Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

La décentralisation

De Jules FERRY à Luc FERRY. De l'école devenu obligatoire et accéssible à tous à l'école des sélections sociales.


Je suis actuellement en Terminal S au lycée Jean Macé de niort. Je vais tenter de vous expliquez pourquoi notre lycée et seulement quelque autre en France ont bougé devant ce projet de loi qui n'en est plus un malheureusement aujourd'hui.

Tous d'abord je tiens à dire que je passe mon BAC cette année et que comme toutes les personnes qui se sont engagé dans cette lutte, nous voulons notre BAC alors il ne s'agit pas de sécher des cours pour le plaisir. Aujourd'hui nous jouons notre avenir, celle de nos frères et soeurs mais aussi celui de nos enfants alors pensée à tous ces gens et non pas seulement à votre BAC pour les personnes en Terminal actuellement.

Le gouvernement Raffarin souhaite accroître la décentralisation. Une telle politique d'aménagement du territoire n'est pas sans conséquence pour bon nombre d'administrations, parmi lesquelles l'éducation nationale. La décentralisation, qui n'est pas un fait nouveau pour cette machine, pourrait fort bien affaiblir les valeurs propres à l'éducation pour tous, déjà sérieusement remise en question par Luc Ferry, et avec lui, une grande majorité des enseignants qui ont fait entendre leur renoncement au modèle du Collège Unique. Une décentralisation de l'administration relevant du Ministère de l'Education aurait des conséquences néfastes sur le plan égalitaire. Et l'exemple est proche de nous puisque nos voisins allemands le savent bien : décentralisé, leur système éducatif n'avait pas la cohésion souhaitée, aussi ont-ils décidé une première marche vers une recentralisation, en instaurant des tests d'évaluation nationaux, jadis réalisés régionalement, dans les Länder. Cette avancée n'est pas anodine : le gouvernement, en décentralisant, prend le risque (mais n'est-ce pas ce qui est recherché) ? D'affaiblir la mission de service public, et d'écorner l'idéal égalitaire républicaine. Nous aurions alors des écoles à plusieurs vitesses, celles des régions les plus riches où opèrerait entre elles une compétitivité accrue, et celles des régions pauvres. Le but de ce projet, sous couvert de modernisme, est au final de faire payer aux collectivités locales les frais en matière d'éducation, allégeant le porte-feuilles ministériel, ce qui permettrait par la suite de baisser les impôts au niveau national, tandis que les impôts locaux connaîtraient une augmentation sans précédent. Au soin, ensuite, au gouvernement en place de faire comprendre que l'on a l'école que l'on mérite ! La logique libérale est ainsi faite, qu'elle trouve toujours un écho favorable auprès du peuple, pourvu qu'on lui promette une baisse d'impôts. En résumé, décentraliser à l'extrême le système éducatif, c'est permettre au citoyen de payer moins d'impôts. Comme les couches les plus modestes en sont exemptées, le système rêvé par le gouvernement permettra de soulager les plus riches, par répartition : tous les français seront invités à casser la tirelire, pauvres et riches à égalité, mais plus la région sera pauvre, plus l'égalité des chances sera compromise, et en dernière instance, dans une même ville, riches et pauvres payera la même somme, à cette différence près que leurs enfants ne seront pas scolarisés dans la même école. L'exemple allemand, me dira-t-on, est mal approprié à ces propos, puisqu'en France, les programmes scolaires sont nationaux. Les Allemands ont déjà testé la décentralisation scolaire, et nous donnent là les premiers signes d'un pragmatisme efficace : cela ne fonctionne pas ! Une éducation locale ne peut se substituer à une Education Nationale, sans quoi le milieu scolaire, déjà en proie aux pressions parentales et aux inégalités qu'il reste à corriger, deviendrait un milieu de plus en plus hostile. (lien du site http://www.methexis.com/article.php3?id_article=23)

Voilà pourquoi nous devons faire bouger les choses mais ensemble parce que si nos grèves reste comme maintenant rien ne se fera et beaucoup de gens penserons comme aujourd'hui c'est-à-dire : ça ne sert à rien personne ne bouge ! Voilà ce qui bloque aujourd'hui une avancée vers une remise en question.

Il faut revendiquer ce que nous concevons comme légitime, le droit à une éducation égalitaire (même s'il existe déjà des inégalitées) et non en fonction des moyen parentaux.

Agissez maintenant pour que nous fassions entendre notre voix dans la France entière et qu'il ne se reproduise pas ce qui c'est passé le 21 avril 2002 parce que nous n'avions rien fais pour
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Re: La décentralisation
Posté par brunodg le 20/08/2004 07:52:17
Vous devriez lire le texte du projet de loi et evitez d'écouter les revanchars du 21 avril 2002, accrochés à leurs petits privilèges...

Ne vs emballez pas trop en pensez à préparer votre bac, car dès le début des vancaces scolaires d'été, ts les enseignants, contents ou pas, seront au soleil.... of course!!

Tiens, juste pr voir, dder à plusieurs de vos prof s'ils sont près à sacrifier leurs vacances scolaires pr porter leurs revendications jusqu'au bout.... !!!!
Re: La décentralisation
Posté par spy le 20/08/2004 07:52:17
je suis tres conscient des limites de manoeuvre des profs: il faut qd meme des directives pour que l'enseignement reste homogene d'un etablissement a l'autre ,ou bien sinon on accepte une autonomie mais dans ce cas il renoncer a la centralisation : les deux systemes peuvent se defendre .
Ailleurs je signalais que j' etais consterné par le fait qu'une reforme du programme d'une matiere durait 5-7 ans entre la decision d' "en-haut" et la mise en platique sur le terrain .
Je reconnais en relisant ma reaction a chaud que j'ai été trop global vis a vis des profs . Bien sur il y en a des consciencieux , mais je sais aussi que pour ma Terminale , on m' a envoyé a Paris dans un lycée " sérieux" (trop ,ouf) parce que le laxisme dans ma ville faisait peur a mes parents en ce qui concernait mon avenir ( profs absents , pas motivés , rendant des devoirs notés mais non corrigés ( juste des traits sans commentaires , avec un mois de retard etc) et j' ai vu que là où on le voulait bien , on travaillait tres serieusement et efficacement (LLG). Donc ca depend aussi des profs et de l'ambiance generale . Je ne parle pas bien sur des lycées sensibles ou pour faire travailler les ados , il faudrait carrement un prof pour un eleve , ca c'est un autre probleme , celui des parents , de leur volonté d'integration pour leurs enfants comme pour eux . Mais je pense que sortis de ces cas extremes , les profs ont la possibilité de faire du bon travail meme s'il faut foutre a la porte un troublion ou deux . Dans ces conditions je trouve qu'is font trop souvent greve comme l'ensemble de la fonction publique: ils ne doivent pas se comporter comme des moutons figés dans des doctrines souvent trop politiques :ils peuvent exposer leurs problemes autrement que par les greves . Une greve pour motif grave tous les 10 ans ca se comprend , mais pas tous les ans !!(et pour d' autres fonctionnaires tous les 6 mois!)
Ensuite je regrette que dans la meme greve on amalgame differents problemes comme la decentralisation , les retraites , les salaires : chaque chose en son temps : on ne sait plus qui veut quoi ; on ne voit que le resultat : la greve . Dans ces condtions , on patauge , chacun ayant ses priorités et ça bloque au niveau des negociations . Et personne n'en sort gagnant .
Re: La décentralisation
Posté par nocturnal-pulse le 20/08/2004 07:52:17
Spy tu es plein de contradictions : tu dénonces, à juste titre, les gros problèmes du système éducatif français et tu termines par une très classique offensive contre les profs qui, selon toi, profitent allègrement (c’est le cas de le dire) du système actuel ! Peux-tu me rappeler la marge de manœuvre qu’ils ont aujourd’hui ? Quasiment tout leur est imposé, à commencer par des programmes qui se fondent sur de belles théories qui ne correspondent hélas pas du tout à la réalité. Un prof reçoit donc des consignes du ministère qui lui demande de les appliquer, il a en face de lui des élèves qui ont du mal à s’adapter à des exigences qui ne sont pas adaptées à eux. Qui passe une année scolaire entière à jouer entre la théorie et la pratique ? A essayer de préparer au mieux des élèves à un examen bien trop ambitieux ?
C’est bien facile de cracher sur les profs et leur statut de fonctionnaire mais qu’on mette une secrétaire de mairie devant 30 élèves dans un collège sensible et on verra si elle mérite plus son statut de fonctionnaire que les profs !
Certes il y a des branleurs partout mais pourquoi stigmatiser systématiquement ce corps de métier qui, globalement, fait beaucoup pour le pays ?
Comment les problèmes de discipline peuvent-ils s’améliorer quand les parents ne cessent de soutenir les enfants (qui n’en demandent pas tant) face à leurs profs ? Certaines rencontres parents-profs se transforment même en procès du prof !
Il est dans l’intérêt de tous que l’éducation des enfants soit la meilleure possible ; comment serait-ce possible quand des parents, en s’opposant systématiquement au prof, mettent à mal le respect qui est du à ce dernier (et qui est surtout fondamental pour que les cours se passent au mieux) ?
Selon toi qui connaît le mieux la réalité du terrain, qui sait quel est le niveau des élèves ? N’est-il pas important que les profs soient consultés sur certaines évolutions de leur métier ? Car ça n’est pas le cas actuellement il est donc important d’arrêter de faire la confusion prof-éducation nationale : les profs en sont les représentants mais leur autonomie est extrêmement réduite, ils reçoivent les ordres des « hautes sphères » et doivent se débrouiller pour les exécuter y-compris s’ils sont difficilement réalisables. Tu aimerais une éducation nationale plus souple et plus réactive face à l'évolution de la société, des mentalités, du marché du travail, ... et je pense également que c'est fondamental mais là encore c'est aux profs à jouer un rôle important car ce sont eux qui sont auprès des élèves et qui peuvent réagir rapidement.
Exemple-type: un fait extrêmement marquant survient dans le monde ou en France, les profs peuvent en parler à leurs élèves dès le lendemain alors qu'il faudra attendre l'année scolaire suivante pour qu'il soit au programme (avec de la chance)!
Au lieu de désigner systématiquement le prof quand quelque chose ne va pas il serait plus intelligent de se rendre compte qu'il est un élément essentiel du système et qu'il faut tout faire pour qu'il enseigne au mieux car on a trop tendance à oublier que le système éducatif est fait pour l'élève.
Re: La décentralisation
Posté par spy le 20/08/2004 07:52:17
L'education nationale concue par Ferry est a bout de souffle. Elle ne correspond plus aux exigences du présent qui demande une machine legere capable de s' adapter tres vite aux changements de société , de mentalités , au progres et aux exigences du marché de l'emploi .
Quand la majorité des bacheliers ne savent plus ecrire une page de texte sans une vingtaine de fautes d'orthographe ;
quand on recense en FRance 700.000 enfants surdoués (=precoces) et qu'il n y a qu un seul lycée (privé) pour les accueillir , on mesure le gachis de l'ecole nationale , nivelée par le BAS . Pourtant un socialiste avait deja vu clair : Allegre , mais sous la gauche il ne fallait pas heurter un "bon" electorat .
Regardons autour de nous: en allemagne, chaque "land" a son autonomie totale : il y a de quoi satisfaire tout le monde : l'enseignement y est aussi bon qu'en france , meme meilleur car les nombreuses passerelles et filieres technologiques pré-bac permettent de ne laisser personne sur le carreau . Et il est plus facile a une assemblée regionale de surveiller le bon usage des deniers publics
Alors ne jugeons pas mal à l' avance des aménagements du MAMMOUTH devenu incontrolable , synonyme de gabegie , et qui ne profite qu' aux enseignants
Ah oui ! ils ont peur de perdre leur statut de fonctionnaire de l'etat , statut bien agreable , et ils enrobent de chocolat ( la qualité , l' egalité ..) leurs actions immobilistes pour trouver des echos parmi les eleves et parents d'eleves qui sont dupes
Re: La décentralisation
Posté par darkbears le 20/08/2004 07:52:17
Mais qu'est ce que tu dis toi ?
C'est pas pour ce que l'on dit que le FN sera au deuxième tour. Il le sera si les jeunes comme nous ne vont pas votre c'est sûr. Je n'ai pas pu voter l'an dernier parce que j'était trop jeune alors j'avais vraiment la haine alors ne dit pas ça
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Publié le 17 mai 2003
Modifié le 17 mai 2003
Lu 819 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲