Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Essais (4)

Encore et toujours la suite des écrits de cette collégienne presque comme les autres... Serait-ce la fin ? Je ne pense pas... Pas encore...


LA JALOUSIE : Excusez moi, pour ce qui va suivre... C'est méchant... Ca put la haine et la jalousie... S'il te plaît m'en veux pas... Tu sauras peut-être pas que c'est pour toi... Mais quand même, m'en veux pas... Je dis juste ce que je pense...
voila comme je l'ai dit je m'excuse... Si vous croyez que je suis une gentille petite fille, parfaite, intègre, qui pense jamais de mal de personne, qui aime et qui est aimée de tout le monde... Etc etc... Beh ne lisez pas ça... Ca pourrait vous faire changer d'avis sur moi... Je suis emplie de haine et de jalousie... Et ce soir j'explose...
J'aurais tant voulu la détester, la haïr, pourtant elle m'a rien fait cette fille... Elle est parfaite... Elle est belle, elle est gentille, elle est intelligente, elle est amoureuse... Elle est sincère aussi... Et je lui reproche tout ça... Je lui reproche d'être faite pour lui... D'être tout pour lui... D'être elle... Oula je deviens méchante... Pourquoi je déverse ma haine ici ?? Pourquoi je garde pas tout ça pour moi ? Je vais encore faire du mal... Je lui en veux d'être heureux à ses cotés... C'est ça en fait... Je sui JALOUSE... Ca détruit tout... J'en oublie que ce que je voulais c'était qu'il soit heureux... Pourquoi ça me fait tant de mal qu'il le soit ? Parce que c'est pas avec moi ?? Je suis qu'une grosse égoïste en fait... Je pense qu'à moi... Et à moi qui aie besoin de lui... De son regard posé sur moi... De ses confidences aussi... Je dévie de sujet là... En fait je suis méchante, égoïste et jalouse... Ca donne envie de faire connaissance tout ça... Bon enfin j'ai commencé par "'je voudrais tant la haïr " et tout, parce que en fait je la hais pas... Bientôt je vais la remercier je pense... Faut me laissé du temps... Un peu de temps... Faut juste que j 'accepte... M'en voulez pas... Fallait que j'écrive tout ça... J'ai besoin qu'on sache ce que je pense... Qu'on sache que je suis pas une gentille fi-fille à sa maman, avec la robe repassée, les souliers vernis, et la raie sur le coté... Je suis le mal incarné... Sachez-le... Et oubliez moi...



LA DOULEUR : Tu me manques... Tu es parti sans qu'on se dise au revoir... Bon t'es pas vraiment parti... Mais c'est tout comme... C'est moi qui aie tout fait pour que tu partes... je sais... Je m'en veux... C'est si dur de recommencer... De faire comme si de rien n'était... faire comme si... marre de faire semblant, de faire comme si...

Je t'ai vu t'éloigner de moi, doucement, si doucement, presque imperceptiblement, pourtant c'était vrai, tu partais, tu partais pour ne pas revenir, pour ne plus jamais nous réunir, maintenant tu es tout pour elle, c'est elle ta merveille, elle est tout pour toi, tu es devenu son roi, je n'ai jamais été tienne, je n'ai jamais été ta reine, mais ton amitié me manque, ton sourire, ton regard, tout en toi me manque, tu me manques... les jours passent, et la vie trépasse, chaque jour passé avec ton souvenir, chaque jour passé sans toi dans mon avenir, me montre comme la vie peut être dure, et en même temps, aide à refermer la blessure...



LA HANTISE : deux yeux... deux yeux qui me hantent... qui tout le temps me fixent... deux yeux dont je ne sais pas la couleur... deux yeux et un regard... un regard fixe, profond, inflexible... un regard qui ne change pas... qui toujours me fixe avec cette même expression... tant de choses passent dans ce regard... ce sont juste ses yeux... ses yeux penchés sur une petite fille problématique... une petite fille de 14 ans causeuse de problèmes, c'est le mot... deux yeux que la petite fille regarde avec ses yeux à elle... ses yeux marrons qui brille quand elle voit les deux autres posés sur elle... Combien de temps se sont-il regardés comme ça ? Jusqu'à ce qu'elle détourne la tête... non les deux yeux n'ont pa vu ses larmes... ce regard, toujours là dans la tête de la petite fille... seul souvenir... la petite fille écrit beaucoup, et presque jamais, elle n'avait parlé de ce regard... peur de gâcher le souvenir... peur de gâcher le mirage... peur de ne pas trouver les mots pour exprimer ce que les deux yeux avaient provoqué comme bonheur en elle... parce que pour une fois, les deux yeux l'ont regardée autrement que comme une petite fille... cela arrive si rarement... les deux yeux... deux yeux qui la fixent dès qu'elle abaissent ses paupières... ces deux yeux et ce regard... gravés à jamais dans sa mémoire...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
Publié le 18 juin 2004
Modifié le 18 juin 2004
Lu 563 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲