Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

La création du monde en Egypte

Découvrez vite les différentes versions de la création du monde selon les egyptiens.


A l'époque de l'Egypte Ancienne, on raconte de nombreuses légendes sur la création, et chacune d'entre elles plonge ses racines dans un centre religieux différent. Il est donc impossible de parler d'une seule conception cosmonique égyptienne. L'un des éléments communs aux différentes cosmogonies est l'image, suggérée par la crue nilotique et le retrait de ses eaux, d'un océan primordial et informe (le chaos des origines) d'où émerge la colline primitive. Un dieu qui se fait lui-même procède ensuite à la création des premeirs dieux qui, à leur tour, concoivent le reste de l'univers. Dans toutes les légendes cosmogoniques, la création se poursuit -en conformité avec Maât - par phases équilibrés et ordonnée dont la constance gouverne toute chose et dont l'interruption engendre le chaos. Voici plusieurs cosmogonies :

L'Ennéade d'Héliopolis (Delta du Nil) : Héliopolis est le centre le plus ancien de culte solaire. Atoum est le soleil, créateur d'Héliopolis. Au départ, il n'y a que Noun, océan primordial qui a crée la vie grâce à ces eaux. Il a fait surgir la colline originelle (qui s'apelle Benben) sur laquelle apparaît Atoum, identifié à Râ (Atoum-Râ). Ainsi, malgré le fait que les conceptions primitives lui accordaient l'exclusivité de la conception du monde, les périodes suivantes lui attribuèrent deux parèdres (conjoints féminins) : les déesses Témet (une des 4 faces d'Hathor) et Ioussâs qui auraient matérialisé son désir de créer le monde.

Atoum avec l'union de son ombre crée Chou, le vide ou le souffle lumineux qui anime les créatures et Tefnout, l'air et l'humidité. Chou et tefnout eurent deux enfants Geb, la terre, et Nout, le ciel. Geb pondit un grand oeuf où sortit l'oiseau Benou (phénix). Dès la première aube, l'oiseau Benou s'envola au-dessus des eaux, battant silencieusement l'air de ses grandes ailes, traîant ses longues pattes derrière lui. L'oiseau atteignit une pyramide de rochers, qui émergeait à peine de la surface des eaux. Ouvrant son bec, il poussa un cri sauvage. Le son se répercuta à travers l'océan infini, brisant le silence éternel. Alors que, pour la première fois, la lumière de l'aube poinatait parmi les ténèbres, le monde fut soudain empli de la connaissance de ce qui devait et ne devait pas être.

Nout se coucha sur Geb et s'unit à la Terre. Mais Shou, jaloux, écarta le Ciel et le souleva en l'air, tout en maintenant la Terre sous ses pieds. Les enfants de Nout et de Geb sont les étoiles.

Dans une autre version, Nout et Geb s'étaient mariés sans le dire à Râ qui ne leur aurait pas permis. Quand il fut averti de cette union, en efffet, il se fâcha. Pour les punir, il jeta sur Nout un sort destiné à l'empêcher à jamais d'avoir d'enfants. Nout était très triste. A quoi bon se marier si l'on ne peut même pas avoir d'enfants ? Mais Thot pris pitié d'elle. Il joua avec la lune une partie de dames et il gagna. Il rejoua et regagna encore. Après plusieurs parties, comme il gagnait toujours, il tint la lune à sa discrétion. Il se fit donner par elle un soixante-douxième de ses feux et de sa lumière : de quoi fabriquer cinq jours entiers. Ces cinq jours n'appartenaient à aucun mois, ils étaient en dehors du calendrier ( le calendrier des Egyptiens contient douze mois de trente jours = 360. A la fin de l'année on rajoutait cinq jours qui n'appartenaient à aucun mois et qui symbolisaient les cinq jours où Nout eut ses cinq enfants. Ces cinq jours sont apellés épagomènes.), de sorte que Nout put au cours de ces jours-là, mettre au monde cinq enfants, échappant ainsi à l'interdiction de Râ. Le premier jour naquit Osiris. Au moment de sa naissance une voix mystérieuse annonça : "Le maître de toute chose est né à la lumière." Sur toute la Terre entière entière, on entendit des cris de joie. Mais peu de temps après, la voix annonça que de grands malheurs arriveraient au nouveau-né. Et les cris de joie cédèrent aux lamentations et aux pleurs. Un certain Pamylès qui s'en allait chercher de l'eau dans un temple, entendit la voix lui ordonner de proclamer qu'Osiris, le grand roi, le bienfaiteur de l'univers venait de naître. Et pour cette raison, ce Pamylès fut chargé par les dieux de nourrir et d'élever l'enfant en le préparant à une extraordinaire destiné. Râ, lui aussi dans sa résidence lointaine se réjouit car il avait depuis longtemps pardonner Nout. Il fit venir son arrière petit-fils auprès de lui et l'éleva. Le deuxième jour, naquit Haroêris ; le troisième jour ce fut le tour de Seth ; le quatrième jour ce fut Isis qui naquit et enfin le dernier jour Nephtys.

L'Ennéade héliopolitaine comprend donc dix dieux si l'on tient compte du fait qu'Atoum-Râ est déjà la fusion de deux entités divines différentes. Haroëris ne rentre pas dans l'Ennéade, car il a été assimilé à Osiris.

Thot Hermopolis (15è nome de Moyenne Egypte) : D'après les textes sacrés, Hermopolis est le lieu de création du monde, évènement reconstitué rituellement dans un espace sacré ("le plateau des Tamaris") situé dans la kôm. A Hermopolis, on élabore trois cosmogonies. La première voit à l'origine de la création l'Ogdoade, composées de quatre couples (Noun et Naounet sont associés aux eaux primitives, Houh et Haouhet à l'infini, Kouk et Kaouket à l'obscurité et Amaounet à l'invisible.) qui avaient l'apparence de serpents et de grenouilles. Ces dieux créerent un oeuf qu'ils déposèrent sur la colline primordiale, à Hermopolis même ; de cet oeuf naquit le soleil qui créa et organisa le monde. La deuxième cosmogonie ressemble à la première. Une colline primordiale surgit de l'océan. Le démiurge Thot donne un oeuf, surveillé par l'Ogdoade, qui eclôt et engendre le soleil qui, immédiatement, se lève dans le ciel. Puis suit, à long intervalles, tout le reste de la création. Une autre tradition d'Hermopolis utilise les eaux primitives, sur lesquelles flotte un bouton de lotus. Les pétales s'entrouvent afin de réveler un soleil enfant, Harsomtous, sur la première fleur dont les rayons bénéfiques inondent l'unviers.

Neith de Saïs (5ème nome du delta du Nil) : Avec le développement de la cosmogonie et de la mythologie, elle personnifie l'océan primordial et plus tard à partir du Nouvel Empire, le démiurge sui, sorti des eaux comme un être aséxué, crée l'univers avec sept mots ou sept flèches. En tant que créatrice de Râ, Neith peut prendre l'aspect d'une vache céleste. Remplaçant ainsi les anciennes déesses-vaches Hésat et Metyer, elle crée également le dieu crocodile Sobek, le maître des marais. Lorsque Râ sortit de sa coquille il fut éblouis par la lmière et des larmes coulèrent de son oeil. De ces larmes naquirent les hommes.




Hérishef d'Héracléopolis (20è nome Moyenne Egypte) : Son nom signifie : celui qui est sur son lac. Considéré comme un démiurge local, il est (avec le dieu Min de Coptos) une divinité qui exalte surtout la fécondité et la fertilité.






Montou d'Ermant, près de Thèbes (4è nome Haute Egypte) : Considéré comme un démiurge local, son culte se pratiqua jusqu'à la période de l'Ancien Empire où il fut progressivement évincé au profit de celui d' Amon : le dieu omniprésent et invisible.



Metyer ou Méhytourèt d'Esna (3è nome Haute Egypte) : Très ancienne figure de la vache primordiale flottant sur les eaux du Noun où elle incarne la vie sortie des eaux primitives. Comme la déesse Neith qui lui succéda dans ses fonctions, elle a également donné naissance au soleil, puis elle l'a protégé en le plaçant entre ses cornes recourbées en forme de lyre.



Nekhbet d'Elkab ou Nékheb (3ème nome de Haute Egypte) : Identique à la déesse Neith, la démiurge d'Elkab a engendré son monde au moyen de sept paroles ou de sept flèches.







Khnoum d'Eléphantine (1er nome de Haute Egypte) : Khnoum est lui aussi un démiurge créateur. Pour les hommes, il modelait le corps et la kâ (force vitale et créatrice de l'individu, son double qui détermine sa personnalité. Il naissait avec l'individu et, à sa mort, bénéficiait des offrandes funéraires.) de l'enfant à naître sur sa roue de potier. Puis il déposait l'enfant dans le ventre de sa mère, comme une graine. C'est ainsi, à l'origine du monde, qu'il créa les dieux. C'est pour ce la qu'on l'apelle "Père des père, mère des mère." A ses côtés, Hequet, la déesse grenouille, le signe de la vie ankh au nez de l'enfant modelé.




Ptah de Memphis (nome à la frontière des deux royaumes) : Parmi les diverses cosmogonies, celle de Ptah est peut-être la plus approfondie. Le créateur Ptah concoit l'idée de la création dans son coeur et la met ensuite en pratique en prononçant le verbe. La création par le moyen d'expression apparaît dans plusieurs autres textes. Dans d'autres versions, Ptah est accompagné de huit dieux primordiaux (Tatenen, la première terre émergeant du chaos ; Atoum dont l'intelligence divine est Horus et dont la parole est Thot ; quatre autres dieux aux noms actuellement incertains) , avec lesquels il crée l'univers par la pensée (Horus) et la parole (Thot). Chaque battement de son coeur, chaque son de l'univers est une manifestation de son pouvoir. On lui donna le surnom populaire de "Sculpteur de la Terre" car à l'image de Khnoum, il crée en se servant de la roue du potier.


Amon de Thèbes (4ème nome de Haute-Egypte) : L'Ogdoade originaire de Thèbe est porté par les eaux, de Thèbes à Hermopolis ; la ils créent le soleil puis reviennent mourir auprès de la montagne thébaine à Médinet-Habou. Le principe dominant de la cosmogonie thébaine est Amon, présenté sous trois formes :
1) Kématef, "celui qui a fait son temps" (dieu serpent que l'on assimile à l'Amon de Karnak)
2) Irta, "qui fait la terre" (deuxième dieu serpent que l'on assimile à l'Amon de Louxor), succède à son père Kématef ; c'est l'Amon Irta qui va tous les dix jours porter des offrandes funéraires aux huit dieux primordiaux enterrés à Médinet-Habou.
3) Amon, membre de l'Ogdoade.

Voil@ !! je vous ai parlé des principales cosmogonies.
Pour plus d'infos http://www.nebetbastet.fr.st
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
Re: La création du monde en Egypte
Posté par nebetbastet le 20/08/2004 07:53:08
Désolée, je voulais faire un truc hyper-complet.
Pour les lecteurs : imprimez cetr article et lisez le tranquillement sur papier.
Re: La création du monde en Egypte
Posté par lysou38 le 20/08/2004 07:53:08
un peu (beaucoup même) long, je n'ai pas réussi à lire jusqu'au bout, peut être parce que je n'ai pas accroché alors que d'habitude j'iam bien l'Egypte.
enfin bon, bon article quand même.
Re: La création du monde en Egypte
Posté par nebetbastet le 20/08/2004 07:53:08
Merci pour cet "exellent".
Je sais, il est un peu long, mais c'est l'un de mes premiers articles, alors je ne me rends pas forcément compte.
Re: La création du monde en Egypte
Posté par stephane.noro le 20/08/2004 07:53:08
Ton article est trés bien mais je trouve qu'il est trop long,aussi non c'est bien continu à parler de l'égypte je vais aller voter excellent pour tes effort au moins!A part ça pout on prochain article tu pourrait parler des dieux égyptiens par exemples.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
Publié le 01 novembre 2003
Modifié le 01 novembre 2003
Lu 4 034 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲