FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Halloween

Des histoires, des idées... Je vous prépare un petit article spécial Halloween !


Histoires :
De Jessica : la fille aux cheveux rouges.

Une grand-mère s'appelait Joséphine et vivait dans votre ville. Un soir elle était en train de regarder la télévision, le téléjournal, et quand on allait mettre une publicité quelqu'un frappa à la porte. Une fille d'environ 25 ans était là. Elle dit être
perdue et demanda l'hospitalité et elle demanda de rester 3 jours. Elle était très polie et serviable et chaque jour elle sortait pendant la nuit. Le troisième jour, Joséphine regardait la télé comme d'habitude et vit le portrait de la jeune fille au
journal. Elle s'était échappée de l'asile. Ce soir là, elle ne trouva pas chouchou (c'est son petit chien) à ses pieds, elle leva les yeux et vit la fille qui avait un couteau à la main, un couteau dégoulinant de sang. Et c'est ainsi que périt la vieille
femme Joséphine avec son chien chouchou. La fille est toujours dans les parages donc faites très attention !!!!!


De Patrick : le livre de votre vie

C'est l'histoire d'un jeune couple qui venait d'aménager dans un vieux manoir sombre. La première nuit, la jeune femme ne se sentait pas rassurée; malgré tout ce que lui disait son mari pour la rassurer, elle n'arrivait pas à dormir. Afin de
se changer les idées, elle décida d'aller dans la bibliothèque et de lire un peu. Elle prit un livre au hasard. Il n'y avait que des images.
Sur la 1ere image, elle vit une femme qui lui ressemblait, dans une bibliothèque, avec un livre dans les mains; mais elle n'y fit pas attention.
A la 2e page, elle vit la même femme mais derrière celle-ci, la porte de la bibliothèque s'ouvrait; elle se retourna, la porte était fermée.
Sur la 3e page, la porte était grande ouverte et un homme sans visage était entré; elle regarda par dessus son épaule, il n'y avait rien, elle alla fermer la porte à clef.
Elle regarda la dernière page du livre, l'homme était juste derrière elle, le bras levé tenant un couteau...
Le lendemain matin, le mari se réveilla et ne trouva pas son épouse, il l'appela et se décida à aller voir dans la bibliothèque. Il trouva la porte fermée, il frappa mais rien. Inquiété, il enfonça la porte et trouva... sa
femme poignardée...


De Tina : histoire vraie

Je m'appelle Tina et j'ai 20 ans. Ce que je m'apprête à vous dire est totalement vrai !
C'était lors d'une nuit orageuse, moi et mon copain étions seuls dans le salon en train de regarder un film ! Un peu plus tard dans la soirée je lui ai avoué que mon ex petit copain venait de mourir d'un accident de voiture ! Il me dit qu'il était
désolé et parti à la toilette. Quelque temps après je l'ai entendue crier ! Je me suis précipitée dans devant la porte de la salle de bain et je lui ai demander si tout allait bien... mais aucune réponse ! J'ai essayé d'ouvrir la porte mais c'était
comme quelqu'un la retenait ! Alors j'ai collé mon oreille contre la porte et j'ai entendu ces paroles qui me glacèrent le sang. Une voix lugubre disait tout bas : " Jamais tu n'auras Tina à toi tout seul !" Et à ce moment là j'ai entendu
quelqu'un ouvrir la fenêtre et courir sur le gravier du jardin ! J'ai essayé à nouveaux d'ouvrir la porte et je suis entrée dans la pièce ! J'ai découvert mon copain étendu par terre ! Quelque minute plus tard il me dit qu'il avait glissé et qu'il ne
se rappelait plus du reste !!!!!! Je ne lui ai jamais dit ce que j'avait entendu.
Vous auriez fait la même chose, sans doute !


De Lise : la vieille dame

Marine était une jeune fille tout ce qu'il y a de plus charmant. Elle était serviable envers tous ceux qui avaient besoin d'elle. Depuis peu, elle aidait une de ces vielles voisines qui ne pouvait se déplacer facilement. Elle lui faisait ses courses.
Un soir, le 31 octobre pour être plus précis, elle alla chez cette dame pour lui apporter ses courses. Voyant Marine transie de froid la vielle dame l'invita à boire une tasse de thé. Pour la première fois Marine entrait chez cette dame.
D'habitude elle allait directement mettre les courses dans un cagibi attenant à la maison.
L'intérieur de la maison était assez triste. Les meubles, vieux et sombres, étaient couverts de poussière ; des chats étaient couchés un peu de partout, Marine eut l'impression qu'ils la fixaient du regard. Une odeur âcre flottait dans chaque
pièce, l'air était difficilement respirable.
La vieille dame convia Marine à s'asseoir sur un des rares fauteuils non occupé par un chat. La dame partit dans la cuisine faire chauffer de l'eau pour le thé. Marine en profita pour regarder tout autour d'elle. Sur les murs étaient disposés des
tableaux sombres représentants des paysages orageux, des gens miséreux. Mais ce qui attira particulièrement l'attention de Marine, c'était toute une série de portraits de jeunes filles de son âge qui avaient l'air terrifiées ou alors d'une
extrême tristesse. De tous ces portraits se dégageaient une incroyable douleur.
La vieille revint au salon en portant un théière bouillante. Marine se leva pour l'aider, elle saisit la théière et la posa sur la petite table. La dame la remercia et s'assit. Elle expliqua à Marine que le thé qu'elle avait préparé était à la cerise,
que c'était sa défunte fille qui l'avait fait juste avant de mourir l'été dernier. Le thé coula rouge comme du sang. La vieille dame demanda à Marine de lui raconter ce qu'elle faisait de ses journées à part aider les vieilles personnes. Marine
commença à raconter qu'elle faisait de la danse, qu'elle chantait mais elle n'eut pas le temps de finir, la vieille dame se leva et expliqua à Marine qu'elle aimait bien prendre en photo les jeunes filles qui venaient l'aider. Elle attrapa un petit
appareil posé sur la commode derrière elle et le déposa à côté de sa tasse. Elle incita Marine à boire son thé alors qu'elle lui parlait de ses petits-enfants qui ne s'occupaient jamais d'elle. Marine porta à ses lèvres la tasse bouillante tout en
écoutant les histoires de la dame. Le thé lui glissa dans la gorge. Elle se mit alors à crier et à recracher son thé. "Mais... mais c'est... du sang !"
Elle devint alors livide lorsqu'elle vit le regard cruel de la vieille dame. Celle-ci se leva et saisissant l'appareil photo dit d'une petite voix terrifiante : "Enfin tu es à moi pour toujours !" Elle prit en photo Marine qui s'écroula aussitôt. La vieille
dame développa la photo et la mit avec les autres portraits. Elle lui avait volée son âme et l'avait enfermée dans le portrait. La vieille dame prit le corps et l'emmena dans une pièce fermée à côté de sa chambre et l'assit sur une chaise au
milieu de tous les autres, elle dit alors d'une voix nasillarde : "à la prochaine" et disparut comme par enchantement.
Des centaines de jeunes filles disparurent ainsi chaque 31 octobre et ce pendant des centaines d'années.


De Mélanie, Montréal
Miroir cassé...

Un soir, je travaille devant mon ordinateur, mon copain était seul au sous-sol. Il faisait un froid humide dans la maison et c'était très silencieux, je dirais même un silence morbide... C'est alors que j'entendis un craquement indescriptible (un
genre de fracassement) et là, j'appelle mon copain qui ne me répond pas. Je lui crie à nouveau si c'est lui qui a fait ce bruit épouvantable et il me répond " Quel bruit ?" Alors là, je ne trouve pas ça drôle ! Je fais le tour de la maison pour voir
si quelque chose n'était pas tombé par terre et c'est seulement arrivée dans la chambre à coucher que j'aperçois ce qui a causé ce fracassement... Le miroir de la commode était fendu de long en large en forme de flèche qui indiquait la
fenêtre !!! J'ai appelé mon copain pour qu'il puisse venir constater avec moi que je ne rêvais pas ! Nous n'avons jamais su pourquoi le miroir s'était brisé tout seul et la flèche indique toujours la fenêtre, la cassure ne s'est jamais agrandie...
Bizarre non ?!!
Et bizarre aussi ce corbeau sur la branche, en face qui regarde toujours vers la fenêtre...


De Mélissa
La bague maléfique

Un jour, des jeunes mariés partirent en voyage de noces. Ils étaient sur la route quand soudain ils tombèrent en panne devant un beau château.
Une vielle dame arriva et elle leur dit :
"Venez passer la nuit au château pendant que nous pourrons réparer votre voiture et vous pourrez repartir demain.
Donc, le soir venu, pendant le dîner la jeune mariée remarquai la belle bague que la vielle dame avait au doigt. La jeune fille la trouvait tellement belle qu'elle la voulait.
Donc pendant la nuit elle alla dans la chambre de la vielle dame. Celle-ci dormait dans un sommeil profond et n'entendait rien
La jeune fille essaya de lui retirer la bague mais rien à faire elle était coincée.
C'est a ce moment-là que la jeune fille vit un couteau sur la table de chevet de la vieille dame, elle le prit, et coupa le doigt de la dame. La vielle dame ne sentit rien et ne se réveilla pas alors la jeune fille
effrayée partit en courant.
Le lendemain, en partant les jeunes mariés saluèrent tout le monde mais ils ne virent pas la vielle dame.
Quelques jours plus tard dans la soirée la jeune fille était toute seule chez elle en train de regarder la télévision, quand elle entendit un bruit dans le grenier. Tout d'abord elle pensa que c'était les rats mais elle entendit une deuxième fois le
bruit. Elle décida de monter.
Arrivée en haut elle inspecta le grenier mais il n'y avait rien.
Mais au moment ou elle se retourna elle vit la vielle dame qui disait " je veux mon doigt, je veux mon doigt "
On ne connaît pas la suite de l'histoire et on n'a jamais plus entendu parler de la jeune fille... on n'a d'ailleurs jamais entendu parler de la vieille dame non plus... mais si un jour vous croisez dans un château une vieille dame avec 6 doigts
avec des bagues magnifiques, n'essayez pas de lui couper un doigt pour récupérer une bague... d'ailleurs qui sait si la vieille dame n'a pas aujourd'hui 7, voire 8 doigts...


De Puce
La maison de Julie

C'était le soir d'Halloween.
Comme tous les soirs a cette époque, la nuit était noire et le vent hurlait dans les petites ruelles qui entourait la grande maison de Julie. Cette dernière se trouvait au premier étage soudain elle entendit la porte d'entrée claquait.
"Ce doit être Clara" pensa la jeune fille. Elle entendit les marches de son vieil escaliers grinçaient, un courant d'air passa dans ses cheveux lorsque la porte s'ouvrit.
"_Il fait un vrai froid de canard dehors... brrr brrr" souffla-t-elle.
_ Normal, tu as vu la saison. Tu as les cassettes. "
Chaque année depuis maintenant quatre ans Julie et sa meilleure amie, se retrouvaient afin de visionner les dernières nouveautés de films d'horreur.
Elles descendirent dans le salon, préparèrent quelques pop-corn et diverses choses à grignoter et s'installèrent confortablement couvertes dans le grand fauteuil.
Le film commençait a peine lorsque le téléphone résonna...
- Oui... Allô... Personne ne répondit. Julie posa le combiné sur le meuble et brancha le haut-parleur. Au bout de quelques minutes une voix rauque se fit entendre et effraya un peu les deux amis :
"_ En jour d'Halloween, pensez vous a tous les malheurs qu'ils pourraient vous arriver ? Pensez vous ne rien avoir de mieux a faire que de regarder des films d'épouvantes
_ Ben, on fait rien de mal
_Peut être, mais pour ma part vous ne méritez plus de vivre !
_Mais il est fou ce type !! s'écria Clara
Pour plus de précaution, Julie alla fermer toutes les entrées de la maison et revint auprès de son amie.
_ Cela ne sert à rien de fermer les portes je suis déjà à l'intérieur"
Un bruit sourd ce fit entendre au 1er, quelques grincements...
Les deux amies se précipitèrent dans la cuisine se tenant à l'affût, armées de tous les ustensiles de cuisine afin de se défendre.
Les minutes qui s'écoulèrent parurent une éternité, le silence était pesant. Les bruits de pas résonnaient dans le silence, et les deux jeunes filles s'inquiétaient de plus en plus.
Une blague mais de qui ? Cela était pratiquement impossible, les deux petits copains de Julie et Clara c'étaient rendus la veille dans leur ville natale afin d'aller pécher, leur retour n'était prévu que dans deux jours.
Téléphoner ? Il fallait téléphoner mais le téléphone était dans le salon.
Courir, mais pour aller où, elle ne connaissait personnes dans cette grande ville où elles venaient juste d'emménager pour leurs études.
L'attente était insoutenable.
Soudain, la lumière s'éteignit. Coupure générale.
La lumière d'une lampe de poche apparut et un visage se dessinât dans l'ombre. Un rictus aussi. Puis, soudain, un éclat de rire.
"_Alors, là, on vous a bien eu les filles. Nous pensions qu'avec tout ces films que vous regardiez vous n'auriez même pas peur. "
Les 2 jeunes filles apeurées sourirent du bout des lèvres, les deux jeunes hommes serrèrent très fort leurs compagnes et la soirée se finit avec des gros fous rires à la lueur des bougies. "
L'histoire est un peu romancée mais elle s'est vraiment passée. Nous en gardons un bon souvenir même si nous avons eu la peur de notre vie. J'espère qu'elle vous a plu... A bientôt...


De Kevin (11 ans)

Dans mon collège... on raconte
Dans mon collège une légende c'est créée.
On raconte que la veille d'Halloween,
quand la brume va s'en aller, dans
les vieilles maisons encore
habitée par des jeunes couples.
Des esprits viennent caresser,
embrasser, rentrer dans les rêves pour
qu'ils deviennent cauchemars de la femme et
quand elle se réveille un lumière étrange
vint la transpercer.
On dis que le couple aura un accident
le jour d'Halloween.


De Virginie (14 ans)

Première nuit d'Halloween
Salut, je m'appelle virginie, j'ai 14 ans et je vais vous raconter une histoire qui nous est arrivée un soir.
Ce soir la, je dormais chez mon amie Karine. Elle habite un endroit paumé à environ 20 kilomètres d'une petite ville.
Son village, (si on peut appeler ça un village) ne comporte que trois maisons.
Ses parents étaient allés chez des amis et nous, bien entendu, avions refusé d'y aller. Alors, pour se faire une petite frayeur, nous sommes montées dans la salle de bains (qui est au premier étage) et nous nous amusions a nous raconter
des histoires qui font peur. C'était a mon tour.
Pendant que je racontais, des bruits étranges tels que bois qui tombe, chats qui miaulent commençaient à nous inquiéter. Et nous qui n'étions pas bien courageuses...
J'avais décidé alors d'aller voir ce qui se passait (en prenant soin de prendre un couteau et une lampe de poche !).
A l'extérieur, le vent glacial de la Lozère nous faisait grelotter de froid et ne nous encourageait guère plus. Soudain, le chat de Karine arriva en courant vers nous et une dizaine de bûches de bois dégringolèrent de leur abris et des bruits de
pas craquaient sous le gravier.
Nous nous précipitâmes alors à l'intérieur de la maison et fermâmes les portes à clef.
Dans sa chambre, le moindre petit bruit effrayait mon amie.
Le pire, c'est qu'a travers la fenêtre éclairée par le réverbère, on pouvait voir toutes les silhouettes possibles.
Notre inquiétude dura toute la nuit, car quelqu'un ou quelque chose grattait à la fenêtre.
Mais depuis ce jour, nous n'avons jamais pu élucider ce mystère de la première nuit d'Halloween que nous n'avions jamais fêtée.


De Nicolas Schlosser, Delme

Bonsoir, halloweeniens.
Voici une histoire horrible, depuis trop longtemps oubliée...
C'était une nuit, pareille à celle-ci, emplit de brumes lourdes et épaisses.
Philippe déambulait dans une rue très sombre, comme chaque nuit d'ailleurs.
Philippe était un sdf (sans domicile fixe) insomniaque très sympathique aimé de tous dans le quartier de Pensilv à Nie.
Mais cette nuit, il ne sentait pas très bien, il avait trop chaud, il étouffait même. Généralement en automne les nuits sont fraîches, mais là... cette chaleur... Il continuait de marcher quand il découvrit un vieux thermomètre sur le rebord d'une
fenêtre, il alluma sont briquet et resta stupéfait il faisait 35°c !!! En pleine nuit du 3... Lorsque sa pensée fut interrompu par... le sol... il devenait brûlant lui aussi... ses chaussures... ses semelles fondaient... il se retrouva ainsi collé au
macadam qui fondait de plus en plus sur une distance énorme et à une vitesse terrifiante...
Puis une sorte de siphon se forma au centre et aspira toute la chaussée jusqu'aux pieds du pauvre Philippe. Une lueur orangée en jaillit, suivit d'une chaleur encore plus intense... Philippe sentait sa peau fondre sur ses joues, ses doigts se
transformèrent en gelée noircie, ses yeux coulèrent des orbites, son nez disparu, comme aspiré par le reste du visage... Ensuite, se fut son corps entier qui se transforma en bouillie humaine enfuie sous un fin amoncellement de vêtements
!!!
A ce jour la route à été reconstruite et l'histoire de Philippe oublié.
Mais, une chose est sûre il ne faut jamais se promener seul dans les rues la nuit du 31... aaaarrrggghhhhh


De Élizabeth, Québec
La dame blanche

Une histoire bien connue mais qui donne quand même des frissons...
C'était il y a longtemps, on racontait des histoires sur une certaine dame blanche.
Des chauffeurs auraient aperçu sur la route, une jeune fille très belle et qui semblait très pâle, presque fantomatique.
Cette jeune fille faisait du pouce pour pouvoir retourner chez elle.
Un chauffeur l'aurait embarquée et lui avait demandé ou elle allait. Elle lui donna l'adresse. Alors le chauffeur la conduisit à l'endroit indiqué car lui aussi se rendait dans les alentours du même endroit.
Pendant tout le long du trajet la jeune fille demeurait silencieuse et répondait à peine aux questions que lui posait le chauffeur, qui voulait se montrer sympathique. Il ne réussit qu'à savoir son nom; Margaret.
Arrivés enfin à destination le chauffeur se retourna pour dire à la jeune fille qu'ils étaient arrivés mais... elle avait disparu ! Intrigué, le brave homme alla frapper à la porte de la demeure que la jeune fille lui avait indiquée. Une vieille femme
à la mine fatiguée répondit et lui demanda, sur un ton brusque, ce qu'il voulait. Il lui demanda si une certaine jeune fille répondant au nom de Margaret vivait ici.
La vieille femme parut effrayée mais répondit : "Oui, il y avait bien une Margaret qui vivait ici il y a bien longtemps. Un jour, alors qu'elle faisait de l'auto-stop sur le bord de la route, un homme l'embarqua et l'assassina. Elle ne put jamais
retourner chez elle et depuis ce temps, à chaque année, elle revient, sur le bord de la route et essaie de revenir chez elle afin de connaître le repos éternel".


De Nicole Gagné, Canada
La plante de Miranda

Il y a environ de cela 5 ans, une amie avait reçu une plante provenant d'un pays exotique.
C'était une immense plante verte avec une espèce de grosse bulle dure en-dessous de la fleur orange.
Elle devait mesurer 10 cm de diamètre ! Un soir, alors que tout est silencieux dans la maison, elle décide d'arroser sa plante.
Vers onze heures, Miranda (le nom de ma copine) décida d'aller se coucher.
Miranda a un petit problème de sommeil. À chaques fois qu'un bruit se fait entendre, elle se réveille.
C'est ce qui arriva.
Un bruit comparable a celui d'un cri aigu se fit entendre quelques minutes après qu'elle ait fermé la lumière.
Le bruit en question provenait de la cuisine.
Miranda sortie de son lit, enfila ses pantoufles et se rendit a la cuisine.
Plus elle approchait de la cuisine, plus le son était persistant.
La bulle de la plante grouillait.
Miranda sortit un énorme couteau et le pénétra à l'intérieur de la bulle.
Des milliers de petites araignées sortirent de l'enveloppe...
Je peux vous dire que Miranda a payé cher en exterminateur...
HA !!!!!!!!!!!!!


De Christine Tardif, Canada.
Grand-père

Un beau dimanche d'avril, Mélanie pensa à son défunt grand-père dcd 5 ans plus tôt.
Dans ces moments de tristesse il lui arrivait très souvent de lui parler, en espérant d'une façon (et d'une autre non !) que sont grand-père lui réponde ou lui fasse signe.
Cette même nuit, couché dans sont lit, lui parlant à voix haute, elle lui raconta sa journée, ses hauts et ses bas, ses tristesses... après 30 minutes, elle senti le sommeil la gagner.
Elle avait les yeux fermé depuis 5 minutes que le chien, debout sur le lit, ce mis à japper en direction de la porte de garde-robe.
Eveillée de peur, elle lui lança un oreiller et lui ordonna de ce taire, mais trop tard, le mal était fait.
Les murs craquaient, le vent sifflait entre les vitre de la fenêtre... et le chien grondait contre cette saleté de porte de garde-robe.
Son cœur se mit à battre dans la poitrine, tellement fort qu'il lui cognait dans les oreilles.
Mélanie sortit son nez de dessous des couvertures et regarda vers la porte. Elle ne voyait pas grand chose dans le noir, mais le chien, raide comme un piquet, fixait cette satanée garde-robe. Malgré les avertissements à son cabot, grognant
jappant, elle alluma la lumière.
Aussitôt, le chien se recoucha, fatigué et le poil hérissé. Mélanie dit bonsoir à son grand-père et lui souhaita bonne nuit, ajoutant que tout allait bien et n'avait pas besoin de sa présence... Refermant la lumière, elle se rendormit.
La morale ? Quand on parle à un mort, ne pas oublier de leur dire au revoir pour ne pas qu'il se croit obliger de rester pour la nuit...


De Magalie Altman, 12 ans.
Dent.

Tout a commencé quand qu'un groupe de jeunes se sont donnés comme terrible défi d'aller dans un cimetière un soir d'Halloween.
Ils décidèrent de relever l'incroyable défi !
Tout à coup, l'un dit qu'il avait vu une dent pleine de sang voler !
Personne ne le crut mais tout à coup un autre dit " j'ai entendu : j'ai faim ".
La plupart des jeunes se sauvèrent car ils commençaient à avoir la frousse !
Il n'était plus que 2 dans le cimetière !
L'air était froide et ils commençaient à avoir froid.
Les gens qui leur avait lancé le défi les regardaient attentivement.
A ce moment là, ils entendirent un gros bruit et la terre s'ouvrit !
Tout à coup ils virent la gigantesque dent ensanglantée qui leur dit " j'ai faim je veux du sang !".
Ils ne pensaient qu'à une chose déguerpir !
Mais c'était totalement impossible !
Soudain la dent les mordit ! On entendit " A L'AIDE " mais il ne resta plus aucune trace des deux garçons. Sauf deux pierres tombales à leur nom...
Bravo Magalie ! Et toi, tu crois à ces histoires de dents qui mordent ? Pour mordre, il faut deux dents et toi tu nous testais pour voir sir on s'en rendais compte : bravo !


De Zoé

C'est une femme qui a un labrador et tout les soirs avant de se coucher elle caresse la tête de son chien.
Un soir comme tout les soirs elle caresse la tête de son chien et va se coucher.
Là elle entent un bruit : tic tic tic.
Elle va à la cuisine voir si le robinet est bien fermé : oui !
Elle caresse la tête de son chien est va se recoucher.
A nouveau elle entent : tic tic tic.
Elle va à la salle de bains : tout est en ordre.
A nouveau elle caresse son chien et va se coucher.
Encore une fois, elle entend : tic tic tic.
Elle va aux toilettes et là elle voie la tête de son chien accrochée avec les gouttes de sang qui tombent en faisant tic, tic, tic.
Elle avait caressé la tête de l'assassin !!!


Par Lise

Un jeune couple revenait d'une soirée en voiture. Pour rentrer chez eux, ils devaient passer par le Bois de Boulogne.
A un moment, il n'y avait plus d'essence. Le mari (nommons-le Christophe), sort donc de sa voiture pour aller a la plus proche station service ou demander de l'aide.
Il dit alors a sa femme (Valérie) :
"Reste là, surtout ne bouge pas, je reviens dans dix minutes... " Ce qu'elle fit.
Vingt minutes plus tard, toujours pas de nouvelles de son mari. Elle commence a se faire du soucis.
Soudain, un bruit fait son apparition "BONG ! BONG ! BONG !". Valérie, ne sachant que faire, ferma toutes les portes de la voiture.
Cinq minutes après, quatre voitures de police arrivèrent. Chacune contenais trois policiers qui se mirent aussitot a brandir leurs armes en direction de la voiture.
Un des policiers alla dans la voiture pour obliger à Valerie de sortir.
"Sortez ! Sortez vite ! Et surtout, ne vous retournez pas !!"
Trop curieuse, Valérie se retourna et perdit connaissance.

Deux semaines plus tard, seul un des policiers put raconter ce qui c'etait passé.
"Un fou c'était echapper de son asile. Il a tuer le mari de Valérie M. et a enbrocher sa tête sur un pieu. Il a taper a la vitre de Valérie. Quand Valérie s'est retournée, elle a perdu connaissance... "


IDEES COSTUMES
COSTUMES DE SORCIERE FACON MOI

Faite un chapeau de sorcière ou achetez en un. (pour en faire un=> prenez un carré assez gros de couleur noir et formez un cone. Agrafez. Vous pouvez coller des fils de laine ou de coton gris ou noir pour des cheveux.)
Prenez une logue robe noire, un collant noir et si possible, un colant fillé. Pour le collant fillé=> coupez les cuisses pour n'avoir que les jambes et enfilez les aux bras.


LE MAQUILLAGE SORCIERE

mettez un gros trait d'Eye Liner en haut et un plus petit en bas des yeux. Vous pouvez aussi ajouter des rides aux front. Pallissez votre vsage a laide de poudre blanche.


LA COIFFURE

Au choix.


COSTUME GOTHIQUE

Faites vous même des vetement noir coupé, dechirés... Pallissez toute la peau visible. Faite une coiffure un peu folle...


Joyeux Halloween !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
Publié le 01 novembre 2003
Modifié le 11 juin 2011
Lu 1 555 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143