FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Jake (et la météorite)

Jake part à la recherche d'une météorite disparue depuis plus de dix ans lorsqu'il va faire une rencontre bien insolite...


Il est vingt-trois heures. Nous sommes le vingt et un juin. C'est l'été. Jake est allongé sur son lit, il n'arrive pas à dormir. C'est un adolescent de dix sept ans. Il est brun, a les yeux d'un vert pomme, a une cicatrice en forme de tout petit cercle sur le devant de sa main droite et surtout, il est très intelligent. Il veut devenir physicien. Il est très doué et n'obtient que des bonnes notes à l'école. Ses parents, Aude et Edmond, de très célèbres avocats, sont très respectés dans le monde. Aucun cabinet d'avocats n'ose les affronter car on dit qu'ils sont imbattables. Cela dit, certains se lancent tout de même dans des procès mais c'est plus souvent par obligation que par plaisir.
Dans leur village, une légende raconte qu'il y a environ soixante dix ans, lors d'une éclipse lunaire particulièrement visible, une seule et unique météorite était tombée sur terre, mais on n'en retrouva jamais la trace. Jake aimait particulièrement cette légende et adorait lorsque les villageois lui en parlaient. D'après le calcul qu'il avait fait, ses grands parents avaient tout juste dix huit ans. Jake ne sait pas grand chose de ses arrière grands-parents ni de leurs prédécesseurs. En effet, à chaque fois qu'il décide de parler avec son père de ses arrière grands-parents, ce dernier refuse obstinément de répondre à ses questions. Mais Jake ne s'en fait pas, il sait très bien que sa mère lui parlera de la famille quand elle saura qu'il est prêt à tout entendre. Mais tout de même, dix sept ans, ce n'est pas l'âge d'un bébé et il aimerait bien lever le voile sur sa famille. En ce qui concerne ses grands parents, ils sont morts de vieillesse il y a dix ans, alors qu'ils avaient quatre-vingt huit ans. Mais avec le temps, la légende avait été modifiée. Mais voilà ce qu'en disait le seul témoin encore vivant :


La météorite

"C'était il y a bien longtemps, soixante-dix ans pour être exact, un vingt et un juin. Il était vingt-trois heures. Ma femme et moi étions en train d'écouter la radio lorsqu'une annonce de dernière minute fut diffusée. Ils nous annonçaient que, au moment même où l'on écoutait la radio, il y avait dehors un spectacle rare que nous offrait le ciel : une éclipse lunaire d'une beauté époustouflante. Ma femme et moi, nous nous dirigions vers la fenêtre lorsqu'elle fit demi-tour pour mettre le son de la radio plus fort. Ils nous disaient comment cette éclipse lunaire se produisait et grâce à quoi. D'un seul coup, le commentateur se mit à parler plus fort sur un ton excité tandis que l'on pouvait observer une étoile filante. Mais, à notre grand désarroi, nous avions prédit quelque chose de faux : la traînée lumineuse continua à descendre jusqu'à la surface du sol. Ce devait sûrement être une météorite. Mais lorsqu'elle toucha le sol, il se mit à trembler si fort que quelques maisons s'écroulèrent en tuant au passage les habitants qui y vivaient. Le lendemain, des spécialistes allèrent à l'endroit du crash, tout près de notre ville, dans un champ où se trouve aujourd'hui le bâtiment effondré du centre commercial. Ils ne virent aucune trace de la météorite. Et, encore aujourd'hui, cette terre qui a été frappé par ce cailloux est maudite : aucun bâtiment ne tient, aucune récolte ne peut y être faite. "


Séquence torture

Il est donc vingt-trois heures. Jake, comme chaque année à la même heure du plus loin qu'il s'en souvienne, descendit retrouver ses parents pour la séance annuelle. Ils formèrent un cercle de leur corps et joignirent leurs mains. Assis en tailleur, ils s'apprêtaient à subir la torture. Mais ce soir là, Jake repensait si fort à cette légende qu'il entreprit la tâche de demander à ses parents s'ils avaient d'autres informations. Lorsqu'il arriva dans la cuisine, son père et sa mère l'attendaient avec impatience. Comme d'habitude, le silence régnait dans la pièce et Jake ouvrit la bouche pour dire quelque chose.
-Chut ! L'interrompit sa mère. Viens t'asseoir.
Jake obéit sans dire mot. Il s'assit sans émettre le moindre son. Et là, c'est parti.
Le courant diminua son intensité jusqu'à laisser place à la nuit. Les trois petites personnes se mirent à trembler et commencèrent à sentir leurs membres s'étirer jusqu'à ce que leurs muscles se déchirent. Là, ils sentirent dans leur dos comme un martinet qui les fouettaient jusqu'au sang. Leurs blessures laissaient écouler du sang violet qu'ils sentirent ramper jusqu'à la ceinture de leur pantalon... Mais soudain, la lumière revint et éclaira la pièce si fortement que l'on en devenait presque aveugle. Tout redevint normal aussi rapidement que ça avait commencé.
Jake entreprit alors de demander à ses parents le pourquoi du comment de ce phénomène. Il pensait que sa famille faisait partie d'une secte maléfique qui vénérait la météorite. Mais d'où sortait le martinet que l'on ne voyait pas ? Pourquoi la lumière devenait si faible puis si puissante en l'espace que quelques minutes ? Que se passait-il ? Pourquoi leur sang était-il violet ? Etait-ce du sang ? Il demanda alors à sa mère, qui était moins distante que son père :
-Maman ? Je pourrais te parler ?
-Oui, bien sûr ! Répondit-elle avec enthousiasme.
-Et bien en fait, commença-t-il dans en pesant ses mots pour ne pas l'énerver (elle était très sensible), je souhaiterais savoir comment cela se fait-il que devions subir tous les ans cette séance de torture, si je puis dire ?
-Je pense bien, mon cher Jake, que c'est pareil pour tout le monde. Mais peut-être la différence est-elle due au fait que pour nous, c'est le vingt et un juin à vingt trois heures et peut-être que pour les autres c'est, je ne sais pas moi, le vingt huit mars à treize heures... Je pense que tout le monde subit cette séance mais peut-être que ça ne se passe pas au même moment... Mais il faut que tu saches que ce n'est pas un événement dont on parle beaucoup. Il est lié aux événements historiques qu'ont subis les différentes familles et selon la douleur que nous ressentons, cela signifie que nos ancêtres ont fait quelque chose de plus ou moins mauvais pour la société, le monde voire la planète.
-Oui mais pourquoi personne n'en parle ? Comment peut-on savoir si tout le monde subit cette torture si personne n'en parle ?
-Je ne sais pas mon chéri, mais ce que je sais -et tu ne le diras pas à ton père- c'est que si on essaie d'en parler avec d'autres personnes, elles nient l'existence de ce phénomène.
-Tu en as déjà parlé avec quelqu'un ?
-Bien sûr ! Tu croyais pas que j'allais passer toute ma vie à écouter mes parents qui me disaient de n'en parler à personne !
-Oh, je vois...
-Bon, maintenant va te coucher, il est tard et tu as un contrôle de physique demain.
-Très bien maman.


Recherche

Il se leva, embrassa sa mère sur la joue et dit bonne nuit à son père. Mais une fois arrivé dans sa chambre, il enfila un sweet assez chaud pour la nuit. Son dos lui faisait très mal et il n'avait pas cicatrisé des blessures de la Torture. Comme chaque année, ces blessures devraient mettre 3 jours à cicatriser. Donc, il enfila son sweet doucement pour ne pas avoir mal et ne pas arracher les pansements puis il sortit par la fenêtre. Un étage, ce n'était pas très haut, mais Jake avait toujours peur de se faire mal. Il avait acheté une corde qu'il avait accrochée au pied de son lit qu'il avait ensuite collé au sol pour ne pas risquer de tomber. Il lança la corde par la fenêtre et descendit sans bruit. Il atterrit en douceur et courut vers le centre ville.
Une fois arrivé au rond point où l'attendaient habituellement tous ses copains avant d'aller au lycée, il prit à droite, direction la maison de Florian, son meilleur ami. Il courut environ un kilomètre et arriva devant une maison où grimpait sur la façade un bougainvillier. Il fit le tour et tapa contre une vitre. A l'intérieur, une personne se leva et mit un manteau : Florian l'avait attendu.
-Salut ! Ca va ? Lui demanda-t-il en chuchotant.
-Ouais, heureux de voir que tu t'es pas endormi !
-Tu déconnes ou quoi ! Je pensais juste que t'allais arriver plus tard...
-Quoi ? Tes parents dorment pas ?
-Pas tout à fait, ils viennent à peine de se coucher. Attend, j'éteins la télé.
-Ouais, vas-y ! Je bouge pas, t'inquiète, je m'enfuis pas.
-Alors ? Tu m'emmènes où ?
-Tu verras bien !
Jake devança Florian qui le suivit. Jake ne savait pas vraiment où aller pour trouver la trace de cette météorite si ce n'est dans le champ. Mais "qui sait ? Peut-être qu'elle était si petite ou si grosse que tout le monde pensa qu'elle était tombée dans le champ ? Peut-être que ce n'était qu'une feinte ! Non, impossible, les météorites ne réfléchissent pas. Notre seule piste, c'est le champ. Personne n'a jamais trouvé cette météorite mais peut-être qu'ils n'ont pas cherché au bon endroit ! "
-A quoi tu penses ? Demanda Florian en arrachant Jake à ses pensées.
-A l'endroit où on peut trouver la météorite.
-Encore ? Tuarrêtes pas d'y penser ! Tu ne t'intéresses même plus aux devoirs ! Ca se ressent dans tes notes Jake ! Arrête un peu de te torturer l'esprit ! Que diront tes parents une fois qu'ils auront vu ton bulletin ? Tu y penses ?
-Ecoutes Flo, je sais que tu veux m'aider mais tu comprends rien. Peut-être que c'est la météorite qui est à l'origine de la séance de torture !
-De quoi tu parles ? Non sérieux, là, tu commences à me faire peur.
-Arrête de faire l'innocent ! Je sais très bien que toi aussi tu vis cet Evénement une fois par an ! Comme tout le monde !
-Tu délires Jake, Tu t'es pris un coup sur la tête ou quoi ? De quel événement tu parles ? Quelle séance de torture ?
-Quoi ? Tu n'es pas torturé ?
-Non ! Encore heureux ! J'aurais fuis de chez moi si mes parents me torturaient !
-Je ne parle pas de tes parents Flo ! Eux aussi sont torturés !
-Non, pas que je sache ! Répondit Florian en croisant les bras comme s'il était énervé.
-Tu me le dirais si tu étais torturé par un fouet invisible et que ton sang coulerait violet ?
-Je crois que tu es un peut trop fatigué là ! Je te jure, c'est effrayant ! Je sais pas de quoi tu parles ni qui subit ça, mais c'est effrayant ! Dit Florian avec un air de dégoût.
-Moi ! Moi je subis ça ! S'exclama Jake d'un air exaspéré. Comment cela se fait-il que moi oui et lui non ? Dit-il, plus pour lui-même que pour Florian.
-Pardon ? Répondit ce dernier. Je crois qu'on devrait rentrer. On a trois contrôle demain et je sui fatigué. En ce qui te concerne, tu divagues.
-Oui, tu as raison. Rentrons.


Outils de mémoire

"Ils nient l'existence de ce Phénomène. " Ce sont les mots qui hantèrent la nuit de Jake. Il rêva qu'il était dans le champ avec Florian et qu'ils parlèrent du Phénomène. Florian subissait exactement la même torture que lui. Ils en parlaient et riaient.
Le réveil sonna. Il était l'heure de se lever et d'aller au lycée. Jake ouvrit doucement les yeux. Il faisait déjà jour.
-Debout Jake ! Cria la voix de sa mère du bas des escaliers.
-Oui moman ! Répondit-il, encore ensommeillé.
Il se leva doucement, se dirigea vers la salle de bain, prit une douche, en ressortit congelé. Il courut dans sa chambre, mit ses vêtements qui étaient soigneusement pliés sur la chaise et descendit prendre son petit déjeuner.
-Ah, tu es réveillé ! Prêt pour aller au lycée ?
-Non, pas vraiment ! Répondit Jake en lançant à sa mère un regard inexpressif. J'ai mes trois gros contrôles aujourd'hui et je n'ai pas du tout révisé. C'est une catastrophe.
-Mais non mon fils ! Ecoute-moi, dit soudain une voix grave derrière lui, prend cet appareil et met-le sur ta tempe.
Jake obéit et l'appuya légèrement sur la tempe gauche de son crâne. Il sentit un léger picotement et lâcha l'appareil mais, à a grande surprise, il resta accroché à sa tête.
-Qu'est-ce que c'est ? Demanda-t-il à son père.
-Un Outils de Mémoire. Maintenant, remonte dans ta chambre en vitesse et relis une dernière fois ta leçon. Une fois que tu auras finit, reviens ici que je t'enlève l'Outils.
Jake s'exécuta et relut sa leçon une dernière fois. Une fois finit, il redescendit voir son père. Ce dernier lui enleva l'Outils en appuyant, apparemment, sur une touche. Sans aucune douleur, l'Outils se retira sans bruit. Jake, surpris, sentit alors en lui remonter tout ce qu'il venait de lire. Ca s'était ancré dans sa tête.
-A quoi sa sert, papa ?
-Tu le sauras en contrôle ! File, tu vas être en retard.
-A plus tard ! Lança Jake en filant à toute vitesse vers le garage.
Il sortit et marcha à grandes enjambées en direction de son lycée. Arrivé à destination, il vit Florian qui l'attendait, une fois de plus, au rond point.
-Je ne pensais pas que tu m'attendrais avec ce qui s'est passé hier soir ! Dit Jake, surpris de la présence de son ami.
-T'es mon meilleur ami, peut-être queaurais dû t'écouter au lieu de m'opposer directement à tes idées. N'empêche qu'elles feraient un bon roman ! Répondit-il, souriant.
-Peut-être, oui. Fit Jake en lançant à son ami un regard accusateur.
-C'étaient tes idées ? Cela fait longtemps que tu projette d'écrire un livre. Mais une chose : si tu veux mon avis, il ne faut pas prendre la place du personnage ! Ou alors, tu préviens tes amis !
-Promis, la prochaine fois je te préviens.
Sur ces mots, ils prirent la route qui menait à leur établissement scolaire. Une fis leur destination atteinte, ils se dirigèrent vers la salle de physique, là où devait avoir lieu leur premier contrôle de la journée. Ils s'installèrent en silence et sortirent un crayon, une gomme, un stylo plume, un effaceur, un Blanco, une règle... Bref, ce dont ils avaient besoin pour faire leur contrôle.
-Silence ! Dit subitement une vois féminine lointaine. Asseyez-vous et taisez-vous. Maintenant que je commence à distribuer les sujets, je ne veux plus entendre aucun bruit. Dit le professeur.
Elle distribua alors les feuilles et les élèves commencèrent leur contrôle. Pendant les deux heures de test, elle se promena entre les rangs pour vérifier qu'aucune tricherie n'était exécutée.
Jake lu le sujet et là, comme par magie, à chaque lecture d'une question, la page de cours sur laquelle était écrit la réponse apparaissait dans sa tête. "L'Outils de Mémoire pensa Jake, très utile... ". Ainsi, Jake finit son devoir sans aucun souci. A la fin des deux heures, il retrouva Florian à la cantine et ils parlèrent ensemble du contrôle.
-Trop facile ! Dit Jake, joyeux.
-Tu plaisantes ! Il fallait connaître toutes les formules vues depuis le début de l'année ! Celui-là, c'était bel et bien un contrôle bilan ! Dit Florian d'un air désespéré. Et puis, je croyais que tu n'avais rien révisé !
-Si, ce matin, avant de venir, j'ai relu une fois les cours.
-une fois seulement ! T'as une excellente mémoire alors !
-Je crois bien... Bon, j'ai faim moi ! Si nous arrêtions de parler de ce contrôle avant qu'il ne nous coupe l'appétit ?
-trop tard, j'ai déjà plus faim, dit Florian en regardant derrière Jake.
-Oh, elle est là ! Je vois. Tu vas faire quoi ? Va la voir ! C'est la fin de l'année ! Si elle te dit non, ce ne sera pas grave puisque après il y aura les vacances !
-Demain, répondit Florian d'un air rêveur.
-Tu dis toujours demain ! Tu n'y vas jamais ! Bouge-toi un peu ! Je te parie que tu n'iras pas lui parler demain !
-tu joues sur ce terrain-là, méfie-toi, j'ai toujours gagné mes paris.
-Prépare-toi à le perdre ! Quelle honte !
-Ca va, je parie aussi que demain je vais la voir.
-Très bien. On verra bien.
Ils mangèrent leur repas et partirent à la bibliothèque pour réviser leur deuxième contrôle bilan de la journée. Jake ne lut que très peu sa leçon, l'ayant lu le matin même avec l'Outils de Mémoire. Florian, lui, en profita au maximum pour réviser, jusqu'à ce qu'elle vienne dans la bibliothèque, elle aussi pour réviser. Soudain partit dans ses songes, il s'imagina aux côtés de cette belle brune aux yeux verts, serrant ses mains autour de sa taille, l'enlaçant...
-Ca sonne ! Dit soudain Jake, l'arrachant à ses songes.
-Oui, tu as raison, c'est l'heure.
Ils se dirigèrent vers la salle d'Anglais. Jake s'en sortit encore une fois sans aucun problème, et la deuxième heure paru plus longue que la première.
Comme à leur habitude, durant la pause, Florian et Jake firent une mise au point de leur contrôle. Tous deux s'en étaient sortis sans aucun problème, il était vraiment facile. La fin de la pause à sonné et il est temps d'aller à leurs deux dernières heures de contrôles : les maths.
-C'est finit, posez les stylos ! Dit le professeur. En sortant, veuillez de donner vos copies.
-Alors ? Demanda Florian à Jake après qu'ils soient sortis de la salle de classe.
-Encore une fois, je dois l'avouer, trop facile. Répondit Jake d'un air joyeux.
-Oui, c'est vrai qu'il a choisit les cours les plus simples de l'année, répondit Florian, lui aussi joyeux de n'avoir raté aucun contrôle. On fête ça ?
-Non, désolé, je dois rentrer, mes parents m'attendent. Je suis assez pressé aujourd'hui.
-Pas de soucis, on se voit demain ! Répondit Florian à un Jake qui s'éloignait déjà.
-Oui, c'est ça ! Dit Jake en faisant signe de la main.


Anniversaire

Il rentra chez lui et expliqua comment l'Outils de Mémoire lui avait été utile. Il remercia son père et partit dans sa chambre.
-Fais le ménage aujourd'hui Jake ! Lui dit sa mère.
Jake s'exécuta et prit le balai. Après deux heures de ménage intensif, il redescendit pour le dîner.
-Joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire Jake ! Joyeux anniversaire !
Jake fut très surpris. Il était tellement obsédé par la météorite qu'il en avait oublié son anniversaire. Il déballa ses cadeaux. Il reçut de l'argent, une gourmette et un nouveau stylo plume.
-On aurait aimé que grand père et grand mère soient là tu sais !
-Ce n'est pas grave ! Je suis très gâté sans eux !
On sonne à la porte. Pas besoin de demander qui c'était, Jake reconnut tout de suite la voix de Florian et de... Catherine ! Il sortait avec ! Jake accourut vers la porte pour vérifier ses intuitions. Et oui, Florian avait tenu parole et était allé voir la fille qu'il convoitait tant, Catherine, la belle brune aux yeux verts. Stupéfait, il en oublia d'ouvrir ses autres cadeaux.
Le temps passa et la soirée fut longue. Heureusement que le lendemain, c'était samedi ! Finalement, Florian et Catherine rentrèrent chez eux à vingt-trois heures. Florian fit mine de monter se coucher. Il descendit par la fenêtre mais cette fois, ce n'était pas pour aller chercher Florian.


Duel

Il atterrit en douceur sur le sol, sans bruit. Il se mit à courir à toute vitesse en direction du champ où était autrefois apparut la météorite. Lorsqu'il arriva à l'endroit où le villageois l'avait vu,
-Aucune trace, pas une brûlure, rien n'est-ce pas ? Dit soudain une voix grave derrière lui.
Jake se retourna d'un trait et vit le visage pâle et luisant de sa mère qui le regardait, aucune expression n'était visible.
-Maman ! Qu'est-ce que tu fais là ?
-Je t'ai suivis Jake. Tu me déçois. Je ne pensais pas que tu étais capable de sortir sans nous prévenir, ton père et moi.
-Je suis désolé, mais il fallait absolument que je retrouve la trace de cette météorite. C'est peut-être à cause de ce caillou que nous subissons ces Tortures !
-Tu me déçois notamment parce que tu cherches cette météorite que personne n'a jamais trouvé, dit sa mère avec une lueur de déception dans son regard.
-Je suis désolé m'man, je voulais pas te décevoir, mais ça me perturbe cette histoire, répondit Jake, avec une pointe de regret.
- Tu ne comprends donc pas que toutes les personnes qui ont cherché cette météorite sont mortes ! Ca va malheureusement être le cas pour toi, cher fils.
-De quoi tu parles maman ? Tu dis vraiment n'importe quoi. Personne n'est mort ! Dit Jake d'un ton plutôt convainquant si ce n'était pas à sa mère qu'il parlait.
-Je sais ce que je dis, Jake.
-Comment peux-tu savoir des choses aussi insensées ?
-Parce que c'est moi qui les ai tuées.
-Quoi ? T'es sûre que tu vas bien ? T'as pas de la fièvre ?
-Non, mon fils. Je t'ai toujours défendu de chercher cette pierre parce que le Roi m'a ordonné de tuer ceux qui la cherchaient. Mais encore une fois, tu ne m'as pas écouté ! J'en suis désolée, mais je vais devoir te tuer. Tu apprendras dans ta prochaine vie qu'il ne faut jamais désobéir à ses parents.
-Quelle prochaine vie ? Maman, je suis un futur physicien. Fais un peu attention à ce que tu me dis ! Je suis cartésien.
-Futur ? Tu crois vraiment que tu vas vivre ? Je ne peux pas te laisser en vie, tu ne comprends donc pas ! Je dois te tuer si je ne veux pas mourir de honte devant le Roi de Véga !
-Véga ? L'étoile ? Maman, tu dis n'importe quoi, je t'assure. Véga est une étoile. Elle ne peut pas avoir d'habitants !
-N'insulte pas notre peuple ! Je te signale que toi aussi tu as ta part d'extra-terrestre, comme ils le disent tous si bien ici.
-Pff... J'en ai marre d'entendre tes salades maman. Tu nous en as sortis des belles à papa et moi, mais celle-là, jamais encore je n'avais entendu quelque chose d'aussi sot.
-Il est temps d'exécuter ton travail, très chère Vegastra. Tu nous as servie pendant tout ce temps. Je te rappelle que c'est notre ennemi, tu dois le tuer, dit une voix d'homme un peu déformée.
-Oui, votre altesse, répondit alors Aude.
-Maman, qui a parlé ? Demanda Jake inquiet.
-Mon roi. Je dois te tuer, l'heure est venue.
-Pourquoi je suis votre ennemi ?
-Notre Roi a envoyé sur terre mes parents pour tuer celui qui détruira notre planète par la haine qui lui portera. Ce qu'on ne savait pas avant de les envoyer ici, c'est que cet ennemi, c'est moi qui lui donnerai la vie. Le Roi ne pouvait plus rien faire alors il m'a laissée ici pour le tuer lorsque le jour viendrait. Ce jour, c'est aujourd'hui et maintenant.
A ce moment-là, elle sortit un couteau de sa poche et s'apprêta à le planter dans le coeur de son fils. Mais Jake s'attendait à cette attaque et esquiva le coup. A partir de cette esquive, un combat mortel s'exécuta entre Jake et sa mère, Aude.
Jake esquiva un deuxième coup de couteau que voulait lui porter sa mère, sur la côte droite. Il entreprit de lui donner un coup de pied mais celle-ci l'arrêta et attrapa la jambe de son fils. A c'est moment-là, Jake sentit une douleur atroce au niveau de sa cuisse et il fit un tour sur lui-même avant d'atterrir par terre, face contre terre. Sa mère, heureuse d'arriver à la fin du combat, fut surprise de le voir se relever, les nerfs à vif. La colère l'aveuglait à présent et il sentit son corps flotter dans les airs.
-mon dieu ! Si dit-il. Ce n'était pas une impression, je suis vraiment en train de flotter !
Lorsqu'il s'en rendit compte, il retomba aussitôt à terre. Sa mère ria alors d'un rire sarcastique, méchant.
-Tu ne peux pas voler, mon Fils. Tu as été élevé comme un terrien. Ah, si tu avais été élevé sur Véga, tu aurais depuis longtemps su comment voler ! Mais tu es mon ennemi et je vais te tuer.
Elle tira de son dos un sabre très long et courbé, si fin qu'il paraissait extrêmement léger. Mais avec un sabre à la main, on est forcément plus lent.
A nouveau à terre à cause de sa chute lorsqu'il flottait, Jake se releva avec une difficulté minimalement plus grande. Sa mère lui fit une petite coupure sur la côte gauche tandis qu'elle essayait de lui trancher la tête. Jake entreprit à nouveau un coup de pied pour à nouveau tomber et se relever avec la haine et la colère nécessaire pour flotter à nouveau dans les airs. Sa mère le lui rendit bien. Jake s'approcha pour lui mettre un coup de pied et elle lui prit la jambe et le fit tourner. Jake se releva avec une colère à nouveau aveuglante et flotta encore une fois dans les airs. Cette fois, il n'est pas tombé lorsqu'il s'en rendit compte. Il se sentit plus fort et sa mère fut encore surprise de voir qu'il restait aussi longtemps dans les airs.
-Tu ne trouveras pas la force que tu aurais eue si tu étais élevé en tant qu'extra-terrestre ! Tu n'es pas assez fort ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
-tu veux parier ? Répondit Jake dans une voix féroce.
Ainsi, il sentit dans son dos comme un courant d'air glacé qui suivait une ligne un peu courbe et continuait plus bas. Lorsqu'il toucha son dos, il sentit quelque chose de dur et froid.
'J'ai un sabre ! Pensa-t-il. Et oui, je suis fort ! Plus fort que tu peux le penser, chère MAMAN ! Je vais encore et toujours te surprendre ! Tu ne sais pas de quoi je suis capable ! '
Ainsi, il fonça sur sa mère en gardant le sabre caché. Il le sortit lorsqu'il était presque sur elle et lui trancha la tête. Il remonta et, d'en haut, remercia le ciel d'avoir pensé à remonter pour stopper son élan, cela lui permettait de ne pas voir ce spectacle effrayant.
En effet, en bas, la tête s'était détachée du corps et était tombée par terre, roulant sur sol et projetant son sang de tous les côtés. Mais lorsqu'il regarda le corps de sa mère, il fut surprit de voir qu'une tête fantôme avait prit place de la vraie, comme pour la remplacer.
-viens ici ! Le combat n'est pas encore fini ! Cria la tête fantôme de sa mère. Tu m'as battu une fois mais pas deux !
Jake fondit sur sa mère et essaya de lui arracher un bras. Il réussit et un autre fantôme prit place, encore une fois. Lorsqu'il lui arracha le second, le corps qui était presque un fantôme à part entière se détruisit.


Meurtre

Jake redescendit et se posa tout doucement sur le sol. L'excitation l'avait envahis. Il s'était découvert des pouvoirs, les avait utilisés alors ue sa mère elle-même ne l'en croyais pas capable. D'où vienne tous ces pouvoirs ? Maman était-elle vraiment une extra-terrestre ? Bien sûr, sinon elle aurait pas pu continuer à se battre avec une tête en moins si elle n'en était pas une... Comment cela se fait-il que je ne l'ai pas découvert plus tôt ? Papa, c'est quoi ? Un humain ou un extra-terrestre ? Je dois savoir tout ça. Et la séance de torture ? Pourquoi papa ne serait pas un extra-terrestre et y participerait ? Pourquoi ne serait-il pas un extra-terrestre ? Et si quand je rentre maman était à nouveau là ? Et si ce n'était pas elle que j'avais tué ? Et s'il y avait d'autres extra-terrestres ? Et si ils étaient dangereux ? Les questions se bousculaient dans la tête de Jake. L'excitation laissait place à la peur, le doute et surtout l'angoisse. Même un cartésien ne peut douter que de tels événements sont inhabituels et inexpliqués par les scientifiques.
Jake ne pensait jamais vivre une telle histoire. Alors, il courrut voir Florian pour tout lui raconter. Ce dernier ne le croyait évidemment pas alors Jake l'emmena là où s'était déroulé le combat. Manque de chance peut-être, ni corps ni trace de sang ne se trouvait là. Jake et Florian s'en allèrent, Jake avec le cœur brisé par le regret et Florian avec la pensée d'avoir un meilleur ami complètement fou.
Lorsque Jake rentra à la maison, son père lui demanda où il était et s'il savait où se trouvait sa mère car il ne l'avait pas vu sortir. Jake s'excusa, répondit qu'il ne savait pas où elle était et qu'il désirait aller se coucher. Il partit dans sa chambre. Durant la nuit, il rêva de ce qui s'était passé cette nuit-là, le combat, l'ennemi, l'étoile... Tout lui revint en tête. Il rêva de la réaction qu'aurait eu son père s'il lui avait expliqué ce qui s'était passé. Lui non plus ne l'aurait pas cru. Un bruit le réveilla. Il est trois heures. Serait-ce son père ? Non, il est trop tard. Il doit dormir depuis longtemps.
-Ah ! Papa, si seulement tu savais que tu ne vas plus jamais revoir Maman ! Elle n'était pas digne de toi, de toute manière.
Cinq minutes plus tard, Jake se rendormit. Il n'était pas comme tous ces gens qui ne dorment pas quand quelque chose les excite. Bien au contraire, il s'endormait très rapidement. En plus, il avait eu des gros contrôles depuis quelques temps et il se sentait très très fatigué. Mais un autre bruit se fit entendre.
-Papa ? C'est toi ? Demanda timidement Jake.
Pas de réponse. Après ce qu'il avait vécu, Jake n'avait plus peur de rien mais il était trop endormi pour se lever. Il se rendormit aussitôt. Le lendemain matin, Jake alla prendre son petit déjeuner.
''C'est Samedi ! Pas de cours ! Une journée tranquille ! Voilà un repos bien mérité. '
Jake dit bonjour à son père, lorsqu'il se leva. Une fois le petit déjeuner avalé, Jake entreprit d'enregistrer un discours racontant les événements de ma veille car les bruits de cette nuit l'avaient intrigué mais il fut interrompu par son père qui voulait avoir des explications sur la sortie de Jake de la veille. Jake s'excusa et mentit en disant que sa mère lui avait accrodé le droit de sortir. Son père ne dit plus rien, Jake comprit qu'il pouvait partir. Il monta dans sa chambre et plaça la caméra sur la commode, en face de son lit où il s'assit afin de raconter son histoire. Avec la télécommande, il mit la caméra sur le mode "enregistrer" et il commença à raconter son histoire. Il annonça également la raison pour laquelle il le faisait : il avait été un peu effrayé par les bruits de cette nuit. Lorsqu'il eu finit de raconter son histoire avec excitation, il était déjà l'heure du déjeuner. Il descendit dans la cuisine et son père n'était pas là. 'Sûrement une affaire de dernière minute, se dit-il, rien de grave, juste un client qui s'est fait arrêter dans la nuit pour détention de drogue ou un truc comme ça, la routine quoi ! '. Il mangea, retourna dans sa chambre et, il ne savait pas pourquoi, entreprit de laisser la caméra enregistrer toute la nuit. Puis, il s'assit à son bureau et commença ses devoirs, pour passer le temps. Il ne savait pas quoi faire alors il mit le temps nécessaire pour qu'il reste penché sur ses révisions toute l'après-midi. Il en oublia même de dîner.
Il était vingt et une heure trente quand il alla se coucher. Le sommeil l'avait envahi et il commençait à avoir mal à la tête.
Un bruit. Plus rien. Sûrement papa qui vient de rentrer"'Un bruit. Plus rien. Quelque chose de bizarre. 'Non, c'est un cauchemard. Il se rendort. Mais une faible lumière le réveille. Son père est dans la chambre, avec un couteau à la main. Il est schizophrène ! Il se tient debout près de Jake. On dirait qu'il va le poignarder. Jake n'a pas le temps d'éviter le coup, il est tué. Son père retourne se coucher.


Final

-Quel est son prénom ? Demanda Florian, espérant que ce ne soit pas son meilleur ami.
-Il s'appelait Jake, répondit le commissaire chargé de l'enquête. Vous le connaissiez bien ?
-Oui, c'était mon meilleur ami, dit Florian avec une larme dans le coin de l'œil. On se connaissait depuis la primaire et il avait toujours été un ami fidèle avec moi.
-Avait-il des ennemis ?
-Oui, bien sûr ! Comme chacune des personnes de ce lycée ! Mais il était quand même très aimé ici.
-Est-ce que vous avez remarqué quelque chose de bizarre ces derniers temps ?
-C'est vrai qu'il commençait à délirer. Il m'a parlé d'un événement étrange, une sorte de torture que lui et sa famille vivaient une fois par an.
-Que vous en a-t-il dit ?
-C'était effrayant ! Il m'a raconté qu'il était assis avec sa famille et que la lumière baissait... Dit-il en réfléchissant à ce que Jake lui avait dit. Il reprit : Il sentait un fouet s'abattre sur lui et du sang violet coulait de son dos... Une espèce d'histoire à dormir debout...
-Je vois, il était dérangé en fait.
-Non, non, ça ne l'a prit qu'il y a deux jours...
-Avait-il bu ?
-Non, il ne boit pas. On était dehors et on cherchait la météorite... Comme d'habitude.
-La météorite ? Dit le commissaire intrigué.
-Oui, vous savez, la légende évoque une météorite qui est tombée il y a 70 ans tout près d'ici. Jake y croyait vraiment et parfois il lui arrivait de venir me chercher le soir tard pour partir à la recherche de la météorite jamais retrouvée.
-Oh, marmonna le policier sans aucune sympathie. Je vois Que vous a-t-il dit d'autre ?
-rien. Tout était normal.
-Bien, merci. Je vous re-contacterai, veuillez rester dans la ville.
-Bien sur, je n'avais pas l'intention de partir.
Le commissaire s'enalla. Mais Florian avait déjà réfléchit et l'interpella avant qu'il ne soit trop tard.
-Commissaire ? J'ai oublié de vous dire quelque chose.
-Je vous écoute.
-Il est venu me voir avant-hier soir.
-Et ? Répondit le commissaire avec un soupçon d'impatience.
-Et il m'a dit que sa mère était une espèce d'extra-terrestre et qu'elle avait essayé de le tuer. Bien sur je ne l'ai pas cru mais il m'a emmené à l'endroit où se serait soi disant déroulé l'événement.
-Et puis ?
-Rien. Mais il y régnait une atmosphère lourde et une présence singulière.
-Vous êtes médium ?
-Non, pourquoi ?
-Comment alors savez-vous qu'il y avait une quelconque présence dans cet endroit ?
-Je ne sais pas. J'ai du me tromper. Bonne soirée.
Le commissaire parti. Florian alla voir un policier pour savoir s'il pouvait rentrer dans l'appartement afin de voir les parents de la victime. Ils lui dirent que non, qu'il faudra qu'il attende l'après-midi, quand la police aura finie d'inspecter les lieux et que de toute manière, seulement le père est présent, la mère étant portée disparue de puis deux jours. Florian fit signe qu'il avait comprit et reparti chez lui. Plusieurs questions devaient trouver une réponse dans l'esprit de Florian : Comment cela se fait-il que seulement Edmund était présent la nuit du crime ? Où était donc sa femme ? Pourquoi avait-elle disparue ? Jake ne pouvait pas dire la vérité, c'était insensé. Florian se hâta de manger et se dirigea ensuite vers la maison de Jake pour questionner Edmund. Ce dernier pleurait la mort de son fils et ne comprenait pas comment quelqu'un pouvait lui en voiuloir autant. Il expliqua à Florian qu'il avait fait un rêve étrange cette nuit-là : il avait tué sa femme avec un sabre et son fils avec un couteau.
-Puis-je aller dans la chambre de votre fils ? Demanda Florian pour changer de sujet.
-Bien sur. Pas besoin de te conduire, tu sais où elle se trouve.
Florian monta à l'étage et ouvrit la porte de la chambre de Jake. Une atmosphère pesante s'installa alors, tandis que Florian faisait le tour de la chambre et revoyait les bons moments passés avec Jake. Chaque objet était remplit de souvenirs. Mais soudain, lorsqu'il ouvrit la commode pour chercher les déguisements qu'ils avaient mit à noël dernier, il trouva une caméra, tranquillement posée sur la commode, face à un trou. Le trou n'était pas très rond et était caché par un voile. La batterie était vide. Florian réfléchit un moment et ne comprit pas pourquoi elle était vide. Ce n'était pas normal. Jake aimait toujours avoir la batterie pleine pour au cas où il devait s'en servir pour filmer la tête de quelqu'un saoul. Peut-être l'avait-il laissé tourner toute une nuit ? Il prit la caméra, la mit dans la grande poche intérieure de son blouson et redescendit. Il dit au revoir à Edmond et repartit chez lui.
Lorsqu'il arriva, il brancha la caméra sur la charge qu'il avait aussi emportée. Il la laissa reposer trois heures durant. Il cherchait une occupation pour que le temps passe plus vite mais il n'arrivait pas à se concentrer. Après ce temps-là, il retira la caméra de sa charge et entreprit de lire la cassette.
Il vit avec un dégoût sympathique que Jake avait expliqué son histoire. Peut-être qu'il avait raison ? Peut-être que cette cassette servira de preuve ? Peut-être que... En voyant ces images, Florian pleurait. Mais soudain, Jake annonça que la caméra allait tourner toute la nuit. C'était ce qu'avait espéré Florian. La date indiquée en bas à droite indiquait que cette cassette avait été enregistrée la nuit de son meurtre. Jake l'aurait-il pressentit ? Il laisse la caméra tourner dans un endroit caché la nuit où il se fait assassiner.
Avec horreur et regret de ne pas avoir cru Jake, il vit sur la bande qu'une faible lumière apparut soudain suivie de... Edmond ! Il avait un couteau à la main et Mon Dieu ! Il vient de tuer Jake ! Sans plus tarder, il prit son blouson et sortit en courant de chez lui. Il se dirigea vers le poste de police le plus proche de chez lui. Lorsqu'il arriva, il était essoufflé.
-J'ai des preuves que c'est Mr Mare qui a tué son fils.
-Ah oui ? Montre.
Florian leur montra alors la vidéo.

"Voilà plusieurs mois que les experts étaient en train d'examiner la fameuse cassette qui mettait Mr Mare en tant que coupable du meurtre de son fils. Souvenez-vous ces images qui montre un extra-terrestre qui ressemble étrangement à Mr Mare planter un couteau droit dans le cœur de Jake Mare. Il a été prouvé hier que ces images n'étaient pas truquées. Les extra-terrestres avaient bel et bien vécu depuis soixante-dix ans sur cette planète et ils s'étaient fait passer pour des hommes. Cela dit, nous devons remercier ce jeune homme mort appelé Jake pour avoir eu le courage de nous débarrasser de l'un d'eux. Il nous a permit de tuer l'autre. Jake, mi-homme, mi-extra-terrestre, avec un cœur d'homme courageux, toute la planète te remercie aujourd'hui et s'excuse de ne pas t'avoir cru."
Florian éteignit la télé.
-Ca y est maman ! On a gagné !
Florian avait attendu avec impatience les résultats de l'analyse de cette cassette dont tout le monde parlait. Ils avaient gagné ! Jake et lui avaient réussit à prouver au monde entier que les extra-terrestres sont réels !
"Et oui Florian, j'avais raison ! Nous avons gagné grâce à toi ! Je raconterai notre histoire dans le monde de l'au-delà, quand j'irai. Je te remercie d'avoir eu foi en moi et d'avoir voulu revoir ma chambre une dernière fois, peut-être que tu as sauvé l'humanité... " Florian entendait la voix de Jake dans sa tête. C'est bizarre comme cela semble réel. Il se dirige vers le mirroir pour se mettre du gel et... Jake ! C'était toi cette voix dans ma tête ! Puis il disparu. Il m'a montré qu'il était là, qu'il m'a soutenu : c'est le plus important.
Personne ne croit jamais ce qu'il ne voit pas et bien pourtant, il faut faire parfois des exceptions même si cela nous paraît insensé.
''Merci Jake de m'avoir fait croire en toi et pardonne-moi de ne pas t'avoir cru pus tôt, c'est juste que nous, les hommes, n'avons pas l'habitude d'entendre des choses un peu différentes de celles qu'on entend tous les jours. Nous sommes habitués à notre petit monde bien tranquille et avons tellement peur du changement, de l'inconnu... Merci''
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Natacha V..
26 ans, Nice (France).
Publié le 07 septembre 2009
Modifié le 30 août 2009
Lu 3 253 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143