Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Fragiles, fantasques ou mutines espèrences ?

Homage aux artistes, à leur sensibilité, à la foçon qu'ils ont de nous émouvoir, de nous éclairer.


Je suis bête ! Dire que j'ai cru l'avoir écouté... J'ai écouté que dalle !

Mais plus tard dans le cœur de la nuit, au cœur de l'abandon hurlant, je l'ai réécouté. L'artiste ! Et quelle surprise : Une claque qui résonne encore dans ma tête. Le poète ! Il m'a eu, ému, compris, soulagé, corrigé par sa grandeur et sa simplicité, sa générosité et sans courage. Il m'a affaibli par la justesse de ses mots. Comme quelqu'un qui lisait en moi. Transparent j'étais sous ses yeux. Ma propre histoire défilant au fil des notes. Et là, je découvre, émerveillé par l'humanité de sa poésie et le velouté de sa musique, un bout de son (de mon ?) jardin intime qui reflète sa vision du monde.

Fragile... Un hymne à la paix qui par le tableau sinistre qu'il dessine de la réalité des champs de batailles. Un appel à la sagesse mettant la cruauté de l'Homme face à sa faiblesse. Bouleversant témoignage de la fragilité de ce que nous sommes.


Si le sang coulait, quand la chair et l'acier ne font qu'un
Séchant dans la pâleur d'un soleil en déclin...
La pluie du lendemain laverait nos impuretés
Mais dans nos esprits quelque chose d'éternel resterait...
Encore et encore, la pluie tomberait telle des larmes des étoiles
Encore et encore, la pluie verrait comme nous sommes fragiles.
(Traduction personnelle du premier couplet).


Pourtant sa main s'est comme tendue à moi et dans le noir, je me suis senti moins insignifiant. Pourtant, ça n'est pas un hasard si je le ressens ainsi. Certes, on ne peut regarder le monde à travers autre chose que ses propres yeux vu que chacun a sa sensibilité acquise au fil du vécu. Soit ! Par ailleurs, on l'enrichit aussi par les pensées des autres... La voilà la méditation d'autrui qui nous aide à savoir qui nous sommes, à devenir meilleurs.

Quel cadeau... Dans chacun de ses mots, on perçoit l'importance des petits bonheurs et des petites misères quotidiennes ; mettant le doigt sur ce que seuls quelques rares artistes osent décrire. Ça n'est pas donné de le suivre dans chacun des voyages où il nous emmène mais le coup en vaut la chandelle. Magnifique visite guidée à travers les entrailles de cet être unique par sa force ; être au cœur plus tendre et au regard plus doux que ceux du commun des humains.

Rien ne pourrait résumer ni soulager la somme de toutes les peurs. Le fardeau du passé. Par contre l'émotion de la chanson, sa profondeur et la clarté de la vision k'elle propose sont à même de nous faire comprendre que rien ne vient de la violence et rien ne pourrait l'être.


Fantasque ou mutine

Lorsqu'on me demande "Comment est la vie là-bas ?", "qu'est-ce que c'est que de grandir dans un pays ou la guerre civile a fait plus de 200 milles morts depuis 1992 ?", je laisse à celui qui peut ou veux le soin d'imaginer ce que c'est que de grandir dans la peur d'être la prochaine victime. Le terrorisme est si aveugle, si dévastateur. La répression continue d'un système qui veut à tout prix se maintenir en place creuse un abîme entre l'individu et son humanité. Subir le matraquage idéologique sournois d'une société martyrisée et apeurée, renie le plus farouche des esprits. Toujours garder des œillères pour ne pas tomber dans le fanatisme ou sombrer dans l'excès de la folie.

On ne se rend pas encore compte en parlant de tout ça à quel point nous –jeunes de la génération qui avons été frappés de plein fouet par ce cruel et tragique sort- avons été malheureux, désespérés, perdus dans le monde. On a d'autant plus mal lorsqu'on pense que tout cela aurait pu être évité. On aurait autres choses que des cauchemars à l'esprit. On aurait eu une jeunesse insouciante et rêveuse, tournée vers l'avenir et libre de faire sa révolution...

Ne serait-ce là qu'un fantasque délire porté par une ire mutine ?

Oui... Peut-être. Et heureusement qu'il reste encore l'évasion, la cours de tout prisonnier. Heureusement qu'il reste la rêverie. Fébrile et indocile mère de la créativité. Fabrique à idéaux. Reine qui refuse de céder son trône.

Ces expériences émotionnelles ne font que conforter l'estime et le profond respect que j'ai pour les Artistes. Les aliens de cette envergure sont pour moi, des lumières qui dans les ténèbres nous prennent par la main et nous rassurent en nous montrant le chemin ; nous murmures que personne n'est seul ; même dans le désespoir et le malheur. Ils sont les porte-voix des opprimés et des cœurs saignants. A travers eux vivent nos complaintes et nos aspirations ; ils sont la sagesse qui modère nos colères et les transforme en innocence.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Adel Aït-hammouda
39 ans, Béjaïa (Algérie).
Publié le 17 octobre 2006
Modifié le 29 août 2006
Lu 585 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲