Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Je te tuerais... Si seulement j'étais une meurtrière

Une autre de mes fameuses lettres... Avec laquelle vous pourrez faire un petit tour dans mes tourments. La trahison d'un être aimé peut déclencher tout un tas d'émotions plus contradictoires que le noir et le blanc, le bien et le mal.


J'ai le goût de vomir, j'ai le goût de frapper dans les murs... De courir jusqu'à chez toi pour sincèrement te foutre un poing sur la gueule. J'ai tellement envie de pleurer, de cracher, de crier. J'ai jamais été fâchée (bah peut-être un jour oui...) comme ça après moi-même. Je me suis encore laisser emporter. Les mots exacts pour ce que je ressens sonnent mieux en anglais : I can't believe I felt for it again. Pourquoi... Non. Comment est-ce que tu as pu me faire ça ? Tout ce que tu souhaitais, tu disais, c'était de ne pas me faire mal, et c'est tout ce que t'as su faire. La SEULE et UNIQUE chose que t'as été capable de faire, en une semaine, c'est me faire mal. Depuis quand est-ce que tu savais que tu allais me dire ces mots-là ? Depuis quand sincèrement ? Tu as feint m'aimer pendant combien d'heures, de jours, avant de me dire que tu n'avais finalement pas besoin de ça ? Comment est-ce que tu peux autant penser à toi, juste à toi, du début à la fin !!!!! Comment !!!!!!! Ça me dépasse ! Tu aurais dû savoir dès le début que ça finirait comme ça. Tu n'aurais jamais dû te permettre de me faire ça.


Tu as pris mon cœur déjà blessé et tu l'as écrabouillé entre tes beaux doigts. Entre tes mains douces... Sensuelles. Tu as pris mes lèvres comme un voleur, comme un violeur. Tu les as charmées, tu as goûté... Et ensuite tu les as repoussées. Tu les as ignorées. Tu as pris tout ce dont tu avais besoin, tu as calmé ton ennui et ensuite, tu m'as bannis de ta vie, comme si c'était normal de prendre une telle décision. De me re-charmer un vendredi pour m'exiler de ta vie le vendredi d'après. Je te hais autant que je te désire. Tu m'as empoisonné. Tu n'as aucun cœur pour ceux qui t'entourent et qui s'acharnent à t'aimer convenablement. Tu prends, tu prends encore et encore en ne donnant que quand ça te chante. Tu fais des tests avec moi comme tu en ferais avec un animal. Tu vérifies laquelle des situations est la meilleure entre vivre avec ou sans moi. Et une fois que tu as vérifié en expérimentant, tu me remets dans ma cage, comme on ferait à un rat de laboratoire. Tu me prends pour qui ? Je ne suis pas un jouet, j'ai un cœur Sam. Tout comme toi. J'ai des sentiments, j'ai des doutes, des peurs, des joies. Je peux avoir mal autant que toi Sam ! Mais rien de cela ne t'importe, en autant que ton cœur à toi soit stable et bien.


Lorsque je vivais tout près de chez toi... Tu pouvais m'avoir quand tu le voulais, où tu le voulais. Peu importe quand tu le demandais, j'accourais et je faisais tout pour te voir, subvenir à tes besoins. Tu m'avais pour acquis. Lorsque tu ne me voulais pas, j'attendais, patiemment que tu demandes à m'aimer. Quand tu en avais envie, j'étais là, à quelques pas. Maintenant que tu dois attendre, que tu dois aimer un peu plus fort, mettre plus d'efforts, tu abandonnes parce que tu n'as pas ce que tu veux, quand tu le veux, sans bouger le petit doigt. Tu me décourages, je te croyais beaucoup plus fort que cela. Quand j'avais peur, tu ne faisais que confirmer mes peurs, que me dire que toi aussi tu avais peur. Quand tu avais peur, j'étais positive, je mettais mes peurs de côtés et j'essayais de te redonner espoir. C'est ce que deux personnes qui s'aiment font Sam. Ils se supportent. Supporter. C'est ce que tu m'avais promis de faire et c'est ce que tu n'as jamais fait. M'aimer. C'est ce que tu m'as promis et c'est ce que tu n'as jamais su faire. Ne pas me faire mal. C'est ce que tu ne voulais pas faire, et c'est tout ce que tu as trouvé à faire. J'espère, du moins, que tu trouveras une femme qui acceptera de se faire aimer seulement quand tu auras envie de l'aimer. Qui habitera à deux minutes de chez toi, pour ne pas être TROP envahissante mais pour pouvoir répondre à tous tes caprices quand tu le voudras. Tu sais... Aimer, ça va dans les deux sens Sam. Tu es très généreux, certes... Avec toi-même.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Re: Je te tuerais... Si seulement j'étais une meurtrière
Posté par toy-toy le 19/04/2006 15:07:51
J'adore ! Autant de conviction dans un seul texte !!
C'est du vécu ça, non ? Si c'est le cas, ben, ce Sam est un... non, je vais me retenir :-# ! :-)
Re: Je te tuerais... Si seulement j'étais une meurtrière
Posté par a.erenel le 13/12/2005 07:44:47
Fanditalie => peut être que tu es une connasse et que tu inspires l'égoïsme chez tes partenaires. Et puis le ton touché à deux balles.. c'est le genre de connerie qui te rend moins crédible.
Par ailleurs, je trouve le style québécois assez répugnant.
Re: Je te tuerais... Si seulement j'étais une meurtrière
Posté par soda01 le 25/10/2005 10:50:21
+1 avec Chaminou quoi qu'on en disent tout les "mecs" ne sont pas des salo ...

même si c'est pas toujours facile un peu + de discernement = un peu - de déception(s) je dirais
Je te tuerais... Si seulement j'étais une meurtrière
Posté par chaminou le 15/10/2005 18:20:38
Je te tuerais...

Oui, très bien écrit, mais pourquoi est-ce que c’est presque toujours des filles qui écrivent de telles histoires d’abandon ?!!!!

Ce que tu racontes, j’ai l’impression de l’avoir vécu aussi, plus jeune... Avant de me rendre compte que même si c’était dur, il fallait éviter de se laisser envahir par des « sentiments « et apprendre à ne pas se focaliser sur un homme. Je sais que ce n’est guère évident : le mythe du Prince Charmant fait rage et, indirectement, ce type de réaction « aimante » ne fait que servir ces capricieux-pourris-gâtés-immaturaffectifs qui, comme vous le dites, sont assez nombreux.

Vous reste alors selon moi à privilégier vos passions (autres), vos amitiés... Et ne pas rester dans l’attente (passive, donc) du bon. Ne vous laissez pas draguer par celui qui vous choisit pour vous jeter sans sentiment aucun (faut pas toujours se leurrer, nan plus). Choisissez l’élu quand bon vous semble ! Saisir l’opportunité quand elle se présente (car des gens bien, il y en a... Peu, mais ils existent ! :o)), peut être une solution pour moins souffrir inutilement.

Bon courach’ !

Cha*
Re: Je te tuerais... Si seulement j'étais une meurtrière
Posté par chacha le 12/10/2005 13:06:45
malheureusement il y a bcp trop de mecs comme ça.... Je suis aussi passée par là! Courage a toi, jpense savoir ske ça fai... de tjs faire tt skon peu pour les autres, et jms rien avoir en retour... malheureusement si nous ne le fesons pas, ki le fera alors..? personne.
Ton texte exprime très bien ta colère, ta douleur et meme ta déception... tes éspoirs décu...
biSous!
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
L'auteur : Auxandra Danse et rit
28 ans, Montréal *québec* (Canada).
Publié le 11 octobre 2005
Modifié le 08 octobre 2005
Lu 1 479 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲