FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







La hantise de la mort n'est plus ma hantise

"Quand es-tu ?" est une question qui ne se pose pas parce qu'on ne peut être ailleurs que dans son instant... Pourtant l'homme à peur de la mort ! Hantise irrationnelle à laquelle j'offre une solution qui pourrait vous étonner par sa simplicité mais qui n'en est pas moins efficace.


Il me semble que le premier problème qui se pose est celui de la méthode ; en effet, on essaye de trouver des réponses rationnelles à une question d'ordre irrationnel ; défaut d'analyse qui, avouons-le, nous coûte très cher, non seulement au sens figuré vu l'envergure des dégâts occasionnés par l'angoisse de la mort mais aussi au sens propre si l'on considère les dépenses de la sécu en matière de santé.

Le deuxième problème que j'ai repéré est celui de la nature de l'objet de cette hantise : doit-on accepter indéfiniment les définitions qu'on a données de la mort ou au contraire la redéfinir pour construire un nouveau cadre théorique à partir des outils conceptuels tout aussi nouveaux ? Car bâtir un système révolutionnaire sur la base des notions archaïques équivaut à se faire faire un nouveaux costume avec du tissu pourri : ça ne tiendra pas la route.

Nous allons donc redéfinir la mort en mettant en valeur ses aspects irrationnels qui ont été négligés pendant trop longtemps, dont prendraient appui des nouveaux principes cette fois-ci irrationnels. Cette cohérence entre l'objet d'étude et la voie de recherche devrait apporter des réponses plus satisfaisantes que celles qu'on a eu jusqu'aujourd'hui.

Commençons pour donner une définition apophatique de la mort : la mort n'est pas la vie. Mais attention, cela ne veut pas dire que l'opposé de la mort est la vie : non ! Erreur à éviter ! Le contraire de la mort, c'est la naissance... Voyez-vous comme il est facile de se leurrer dans des choses apparemment très simples ? Mais très lourdes en conséquences : si on part de faux principes toute la démonstration risquera d'être fausse...

Reprenons la définition : la mort n'est pas la vie. Alors pourquoi l'analyser depuis le point de vue du vivant ? Pour celui qui est mort il n'y a plus de souffrance, misère, frayeur. Il n'y a plus rien. Le vide total. Le pur néant. La sérénité. Craindre ce bonheur parfait est ridicule, n'est-ce pas ?

Nous arrivons là à une conclusion qui s'impose par son évidence : nous nous sommes trompés de peur ! C'est la vie qui devrait nous effrayer et non pas la mort.

Il suffit donc de commencer à craindre la vie pour que la peur de la mort diminue graduellement jusqu'à sa totale disparition par une raison toute simple : il n'y pas de place chez l'homme pour deux obsessions ; précisément ce qui défini l'obsession... C'est qu'elle est... Unique !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (26)
Re: La hantise de la mort n'est plus ma hantise
Posté par jogded le 22/05/2005 23:48:56
Je sais que je ne le sais pas, mais la possibilité qui me fait le plus peur est celle la...
Re: la hantise de la mort n'est plus ma hantise
Posté par ida le 22/05/2005 18:12:39
jogded : Qu’en sais-tu ? peut-être que tu pourras t’amuser aux dépens des autres morts…
Re: la hantise de la mort n'est plus ma hantise
Posté par jogded le 14/05/2005 00:15:46
moi ce qui me fait peur c'est qu'il n'y est absolument rien, dissolution de l'être, donc peur de ne plus faire de chose amusante... donc la peur de la mort est normal et naturel...
Re: la hantise de la mort n'est plus ma hantise
Posté par remureur le 11/02/2005 19:34:48
je suis tout a fait d'accord à propos de ce que tu dis sur le désir de certitude. Par contre, je continue à penser que la peur est irrationnelle, quelle qu'elle soit (ou presque) (desolé pour cette certitude), c-a-d qu'il est très dur de se débarrasser de sa peur en raisonnant. Enfin, je ne crois pas non plus que tes "catégories" de peur englobe toutes les peurs : je veux dire que la peur "d'ordre psychologique" ne vient pas seulement d'un désir de certitude. Enfin bref c'est un sujet très complexe sur lequel je ne prétends pas avoir un avis bien défini, ni très intéressant.
Mis à part ça, je te laisse le soin du choix de rédiger ton écriture à ta guise comme tu le veux; désolé pour mon égoïsme...

Modifié le 11/02/2005 19:37:56
Re: La hantise de la mort n'est plus ma hantise
Posté par ida le 08/02/2005 21:09:21
Par rapport à la fin de ton post mon point de vue se situe aux antipodes du tien…car je fais la différence entre une peur physique qui est tout à fait saine, naturelle, par exemple quand on a peur d’un animal sauvage, cette peur naît instinctivement et nous pousse à nous protéger.

Et une autre peur qui est d’ordre psychologique engendrée par le désir de certitude permanente…ms un esprit qui veut tjs être sûr de tt est un esprit mort…car il n’y a ds la vie aucune permanence, aucune certitude… (Sauf peut-être celle de la mort…)

Sinon, comme je disais ds mon avt dernier post ce texte est une parodie…comme la plus part de tt ce que j’écris je cherche à m’amuser à ma manière…tt en disant de choses qui ne me semblent pas fausses…t’aurais aimé que je l’écrive différemment…alors, tu ne penses pas à moi ? Qu’est-ce que j’aurais aimé, moi ?...il n’est pas possible de satisfaire tous les goûts…au moins, satisfaire le mien…
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (26)
Publié le 21 janvier 2005
Modifié le 29 décembre 2004
Lu 1 356 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143