FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Gauche, droite, pourquoi tant de haine ?

Gauche, droite, en apparence deux camps irréductiblement opposés. Je ressens de la tristesse devant une opposition qui condamne un pays à rester unijambiste, alors que tout le monde sait qu'elle n'est qu'illusion...


Bonjour à tous,


Je souhaite d'abord dire que l'image d'une galaxie n'a aucun rapport avec l'article, si ce n'est qu'elle illustre bien la complexité de la réalité. Je l'ai choisie car je ne voulais pas mettre en valeur un leader quelconque ou des slogans, affiches ou autres...

En vrai, cet article va tenter de décrire comment je ressens le décalage qui sépare les Français de la politique, sur un point précis : cette "gauche" et cette "droite" qu'on nous présente comme des ennemis irréconciliables alors que nous sentons, certes encore confusément, que ces notions sont obsolètes et non opérantes dans le monde complexe aujourd'hui.


Droite et gauche, c'est quoi ?

Un peu d'historique d'abord... En France, c'est au moment de voter la mort de Louis XVI que ces expressions sont nées. Ils ont désigné les camps respectifs du oui et du non à cette exécution, d'après le coté de l'amphithéâtre où s'étaient placé les députés. Mauvais début que celui-là, on a divisé les opinions d'après la réponse à une question qui, d'un point de vue concret, représentait un intérêt très limité : tuer ou non un bouc émissaire représentant symboliquement un système que l'on voulait mettre à bas.

Après, ce sont les oppositions que l'on sait, la gauche étant réputée plus sociale et associée aux mouvements ouvriers et la droite plus économique et du coté des patrons et de l'église, pour en arriver au sens qu'ont ces mots aujourd'hui, où ils sont quasiment devenu des synonymes respectivement d'économique et de social...


Gouverner, c'est marcher sur deux jambes

Alors, un gouvernement doit-il faire du social ou de l'économie ? Bien évidemment, les deux mon Capitaine ! C'est une évidence et seuls les militants aveuglés par leurs doctrines ne le voient pas.

Si l'on examine attentivement la part de "gauche" et de "droite" dans un programme de gouvernement, on se rendra compte que, à moins de tomber dans la démagogie et de tenir une politique illusoire, tout programme est à 50/50, disons +/-5%. Et ces +/-5% permettent-ils de dire qu'un gouvernement est "de droite" ou "de gauche" ? A l'évidence non, car ils dépendent plus de la situation immédiate (la fameuse "conjoncture") et des priorités à court terme que des étiquettes des gouvernants.

En fait, plus que "j'encourage l'industrie pour faire marcher le pays" ou "je redistribuer équitablement les bénéfices", tout gouvernant est OBLIGE de faire les deux, car l'un ne va pas sans l'autre. Ce qui change, ce sont les orientations, qui dépendent de la situation. Créer des entreprises et secourir les plus faibles en temps de crise, soutenir la croissance et en répartir équitablement les fruits en temps de vaches grasses. On devra toujours faire bouillir la marmite avec de la "droite", qui engendrera inévitablement des dérives, que de la "gauche" permettra de maîtriser. Une voiture a besoin d'un moteur ET d'un frein...


Alors pourquoi ces illusions ?

Mais alors, pourquoi, me direz-vous, cherche-t-on à vous faire croire que la gauche et la droite existent réellement en tant que camps s'opposant ?

Simple : cela satisfait tout le monde !

Pour la "France d'en-haut", d'abord. Quoi de plus rassurant que de diviser la "France d'en-bas" en deux, de s'en attribuer chacun sa moitié et de régner ainsi tranquillement, chacun désignant l'autre comme ennemi immémorial, voire héréditaire, mais surtout comme cause de tous les malheurs ! "Si l'autre n'était pas là, tout irait bien", entend-t-on à tout bout de champ. Cela permet d'éviter à moindres frais que le bon peuple ne se pose des questions.

Mais le bon peuple lui-même en est content, cela lui évite de réfléchir ! Prendre les problèmes à bras-le-corps, analyser, faire preuve d'esprit critique, c'est fatiguant... Alors que nos élites fournissent déjà de si confortables "prêt-à-penser" qui évitent la fatigue cérébrale ! De plus, stigmatiser un ennemi, c'est agréable ! On n'y peut rien, c'est l'être humain qui est construit comme çà, il doit s'identifier à des groupes. Alors, on lui donne des partis et pour quémander l'approbation du groupe, il mettra joyeusement son propre esprit en veilleuse.


Alors, quoi faire ?

Ce qui précède n'est que mon ressenti, analysé avec mes mots. Ce qui suit est ce que je m'efforce de faire pour échapper à cette pression anti-démocratique conjointe de nos institutions politiques.

D'abord, première règle : n'adhérer à rien... Garder sa liberté individuelle, cela signifie pouvoir se permettre de dire ce que l'on pense, ce que je fais en ce moment.

Deuxième règle de base : ne pas accepter d'absolu. Car l'absolu est le premier pas vers l'intolérance et la dictature. Quel que soit sa nature, je considère que si le Mal existe ici-bas, il a sans doute l'apparence confortable d'un "prêt-à-penser", sans doute religieux ou idéologique, mais pas forcément, en tout cas bien "packagé" et bien "marketté" ^-^

Enfin, troisième et dernière règle : ne jamais écarter que dans les affaires humaines, une chose et son contraire ne puissent se produire simultanément. La réalité est affaire d'équilibre des contraires, jamais de victoire d'un contraire sur l'autre.

Avec ces trois règles, j'ai réussi à trouver une voie individuelle qui me permet de garantir ma liberté. Le problème, c'est qu'elles ne sont pas vraiment applicables à grande échelle, sauf à dispenser une éducation au sens critique bien plus poussée qu'on ne le fait actuellement...

Franchement, je pense que les tendances au bipolarisme sont vieilles comme le monde et qu'elles viennent du temps des cavernes, de la manière dont l'esprit humain a été façonné par l'évolution. Elles sont donc en chacun d'entre nous, extrêmement séduisantes et difficiles à combattre. Je n'ai pas de solution miracle, sauf celle-ci : vous avez un cerveau, utilisez-le...

Enfin, pour conclure, merci à celui qui m'a qualifié de "dénigreur plus ou moins professionnel", j'accepte le compliment avec plaisir !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (15)
Re: Gauche, droite, pourquoi tant de haine ?
Posté par myriam c le 06/12/2008 12:26:53
Benoît, tu dis :

"mais tâchions de nous auto-limiter pour ne pas blesser autrui."

Justement, nous devons soulever les limites qui nous ont été apportées depuis des lustres !
Nous devons en nous, nous libérer de ce que le monde nous donne.
Retrouver les vrais valeurs de l'humanité.
Pour cela il est indispensable "D'APPRENDRE A DESAPPRENDRE".
C'est à chaque personne, une fois libérée, de ce positionner, de se savoir autonome et surtout LIBRE DE PENSER PAR LUI MÊME....

A notre niveau, nous sommes là, présents sur le forum, entrain de "réveiller" un sujet dit "politique" : pure facade! car c'est bien derrière ce tableau, que nous recherchons notre réalité d'être, actuellement dictés par quelques hommes...

Dans l'espérance qu'aujourd'hui des personnes de tout origine, de tout lieu sur cette terre s'accorde le temps et le droit de s'exprimer au dela des frontières, car n'oublions pas nous sommes tous "humains" porteurs de nos limites, nos peurs, nos habitudes...
Peut être que le mouvement " MONDIAL" nous permettera de nous "Unir et de nos Relier" au dela de la forme politique !

Nous avons qujourd'hui l'état du monde que nous avons construit hier....
Aujourd'hui, nous construisons le monde de demain... et chacun y a sa place !
Re: Gauche, droite, pourquoi tant de haine ?
Posté par mutos le 06/12/2008 11:54:43
Bonjour myriam, bonjour à tous,


Tout d'abord, merci de réveiller ce sujet endormi depuis si longtemps !

Tu as peut-être raison, peut-être cette crise sera-t'elle différente des précédentes, permettra-t'elle de rebondir... Il faudrait tant d'éducation, il faudrait tant choisir de respecter le libre-arbitre et les différences. Et toujours les vieux démons ressurgissent, c'est d'un vrai labeur de Sisyphe que nous parlons là !

De toute manière, il y n'y a qu'une certitude, c'est qu'il n'y a pas de certitude. Le monde a toujours été mouvant, il le sera toujours, et la bonne réponse d'aujourd'hui peut être néfaste demain.

D'où le besoin d'experts de bonne volonté, de gens qui ont des connaissances et surtout les partagent. D'où le besoin de culture, que chacun cherche ces connaissances et puisse les trouver. D'où le besoin de libre-arbitre, que personne ne se laisse plus dicter son comportement par autrui. D'où la nécessité du respect et de l'écoute, que cependant nous ne versions pas dans l'individualisme forcené, mais tâchions de nous auto-limiter pour ne pas blesser autrui.

Et toutes ces choses nous conduisent naturellement au besoin d'équilibre, surtout pas d'extrêmes ! Un équilibre mouvant, toujours en déséquilibre, toujours remis en cause, difficile à trouver et à garder. Chose que les idéologies, les vérités pré-mâchées, ne peuvent faire naître. Elles peuvent avoir leur utilité en tant que points de référence, ancrages pour fixer les idées, mais ce n'est qu'en les croisant et en leur enlevant leur qualité usurpée d'absolu qu'il sera possible de leur donner vie.

Alors oui au parti de COEUR, oui aux discussions, oui à la pollinisation croisée des idées !

@+

Benoît 'Mutos' ROBIN
Re: Gauche, droite, pourquoi tant de haine ?
Posté par myriam c le 06/12/2008 08:50:16
Bonjour,

Je ne suis pas là pour décortiquer les codes politiques, mais pour partager avec vous mes ressentis simples sur ce sujet.

Les "opposés" sont là, en politique et à tout les niveaux dans ce monde.
Nous devons "compiler" avec !
Ma petite voix intérieure me dit que dans l'absolu seront dans "l'Unité", mais il y a du boulot...pour chacun.

Je suis comme beaucoup, à écouter et faire de mon mieux pour comprendre les discours des parties...
Et comme beaucoup d'entre nous, je suis partagé.
Suis-je pour ou contre ?

J'ai pu remarquer la détermination lors des éléctions, la tendance à voter "contre" un partie ou une personne.

Même si cela est difficile, nous devons faire au mieux de nos convictions propres, sans pour autant avoir le sentiment d'accorder le tout pouvoir à X ou Y.

De plus le monde politique doit se réjouir de notre manque de "discernement" face à leurs propos. Ils savent bien "noyer" le poisson. Le manque d'instruction peut jouer à leurs avantages...

Je rêve du jour, où chaque citoyen aura la pulsion de "penser" et exercer le droit d'expression et élire la personne ou le groupe qui répondra à l'attente du peuple du pays.
Pour l'instant, nous restons un peuple soumis, avec l'illusion de "choisir" !
Personnellement, je vote et bizarrement ce ne sont jamais les élus !!

Combien de temps encore vivrons nous le règne du pouvoir, de la domination ?
Je ne sais pas, mais ma petite voix me dit encore que toute chose à une fin. Que la bataille des opposés laissera la place à l'unité.
Chose que nous ne connaissons pas, puisque tout dans nos existence est confronté à cette bataille.
Commençons à travailler notre "discernement" et surtout à travailler notre "individualité" de penser.
Changeons notre façon de penser et arrêtons d'être contre mais pour...

Peut être qu'un jour, des personnes se leverons debout et ferons naître un autre parti, celui de "CŒUR" ! et ce jour là, nous n'aurons plus d'hésitation... peut être aussi que la crise économique nous y aidera, car sans plus de pouvoir argent... que restera t-il ?
Re: Gauche, droite, pourquoi tant de haine ?
Posté par mutos le 31/10/2005 05:56:33
Bonjour à tous, bonjour kenji,


Ce que tu dis, si j'ai bien compris c'est simplement que, malgré que tu te forces à t'intéresser à la politique, tu es frustré de ne pas pouvoir aller plus loin dans la politique actuelle. Qunt à tes potes, soit ils ont déjà démissionné et n'ont pas fait l'effort d'aller s'informer, soit quand ils l'ont fait ils ont été découragés par le langage quasi-juridique des politiques, qu'ils n'ont pas été préparés à comprendre.

Comme toujours on en revient à l'éducation. Education, pas forcément instruction, bien que les deux soient liés. Education citoyenne, au sens critique, à ne pas accepter les idées prémâchées, à s'intéresser à la politique. Si je ne m'intéressai pas à la politique, je n'aurai jamais posté cet article, car je n'aurai jamais été assez frustré par son état de délabrement actuel et ce qui m'apparaît comme l'impossibilité actuelle de s'engager sans se corrompre.

Peut-être que la solution passe par un mouvement de citoyens responsables, qui ouvrirait des débats sur des sujets divers, mais toujours d'ordre politique et qui tiendrait des sortes de FAQ, de dossiers, comme un "60 millions de consommateurs" de la politique. Sur tel sujet, que disent les principaux partis, quelles sont les principales positions, les alignements sur les principaux axes de pensée, qui dit quoi et pourquoi ? Avec des intervenants de tous les bords, de bonne volonté, sans jamais verser dans la démagogie et dans la querelle de chapelle, mais pour mettre en lumière les différentes positions et laisser à chacun le libre choix...

C'est une idée qui m'est venue en te lisant, kenji, une sorte de guide du routard de la politique, pouvant permettre à celui qui n'y connait rien de s'orienter, de se positionner, de s'engager selon ses propres choix et peut-être, si tel est son choix, de choisir un parti, mais en toute connaissance de cause...

Un beau rêve ! Réalisable ? Je ne sais pas... Je sais que je n'ai pas assez de temps pour un projet aussi ambitieux, j'ai déjà mon univers de SF ^-^ Mais çà me plairait bien, qui sait un jour ?


@+

Benoît 'Mutos' ROBIN
http://hoshikaze.net
au sujet de la politique générale
Posté par kenji le 31/10/2005 05:00:10
Jessaye de minterresser à la politique je moblige par exemple régulièrement à regarder l'assemblée nationale sur fr3. Quand j'ai reçu pour les dernières elections la nouvelles constitution qui voulai faire passé je lai lu, enfin jai tenter de la lire.
Et puis jai regarder autour de moi, mes amis. La plupart nont pa la soif de connaissance, plus tard je sais bien qu'il feron parti de la classe si je pui dire ouvrière. Jai pensé a eux, en age de voter, s'en avoir jamais eu de carte electorale. Certains me demandant même si Le Pen était de gauche ou de droite. Jai pensé a eux en me disant ke devant ce gro pavé de la constitution, il naurai pa le courage daler plu loin et de louvrir. J'ai pensé a eux en me disant qu'avec le niveau détude qu'il avaient fait il ne serait pas en mesure de comprendre ne serait ce qu'un article sans un dico près d'eux. Je pensai alors, qu'en classe rien nétait fait pour ke tout les jeune soit stimulé à la politique. Rien ai fait pour faire comprendre objectivement au jeune l'importance de voter ou de même sinteressé à la politique. la plupart de mes amis ne voteron sans doute jamais, car il ne se retrouve pas dans la politique. Je sais qu'il y a plein dotre jeune qui n'auron jamais le plaisir de metre lenvelope dan lurne. Cela restera inconnu pour eux, car ces dernier ninterresse personnes. Jamai aucun homme politique prendra en considération tou les français, il ne prendra en compte que ses clients potentiels.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (15)
L'auteur : Benoît Robin
50 ans, Feucherolles (France).
Publié le 16 octobre 2005
Modifié le 10 octobre 2005
Lu 1 070 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143