Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

La complainte sirupeuse d'un gerbi intensif

Réflexions du Moi sur l'Autre... Vidage de sac doux-amère... Et visions d'ensemble d'une déchirure probable. Du couple à sa chute. Sautez mes amis, sautez...


Que s'est il passé ? Que s'est-il passé pour en arriver là ?
Je crois commencer à ne plus l'aimer, comment l'expliquer ? Elle ne me manque plus. Serai-je insensible ? Ou peut être me suis-je tellement dit de rester forte durant son absence qu'en réalité je m'en suis complètement détachée... ? Peut être la déception est telle que je commence à douter. A douter fortement de notre devenir. Douter même de mes propres sentiments à son égard. Depuis qu'elle est partie, je me sens forte, je me sens moi. Est-ce réellement un mal ? Qui le saurait vraiment ?
Il n'y a ni blanc, ni noir et ces nuances, ces belles nuances font le tout du monde.
Je l'aime ou ne l'aime pas.
Je l'aime encore, ou ne l'aime plus.
Plus vraiment, plus autant.
ou peut être différemment : déttachée, résignée, sans attente.

<Comment je l'aime ?>
<Comment ne pas l'aimer ?>
<Comment ? Je l'aime ?>

Autant de questions sans réelle réponse à ce jour; quelques jours à peine, quelques jours et... Le vide.
Peut être est-ce seulement l'attente, l''attente que l'on a d'une personne... Et ses réactions opposées, si contradictoires à ce à quoi on s'attendait. Et donc, cette déception, déception qui fait le tout, donne une nouvelle image à cet être si beau autrefois... Et si... Triste... Si... Mort... Aujourdhui.
Plus aucune attente, plus aucun désir, l'autre n'est plus rien... Et l'on "revit" enfin.


Mais Elle, elle était tout.
Elle n'était pas là, pas là quand il était temps. Quand il était temps qu'elle rentre... Dans mon coeur, se blottir contre moi, en moi, et me faire simplement croire au bonheur possible... Que la vie est belle et quefinalement tout est simple et logique. Mais celà est-il seulement possible ? Vivre et mourir sans aucune appréhension ? Oser vivre, ne pas avoir peur de mourir... Tout celà paraît si pur, si simple, si Vrai. Mais... Est-ce seulement à notre portée ??
On est trop souvent influencé par "les autres", ceux qui vivent en nous, comme nous vivons probablement en eux... Mais trop logiquemment : pas de la même manière.
Une amie peut se révéler amante et une amante, amie. Et parfois ce doux mélange se désintrègre par la distance... Distance physique, se résumant parfois à "Distance" tout court. Dans les actes, dans le coeur.
Aors on sublime... Pour y croire encore, pour pardonner a cas où. Mais l'on sait trop bien, que la brèche entrouverte, malgré les efforts, ne se refermera jamais. Car le coeur peut pardonner, mais la mémoire demeure. Et dans les passades difficiles, le sujet sera toujours, irrémmédiablement évoqué en fond de discussion.
Alors on s'attache malgré tout, mais en vain. On le sait mais on persiste. L'amour est trop fort, mais on souffre.


On ne eut donc pas être heureux. Rien n'est parfait, tout est faussé. Rien n'est donc vrai. Seule la vison que nous en avons, fait cette réalité. La réalité n'existe pas. Nous ne vivons pas, nous mourrons un peu plus chaque jour... Croyant vivre, au contraire. C'est tellement bète, c'est tellement "humain".
Alors on se fait vivre, on s'invente soi-même. On s'invente soi, pour y croire, pour exister, pour faire comme les autres : "les gens sans problème" qui... Rient aux terrasses des bars, qui vivent pour eux et pas dans l'ombre de quelqu'un... Et puis, on tente de reproduire ce modèle, on s'amuse à croire que l'on est seul, à croire que l'on contrôle, mais on ne contrôle rien : On se laisse emporter par le flot des paroles prononcées, on déblatère des sornètes, et on se laisse aller... Juste pour ce besoin physique, ce toucher si doux, celui que l'on croyait avoir oublié, celui que l'on voulait retrouver. Celui que l'on rêve chaque soir, celui qui nous réveille la nuit, celui qui nous fait rire quand on se rend compte que l'on a roulé une pelle à son oreiller, celui qui fait mal... Quand on se rend compte que la seule personne avec qui on le voulait, n'est pas disponible pour l'instant. Comme un répondeur sur lequel on n'ose jamais laisser de message. Juste parce que l'on a besoin de parler sur l'instant. Pas en différé.
Alors on change de destinataire par défaut. Même si ce n'est pas ce qu'on voulait, alors on culpabilise car ce n'est pas la bonne personne avec qui on a partagé cette intimité là. Et l'on SAIT que l'on a déçu, que l'on a heurté cet autre. Cet alter-ego que l'on a oublié égoïstement, juste parce qu'on avait besoin de "direct", de "grand frisson"... Alors qu'en réalité, celà avait été tout autremment.
Désir innassouvi, désillusions... Et une alliance baffouée pour rien. Juste parce qu'on a voulu vivre, juste parce que l'on a voulu croire, juste parce qu'on avait un besoin, un besoin d'amour, de reconnaissance... Mais au final, on n'a rien gagné, voire tout perdu.

La vie n'est pas une pute.

Moi, oui.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Re: La complainte sirupeuse d'un gerbi intensif
Posté par jean calleway le 25/12/2006 01:04:56
salut, je viens à l'instant de lire tes deux articles apres le noel des enfants et bien au moins on peux dire que ton autotorture manifeste dénote un SoS profond, saches pour te remonter un chouilla le moral que tu n'es pas seule à survivre hors de la matrice, à flotter au milieu de l'ocean parmi les cadavres au ventre gonflé car qq FJ comme moi mm savent lire entre les lignes ;)

Je t'embrasse
Re: La complainte sirupeuse d'un gerbi intensif
Posté par chacal le 15/12/2006 15:05:47
t as su donner une ame a ton histoire, bravo
Re: La complainte sirupeuse d'un gerbi intensif
Posté par bidoop le 21/10/2006 20:27:21
désolé ........... je ne vais pas réppondre maintenant à chaque personne...........

c'était juste pour signaler que la publication de cette article est une erreur......... je voulais le reprenre, car il manque deux bons paragraphes qui n'ont pas étés enregistrés... et que je n'avais pas sauvegardé ailleurs....... enfin, bon, disons que j'ai eu un pb de frappe et que j'ai tout effacé, que je voulais le reprendre et qu'entre temps, mon ordi a buggé, que j'avais plus internet, et que là, je suis encore sérieusement embêtée.........

dc, si vous n'avez pas tout compris , pas tout saisi, si le rythme est mauvais, c'est normal....... il manque de gros passages -___-" ........... honte à moi


bon voilà, je vous embrasse, enfin... juste parce que je ne vais pas revenir de si tôt ici voilà.
Re: La complainte sirupeuse d'un gerbi intensif
Posté par pepito.micolazon le 21/10/2006 18:23:55
magnifique......que dis-je? magnifique....tout simplement sublime.....chaque mot est si fort, si intense......la lecture de ton superbe monologue, ma doopibelle, m'a laissée sans voix, touchée. Wow. Je te retrouve bien là. Souffrant mais continuant. Toujours. Toujours. Parce qu'il le faut. Parce qu'il n'y a pas d'autre solution. Ou que les autres ne seraient que des déceptions de plus.

Bref.....tu as raison, ma belle. L'extériorisation est la meilleure chose à faire. Et tu le fais si bien. J'aime quand tu écris. Tu te donnes entière. Vraiment.

Je pense à toi (k) (f) (k)
Re: La complainte sirupeuse d'un gerbi intensif
Posté par cycy9-3 le 18/10/2006 21:04:20
ouaw ça me fait trop penser à moi... :'(
c'est très profond... Merci parce que ton article m'a énormément touchée et rassurée même si ce n'était pas le but de cet article merci quand même et bonne continuation dans la vie Bisou
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
L'auteur : Aide toi ou Lady aidara
32 ans, ...aine (France).
Publié le 18 octobre 2006
Modifié le 14 avril 2007
Lu 1 260 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲