Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

La biologie moléculaire

La biologie moléculaire est un "nouvelle science" qui fait son apparition et qui à un avenir très prometteur.


Tout d'abord un petite définition : La biologie moléculaire est une partie de la biologie qui s'intéresse à la molécule d'ADN ou d'ARN.

Il ne faut pas confondre la génétique et la biologie moléculaire. La génétique est une discipline de la biologie qui étudie les caractères héréditaire, la transmission d'un gène... La biologie moléculaire quant à elle, s'interesse à la structure, au fonctionnement et à la composition des ces deux molécules (ADN et ARN).


Quelques techniques de biologie moléculaire :

Le ribotyping :
Cette méthode est plus connue par les scientifiques par Southern blotting. Le southern blotting est en fait une méthode de transfert de l'ADN sur une membrane de nitrocellulose ou de nylon, chargée positivement. L'ADN étant chargé négativement, il y aura formation de liaisons ionique entre la membrane et l'ADN. La photo ci dessus correspond à la digestion de l'ADN total d'une bactérie par un enzyme de restriction. Tout cet ADN sera alors transféré sur une membrane, puis grâce à une hybridation d'ARN ribosomal de Escherichia coli, et grâce à des phénomène de détection par radiographie et d'émission de lumière un ribopattern sera déterminé. Le nom Ribotyping, provient du fait que l'hybridation se fait grâce à de l'ARN. Le ribotyping est une sorte de carte d'identité de l'ADN étudié.




La PCR :
Polymerization Chain Reaction. Reaction de polymérisation en chaîne, qui consiste (en gros) à amplifier un gène spécifique et qui est interessant, grâce à plusieurs cycles. Cette technique peut être résumée par : dénaturation du brin d'ADN, hybridation d'une amorce (de sequence connue et qui permet d'induire la polymerisation), et polymérisation grace a une enzyme spécifique qui permet de synthetiser un brin d'ADN complémentaire au gène d'intérêt. Suite à cela, une électrophorèse est effectuée afin de voir s'il y a bien eu amplification du gène. Si il a eu amplification du gène, une bande sera observée comme on peut voir sur la photo, pour l'echantillon le plus a droite.
Sur cette photo il s'agit d'une PCR où l'on cherche la présence d'un gène de virulence. La bande observée fait environ 1000 paires de base.
La PCR peut etre réalisée sur de l'ADN extrait, ou directement sur l'échantillon à analyser dans le cas de recherche de la présence de tel ou tel parasite lors d'une infection. La PCR peut s'appliquer a de nombreux génomes ( bactéries, virus, plantes, cellules humaines...), d'où son untilitée.



RFLP : Restriction Fragment Lengh Polymorphism. Cette technique arrive en complément d'une PCR, et elle sert à voir la relation existant entre deux espèce bactérienne possèdant le même gène. Après une PCR, le fragment amplifié est extrait du gel d'électrophorèse et est digéré par une enzyme (endonucléase dans le cas de la photo). Une électrophorèse est ensuite faite de nouveau, et donne le résultat ci dessus, c'est à dire une multitude de bande servant à déterminer les RFLP spécifique d'une bactérie et plus précisément, du gène étudié.

Cette liste n'est pas exaustive, et il existe de nombreuses autre techniques telles que l'insertion de gène dans le génome d'une bactérie ou d'une plante pour que celle ci produise la substance désirée.


Les applications de la biologie moléculaire :

Elles sont nombreuses, passant de la recherche fondamentale (PCR, RFLP, Ribotyping...) à la recherche et développement des sociétés de biotechnologie, sans oublié les analyses de routines où la PCR est maintenant très largement utilisée.
Pour ne citer qu'un exemple, c'est un microorganisme (E. coli) qui produit l'insuline utilisée pour soigner les patients atteinds de diabète. On a inserré dans le génome de ce microorganisme le gène Humain responsable de la production de l'insuline, et cultivé cet organisme afin qu'il produise l'insuline. L'insuline est alors beaucoup plus pure que l'insuline de porc anciennement utilisée.


Les dangers de la biologie moléculaire :

Là aussi ils sont nombreux, et tristement célèbre. En effet, les Virus qui sont mutés artificiellement à des fins destructrices, le sont par la biologie moléculaire, les OGM conbatus de nos jours de plus en plus sont aussi produits par la biologie moléculaire.

Comme toutes les nouvelles technologies, elle ne sont pas dangeureuse en elle-même. Ce qui les rend dangereuses, c'est la mauvaises application de personnes faissant passer les intérêts financiers devant la santé de la population et de notre planète...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: La biologie moléculaire
Posté par soli le 20/08/2004 07:53:43
genial ton article! j'ai fais un an de biologie et ma branche preferee etait la bio moleculaire!! j'adore!! si t'as des sites ou d'autres articles qui parles de la biologie moleculaire et son evolution , je t'en serai reconnaissante!
salut
Re: La biologie moléculaire
Posté par titi92 le 20/08/2004 07:53:43
c kiffan...tou ce ke j'aime!excellen!mai,est-ce ke ta une idée des étude à faire pour travailler là dedan?A+
Re: La biologie moléculaire
Posté par iloz le 20/08/2004 07:53:43
Oula la biologie moléculaire a l'air d'etre ton dada, rien a dire sinon excellent
A si une chose t'aurais du donner un exemple d'application pour chaque technique
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Publié le 16 juillet 2003
Modifié le 16 juillet 2003
Lu 3 113 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲