FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







L'inconscient est-il une fatalité ?

Une aide précieuse en philo, une dissertation sur laquelle j'ai passé pas mal de temps ! Je la mets en ligne pour qu'elle serve d'aide éventuelle... Très bien notée, dites moi ce que vous en pensez ! Bonne lecture.


L'inconscient désigne l'ensemble des processus psychiques qui échappent à la conscience. Chez Freud, l'inconscient est fait de tous les contenus psychiques, c'est-à-dire des pulsions, des désirs ou encore des souvenirs qui sont refoulés hors de la conscience mais qui demeurent cependant actifs. En d'autres termes, selon la psychanalise freudienne, ces pulsions refoulées influent sur mon comportement. L'inconscient devient alors un lieu de conflits psychiques auquel je n'ai pas accès. La fatalité, c'est ce qui arrive nécessairement sans que l'homme par sa propre conscience ne puisse intervenir pour en changer le cours. C'est un déterminisme impossible à détecter et à surmonter.
Depuis la naissance de la psychanalise freudienne, l'homme utilise de plus en plus la notion d'inconscient pour expliquer des pathologies auxquelles on ne trouve pas de causes, au niveau du corps ou de l'esprit conscient. Dans ce sens, on attribue à la notion d'inconscient une capacité d'action sur le corps ou l'esprit. Mais la question sur l'existence et la vraie nature de la capacité d'action de l'inconscient se pose. Chaque sujet possède-t-il vraiment un inconscient ? Cet inconscient serait-il alors capable d'introduire une certaine fatalité dans l'existence humaine ? Le déterminisme psychologique serait alors absolu. Suis-je soumis corps et âme à mon inconscient de sorte que quoique je fasse, il me déterminera ou bien mon inconscient n'existe pas ou n'est-il qu'une nécessité et dans ce cas, je reste libre à l'intérieur de certaines exigences ? Une nécessité n'est pas une fatalité dans la mesure où je peux lutter contre elle, je peux construire ma vie à l'interieure de celle-ci.
Dans un premier temps, nous montrerons que l'inconscient ne peut pas être qualifié de fatalité. Dans un deuxième temps, nous verons que malgré tout, la conscience n'est pas maitresse de tous les états de conscience qui viennent à elle et qu'une grande partie de ce qui se passe en moi dans mon psychique, ne m'est pas connu, m'échappe, et cependant influe sur moi. Pour terminer, nous montrerons que l'on ne peut admettre l'idée du déterminisme psychologique absolu car il dépossède l'homme de toute liberté mais aussi de toute responsabilité morale et juridique.


Avec Descartes, le sujet se défini d'abord et surtout par la conscience qu'il a de lui même. Ainsi, je suis conscient de tout ce qui se passe en moi. De même, dans sa critique adressée à Freud, Sartre fait remarquer que la conscience connait ce qu'elle refoule. En effet, comment pourrait-on concevoir une conscience qui ignorerait ce qu'elle refoule ou rejette ? Si elle répudie une tendance ou un désir, ne faut-il pas qu'elle possède un certain savoir et une certaine représentation de ce refoulé ? Le refoulement, selon Sartre, pour être efficace doit pouvoir choisir entre les pulsions légitimes et celles qui ne le sont pas. Or, ce pouvoir de choisir est normalement le signe par excellence de la conscience de soi. On ne pourrait pas refouler ou autoriser sans savoir ce qui doit l'être. J'ai donc une conscience plus ou moins forte de ce que je refoule et je sais toujours, plus ou moins confusément, les choses que je ne m'autorise pas à penser. Je ne serai alors pas déterminé pas des forces inconscientes inconnues puisque je connaitrais toujours plus ou moins ce que je ne m'autorise pas à penser.
Toutefois, de nombreux doutes ont vu le jour à la fin du XIX eme siècle. On est alors amené à supposer la présence de forces inconscientes. En effet, l'étrangeté des comportements humains relèverait d'une partie non consciente de notre psychisme. Malgré tout, on ne peut toujours pas introduire le terme de fatalité dans la notion d'inconscient. La présence de l'inconscient ne revient pas à accepter l'idée que je ne peux pas me maitriser pleinement, partout, et tout le temps. D'après Freud, chez les sujets normaux, l'inconscient se manifeste principalement dans les rêves, les actes manqués et les lapsus. Ces pulsions refoulées cherchent a être satisfaites mais cette satisfaction ne peut pas avoir lieu dans la vie réelle et se présentent donc dans la vie psychique, lorsque je suis en état de veille. Autrement dit, mon inconscient ne semble avoir aucune influence sur mon comportement. En effet, une fois réveillé, je ne me rappelle plus de mes rêves le plus souvent et je n'ai pas pour objectif de leur donner une réelle consistance.
De plus, quel serait le but de la psychanalyse si tout était déjà joué ? En effet, si l'on acceptait l'idée d'un déterminisme absolu, alors le rôle du psychanalyste n'aurait aucun sens car quoique je fasse, mon inconscient déterminerait le moindre de mes comportements et la moindre de mes réactions. Le but de la psychanalyse est précisément d'aider les personnes qui souffrent à s'extraire des déterminismes inconscients. La théorie freudienne rejette donc aussi l'idée d'un déterminisme absolu. Impossible à détecter et à surmonter, la fatalité ne peut pas être utilisée pour qualifier l'inconscient. Il est envisageable qu'une partie de mon psychisme soit inconsciente et influe sur mon comportement mais puisque je peux en prendre conscience et le corriger à l'aide d'une thérapie, c'est que je ne suis pas un simple automate programmé pour répondre aux pulsions de celle-ci.


On ne peut malgré tout rejeter si facilement l'idée de fatalité. Ma conscience n'est pas maitresse de tous les états de conscience comme des idées ou des sentiments qui viennent à elle. Ainsi, les pensées qui me viennent en rêve sont bien la preuve d'une activité de ma pensée que ma conscience ne contrôle pas. Au sens freudien, il y a dans l'inconscient des représentations mentales que la conscience a refoulées car elles sont prohibées par la morale, la société ou car elles sont trop violentes pour que le sujet les garde à l'esprit. Toutefois, le simple fait pour un nourisson d'être séparé du corps de sa mère serait traumatisant. Cela revient donc à dire que chaque sujet possède un inconscient et l'on ne peut alors contester le caractère fataliste de son existence. Selon Nietzsche, la plus grande partie de mon activité psychique est d'ailleurs inconsciente, ma conscience n'étant qu'un organe secondaire se perdant dans l'activité organique du corps.
Dans bon nombre de cas, quand je fais un lapsus, je ne sais pas pourquoi, c'est-à-dire que j'ignore moi-même ce qui me pousse à dire tel mot plutôt qu'un autre. Or pour Freud, il n'y a pas d'actes innocents ou anodins. D'après l'hypothèse Freudienne, bon nombre d'actes " normaux " ou " maladifs ", pathologiques relèvent de l'inconscient. Je n'ai pas conscience et je ne contrôle pas une bonne part de ce qui se passe en moi-même. Ainsi, quand je me promène au bord de la mer, ma perception consciente du mugissement des vagues ne peut-elle pas être la cause de bien autre chose ? Des millions de petites perceptions dont je ne saisis pas clairement le sens concourent à la perception de l'ensemble et influent sur mes réactions et donc, sur mon comportement.

Toutefois, Le terme de fatalité n'est-il pas un terme trop fort, enlevant tout libre arbitre dans la conduite de la vie ? En effet, si je pense et agis sous l'emprise de forces inconscientes, cela signifie que je ne me maitrise pas moi-même et que je ne suis pas libre d'être ce que je suis. Ainsi, tous mes comportements normaux ne seraient même pas de mon fait ? J'agirai mécaniquement, sous la contrainte des exigences inconscientes de mon Surmoi ? On ne peut nier l'existence de l'inconscient. En effet, comme nous l'avons vu dans le cas de multiples sensations, des rêves ou encore des actes manqués par exemple, l'intervention de forces inconscientes est incontestable. Toutefois, l'homme doit demeurer dans tous les cas un individu libre. Nous sommes libres et responsables de nos actes, et nous ne pouvons, ni ne devons, nous cacher derrière aucun fatalisme, inconscient ou non. Avoir conscience de la force de l'inconscient devrait aider à réduire son emprise sur nos comportements plutôt que de le décrire comme une fatalité qui nous dirigerait tels des patins articulés.
Face à la justice, devant la loi, je ne serai alors pas responsable si mon inconscient était une fatalité puisqu'il me déterminerait est que je n'aurai pas d'emprise sur lui. De plus, chaque sujet ayant un inconscient, toute personne et tout crime pourrait alors être exempté de peines. Si l'homme ne domine pas le rythme, le sens de sa propre vie, comment continuer de croire en la possibilité d'un sens moral puisque celui-ci exige comme condition que l'homme puisse librement décider de ses actes ? Certains philosophes ont perçu ce problème. Pour Alain par exemple, il ne s'agit nullement de contester la réalité de l'inconscient, mais bien de refuser les mythes dangereux, tel l'irresponsabilité qu'il pourrait véhiculer. Dans l'Être et le Néant (1943), Sartre soumet également le freudisme à une série de critiques dont le sens est finalement moral. Il refuse, tout comme Alain, de faire de l'inconscient le maître de nos actes et de nos choix. D'autres philosophes ont finalement nié l'existence de l'inconscient face à ce problème. L'inconscient fait parti intégralement de notre psychisme mais il ne nous tombe pas dessus du dehors telle la fatalité. Supposer une instance qui n'apparait pas et qui agit à ma place revient à introduire dans le mouvement de mon existence l'équivalent d'un destin qui me fait agir indépendamment de toute liberté.
Nous ne devons jamais chercher d'excuses à nos actes ou nous abriter derrière notre inconscient.

Le poids de l'inconscient dans mon activité psychique force donc à relativiser la notion de sujet et à souligner son peu de liberté. Malgré tout, mon inconscient n'est pas plus " une chose " que ma conscience en est une, et qui guiderait entièrement ma conduite au point que j'en serai un jouet irresponsable. Chaque sujet possède une identité propre qui lui est conférée par la conscience qu'il a de lui-même. Cette identité du sujet rend légitime la notion de personne responsable, moralement et juridiquement de sa conduite. Dès lors, on ne peut admettre l'idée du déterminisme psychologique absolu. Certes, le sujet est pris au coeur de tensions et de contradictions dont le sens lui échappe en grande partie. Toutefois, au lieu de considérer cet ensemble de pulsions refoulées comme une fatalité dans sa vie, qui décide de son comportement, le sujet doit parvenir à les analyser afin de se construire avec elles.
De plus, Comment nier l'existence de l'inconscient alors que les troubles mentaux trouvent leur origine dans celui-ci ? C'est Freud qui à développer cette théorie. En effet, les patients n'ont pas conscience de la cause véritable de leurs troubles. La véritable cause n'est donc pas dans la conscience.
De plus, si chez les personnes non atteintes de névrose, l'inconscient se manifeste principalement dans les états de veille, celui-ci influence fortement le comportement des personnes souffrant de troubles psychologiques. Ainsi, un trouble psychique peut donner suite à une dépression, à l'isolement de la personne... De ce fait, mon inconscient me détermine. Selon la deuxieme topique de Freud, la conscience n'occupe qu'une place minime dans l'appareil psychique. Elle ne se manifeste qu'en surface, au point de contact avec le monde exterieur. Cela signifierait alors que presque tout nos comportements échappent au contrôle de notre conscience. Nous n'en serions alors pas veritablement les auteurs.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
Re: L'inconscient est-il une fatalité ?
Posté par cha126 le 14/11/2010 08:26:01
Merci pour vos lectures et commentaires!
Re: L'inconscient est-il une fatalité ?
Posté par jacquesv le 13/11/2010 18:13:57
Félicitations, dissertation excellente!
Re: L'inconscient est-il une fatalité ?
Posté par cdizen le 29/05/2010 19:54:51
Un oubli
La théorie mathématique du chaos a démontré qu’un événement déterminé mais dépendant d’un trop grand nombre de paramètres n’était pas analysable par nos petits moyens conceptuels, donc pouvait être considéré contingent …
Autrement dit, ils apparaîtront être (suite à notre ignorance et limites !) les résultats du hasard ou inconscients ou ….

Les Inconscients qui animent ou agitent fiévreusement souvent les homo sapiens, c. à d. ceux des dits hommes et dites femmes, sont-ils si éloignés de ceux des autres animaux mâles et femelles ? ! ! !

A noter qu’en s’abonnant aux alertes de Google concernant le thème du « Libre arbitre », on peut apercevoir quotidiennement une dizaine d’articles t. p amusants ou navrants sur sa défense ou promotion ! Toujours plus les mêmes trucs foireux ! ! ! Ou sans fin ! ! !
Re: L'inconscient est-il une fatalité ?
Posté par cdizen le 29/05/2010 19:01:13
Bonjour,
J’aurais bien voulu être capable de présenter une telle dissertation à l’époque !

(Le masculin neutre sera utilisé par commodité)
(Cette initiative a été décidée dans un souhait, celui de vous apporter un « plus ». Quoique ? !)

Le thème de l’Inconscient est par excellence la « tarte à la crème » d’autant plus que les acteurs « pédalent dans la semoule » (forcément en toute inconscience), tournent en carré ou en rond en s’enfonçant toujours plus dans le même sillon entrevu en tant que taupe comme un labyrinthe …

Mais plutôt que d’avoir l’air de condamner, ce référentiel n’est-il pas précisément celui qui caractérise ou qui identifie le statut de l’homo sapiens » ? !
Freud (trop décrié actuellement par un pseudo philosophe) ou déjà les auteurs du recueil de contes et légendes (appelé maintenant Bible) n’avaient-il pas saisi qu’on ne pouvait que pardonner des gens qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient (V. Luc, XXIII, 34)

Nous nous conduisons comme des « adulescents » (adolescents chroniques) conditionnés, entre autres, par une histoire apparentée à celle du Père Noël.
(Voyez-vous laquelle ?) Si non, c’est l’une des fameuses paraboles : CH 9.6 « L’homme a été créé à l’image de Dieu »
MacLean, vers les années1970 a présenté l’hypothèse du cerveau triunique ou composé de trois parties principales (Le cerveau primitif ou reptilien et l’instinct de survie, etc. ; le cerveau limbique ou mammalien ou des émotions enregistrant, mémorisant avant de se charger de la quête du plaisir selon une démarche analogique ; le néocortex anticipant, imaginant, analysant, capable d’abstraction, etc.). M. Henri Laborit a longuement explicité ce mécanisme. Voir aussi la présentation de l’écrivain, Arthur Koestler.

Si cette approche a été affinée, les rôles des trois cerveaux n’ont pas fait florès !
Quels sont les élèves de primaire, voire les adultes qui connaissent ce processus ? !
Quels sont les « profs » qui rappellent sans fin cette base de données comportementales ? ! (Qui me servent constamment !)

L’explication me semble simple. Le ressort de la Société de consommation n’est-il pas l’exploitation « toujours plus » (t. p.) tous azimuts des manques et déséquilibres relatifs (stress, etc.) par la proposition t. p. alléchante de plaisirs momentanés ou superficiels s’estompant dès que touchés et incitant t. p. à la reconduction de l’achat jusqu’à l’entrée en dépendance ? ! A-t-elle intérêt à se suicider en révélant aux clients potentiels que le piège du « t. p. » est tendu en permanence au cerveau des émotions analogique ? !
Quant à l’attitude des soi-disant enseignants ? ! ! ! Voire des profs de philo ? ! ! !

Inutile d’aller plus loin, me semble-t-il.
Un résultat scientifique, en 2005, a prouvé -sur le terrain- que cette barrière de compréhension était infranchissable, que l’ensemble de nos automatismes et conditionnements s’y opposait !
Les croyants et les Églises, les rationalistes et les chercheurs intégrés dans la Société, ne pouvaient que jouer le jeu de la politique de l’autruche !
C’était aussi la dernière occasion de mettre les pendules à l’heure et de repartir d’un meilleur pied (dans la continuité !) !
Nous avons préféré, en tant qu’adulescents, persister à jouer t. p. les apprentis sorciers (V. les retombées technologiques sur l’environnement ou les pollutions st. P. délétères !)
La Société de consommation et le rationalisme (liés par le besoin de t. p. de crédits indispensables dans les recherches) ont adopté la « fuite t. p. en avant », l’une par la mondialisation des marchés, l’autre vers l’immortalité et l’établissement du paradis terrestre !
A noter aussi que les rationalistes n’ont fait que prolonger la religion chrétienne à une symétrie près : « L’homme créé à l’image de Dieu » est devenu « L’homme est un dieu en devenir ». (D s’est transformé en d !).

Tout est loin d’être « négatif » mais, au contraire, est « positif » au second degré ! Ou seulement un phénomène « naturel » !
C. Darwin observait la manifestation des « régulations naturelles »
Par ex, alors qu’une épidémie (la myxomatose), vers les années 1950, mettait en danger de disparition les espèces des lièvres et lapins, une décimation ou élagage massif permit à 10 % de survivre immunisés !

Dernièrement, en l’an 2000, une enquête statistique sur l’évolution à travers les âges de la Terre élaborée par des chercheurs reconnus (L. Nottale, J. Chaline, P. Grou) a offert une hypothèse (V. le livre « Les arbres de l’évolution ou Internet) : si jamais nous suivions les mêmes chemins que les éléments du panel, nous devrions rencontrer avant 2080 la plus grande remise en question de nos modes de vie depuis l’installation du néolithique !
Cette théorie repose sur l’application de la théorie des fractales !
Elle vient d’être effectivement fortement confortée par le résultat de 2005 !

Si vous n’aviez pas deviné ce point, c’est l’évaluation comparative de notre génome et de celui du chimpanzé et la différence inférieure à 2 % !

Si les dits « responsables » ou décideurs ou intellectuels ne peuvent accepter que l’homo sapiens fût ravalé au statut de « bonobo boosté », il n’empêche que la simple vision des publicités efficaces démontre que l’article promu est le plus souvent accompagné par un profil féminin attirant ou un symbole érotique, que des connotations sexuelles subliminales émaillent subrepticement toutes les conversations, quel que soit leur niveau !

Plus concrètement encore, l’effondrement de l’Empire romain n’était-il pas programmé ? !
Une leçon a-t-elle été tirée ? !

La croissance dite libérale n’épouse-t-elle pas le schéma de la « croissance arborescente » propre aux végétaux ou tout est maîtrisé ? ! Est-ce notre cas ? !
Ne sommes-nous pas t. p. pris de court, obligés d’improviser, perdus dans les bugs et autres imprévus t. p potentiellement dangereux ? !
L’image du Titanic2 placée en exergue par Nicolas Hulot est-elle aventureuse ou t. p. adaptée au scénario de la fin d’Ère auquel nous avons la chance exceptionnelle de participer et vivre en direct ? ! Bien sûr, ce n’est que le tout début !

Vous évoquiez J.-P. Sartre ! N’est-elle pas formidable sa démonstration ? !
Dans « L’Être et le néant » il montre rigoureusement que la « mauvaise foi » conduit à l’attitude du « lâche » et du « salaud ». Puis il pousse l’exercice jusqu’à se prendre comme exemple ou contre exemple : voir « Sartre rattrapé par l’Occupation, Ingrid Galster, Fabienne Federini Ecrire ou combattre. Des intellectuels prennent les armes 1942-1944 » En ce sens n’est-il pas le plus grand philosophe du 20ième siècle ? ! Celui qui a eu le mérite de personnifier l’histoire de la Grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf ? !
L’histoire de la bouteille à moitié vide ou plein peut aider à « positiver » notre aventure.
Le monde vivant se complexifie non pas dans la continuité mais par des mutations.
Les principes rudimentaires de la physique classique (de continuité, du tiers exclu, de la binarité, etc.) ont été remis en cause par ceux de la physique ou mécanique quantique dans le monde de infiniment petit !
*Ne devons-nous pas laisser la place à des moutures plus sophistiquées ?

Le fait que nous vivons en 3 D nous entraîne dans la contradiction la plus complète, nous oblige à rejeter la réalité de dimension supérieure à 3 ! A nous frotter inconséquemment avec des constructions technologiques reposant sur des dimensions que nous ne maîtrisons pas du tout, qui nous sont inaccessibles ! ## Ci-joint la justification :
- nous n’avons même pas su prendre conscience de la dimension « temps », notamment de la notion fondamentale de « cycle » ;
- nous sommes toujours sous la coupe de l’instinct de survie (du cerveau reptilien) ;
- cela nous a interdit stupidement d’aménager au mieux chaque phase du cycle (en particulier la vieillesse et la mort) ;
- le jeunisme fou est en train de tout saccager ;
-aucun adulte vivant n’est un « homme vrai » (V. l’expression « La dignité humaine » ne pouvant se séquencer sans perdre sa signification et ses conséquences létales : la lutte contre l’indignité étant sans aucune frontière, un être responsable ne peut qu’aller protester contre les corruptions de la planète et être exécuté par une garde royale quelconque …, etc.)##

**La première séance sur la conscience et l’inconscience, voire l’Inconscient, en classe de philo, ne pourrait-elle pas consister à proposer de disposer 6 allumettes (figurant 6 segments de même longueur) sur une table plate illustrant un plan de manière à configurer 4 triangles équilatéraux ayant pour côtés ces 6 segments.
Si on est obligé d'abandonner la recherche de ce problème sans solution dans le plan (qui est de dimension 2 : en bref, longueur, largeur) ; l'idée consistant à décoller, à se mouvoir dans l'espace traditionnel (de dimension 3 : en bref, longueur, largeur, hauteur), aboutit de suite à la construction d'une pyramide triangulaire de type équilatérale formée des 4 triangles souhaités.

N'est-il pas clair que l'organisme sans épaisseur se déplaçant sur un plan de dimension 2 ne peut pas avoir conscience de la notion de relief, inscrite seulement dans le système de dimension 3 ? ! Que l’Être qui doit se contenter de se promène en dimension 3 ou 4 ne peut pas pénétrer dans la dimension 5 ou autres (puisqu’elle n’a pas de sens pour lui) ? !


Devant cette impasse, l’exemple des « Jeux de mots » ne constitue-t-il pas aussi une preuve de la puissance de l’Inconscient ? !

Pour terminer, H. Laborit (biologiste renommé et philosophe pendant ses loisirs, repris dans le scénario du film « Mon oncle d’Amérique ») a souligné que la vie est en relation directe avec le manque et le déséquilibre. Sans eux, c. à d. sans le moindre besoin, pas de réaction, de respiration, d’alimentation, etc., donc d’animation et de vie ! Voir par ex. les ouvrages « Éloge de la fuite » ou « Biologie et structure ».
Des êtres vivants, donc en manque, dans un milieu qui n’est pas spécialement accueillant ni hospitalier, n’ont-ils pas forcément tendance à parier, miser, dans l’espoir d’accéder à l’état de bien-être momentané, à la sécurité temporaire ? A élaborer des tactiques, des stratégies pour vaincre les obstacles, les adversaires, pour ensuite consolider ces gains ?
Ces structures ne ressemblent-elles pas à celles qui organisent les jeux ?

***Et si la Vie n’était qu’un JEU ? ! Et si l’enfer n’était que celui de l’enfer du Jeu de la vie terrestre ? ! La plupart d’entre-nous ne sont-il pas prêts à tout pour demeurer dans cet enfer ? !
Ne seraient-ils pas (comme par hasard !) ceux qui ont un néocortex insuffisamment activé pour réfléchir sur le mythe de Sisyphe ? Qui souhaiteraient (objectivement) donc son sort, c. à d. la « peine de vie éternelle » ? !
Ici s’arrêteront mes commentaires !
Si ces trucs vous intéressaient, vous pourriez consulter mon blog
http://descommentaires.blog.lemùonde.fr !
Bonne continuation.

Je viens de faire une exception puisque je suis maintenant d’accord avec la phrase attribuée à Lao-Tseu : « L’homme qui parle ne sait pas, l’homme qui sait ne parle pas »
(« Connaître ce n'est pas connaître », voilà l'erreur! Ou Parler d’une dimension qui nous est supérieure est une manière de passer et nier en même temps le temps !)
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
L'auteur : Charlotte Thilliez
24 ans, Treon (France).
Publié le 25 mai 2010
Modifié le 02 mai 2010
Lu 4 472 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143