FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







La musique autre part et autrement

Assez des problèmes de copyright ? Marre d'être traité de pirate ? Et si on passait à autre chose ?


Nous entendons de plus en plus parler de campagnes "anti-piratage" visant à protéger les artistes contre, entre autre, le "téléchargement sauvage" de musique. En effet, en France, toute oeuvre de création est protégée par le droit d'auteur qui correspond au Copyright anglo-saxon si bien que l'oeuvre appartient à son auteur et qu'il est interdit de l'exploiter à toute fins que ce dernier n'a pas autorisé. Ainsi, il est illégal de télécharger le dernier Brithney Spiers sur un réseau peer 2 peer. Le téléchargement de musique n'est pour autant pas interdit en lui même, alors si on allait chercher notre musique ailleur ?


À l'opposé du copyright : le copyleft

Le droit d'auteur n'interdit pas de télécharger la musique, il interdit de se procurer une oeuvre sans l'accord de son auteur. Mais qu'est-ce qui interdit à l'auteur d'autoriser le téléchargement ? Rien ! Et c'est justement parceque rien ne les en empèche que certains artiste le font et mettent à notre disposition leur musique en téléchargement légal. Légal et même gratuit ! C'est le cas par example de sam, Both, Lonah ou encore Inna Crisis.

Ces artistes ont mis leur musique sous une license qui autorise leur téléchargement et leur diffusion et fixe les conditions sous lesquelles cette diffusion est autorisée. Both par exemple nous autorise à se procurer son album "En attendant d'aller sur Mars" et de le redistribuer et même de le modifier à condition que son nom soit cité, qu'il n'en soit pas fait d'utilisation commerciale sans son accord et que la distribution de son oeuvre et de ses dérivés se fasse toujours selon ces mêmes conditions.


Mais c'est quoi cette licence ?

En fait, il ne sagit pas d'une mais de plusieurs licenses telles que les licences créative commons ou la license art libre. Issues du monde du logiciel, elles offrent un cadre légal à la reproduction de toute création soumise au régime du droit d'auteur en s'appuyant justement sur ce droit de l'auteur à disposer de son oeuvre.


Mais pourquoi distribuer son oeuvre gratuitement ? Parceque c'est mauvais ?

Non, contrairement à ce que certains pensent, gratuit ne veut pas dire nul. La qualité des oeuvres sous licence libre est variable bien sur, c'est le cas pour toutes les créations, mais certains artistes proposent une musique de qualité professionnelle, certains sont justement des professionels.
Les artistes qui offrent ainsi leur musique considèrent qu'elle doit être à la disposition des auditeurs. Ainsi, quelqu'un qui apprécie cette musique peut faire un don, acheter le CD s'il le souhaite et qu'il est en vente ou aller au concert de l'artiste.


Et je la trouve où cette musique ?

Sur les sites des artistes en premier lieu. Mais il est difficile de trouver ces sites si on ne connait pas les artistes. C'est pourquoi il existe de nombreux portails qui réunissent ces artistes. En voici quelques-uns :
- Jamendo
- Musique libre. Org
- Magnatune
- Opsound

Certains blog permettent également de découvrir ces artistes. C'est le cas, par exemple de celui de bee_human.

Alors, si vous voulez découvrir de nouveaux artistes et vous sortir un peu des soucis du copyright, regardez un peu de ce côté.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Re: La musique autre part et autrement
Posté par crazysk8 le 20/10/2005 21:00:25
Enfin un article intéressant
Re: La musique autre part et autrement
Posté par norbert vincent le 17/09/2005 03:40:30
Excellent reflexe : ce sont des artistes qui ont compris qu'il était vain et surtout contre-productif de hérisser le public contre eux.

Les chasseurs de "pirates" ont une toute autre logique : tout ce qui les intéresse , c'est de contrôler le marché ( quelqu'il soit ) pour qu'il leur rapporte du fric. Le reste, ils s'en foutent.

Ces imposteurs en ont pris plein la figure quand le tribunal de Montpellier les a sèchement déboutés alors qu'ils croyaient pouvoir pressurer un jeune ado et ... faire un exemple: il leur fut rappelé que la preuve de l'activité commerciale de quelqu'un leur incombait.

Ils s'imaginaient poursuivre le "combat" entamé outre-atlantique, où de gros "majors" traînaient en justice des tas d'ados pour ... racketter les parents.
Cette politique terroriste ( bien réelle, celle-là ) y est également en voie d'extinction : il s'est créé aussi un marché parallèle où artistes et public se sont retrouvés, plaçant en "hors-jeu" les professionnels ... qui ont vu leur chiffre d'affaires se réduire et leur pouvoir se tarir !...

Conclusion : il s'agit d'une vieille lune ; on nous a fait le même coup avec l'explosion des magnétophones et des K7, du magnétoscope et de la vidéo.
Il existe des lois parfaitement rôdées qui permettent de différencier l'activité commerciale des simples amateurs. Il suffit de s'y référer.

Tout "rentrera dans l'ordre", mais cette fois, resteront des séquelles profondes qui mettront longtemps à cicatriser : cette offensive de "vampires" a coïncidé avec la crise du bénévolat ... qui s'est trouvé en "phase" avec cette remise en cause de valeurs culturelles . Celà n'a fait qu'empirer les doutes et les interrogations ; le malaise sera ... durable.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Publié le 17 septembre 2005
Modifié le 11 septembre 2005
Lu 1 102 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143