Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Fabrication des micropuces éléctronique

Cet article décrit les étapes à la construction des micropuces.


Il est l'endroit le plus propre au monde, 10.000 fois plus propre qu'une salle d'opération : la dite chambre pure d'une usine fabriquant des micro puces. Celui qui travaille ici, doit porter une combinaison spéciale, qui doit recouvrire toute la peau, n'a pas le droit d'éternuer et de tousser. Les deo, l'eau de rasage et les cosmétiques ne sont pas autoriser, les fumeurs ne sont même pas engagés. Les gens se déplacent très lentement. Six fois par minute une installation spéciale change et nettoie l'air. Ce n'est que sous de telles conditions que probablement le plus complexe de tous les éléments techniques peut être fabriqué : la micro puce.




Très très sensible

De la carte perforée au microprocesseur
Les premiers ordinateurs qui ont travaillé d'après le principe binaire, étaient les calculatrices de bande perforée. Les transistors étaient alors, dans les années quarante du 20ème siècle, des tubes électriques. La continuité de courant entre eux était réglée par les trous perforé à la presse dans des carte. Les ordinateur de l'époque étaient en mesure de lire environ 200 trous par seconde, ce qui suffisait à peine de faire les calcules les plus simples. En outre, un tel appareil remplissait des chambre entières.
C'est grâce au bandes magnétiques que les données se laissèrent lire de manière plus compacte. Mais des appareils de la taille d'une armoire étaient toujours nécessaires pour faire des calcules que des ordinateurs de poche (calculatrice) peuvent réaliser aujourd'hui. Seule l'invention du microprocesseur révolutionna le traitement de données en 1971. Ce qui à permis à l'invention du Personnel Computer, plus brièvement le PC. Dans le cours de 30 ans, la performance d'une puce à pu être doublée presque chaque année. En même temps, les commutateurs électriques, et les transistors, devenaient de plus en plus petits. Aujourd'hui, ils ont une dimension de 13 nanomètres, c'est-à-dire, qu'ils sont mille fois plus fin q'un cheveux humain. Ce n'est qu'à l'aide d'un microscope électronique de trame que l'on peut encore reconnaître ces commutateurs minuscules. Les techniciens ont de grands problèmes lors de la fabrication des puces. Car les particules de poussière les plus petites qui tombent entre les voies de directeur pendant la production, rendent la puce inutilisable. C'est la raison pour laquelle des conditions de propreté strictes sont à l'ordre dans les secteurs de fabrication qui placent les stérilité de tout OP (Salle d'Opération) dans l'ombre.


Très très sensible - la fabrication d'une micropuce

Le procédé de fabrication d'une micropuce couvre plus de 400 étapes de travail et dure dix semaines. La puce doit être travaillé avec une fiabilité extrême pour chaque étape de sa production pour que la puce atteigne une fiabilité totale de plus de 90 pour cent. Les puces ne sont toutefois pas fabriqué particulièrement, mais dans une soit-disant "gaufrette". Une gaufrette est une glace mince et circulaire du silicium, sur laquelle il à la place pour environ 400 puces. Les commutateurs d'électricité minuscules (transistors) des différentes micropuces sont produit lorsque des techniciens enrichissent de façon ponctuelle la gaufrette à certaines places avec des éléments appropriés.

Pour cela le phosphore et le bore sont les plus communs. La production des voies de guidage sur la puce s'appelle une métallisation, à quoi de l'aluminium ou du cuivre est utilisé. Le verre isole jusqu'ici les couches de métal, toutefois des ingénieurs expérimentent récemment de manière renforcée avec des isolation de matière synthétique. La dernière de ces couches très sensibles scelle la puce. Les chemin entre les différentes étapes de travail parcourt la gaufrette dans dans des box spécial qui sont fournies avec des codes. Ainsi, chaque gaufrette peut être identifier et l'on peut savoir quelle étape de fabrication elle a déjà fait l'objet. Le transport s'effectue par un système ferroviaire bien étudié, les micropuces finies, découpe une scie de gaufrette. Celui-ci se compose plus finement de disques abrasifs circulaires qui sont tout juste 40 micromètres de large, comme le cheveux humains. Les glaces se tournent et tirent
sur la gaufrette des voies exactement ajustées. Parce que le silicium se chaufferait fortement avec cela, on refroidit les puces avec de l'eau qui en même temps les nettoie des éclats de silicium fins. La micropuce décolletée peut maintenant être insérée dans son produit fini.

La fabrication des micropuces est énormément coûteuse. Au commencement d'une nouvelle génération de puce, pour cela un prototype des lieux de production futurs est construit spécialement : le travail d'échantillon. Seulement si les marches de production sont optimisées, on copie identiquement les usines jusqu'à la dernière vis dans les pays de production. Une puce est produit environ cinq ans. Puis, une prochaine génération et la prochaine usine d'échantillon vient.


Très très sensible - le cœur complexes de chaque ordinateur

Les micropuces très sensibles forment le cœur de chaque appareil électronique, comme par exemple un ordinateur. Celui est rien d'autre qu'une calculatrice très complexe que chaque informations - que ce soit lettres, nombres ou images - doivent toutefois d'abord être traduire en sa propre langue. Ce langage informatique se compose de bits, de la plus petite unité d'information sur un ordinateur, auquel chaque bit a soit la valeur zéro, soit la valeur un. Aligner de bits peut représenter n'importe quelles informations. Ce, le code binaire, c. -à-d. Se composant seulement de deux valeurs est la base du monde numérique total.

Sur chaque puce, se trouvent des commutateurs électriques minuscule : les transistors. Lorsque il y a zéro, l'électricité passe entre deux transistors, lorsque il y a un, l'électricité ne passe pas. Les commutateurs électriques remplissent ainsi une fonction semblable aux feux de signalisation dans la circulation routière - ils règlent la continuité du courant sur les voies de directeur, les "voies de communication" d'une micropuce. Sur une puce moderne de la dimension d'un ongle de pouce se trouvent jusqu'à 55 millions de transistors. Ils sont reliés sur trois kilomètres de voies directeur et peuvent entre-temps enclencher plus de deux milliards et demi de fois par seconde entre zéro et un.

Ces nombres d'enclenchements par seconde s'appelle une fréquence de synchronisation et mesure, à quel point un ordinateur peut compter rapidement. Elle est mesurée dans des Giga hertz ou méga+ : Un milliard.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Re: Fabrication des micropuces éléctronique
Posté par jeronimo le 09/09/2004 18:44:13
oui tu as raison il y a quelques lol fautes d'ordografe mais je ne vai pas le changé tout de suite car il me faudrai de nouveau attendre une éternité jusqu'a ce qu'il soive publier
je te remerci beaucoup de ton opinion

signé Jeronimo l'enemi de tes enemi
Re: Fabrication des micropuces éléctronique
Posté par shredderman777 le 09/09/2004 18:11:55
Article très bon seulement il reste quelques fautes d'orthographe (les calculEs c'est des trucs qui se forment dans la vessie par exemple...)
sinon il date un peu ton article puisqu'Intel grave les prescott en 90 nanomètres et bosse déjà depuis pas mal de temps sur le 65 nanos...
Par convention, en électronique 1 ç passe et 0 ça passe pas et puis aussi, Giga c'est milliard et méga million....
Hormis celà ton article est super intéressant
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
L'auteur : Marc B. and so one
29 ans, Lausanne (Suisse).
Publié le 07 septembre 2004
Modifié le 23 août 2004
Lu 3 641 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲