FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Faut-il préférer l'argent au travail ?

Faut-il préférer l'argent au travail ? J'avoue, c'est une question assez... Matérialiste, mais essayons d'y répondre tout de même !


D'un côté, le travail est une servitude. Il n'a aucune valeur morale alors que l'argent nous permet d'être heureux. Il faut, par conséquent, préférer l'argent au travail.
D'un autre côté, le travail nous permet de nous réaliser en tant qu'êtres humains. Il a plus de valeur que l'argent. Essayons alors, de voir le "pour" et le "contre" de l'argent par rapport au travail !


Il faut préférer l'argent au travail

Le travail est une corvée. L'idée que le travail est vertueux est un préjugé d'origine chrétienne. L'homme de mérite, ce n'est pas celui qui travaille toute sa vie, mais celui qui s'enrichit rapidement et devient, ainsi, libre.

C'est la morale chrétienne qui a imposé l'idée qu'il était bon de travailler durement. Dans la Bible, en effet, le travail est présenté comme un châtiment divin. Lorsque Dieu chasse Adam et Eve du paradis, il les condamne à travailler pour subsister : "C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain" (Genèse, 3,17-19). Une telle morale est aujourd'hui dépassée.

Le travail ne rend pas heureux. Oui, si le travail n'a plus en soi aucune justification morale, si le mérite d'un homme ne se mesure pas à sa peine, alors il est plus important de s'enrichir que de travailler. L'argent permet en effet d'acheter la liberté et le bien-être qui la rendent heureux. Celui qui peut gagner beaucoup d'argent en peu de temps n'est pas immoral mais intelligent. Tout le monde, aujourd'hui, aspire à travailler moins et à gagner plus.

"On travaille pour de l'argent". La plupart des gens travaillent non parce qu'ils aiment ça, mais parce qu'ils doivent gagner leur vie. La fascination que nos contemporains éprouvent pour la loterie, les jeux télévisés, la spéculation boursière montre qu'ils se passeraient bien de travailler s'ils pouvaient remporter le gros lot. Adam et Eve ne travaillaient pas dans le jardin d'Eden. Avec de l'argent, on peut recréer le paradis sur Terre.

"Le travail est une peine alors que l'argent peut nous rendre libres et heureux. Tout le monde rêve d'être riche afin de ne plus travailler".


Il faut préférer le travail à l'argent

Le travail ne doit pas être avant tout un moyen de gagner de l'argent, mais une activité désintéressée, car c'est une manière pour l'homme de s'épanouir, de créer, d'exercer son habileté. Le souci du travail bien fait est un signe de moralité.

La valeur du travail n'est pas avant tout pécuniaire, mais morale. Comme toute activité spécifiquement humaine - réfléchir, créer - le travail doit être d'abord désintéressé : il faut aimer le travail pour lui-même, parce qu'il nous permet de nous épanouir, d'exercer nos compétences, de créer, de contribuer à la société, parce qu'il est bon, moral, de bien travailler.

La valeur morale du travail n'est pas liée au salaire. Il est certes nécessaire que le travail soit rémunéré à sa juste valeur, mais l'appât du gain ne doit pas être la première motivation. Il y a de la vertu à faire ce qu'on fait le mieux possible, par souci de l'excellence, sans avoir toujours en vue le profit, sans mesurer son effort. La qualité du travail est toujours meilleure lorsqu'il est fait par vocation plutôt que par intérêt.

Les économistes classiques, tels qu'Adam Smith ou même Marx, font du travail le fondement de la valeur économique. Le prix d'un objet, en effet, se mesure, d'après eux, au travail qu'il a nécessité. Selon Smith : "Le travail est la seule mesure universelle [...] des valeurs, le seul étalon qui puisse nous servir à comparer des valeurs des différentes marchandises" (La Richesse des Nations)

Si l'on ne s'intéresse qu'à l'argent, on méprisera le travail pour lui-même. Or, bien travailler est beaucoup plus honorable que travailler pour de l'argent.


Conclusion

Il semble que le travail soit de moins en moins valorisé dans notre société. Les médias n'ont d'admiration que pour les nouveaux millionnaires qui, grâce à la prétendue "nouvelle économie" ont gagné en quelques années avec des entreprises virtuelles ce qu'un industriel mettait autrefois toute une vie à engranger. Cette fascination pour l'argent rapide, gagné apparemment sans effort, est un mythe. Pour quelques petits malins qui réussissent de gros coups, l'immense majorité est contrainte de travailler pour un gain normal. Ce n'est que justice. Le travail ne doit pas être discrédité, parce que, contrairement à l'argent, il a une valeur morale. Le travail bien fait, celui que nous accomplissons non seulement pour gagner notre vie, mais aussi de manière désintéressée, par plaisir de créer et d'exercer nos compétences, par souci d'honnêteté, est ce qu'il y a de plus honorable, quel que soit le niveau de notre revenu. La logique économique ne reconnaît malheureusement pas toujours la vertu du travailleur scrupuleux et honnête.

Bien à vous.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Re: Faut-il préférer l'argent au travail ?
Posté par myrabelle le 10/02/2007 10:12:02
Franchement je ne suis ni pour le travail : sauf cas hélas exceptionnel : quand on l'a choisi de soi à soi c'est-à-dire qu'il ne nous a pas été fortement conseillé par nos parents et/ou autres proches mais qu'on l'a vraiment choisi soi sans pression extérieure,
ni pour l'argent : qui pervertit rapidement celui qui en possède, si il ne décide pas d'en rester le maître : de choisir ce qu'il va en faire

L’argent est insidieux
Ceux qui n’en ont pas croient qu’il vous rend heureux,
Qu’il exauce vos désirs les plus fous
Et vous comble de bonheur !
Mais, si vous avez tout,
Que pourriez-vous en plus désirer ?
Pas grand-chose !
Vous deviendrez aigri, blasé…
Et même malheureux !

Parce que vous aurez peur
Que votre prochain subtilise
Ce que, durement ou pas, vous avez acquis,
Sans vous avoir demandé auparavant votre avis,
Ou que l’on vous utilise,
Pour obtenir d’autres richesses,
Que l’on détourne votre volonté,
Pour vous emmener là où vous ne voulez pas aller !
Alors, des autres, des riches, des puissants,
Qui se rendent compte
Vis-à-vis des événements déterminants de leur vie :
Tragiques ou magiques et magnifiques,
Combien pour s’exprimer ils sont impuissants
Autrement que par l’argent,
Ne soyez pas envieux
Et vous serez heureux !
-------------------

Ceux qui n’ont pas d’argent, qui n’ont pas d’emploi
Sont-ils des personnes à moitié ?
Et dans ce cas, à moitié quoi ?
Idiotie de ce raisonnement à deux sous
Qui ne prend en compte que deux paramètres
Alors que chacun est des milliers de paramètres,
Changeants et même très variables,
De plus, souvent, indépendants de la volonté de la personne désignée…
Au jugé de la Société, ils sont moins… Ils sont plus…
Ne sont-ils pas comme vous et moi
Si… ! Oui !
Certains (la Société, et l’immense majorité de la population) pensent
Que ceux qui ne travaillent pas
Ont deux avantages sur eux :
Ils ne travaillent pas comme des malades :
Sans se poser de questions sur le pourquoi du comment de leur situation
Ils ne s’échinent pas non plus à se casser le dos …
Pour n’en récolter que peu de choses
Ils prennent le temps… de vivre !
Ou plus justement, malheureusement la plupart du temps : de survivre
Mais hélas ils ne l’ont pas choisi,
Car ils n’ont pas comme ces nantis
Un toit qui les protégerait du froid, du vent, de la chaleur…
Ils n’ont hélas plus que cela : du temps
A vivre de l’air du temps !
Mais comme les nantis n’ont pas non plus choisi sciemment leur vie, leur emploi
Leur en veulent (à ceux qui ne travaillent pas) :
De ne pas trimer sans raison,
De ne pas faire comme eux :
Suivre comme des moutons, les instructions obligatoires à accomplir des autres
Se cherchant de mauvaises excuses
Afin de ne pas se trouver
Face à la vérité toute nue
Qui déshabille les mensonges
Mais ne les fait hélas, que provisoirement disparaître.
-----------------------
Donner sans attendre de récompense
Est très difficile dans une société
Basée sur les apparences et sur l’argent
Sur la fausseté :
Sur un a peu près de vérité
Mais pas entier, pas complet, et donc faux
C’est donner pour semblant :
Ce n’est donc pas donner de tout son cœur
Car au fond de soi on est indécis
On aurait voulu peut-être y garder
On n’était pas sûr de ses sentiments concernant cette chose
On a agi trop vite,
On n’a pas pris le temps de s’interroger tranquillement,
On a agi sans se demander ce qu’on voulait vraiment
Au fond de son cœur…
Dommage vraiment !
Et dangereux pour ceux qui le reçoivent
Car recevoir quelque chose donné sans être totalement donné
Donc pas vraiment à soi !
On ne sait pas quoi en faire
On en est embarrassé
On est en quelque sorte volé… sur une possibilité totale
Qui ne nous est pas complètement offerte !
ON en est mécontent voire même très déçu
D’avoir été ainsi berné !
Alors que d’autres manières d’agir plus correctes et respectueuses d’autrui Existent bien heureusement !
Donner ,
Sans attendre de récompense
Et quelquefois pas même de «merci »,
C’est donner généreusement
Du fond de son cœur,
Selon un élan naturel de son cœur et de son corps, réunis
Totalement, donc sans regret
En tout cas, sur le moment,
Mais en général, ça se confirme,
On est heureux d’avoir donné sans arrière-pensée…
Vraiment !!!
----------------------------
Quand vos parents pensent faire leur devoir en monnayant leur attention,
Qu’ils sont sûrs de faire tous leurs efforts de cette façon,
Que, quand ils rentrent fatigués de leur journée,
Ils ne vous accordent aucun regard,
Et qu’ils se moquent de vous sans penser à vous émouvoir,
Comment ne pas vouloir se rebeller ?
Les enfants doivent évoluer,
Mais, si on les brime, si on leur cache la vérité,
Si on ne les "aime que par le pouvoir de l'argent"...
Dans ces conditions,
Comment les parents peuvent-ils être sûrs d’aimer vraiment ?
Des intellectuels enfermés dans "leur savoir, leurs croyances"
Ne veulent surtout pas s’abaisser à regarder des sentiments tels que l’amour et l’amitié.
Qu’en feraient-ils en haut de leur montagne d’incompréhension ?
Ils me font de la peine. Mon cœur est triste de cette haine.
C’est pourquoi je ne vois pas l’intérêt
D’être riche à millions.
Je préfère avoir un grand cœur
Et dispenser le bonheur.
-----------------
J’aimerais tant que le monde
Prenne une toute petite seconde
Pour s’aimer énormément.
Il réfléchirait tout autrement !
---------------
Toi qui te lances tout entier
Dans une action merveilleusement belle,
Ne perds pas de vue
Ton objectif, l’essentiel !
Essaie, toutefois, de ne pas occulter
De tes augustes pensées :
Les joies simples, les sentiments,
Qui ne coûtent pas d’argent
Mais apportent tellement
Dans le cœur des enfants,
Et dans celui des grands.
N’oublie pas, que, sans ton prochain,
Tu ne serais, pas autant que tu souhaites l’être, toi !
Ta mère, une femme, un être humain
T'as créé pour ton bien,
Pour t’apporter la tendresse, l’affection,
Dont on a tous, qu'on le veuille ou non,
Un grand besoin, au fond !
----------------

Dire la vérité est un acte d'amour
Qui permet de se réveiller chaque jour
En n'ayant plus peur du regard des autres gens,...
Car, en soi, on porte la paix intérieure,
Celle que l'on a acquise en travaillant sur soi, en soi,
A se poser des questions cruciales,
Qui, si on ne les avale,
Nous avaleront elles, sans ménagement.
Alors, que voulez-vous : le beurre et l'argent du beurre
Ou se dire que l'argent ne fait pas le bonheur

Et que ce que l'on veut : c'est le meilleur
Qui ne s'acquiert qu'avec son cœur ?
----------------
Belle maison, mobilier impeccable
Choses que l’on ne peut déplacer
Sous peine de déranger
«L’harmonie » qui règne dans cette demeure « vénérable »…
Que de tristesse, là,
Où la vie n’a pas sa place véritable !
Les hôtes n’ont souvent pas de descendance
Sinon, ils devraient morceler leur patrimoine, leur héritage
Et n’en bénéficier, qu’amputé d’une partie
Pour eux, quel ennui !
Et surtout quel outrage !
Ils enragent !
Quant à se mélanger avec d’autres castes de leur pays, c’est impensable !
Ils risqueraient de se rendre compte enfin de leurs travers
Et ne plus pouvoir agir de même, ou continuer à vivre volontairement dans ce genre d’ »enfer »
Où, toute la journée, on n’a aucune obligation à remplir, aucun travail à faire !
Ces »nobles » personnages ont une attitude teintée trop fortement de «devoirs» et de convenances !
Si peu de rires ou de danses
Sauf, bien entendu, s’il doit avoir lieu dans la famille un mariage princier…
Ici, les enfants ne peuvent courir, jouer,
S’amuser, exister ! ! !
Ils doivent en outre leurs parents vouvoyer !
Tous les habitants doivent prendre d’infinies précautions avec chaque bibelot,
Marchant sur des patins afin de ne pas salir le moindre centimètre du sol, le moindre carreau…
Il ne faut surtout pas modifier quoi que ce soit !
Quand l’argent règne en maître,
On ne retrouve que le paraître ! ! !
Voilà ce que j’aperçois d’une toute petite fenêtre…
----------------------

Qu'en pensez-vous ?
Amicalement
Myrabelle (http://myrabelle.chez-alice.fr)
Re: Faut-il préférer l'argent au travail ?
Posté par beauf de france le 09/02/2007 15:10:20
Ah merci, je ne me rappelais plus du titre. ^^
Re: Faut-il préférer l'argent au travail ?
Posté par windowman le 09/02/2007 07:13:25
"De l'éthique protestante et de l'esprit du capitalisme", de Max Weber.

Aujourd'hui, effectivement, on est dans un discours démago où on loue les travailleurs tout en dégradant leur statut.
Re: Faut-il préférer l'argent au travail ?
Posté par beauf de france le 08/02/2007 23:29:41
J'aime bien, en effet l'argent permet une certaine libération vis-à-vis des échanges, il les dépersonnalise comme disait Simmel mais cependant, l'argent aliène au travail. Le droit à la paresse ^^. On dirait un peu le truc de la morale protestante et du capitalisme c'est même un bouquin je crois, je ne sais plus..... Bref. J'adhère à tes propos windowman. Il faudrait casser l'essor du matérialisme et revenir à des relations plus humaines. La servitude volontaire, pour rentrer dans les carcans des institutions normatives et contraignantes. On valorise le travail, comme une chose exceptionnelle un peu à la manière de Pétain Travail, Famille, Patrie.
Re: Faut-il préférer l'argent au travail ?
Posté par ptit sucre le 08/02/2007 18:59:16
Oui, j'ai oublié de detailler mon post ^^
Je rejoins gros cake, la conclusion est bien plus interessante que les deux premieres partie, parce que tu ne te contentes pas de dire "Le travail c'est mieux que l'argent" "Ah non en fait c'est l'argent qui est mieux", Un article avec ta conclusion en plus developpé aurait eté sympa, car tu as des idées/arguments.
Vala ^^
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Publié le 08 février 2007
Modifié le 13 janvier 2007
Lu 890 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143