FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Enfants-médicaments

L'enfant médicament... Un sujet qui a causé de nombreux débats aux U. S. A. Est-ce moral ou non ? Les progrets de la science font parfois peur... Est-ce qu'on peut accepter tout ?


Voilà, il y est en fait question d'un bébé qui a la capacité d'aider son grand frère ou sa grande soeur atteint d'une maladie grave. Les parents ne trouvant aucunes autres solutions choisissent celle-ci; Faire un enfant qui sauvera le premier ! Cette pratique a été testée pour la première fois au U. S. A. Ce qui a enclenché de nombreux débats...


L'histoire de molly et adam...

Tout commence à Denver aux Etats-Unis, avec Molly, une petite fille qui souffrait de l'anémie de Fanconi (maladie génétique grave qui est souvent mortelle). Pour la guérir on avait besoin de moelle osseuse mais personne n'était compatible. Seul un frère ou une soeur pouvait la sauver mais de toute façon elle était fille unique. Les parents, eux, voulaient encore mettre au monde un enfant mais il avait peur que le Deuxième enfant soit lui aussi toucher par la maladie. Et un jour, un médecin leur parle d'un technique anglaise qui consiste à fabriquer des embryons dans une éprouvette et de "trier" grâce à des tests génétiques ceux qui ne sont pas atteint de la maladie de Molly. Les parents pourraient ainsi mettre au monde un second enfant. C'est alors que quelques mois plus tard (même plus que quelques mois) naît le petit Adam qui sauva sa soeur. On pu greffer de la moelle osseuse de Adam à Molly, ce qui la guérit !


Problèmes...

Les échecs sont très nombreux ! La technique est douloureuse et lourde pour les parents; avec au final pas plus de 15% de chance de réussite car l'enfant doit avoir deux qualités : être sain et compatible. De plus avoir un bébé dans ces conditions prend au minimum deux ans. Certains petits malades parfois décèdent entre temps et en plus la greffe échoue tout de même deux fois sur dix.


Le débat est ouvert...

Est-il moral de créer un enfant qui sera juste médicament ?
L'enfant sera-t-il attendu pour lui même ? Et si le hasard de la vie veut que l'intervention ne marche pas, sera-t-il quand même aimé ?

Il y aura une responsabilité qui pesera sur l'enfant. On parle d'un enfant qui aura une mission, Si par malheur il n'est pas compatible ? L'amour qu'on va lui porter sera-t-il soumis à une condition ?


Ma réaction...

Ce genre de pratique me fait peur, je pense qu'en réalité nous ne sommes pas tout à fait prêt à l'avancée de la médecine ! Si l'ainé meurt tout de même est-ce que l'on va faire peser la responsabilité de cette mort sur ce pauvre petit ? De toute façon appeler ces enfant "bébé-médicament" c'est déjà prendre posotion... Ca peut sauver des vies... Je veux bien le croire mais est-ce que nous n'allons pas vers l'exagération qui se passe au U. S. A. Choisir le sexe de l'enfant... Etc Je suis pour à une seule condition... Celle que la famille voulait déjà avant fonder une famille... Mais omment peut-en en être sur ?
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (22)
Re: Enfants-médicaments
Posté par erestella le 01/01/2011 16:33:21
jvais faire cours,

Ce progrès de la science peut faire peur, la peur d’être dépassé par les événements, de ne plus savoir si c’est encore éthique ou si ça dépasse les limites, ou même de ne plus connaître ses motivations profondes et ses réactions en cas d’échec. Mais d’autres techniques comme l’avortement faisaient peur a l’époque mais sont rentrées dans les meurs au fil du temps, la question est : doit-on laisser ou non ce genre de technique mécaniser la procréation humaine ?
Re: enfants-médicaments
Posté par gulimo le 14/03/2006 01:21:55
Ce qui me dérange, c'est surtout l'idée qu'on ne demande pas l'avis de l'enfant qui naît. En somme, on s'en sert comme d'un objet duquel on a besoin. Ca a quelque chose d'assez malsain. D'un autre côté, si l'intervention échoue, il me semblerait terrible de la part des parents de considérer leur deuxième enfant comme fautif. Comment peut-on en vouloir à un bébé d'avoir fait échouer une opération alors qu'il est complètement étranger et même impuissant face aux actes de chirurgie que l'on commet sur lui. Ce n'est pas lui qui a fait échouer l'opération, ça peut être toutes sortes de choses mais pas lui. Et malgré tout, si les parents se mettaient une telle idée en tête, qu'ils se disent bien que c'est eux qui l'ont créé ce deuxième enfant et que si on fonctionne suivant ce raisonnement, ils sont tout aussi fautifs que l'enfant lui-même. Et on peut aller loin comme ça. Pourquoi ne pas remonter aux grand-parents?

Quoiqu'il en soit, je trouve que la science médicale, ça ressemble quand même parfois, excusez-moi du terme, à de la boucherie! On fait un peu n'importe quoi, on teste, on chipotte...

Je suis effaré par le commentaire de Spy (premier comentaire) qui prône de faire ce qu'on veut au nom de l'avancée de la médecine! Mais c'est ignoble de raisonner comme ça! Pense à toute la souffrance qu'on peut infliger à des êtres humains... Je suis désolé, c'est trop facile. On ne peut pas faire tout et n'importe quoi au nom de la science! Y a des limites à ne pas franchir. C'est pas pour rien qu'il existe une plétore de lois concernant ces pratiques. C'est une conséquence du fait que les gens refusent que l'on s'adonne à n'importe quelle pratique n'importe comment et ils ont bien raison.

Le raccourci que fait Spy: faire ce qu'on veut = progression. C'est comme si on disait demain: tiens, y a de la surpopulation sur la terre. Ben c'est pas grave, on va donner des armes aux gens et ils pourront aller tuer qui il veulent, ça règlera le problème! Voilà, c'est le même style de raccourci!

Franchement Spy, tu ferais mieux de réfléchir avant de dire des conneries!

Modifié le 14/03/2006 01:29:48
Re: enfants-médicaments
Posté par vaxire le 25/01/2006 12:22:39
Bonjour à tous!

J'aimerais apporter le cas vécu par ma compagne. Pour vous dire que nous sommes déjà les cobayes de l'industrie pharmaceutique.

Laure à ses quatorze ans avait des crises d'angoisses et une hyper activité sévère inexplicable pour elle sinon qu elle disait qu'elle devait se corriger. Si bien qu'elle en est allée à se mutiler plusieurs fois... Et oui il existe des cas comme celà...
On l'a placée dans un centre durant quatre semaines avec medicaments, suivi neuropsychologique et thérapeutique. On lui a donné SIPRALEXA dont sur la notice il est bien marqué de ne pas prescrire à des personnes de moins de dix huit ans. Mais cela, c'est pour les réglementations des médicaments. En fait, huits mois après et quelques récidives de crises d'automutilation de Laure, j'apprends sur un forum de neuro psychiatres que le SIPRALEXA pouvait renforcer les tendances suicidaires. Donc, elle aurait peut etre été quérie avec un autre médicament plus le suivi chez les psy mais là apparement, ce medicament à agravé la situation. Deux semaines après on lui à mi un nouveau psychiatre (un jeune) qui à du lui expliquer le plus sympathiquement possible les méfaits du SIPRALEXA ( à savoir, d'autre medicament du genre pour traiter l'hyperactivité contiennent cette molecule nuisante au personnes mineures, deso mais je ne la connait plus) et les causes de récidives qu'elle a pu subir.

Ceci pour vous montrer qu on est tout de meme sans le savoir manipulé par l'industrie pharmaceutique et que nous sommes tout de meme les cobayes d'un science qui parfois avance avec des oeuilleres sans soucis de l'individu et qui n'hésite pas à tester ses medicament sur de jeunes gens, enfants mais bien sur nous aussi, adultes

Voilà une réflexion qu il me semblait juste d'apporter ici dans ce sujet. Et je trouve cela DEGUEULASSE
Re: enfants-médicaments
Posté par damsy34 le 26/12/2005 02:55:24
"Problèmes...

Les échecs sont très nombreux ! La technique est douloureuse et lourde pour les parents; avec au final pas plus de 15% de chance de réussite car l'enfant doit avoir deux qualités : être sain et compatible. De plus avoir un bébé dans ces conditions prend au minimum deux ans. Certains petits malades parfois décèdent entre temps et en plus la greffe échoue tout de même deux fois sur dix."

Bof , je suis pas daccord le principe c'est une FIV (fecondation in vitro) classique, avec au préalable prelevement de spermatozoides du coté de l'homme et ponction d'ovocytes pour la femme (seul passage douloureux puisqu'on va les chercher sous anesthesie gené assisté par echographie). A partir de là pas grand chose, on joue les aprentis sorciers dans un milieux favorable au devellopement des gametes et on fait en sorte d'avoir fecondation... Reste a faire un DPI ( diagnostic pré implantatoire ) et de ré implanter dans l'uterus...
Quand au taux d'echec c'est celui d'une fecondation in vitro avec micro injection ( on force les gametes a se rencontrer ) classique je pense.


"Le débat est ouvert...

Est-il moral de créer un enfant qui sera juste médicament ?
L'enfant sera-t-il attendu pour lui même ? Et si le hasard de la vie veut que l'intervention ne marche pas, sera-t-il quand même aimé ?

Il y aura une responsabilité qui pesera sur l'enfant. On parle d'un enfant qui aura une mission, Si par malheur il n'est pas compatible ? L'amour qu'on va lui porter sera-t-il soumis à une condition ? "

La morale... je prefere le mot ethique soit dit en passant ( ce qui revient au meme puisque les deux mots on des origines etymologiques similaire...). Non l'acte ne l'est pas. Il s'oppose au principe d'indecidabilité , on pratique l'eugenisme positif ... c'est une abberation theorique. Mais il est necessaire de recadrer les choses , nous parlons ici d'êtres humains , le plus souvent dans en detresse moral (et physique le cas echeant )... De meme que l'avortement n'est pas un acte moral(ethique) en soit , l'urgence et la detresse font que nouss y avons recours , et tout le monde l'a accepté , plus personne ne s'en outrage. Il en sera de meme pour se genre de technologie je pense... Le vrai probleme c'est de legiferer relativement vite pour eviter tout abus.

Modifié le 26/12/2005 02:59:09
Re: Enfants-médicaments
Posté par sacrin le 24/06/2005 18:42:10
ce n'est pas une mentalité concervatrice.(et puis poursquoi dis tu a cette age la tu as +-le meme) ce qu'on veut dire c'est qu'il y a des choses qui ne se font pas... il est clair que le clonage d'organe etc c'est super mais pas celui d'humain et ici les enfants médicament son pour certains parents comme un clône qui ne serait untilisé qu'une seule fois juste pour aider le grand frère et puis basta... (JE SAIS QUE TOUT LE MONDE NE PENSE PAS COMME CA ET QUE TOUT LES PARENTS NE SONT PAS COMME CA) en parlant de clônage il y a certaines personne qui attendent de cette découverte de retrouver un être cher qui est décédé la aussi ca devient de la folie. il y a beaucoup de nouvelle technique qui peuvent sauver des vie mais elle ne sont pas toujours morale maintenant si vous n'avez aucun coeur ca ne tiens qu'a vous.


PS: je repete encore et encopre que chaque cas est différent et qu'il n'y a pas que des parents mal intentionnés. !!!!!
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (22)
L'auteur : Sarah Delvaux
28 ans, Belgique.
Publié le 18 juin 2005
Modifié le 22 mai 2005
Lu 8 133 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143