille traditionnelle toutes ses qualités de noblesse. Ainsi, pour le rite de l'initiation, les anciens initiés sont mandatés par les vieux pour perpétuer les traditions. Le rite se passe à quelques centaines de mètres du village pour les jeunes et selon des règles bien précises. Il y a des enseignements et des pratiques qui peuvent durer longtemps, voire des semaines et des mois. A la fin de l'initiation, c'est tout le village qui participe à la fête de l'intégration des néophytes dans le monde des adultes.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Modeste Bayala
40 ans, Abidjan/bingerville (Côte d'ivoire).
Publié le 22 décembre 2009
Modifié le 06 décembre 2009
Lu 2 303 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲