FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Ghost World

Ca fait longtemps que ça me travaille, & comme (une fois n'est pas coutume) j'ai un peu de temps cette nuit, je tiens à vous présenter cette oeuvre telle que je l'ai perçue...


Une ville américaine empreinte de banalitude, deux jeunes filles aussi inséparables que complémentaires, il n'en faut pas davantage à Daniel Clowes pour tisser sa trame avec un don on ne peut plus circonspectif.

Le premier volet (de garage) vise à nous présenter Enid et Rebecca, acolytes en pleine phase de causticité. Les moqueries accusatrices fusent face à l'écran, face à la vie. Derrière ce "passe-temps" favori - entrecoupé de scènes imaginatives au cours desquelles chaque personnage rencontré est immédiatement mué en looser désespérant ou en détraqué - semble se tapir une véritable peur du temps qui passe, qui remplace et repeint allégrement la candeur de jadis...

Fin de l'adolescence, période charnière scandée par des symboles on ne peut plus ordinaires : premières expériences sexuelles, adieux au lycée (aucune scène à ce propos, nous supposons que ce sont les vacances d'été) et passage du permis de conduire pour Enid, l'extravertie, l'active, la fonceuse... Qui, contrairement à la passive et constante Rebecca, tente par tous les moyens de fuir la mornasserie ambiante.

En effet, Enid s'épanouit véritablement partout sauf dans la peau et l'endroit où elle est. Quoi de plus banal en somme pour une adolescente si ce n'est que son observation cinglante du monde qui l'entoure renforce sa tendance à résister pour exister. Nostalgique d'un jouet, d'un disque ou plus généralement d'une époque révolue, elle s'interroge puis tente de rejoindre différents looks et lieux sans doute embellis par l'empreinte du temps. Malheureusement, ses fantasmes sont toujours rattrapés par un quotidien qui l'épuise de plus en plus.

Ses états d'âme semblent en effet inhérents à ses nombreuses espérances avortées : Enid se protège comme elle peut de l'humain derrière moult façades, rompt ou évite toute relation charnelle avec l'Autre et, comme pour mettre en exergue ce type d'illusion, met en place une sinistre et cruelle fourberie visant à donner un faux rendez-vous à un malheureux barbu qui eût le malheur de rédiger une annonce dans un journal à la rubrique rencontres.

De même, son examen d'entrée à une prestigieuse école tant prônée par pôpa, tombe immédiatement à l'eau. S'agit-il alors d'un refus de satisfaire la fierté du géniteur ou d'une prise de conscience progressive supposée traduire que tout demeure inutile et vain ?

Peu à peu, les adolescentes se renferment fatalement dans leurs bulles respectives : quand Rebecca se contente de l'humain (auquel elle s'obstine à croire on ne sait trop pourquoi), Enid, révoltée par l'hypocrisie et la médiocrité environnantes, semble chercher quelque chose d'indéfinissable et de Vrai. Corps ou âme, réel ou spirituel ? Ce type de dichotomie est ici on ne peut plus évident.

Puis le temps passe, assez brutalement sans doute. Rebecca finit par se lier, par amour ou plutôt par convenance, avec le timide Josh, qui, toujours impassible, semble accepter tout ce qui s'offre à lui, pourvu que rien ne soit "hors-normes" ou trop dérangeant à ses yeux.
Enid, emplie d'un renoncement plus ou moins élu et un brin schizonévrosée, se rapproche davantage des éléments qui découlent du non-humain (séance de voyance sur une plage déserte avec un certain Bob Skeetes rencontré quelques mois plus tôt, traînailleries solitaires au fil des rues, etc).

L'évidence d'un univers ectoplasmique apparaît singulièrement à ses yeux, comme un message peint et dépeint par et pour elle, et faisant figure d'hallucination ou de nonsense pour ceux qui s'en éloignent.


Plans capitaux, mise en relief de symboles réalistiques et strates temporelles bien marquées, cet ouvrage avait toutes les caractéristiques requises pour se laisser tenter par une interprétation filmique. Ce fut chose faite il y a un peu plus de cinq ans suite à une rencontre avec le réalisateur américain Terry Zwigoff, incarnation du personnage de Seymour, réfugié lui aussi dans le passé.

Car (petite et non-négligeable précision), le film reste pour moi très bon, mais bien différent de la bande dessinée dont je viens de vous "parler". Attendez-vous à voir apparaître de nouveaux personnages ainsi qu'une héroïne "artiste" et particulièrement créative. À ne pas manquer !

http://frames.free.fr/ghostworld.htm
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (9)
Re: Ghost world
Posté par flougaussien le 06/01/2007 20:08:33
Oui c'est ça Les lois de l'attraction. Ca peut passer pour un "film de jeunes" à priori, mais en fait ça n'en est pas un. C'est trompeur.
Re: Ghost world
Posté par chaminou le 06/01/2007 18:22:45
Heureuse d'apprendre que tu aies pu apprécier à juste titre la bédé. Oui, le film demeure différent tout en restant, d'une certaine manière, fidèle à la trame narrative d'origine. Je ne l'ai plus trop en tête, mais il me semble que le côté "artiste" d'Enid était davantage mis en relief, par exemple. Les réflexions sur l'art conceptuel n'ont pas vraiment leur place dans la bédé & le message est eprçu (ou pas) autrement.

Par ailleurs, c'est bel et bien son goût pour un monde imaginaire et/ou révolu qui la rapproche de Seymour (cf. scène brocantesque, assez édifiante !). Pour ce qui est de la situation des personnages à la fin, je pense que si d'aucun-e-s s'engluent dans l'illusion conformiste et matérialiste pour éviter le reste, d'autres décident de l'affronter, sans oeillères, quitte à souffrir énormément. Le Prix de la Liberté, en somme ? Je ne sais plus trop comment finit le film, il faudrait que je le revoie aussi...

"Les lois de l'attraction", j'en ai entendu parler (sur l'affiche, il y avait bien des sortes de peluches en pleine action ?) mais je ne connais pas. Je vais me renseigner à ce propos.

Merci. :o)
Re: Ghost world
Posté par flougaussien le 06/01/2007 16:06:20
Je viens de lire la BD "Ghost world". J'en ai profité pour revoir le film aussi.

Les deux sont bien différents effectivement. Le film est plus "fantasmé", sans doute que c'est dû au réalisateur qui y a ajouté son personnage, et bien sûr au support différent. Et certains personnages ne sont là que pour amuser, alors que dans la BD non. Le film embélit un peu tout j'ai l'impression, et est moins intéressant que la BD dans les petits détails. Mais il est à des année-lumières des teenage movies, il est bien. Les nombreuses non-similitudes par rapport à la BD sont les éléments les plus intéressants du film à mon avis, et c'est très bien de ne pas avoir trop recopié la BD.

En ce qui concerne le personnage de Josh dans la BD, j'ai eu du mal à comprendre qui il est, mais quand tu dis qu'il a peur des choses "hors normes", ça s'éclaire. C'est pour ça qu'il finit avec (bip). Enid ne trouve pas de gens pour partager ce qu'elle recherche.

Je conseille cette BD à tout le monde.

Et cest bien que l'adaptation cinématographique de Ghost world n'ait pas tué la BD. C'est bien aussi que Ghost world ne soit pas devenu un teenage movie.

_

Tiens d'ailleurs, un autre film aurait pu s'appeler "Ghost world" : il s'agit du film "Les lois de l'attraction" de Roger Avary. Une sorte de faux teenage movie, dont le propos global ressemble pas mal à Ghost world pour moi. Le film est adapté d'un livre (je n'ai vu que le film). Un film davantage masculin que Ghost world, qui pour moi (étant un homme) est une référence. Mention spéciale au personnage "Victor", qui apparaît aux 3 quarts du film dans un "clip-vie" incroyable qui nous entraine dans une boucle de superficialité et de vide à toute épreuve. Peu de réalisateurs peuvent se permettre un truc pareil.
Re: Ghost World
Posté par chaminou le 01/01/2007 23:32:38
Oui, c'est bien lui ! :o) Il y a Seth, aussi (pour parfaire le trio), & sa passion dévorante pour certains auteurs bédétiques...
Re: Ghost World
Posté par flougaussien le 29/12/2006 21:48:46
Merci pour les conseils.

J'ai découvert Chester Brown (si c'est de lui dont tu parles) il y a peu avec "Je ne t'ai jamais aimé" et j'ai adoré.
Joe Matt je ne connais pas (pas encore ^^).
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (9)
Publié le 13 juin 2006
Modifié le 03 mai 2006
Lu 830 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143