Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Jusqu'où peut aller la liberté d'expression ?

je voudrais exprimer à travers cet article les sentiments que j'ai ressenti en voyant les caricatures du prophète mahomet et vous expliquer ma colère à propos de ce sujet car je conçois qu'il est difficile pour les personnes non musulmannes de comprendre le choc que nous avons pu ressentir...


Vous avez surement entendu parler des caricatures du prophète mahomet mais peut-être n'avez vous pas encore entendu un témoignage, afin que vous compreniez je vais essayé de vous expliquer du mieux que je le peux ce que j'ai ressenti.

Je suis marocaine et musulmane avec tous les obstacles que ça peut entrainer, on est ici une minorité souvent mal jugée mais le jour ou j'ai vu dans les medias que notre prophète avait été caricaturé d'une manière humiliante, ce jour la plus que tous les autres, je me suis senti blessée, souvent on avait pas respecté ce qui faisait parti intégrante de moi mais là on avait touché à l'intouchable, comme pour réveiller en moi une douleur, comme si cette douleur n'était pas assez présente, comme pour me prouver qu'ici n'était pas ma place, mais celle de la liberté d'expression.
c'est cette liberté qui fait que je suis venu vivre dans ce pays, mais c'est aussi cette liberté que j'aurais aimé voire s'arrêter la ou mon respect et celui de tous ceus qui ont une âme commence, tout naturellement et simplement même dans un monde ou ni foi ni loi ne guide mais ou le coeur suffit.
l'amalgame entre musulmans et terroristes étaient déja assez fort que pour en rajouter avec ce geste inutile. J'en ai assez de devoir me battre pour être bien vu, je dois d'abord faire mes preuves, je dois desormais me battre 2 fois plus pour démentir les conclusions trop hatives de l'opinion publique.
La situation internationale est très compliquée pour les musulmans et pour concilier les peuples il faudrait faire tout le contraire.
Peut-être trouvez vous que ma réaction est trop exagérer mais c'est ce que j'ai ressenti vraiment.
Des millions de gens manifestent partout dans le monde alors avant de se dire que les musulmans sont susceptibles il faudrait essayé de comprendre ce que nous avons ressenti et j'espère que j'ai pu vous montrer à quel point ces caricatures nous ont painées.
Je voudrais finir par une phrases de SARTRE qui dans cette situation prend tout son sens "la liberté des uns s'achève là ou commence celles des autres"


Votre avis

Avez-vous été touché ou pas du tout par ces caricatures ?
J'aimerais connaitre votre avis, je voudrais savoir comment d'autres gens d'autres pays, nationalités et religions différentes les ont perçues, ça m'interresserait vraiment de connaitre l'avis de plusieurs personnes.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (87)
Re: jusqu'où peut aller la liberté d'expression ?
Posté par jacquesv le 04/04/2007 04:22:24
Pour ce qui est du chiffre de minimum 655.000 morts civils, parfois discuté, voici un article intéressant, en ce moment sur le site de la BBC (désolé, il est en anglais, peutêtre que la presse française publiera un compterendu):

Un avis concernant cette étude par l’adviseur du Mnistère de la Défense Britanique:

Iraqi deaths survey 'was robust’


The British government was advised against publicly criticising a report estimating that 655,000 Iraqis had died due to the war, the BBC has learnt.
Iraqi Health Ministry figures put the toll at less than 10% of the total in the survey, published in the Lancet.

But the Ministry of Defence's chief scientific adviser said the survey's methods were "close to best practice" and the study design was "robust".

Another expert agreed the method was "tried and tested".

Mortality rates
The Iraq government asks the country's hospitals to report the number of victims of terrorism or military action. Critics say the system was not started until well after the invasion and requires over-pressed hospital staff not only to report daily, but also to distinguish between victims of terrorism and of crime.

The Lancet medical journal published its peer-reviewed survey last October.

It was conducted by the John Hopkins School of Public Health and compared mortality rates before and after the invasion by surveying 47 randomly chosen areas across 16 provinces in Iraq.

The researchers spoke to nearly 1,850 families, comprising more than 12,800 people.

In nearly 92% of cases family members produced death certificates to support their answers. The survey estimated that 601,000 deaths were the result of violence, mostly gunfire.

Shortly after the publication of the survey in October last year Tony Blair's official spokesperson said the Lancet's figure was not anywhere near accurate.

He said the survey had used an extrapolation technique, from a relatively small sample from an area of Iraq that was not representative of the country as a whole.

President Bush said: "I don't consider it a credible report."

But a memo by the Ministry of of Defence's Chief Scientific Adviser, Sir Roy Anderson, on 13 October, states: "The study design is robust and employs methods that are regarded as close to "best practice" in this area, given the difficulties of data collection and verification in the present circumstances in Iraq."

'Cannot be rubbished'
One of the documents just released by the Foreign Office is an e-mail in which an official asks about the Lancet report: "Are we really sure the report is likely to be right? That is certainly what the brief implies."

The reply from another official is: "We do not accept the figures quoted in the Lancet survey as accurate."

In the same e-mail the official later writes: "However, the survey methodology used here cannot be rubbished, it is a tried and tested way of measuring mortality in conflict zones."

Asked how the government can accept the Lancet's methodology but reject its findings, the government has issued a written statement in which it said: "The methodology has been used in other conflict situations, notably the Democratic republic of Congo.

"However, the Lancet figures are much higher than statistics from other sources, which only goes to show how estimates can vary enormously according to the method of collection.

"There is considerable debate amongst the scientific community over the accuracy of the figures."

'Mainstreet bias'
In fact some of the British government criticism of the Lancet report post-dated Sir Roy's comments.

Speaking six days after Sir Roy praised the study's methods, British foreign office minister Lord Triesman said: "The way in which data are extrapolated from samples to a general outcome is a matter of deep concern...." Some scientists have subsequently challenged the validity of the Lancet study. Questions have been asked about the survey techniques and the possibility of "mainstreet bias".

Dr Michael Spagat of Royal Holloway London University says that most of those questioned lived on streets more likely than average to witness attacks: "It would appear they were only able to sample a small sliver of the country," he said. Dr Spagat has previously conducted research with Iraq Body Count, an NGO that counts deaths on the basis of media reports and which has produced estimates far lower than those published in the Lancet.

If the Lancet survey is right, then 2.5% of the Iraqi population - an average of more than 500 people a day - have been killed since the start of the war.

The BBC World Service made a Freedom of Information Request on 28 November 2006. The information was released on 14 March 2007.
http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/politics/6495753.stm

http ://minilien.com/?Dj80SdQObA
500.000+655.000= 1.155.000 victimes civiles minimum


Plus que Hiroshima et Nagasaki et même en y ajoutant les vicytimes du bombardement d Dresden...:-(

Modifié le 04/04/2007 04:26:16
Re: jusqu'où peut aller la liberté d'expression ?
Posté par jacquesv le 21/10/2006 16:29:10
pour calculer la "valeur" d'un mort il faut multiplier par le PNB/procapita, puis multiplier par la distance de notre lit, puis appliquer des correctifs pour son origine ethniqique, sa couleur de peau et sa religion?:|

PS, la dernière estimation parue dans The Lancet parle de 655.000 morts civils en Irak suite à l'invasion... (étude américaine d'ailleurs)
pm: avant ils s'en tenaient à "minimum 100.000", auquels il faut ajouter les 500.000 enfants mentionnés dans pour le blocus ONU sur demande US (rapport Unesco)

Au total, on en arrive donc à 1.150.000 victimes:|

Modifié le 21/10/2006 16:38:18
Re: Jusqu'où peut aller la liberté d'expression ?
Posté par jacquesv le 21/10/2006 16:19:21
eminem4ever,
Oh que si, ils en ont parlé (et beaucoup!!), mais nos médias ne l'ont pas mentionné, donc pour Dupond-Durand, c'est tout comme s'ils n'en avaient pas parlé...
Re: Jusqu'où peut aller la liberté d'expression ?
Posté par eminem4ever le 11/10/2006 17:17:01
Si les musulmans n'en avait pas parlé, personne ne serait au courant.Sans vouloir etre raciste.
Re: Jusqu'où peut aller la liberté d'expression ?
Posté par jacquesv le 29/04/2006 17:38:59
Il y a eu peu de gens ici qui sont descendus dans la rue pour protester contre ce massacre, mais ici on s'indigne parceque peu d'arabes sont descendus dans la rue pour moins de victimes...
Comment réagiraient les Français si "des Arabes" tuaient 600.000 Européens? Faudrait il beaucoup pour faire descendre les gens dans la rue?
Mais du moment que ce ne sont "que" des Arabes...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (87)
Publié le 25 mars 2006
Modifié le 12 février 2006
Lu 1 286 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲