FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







In Flames : Lunar Strain

Chronique de "Lunar Strain" d'In Flames...


Lunar Strain
1. Behind Space
2. Lunar Strain
3. Starforsaken
4. Dreamscape
5. Everlost Part. I
6. Everlost Part. II
7. Hargalaten
8. In Flames
9. Upon an Oaken Throne
10. Clad in Shadows

Line-up :
Jesper Strömblad- Guitare lead
Glenn Ljungström- Guitare
Johan Larsson- Basse
Mikael Stanne- Chant
Björn Gelotte- Batterie


S'il fallait un jour énumérer à l'école les bases de la scène extrême dans le metal (chose bien inutile pour certains), ça commencerait en Suède par ça. Quoi ? Vous ne connaissez pas la scène Suédoise qui retire tant d'éloges d'un public si diversifié ? Laissez-moi vous expliquer...
Si on pouvait définir la scène metal Suédoise on penserait bien sûr à Goterborg, et en effet c'est là que tout commença. Les groupes natifs de Suède naissent tous du bassin de Goterborg (et les plus gros groupes en tête de liste : In Flames, At the Gates, Dark Tranquillity...). L'inspiration de ces groupes appartenant à un registre étiqueté "Death mélodique" est en fait l'impromptue alliance du crue et de la violence du Death metal provenant du nouveau monde (Death, Morbid Angel, Sepultura ou Deicide pour ne citer que les plus gros), au côté punk et agressif parfois mélodieux du thrash (Metallica, Slayer) mais aussi la saveur entêtante (par ses harmonies et sa beauté quasi symphonique) des groupes de Heavy Metal tels que Iron Maiden ou Mercyful Fate. Ainsi fut nommé le Death Mélodique.

Au milieu de la tourmente d'At the Gates (groupe totalement novateur qui mélangea pour la première fois mélodie et violence à travers ses compos, influence principale des groupes dérivants de la scène Suédoise), naquit le chaperon In Flames et ce premier disque intitulé "Lunar Strain". Un peu de chaleur apporté par le premier meneur du groupe qu'est Jesper Strömblad. Le fin guitariste n'était autrefois qu'un adolescent énervé et inexpérimenté, mais bon dieu il avait une putain d'inspiration. En effet, un côté très peu professionnel se retire du disque (par contre les riffs sont super carrés) cela, vient en outre, il est vrai, d'une production assez fâcheuse mais aussi d'un déboulement d'idées parfois peu contrôlées ("Everlost Part. I & II" qui n'ont pour moi que peu d'intérêt surtout la partie instrumentale qui n'est qu'une élaboration mal foutue de riffs tranchant version Thrash).


Le jeune fortuné d'aubaine et d'idées, se ramène avec sa bande qui se constituait autrefois du bon vieux Mikael Stanne au chant (aujourd'hui chanteur de Dark Tranquillity) proposant plus des piaillements black metal que des gutturaux death mous et lourds ("Starforsaken" démontre de nombreux défauts au niveau du chant) ; cette alliance d'influence donne naissance à un disque plus novateur que professionnel.

Mais il est magique ! Oh oui, magique, que retenir de "Behind Space" et de ses riffs acérés qui enchaînent mélodie mystérieuse et glauque sur une ambiance quasi fantomatique, si ce n'est la magie du génie ? Ou alors si vous n'êtes pas convaincus dans le style "mélodie débordante" il suffit d'écouter "Upon An Oaken Throne" et "Clad In Shadows" qui proposent solis et chorus de guitare puissants comme le déferlement des mers du nord venant s'écraser sur les rives écaillés des plages Suédoises.

Une fois Celtique domine cet album, et ce n'est pas avec regret que s'installe de magnifiques guitares sèches (et la voix d'une chanteuse, Ô combien mielleuse) sur le titre en Suédois "Hargalaten" et ses soli bluesy, ou alors contentez –vous de vous faire bercer par la douceur violoniste de "In Flames" et sa pêche entraînante.

Alors bien sûr, le tout reste peu varié, mais l'album est tellement varié en lui-même (le fait d'apporter un nouveau style) que les chansons s'écoutent dans la plus profonde des pertinences et surtout un respect mérité. Même si quelques fausses notes résident (Mon Dieu les guitares sur "In Flames" sonnent mal), il y a toujours la touche Jesper pour vous caler sans répit avec riff décortiqué et guitares scintillantes apportant de nombreux thèmes mélodiques (écoutez notamment celui de "Lunar Strain" faible techniquement mais voluptueux et sensible).
Un disque qui mériterait plus de respect, se faisant parfois un peu trop jugé sur son contenu professionnel et technique que par son âme et sa touche personnelle.


Note : 14/20

Morceaux préférés :
-Behind Space
-Lunar Strain
-Hargalaten
-Starforsaken
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
Publié le 26 juin 2005
Modifié le 04 juin 2005
Lu 999 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143