Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

L'Homme programmé pour croire en Dieu ?

Depuis toujours, l'Homme a inventé des religions. Pourtant, une étude récente démontre que l'Homme est programmé pour croire en Dieu. La responsable ? Une molécule contenue dans notre cerveau...


Les neurobiologistes en sont presque convaincus : le besoin de l'Homme à adérer à une religion est dû à une molécule contenue dans le cerveau.
C'est du moins ce que démontre une étude scientifique approfondie sur le sujet. En effet, après avoir remarqué que les transes vécues par des croyants étaient toutes semblables, les neurobiologistes décident de s'interesser de près à ce qu'ils appellent la "religiosité" (tendance à voir le monde comme habité par le divin), donnant ainsi naissance à une nouvelle discipline : la neurothéologie. Pour Andrew Newberg, neurobiologiste directeur de la clinique de médecine nucléaire de l'université de Pennsylvanie et pionnier de ce nouveau concept, "l'objectif est d'identifier les mécanismes cognitifs (relatif à la faculté de connaître) qui régissent la croyance en Dieu. "
Les résultats, bien quà approfondir, sont néanmoins très impressionnants : la foi serait donc due à la sérotonine, une substance neurotransmettrice (qui transmet une information d'un neurone à l'autre) qui est impliquée dans les sensations de faim, de soif et de fatigue. C'est en 2000 que les neurothéologiens découvrent enfin que cette molécule a des effets similaires à certaines drogues : elle modifie les perceptions sensorielles, provoque des hallucinations et des sensations de fusion avec le monde. Cela correspond exactement à la description d'une transe.
Afin de prouver que la sérotonine agit bien sur la religiosité, Jackeline Borg, neurobiologiste à l'université Karolinska en Suède, décide avec son équipe de procéder un test sur 15 volontaires. Les résultats sont spectaculaires : il apparait que plus le taux de sérotonine est élevé, plus la conviction religieuse est renforcée. Borg en conclut que : " Le système de production de la sérotonine pourrait bien être vu comme l'une des bases biologiques de la croyance religieuse [... ]"
Mais doit-on en déduire que la sérotonine est la "molécule de la foi" ?
Pour Catherine Belzung, bioogiste à l'université de Tours, la réponse est claire : "Certainement pas. Si la croyance en Dieu peut certes être favorisée par l'action de'une molécule comme la sérotonine, elle ne peut en aucun cas se résumer à l'action exclusive de cette dernière. " Ce que Borg confirme : "Une étude allemande menée en 2002 suggère que d'autres neurotransmetteurs pourraient être impliqués dans la religiosité [... ]"
Donc la croyance ne se limite pas seulement à l'aspect chimique ?
Non, en effet.


Les autres responsables de la religiosité

Ainsi, alors que certains étudient la chimie du cerveau, d'autre se penchent, avec succès, sur sa structure.
C'est comme ça qu'il est apparu qu'une zone cervicale bien précise était encline à la religiosité : le cortex pariétale supérieur (parite arrière haute du crâne). Plus l'activité de ce fameux cortex ralentit, plus le sentiment de transe s'intensifie. On doit cette découverte à Andrew Newberg qui, en 2001, analyse l'activité cérébrale de 8 moines tibétains plongés dans une méditation. Il s'aperçoit alors que plus la méditation semble profonde, plus le cortex s'assombrit. Cela correspond à une chute de l'irrigation sanguine due à une baisse d'activité. Newberg explique : " L'une des fonctions du cortex pariétal supérieur est de permettre à l'individu d'effectuer la distinction entre son corps et l'environnement et de s'orienter dans l'espace. "Et le cortex ne serait pas le seul impliqué ! "D'autres travaux indiquent que c'est tout un réseau qui est mobilisé", nous dit Newberg.
Et selon Laura Koenig, université du Minnesota, nos gènes seraient aussi de la partie ! Son étude (publiée dans le Journal of personality), menée sur 546 volontaires dont 169 paires de "vrais jumeaux" et 104 de "faux jumeaux", révèle que, pour la période adulte, de "vrais jumeaux" ont plus souvent une attitude similaire face à la religion que de "faux jumeaux". Cependant, aucune différence notable n'est remarqué entre les deux types de jumeaux durant l'enfance. Cela prouve donc que, une fois affranchis de l'environnement parental, les gènes responsables de la religiosité se développent.

Est-il possible qu'après des années de cofrontations, la science parvienne enfin à l'emporter sur la religion ? Pas sûr...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (11)
Re: L'Homme programmé pour croire en Dieu ?
Posté par jordane1 le 09/05/2009 13:59:10
Je ne suis pas athée, mais quand tu dis "ceux qui sont les plus saints mentalement sont ceux qui croient en Dieu seul!", je ne peux pas être d'accord avec toi. Les croyants en général ( j'entends, toutes religions confondues) sont des êtres humains, ni meilleurs, ni pires que les athées. La religion, c'est une question d'opinion, chacun est libre de penser ce qu'il veut, à partir du moment où il ne force pas les autres à le suivre. Le fait qu'on soit sain d'esprit ou non n'a rien à voir là dedans. Au risque de me faire excommuniée, je prends pour preuve les propos tenus par le Pape sur les préservatifs. Et ce n'est pas le seul acte incohérent des catholiques.

Que ce soit clair : ce n'est pas une attaque. Je donne mon opinion par rapport à cette phrase qui m'a un peu gênée.
Re: L'Homme programmé pour croire en Dieu ?
Posté par superjeune le 09/05/2009 12:35:11
Pour les athés!

Permettez-moi de vous dire qu'en réalité la vie est faite de croyance, la preuve!
Vous croyez en la non-existence de Dieu, n'est-ce pas une forme de contradiction envers vous-mêmes???
Alors vous vous laisser berner par ce que l'on vous injecte dans les médias!
Sachez que ceux qui sont les plus saints mentalement sont ceux qui croient en Dieu seul!

Merci pour votre attention.

Des commentaires?
Re: L'Homme programmé pour croire en Dieu ?
Posté par jordane1 le 14/04/2007 15:13:07
"je suis persuader que j'utilise ses parties cérébrales"
Tu crois en cette théorie?
Re: l'homme programmé pour croire en dieu ?
Posté par amicalement le 14/04/2007 00:18:42
Qu'est ce qu'il faut pas entendre Jordane1...

Je suis Athée et pourtant je suis persuader que j'utilise ses parties cérébrales malgré que je ne croye pas en Dieu. Je pense à ma famille, je ferme les yeux, je médite tout les jours à petite dose sur ce que je fais, est-ce bien ou non, vais-je la ou je veux aller, etc...
J'utilise ses parties du cerveau peut-être plus qu'une personne qui se dit catho, musulman ou autres.

Pour moi cela prouve justement que l'on a le choix et que ces découvertes montrent que l'on a tout les instruments pour avoir une conscience approfondie de sa propre conscience en étant capable de se désolidariser mentalement de ce qui nous entoure. Capacité peut-être acquise au fil du temps fasse a la dureté des temps et du temps de notre planète et de l'humanité grandissante.
C'était nécessaire de pouvoir calmer sa peur en se renfermant dans une bulle mental, etc...

Modifié le 14/04/2007 00:22:08
Re: L'Homme programmé pour croire en Dieu ?
Posté par jordane1 le 12/11/2006 16:52:57
C'est peut être le même article, ils prenaient l'exemple des moines tibétains aussi.
Personellement, j'y crois pas: j'étudie la biologie et si cette molécule existait, les athées seraient issus d'une mutation génétique. Or pour que cette mutation soit aussi présente (autrement dit, pour qu'il y ait autant d'athéés) il faudrait que cette mutation affecte les gamètes de l'homme (c'est à dire qu'elle se transmette de génération en génération). Et je n'y crois pas car si elle affectait les gamètes, on verrait des familles entières d'athées ou de catholiques. Et c'est pas le cas.
Donc, autre possibilité, il y aurait des millions de personnes subissant la même mutation en même temps dans le monde. Là encore, impossible, car une utation est une erreur de parcours qui n'a lieu que de temps en temps.
Je pense que l'environnement/l'éducation joue un grand rôle dans la croyance. Après, ça dépend de l'individu. Mais je ne crois pas en cette histoire de molécule. Maintenant, qui sait?
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (11)
L'auteur : Jordane 1
27 ans, Reims (France).
Publié le 10 octobre 2006
Modifié le 29 août 2006
Lu 4 327 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲