FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Journal d'une femme de chambre

Appartenant au dernier cycle de Buñuel, où elle figure toute seule, les avis sont unanimes quant à la rupture que cette gemme cinématographique opère par rapport à l'oeuvre précédente du maître andalou ; ça ne va pas de même en ce qui concerne son côté prémonitoire : pourquoi ces réticences ?


Luis Buñuel a fait en cinéma ce que Jules Verne en littérature mais certains ne se décident pas à l'admettre, et cela à l'époque de la frée box. Le pire aveugle est celui qui ne veut pas voir ? Le proverbe semble fait sur mesure dans le cas qui nous occupe, mais mon but n'est pas de dénigrer mes détracteurs, quel est donc l'objectif de cet article ? Rendre à Buñuel ce qui lui appartient : une reconnaissance posthume complète.

Journal s'ouvre avec un plan de détail sur une main posée sur un petit objet qui fait presque la même taille et qu'elle fait bouger de quelques millimètres mais sans éloigner beaucoup du périmètre initial, assez réduit. Pour un premier plan c'est peu courant, image bizarre, on ne comprend pas trop : main inconnue, objet étrange, mouvement pendulaire : tout est fait pour surprendre ! Un spectateur en 2005 aurait reconnu tout de suite la souris, ça n'a pas été le cas lors de la sortie du film et c'est précisément pour éviter les anachronismes que je n'appellerai pas un PC par cette dénomination mais "espèce de télé", la souris "espèce de commande qui relie l'utilisateur à l'espèce de télé" etc. (vous découvrirez tout ça au fur et à mesure, c'était juste pour vous prévenir)

Un très gros plan focalise sur des yeux noirs, image très rouge : on joue sur le contraste des couleurs, c'est très poétique. Retour à la main. On fait un rapport avec les yeux (main/yeux appartiennent au même corps) et avec le son : bruit inconnu mais bien distinct, on dirait que quelqu'un tape, comme une machine à écrire mais plus délicat. Ce va et vient entre la main et les yeux se poursuit durant une demi heure : il y a du mystère dans l'air, ça se voit. On ne donne pas au spectateur le moyen de comprendre, on lui impose une lenteur dans le processus de compréhension mais ce n'est pas un jeu sadique, il s'agit d'une lenteur volontairement très formelle : le spectateur doit attendre parce que ça fait poétique ! Cohérence, quand tu nous tiens...

Buñuel l'a sûrement compris, au-delà d'une demie heure de va et vient le spectateur le plus passif commencerait à se poser sérieusement la question d'une éventuelle déserte de la salle, malgré le prix de l'entrée, la curiosité obstinée qui doit martyriser toutes les têtes : "je veux savoir ce qui va se passer après", le besoin de clarté qui anime tout esprit humain et bien évidemment, la composante maso même si nous avons dit qu'il ne s'agissait pas d'un jeu sadique. C'est donc dans le but d'éviter cette déserte éventuelle qu'il poursuit la présentation du personnage, cette fois-ci par ses fesses qui reposent sur une espèce de chaise rotative. Mais rassurez-vous, ça ne va pas durer une autre demie heure, même pas un quart d'heure car le sens de ce portrait inusuel devrait être compris à ce stade du film : on met en évidence le côté expressif du personnage, il s'agit d'une femme qui n'agit pas, et la dimension narrative insistera sur cet aspect par la suite, par exemple en nous montrant des messages qui explosent sur l'écran de l'espèce de télé, j'attire l'attention sur celui qui affiche "journée de désintoxication, déconnectez-vous nombreux" car il repasse plusieurs fois et ça doit avoir un effet de sens.

Journal d'une femme de chambre est donc l'histoire d'une femme passive comme seul les femmes savent l'être au moins d'une façon instinctive, qui se contente de subir l'action exercée par un agent masculin dont nous ne saurons absurdement rien à aucun moment du film et qu'on désigne par "le doux fantôme". Pour ne pas casser l'atmosphère mystérieuse de ce chef d'œuvre, on nous oblige aussi à nous demander sur le sens de cet épithète : aucune indication convaincante sur la vrai nature de cette douceur aux manifestations ambiguës ne nous sera donné ni dans le film ni dans les commentaires de Luis.

Voilà en gros ce qui fait le charme discret de cette satire qui fait exprès d'ennuyer pour mieux critiquer ceux qui cherchent à s'évader de l'ennui par des paradis artificiels, à savoir cette espèce de communication réelle extrasensorielle que nous connaissons aujourd'hui par le nom d'Internet et dont Buñuel fut le premier à déceler les dangers potentiels, qu'il a si magistralement su traduire par le fondu désenchaîné, une de ses plus géniales inventions à laquelle je consacrerai l'article intitulé : le fondu désenchaîné après Buñuel.


P. S. : j'avais la paresse pour la fiche technique.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Re: journal d'une femme de chambre
Posté par stgermain75 le 23/04/2005 20:37:49
vavie.....le film a été situé en 1928 ...soit une trentaine d'années après l'action du livre.... ceci pour accentuer l'effet produit par la montée des ligues fascistes....
ida...... consternant....j'avais vu ce film au quartier latin bien avant de le revoir a la télé.....et puis même, il n'y a pas plus de honte a regarder un vieux classique sur cinétoile que de rester des heures scotchée devant son pc

Modifié le 23/04/2005 20:52:31
Re: Journal d'une femme de chambre
Posté par ida le 23/04/2005 15:07:20
eleroa : C’est volontairement que je commets des erreurs pour ne pas trop complexer mon ami stgermain qui passe son temps devant la télé.

stgermain : Pour la même raison j’ai fait semblant de ne pas avoir vu ce film, tu es trop susceptible. Il suffit d’un mot et ça y est, tu me parles pas pendant un mois. Maintenant je fais attention. Je salive bien ma langue avant de la tordre pour ne pas te faire une égratignure. Qui pourrait devenir un ulcère, voir un cancer, avec toi on sait jms.

Vavie : mon but était de rendre hommage à buñuel et non à mirbeau. J’ai fait donc exprès de lui accorder toute la place.
Re: Journal d'une femme de chambre
Posté par vavie le 23/04/2005 12:37:30
chouette article, bien qu'un peu technique, pour moi qui ne suis pas une cinéphile forcenée.

cependant... il faudrait peut être parler du livre qui est à l'origine aussi... livre qui porte le même titre que le film, d'octave mirbeau.

mais.. stgermain, le livre lui, n'a pas été publié en 1900? :/
Re: journal d'une femme de chambre
Posté par stgermain75 le 22/04/2005 20:01:44
Le journal d'une femme de chambre est un excellent film qui décrit l'état de la société française dans les années 30 et la montée de la droite et des camelots du roi.
Il montre bien les conflits entre une aristocratie déclinante et un peuple revanchard et opportuniste.
L'auteur de l'article, qui se flatte de connaitre l'oeuvre de Bunuel et n'avait jamais entendu parler de ce film il y a quelques semaines réussi l'exploit de décourager les spectateurs éventuels de le découvrir et on se demande même si il a dépassé la première demi-heure de projection.
Ce n'est pas très grave, les critiques ciné savent bien qu'on parle d'autant mieux d'un film qu'on ne l'a pas vu....

Modifié le 22/04/2005 20:03:08
Re: Journal d'une femme de chambre
Posté par eleroa le 22/04/2005 08:13:35
¿ Depuis quand Luis Buñuel est-il andalou ?
Il est bel et bien aragonais.

Autrement j'ai assez bien aimé ton article.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Publié le 22 avril 2005
Modifié le 28 mars 2005
Lu 1 530 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143