Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

L'inconnue qui aimait le malheureux

L'interminable attente de l'espoir...


Il faisait froid ce jour là. Beaucoup plus froid qu'à l'habitude, malgré le soleil qui se reflétait sur chaque toit de voitures, sure chaque façade d'immeubles. L'air glacé s'infiltrait sous les chandails trop légers, chandails adaptés à la température normale d'un anonyme mois de mai.

La vie aurait pu être belle pour l'inconnue, elle qui avait tout pour être heureuse. Attachante, pleine de cette vitalité propre à une jeunesse encore fraîche. Elle était encore plein de ces rêves que l'on construit doucement, occupée à les ériger, briques par briques. La vie aurait pu être belle pour elle, le soleil l'avait toujours rendu heureuse, peu importe l'air froid qui s'échappait des nuages. Elle aurait pu, dans un éclat de rire, virevolter sur quelques brins d'herbes échappés là par erreur, au milieu de ce monde moderne où le béton régnait en maître. Elle aurait pu être heureuse, elle souriait de tout. Elle souriait des oiseaux, des fleurs, des gens. Elle souriait du monde entier. Elle se satisfaisait de rêves, de petits bonheurs. L'espoir la faisait avancée, elle savait qu'un jour, elle réussirait. Elle aurait pu être heureuse, l'inconnue au cœur encore tendre. Elle aurait pu être heureuse, si ça n'avait pas été de lui.

Lui voyait le monde en noir, ne distinguait jamais les couleurs. Il était comme ces animaux sauvages toujours tristes, ceux que l'on ne peut jamais approcher. Où il était de ceux qui, lorsqu'on réussis enfin à les approcher pour les aimer, vous dévorait jusqu'au cœur. Il était d'une race à part, celle de ces anonymes jamais satisfaits. De ces gens qui avaient tout pour être heureux mais qui vivaient dans l'illusion perpétuelle qu'ils étaient affligés d'un grand malheur. Lui ne voyait que trop rarement le soleil, imaginait trop souvent la pluie. Il était de la race de ceux qui se ferment comme des huîtres, qui méprisent ces stupides êtres qui tentent de leur tendre la main. Lui était si souvent froid, calculateur, indifférent. C'était un de ces êtres incompréhensibles qui ne souriaient jamais à l'arrivée du printemps, comme le font tout les autres. Il était de ceux qui prennent tout en donnant le moins possible, affligeante banalité. Celui qu'elle aimait faisait parti de ces gens qui croyaient que tout leur était dû, qui croyaient en leur suprématie. Ceux qui disaient trop souvent que les coupables étaient les autres, le voisin, le monde entier. Il était de cette race là.

L'inconnue était jeune. Elle reportait ses rêves à demain pour les réaliser avec lui. Elle faisait tout pour combler l'homme qu'elle aimait. Souriait lorsqu'elle avait envie de pleurer, tout pour ne pas l'affliger. L'inconnue se sentait redevenir petite, sentait cette sensation d'étouffement que l'on ressent lorsqu'on doit s'oublier. Elle devait, pour lui, revêtir le corps et l'âme de quelqu'un d'autre, elle étouffait dans sa prison de chair. Elle s'obligeait à rester calme lorsqu'il l'insultait, une fois de plus. Lui qui ne se rendait pas compte de tous les sacrifices, de toute la tendresse et l'amour qu'il fallait pour supporter un être aussi sombre. Lui ne se rendait pas compte puisqu'il devait certainement penser que cette dévotion était toute naturelle. Jamais un compliment, jamais un mot d'encouragement. Un rire, parfois. Stupide jeune inconnue croyant changer le monde. Ironie.

L'inconnue attendait patiemment le jour où elle aurait la force de partir. Ce jour où elle pourrait enfin vivre à sa manière. Elle n'en pouvait plus de se cacher, d'oublier qui elle était vraiment. De se taire lorsqu'elle avait envie de chanter, de se taire puisque cela l'énervait. L'inconnue n'en pouvait plus de souffrir à ce point, de sentir perpétuellement cette boule tout au fond de sa gorge. Elle n'en pouvait plus de faire semblant, de tenter de faire bonne figure auprès de ces autres qui les enviaient. L'inconnue attendait.

Elle attendait de voir revenir cet homme qu'elle avait tant aimé, jadis. Elle attendait un signe de reconnaissance de sa part, un remerciement. Un sourire. Un regard comme il lui en lançait si souvent, à cet époque où ils étaient heureux. L'inconnue attendait tout de lui. De la compréhension, de l'amour, de la tendresse. Elle en avait assez, mais elle attendait, avec le peu qu'il lui restait d'espoir.

Elle attend toujours.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Re: L'inconnue qui aimait le malheureux
Posté par just a crazy girl le 20/08/2004 07:52:02
oki je me doutai qu il n y aurai pas de réponse en plus c beaucoup plus mysterieux com ca...en tt cas c un trèc bon article et très touchant
Re: L'inconnue qui aimait le malheureux
Posté par anaximandre le 20/08/2004 07:52:02
Bonjour... (j'ai écris cet "article")... pour Jennnifer: je suis désolée que tu n'aies rien compris à l'histoire, mais je ne peux pas le faire plus clair... je l'ai écris comme ça venait... hum... seulement, entre toi et moi, je ne sais pas qui ne parle pas français... mais bon! En résumé, je peux seulement te dire que c'est l'histoire d'une fille qui est malheureuse parce que l'homme qu'elle aime est devenu tout à fait quelqu'un d'autre. Pour Dimmini: l'en-tête veut simplement dire que, lorsqu'on espère, on attend sans cesse qui ne vient que très rarement... Crazy: hé bien c'est une bonne question à laquelle je suis incapable de répondre: ceci n'est qu'une histoire venant de plusieurs histoires qui se déroulent autour de moi, autour de vous aussi, probablement... on connait tous quelqu'un qui a changé sans que l'on sache pourquoi, donc... Sinon, pour Nothing, merci... merci beaucoup.
Re: L'inconnue qui aimait le malheureux
Posté par nothing.important le 20/08/2004 07:52:02
je trouve sa très bo... d'une grande sensibilité... j'aime bcp...
un délicieux parfum de mystère entoure cette histoire fraiche comme l'aube et pourtant mélancolique...

au début il m'a rappelé un de mes articles... mais en fin de compte, sa n'a rien a voir...

bravo...
Re: L'inconnue qui aimait le malheureux
Posté par just a crazy girl le 20/08/2004 07:52:02
bon article assez troublant...une pitite question: qu est ce qui a fait que l homme a tant changé? (pas bete hein la question mdr)
Re: L'inconnue qui aimait le malheureux
Posté par kiwi le 20/08/2004 07:52:02
stp juste corrige l'en-tête qui veut rien dire... tu attends l'espoir??

sinon g pas lu dc je c pas dire si c bien...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Publié le 31 août 2003
Modifié le 31 août 2003
Lu 582 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲