Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

La science vise t-elle la vérité ?

Sujet de type dissertation réfléchissant sur le rapport entre la science et la vérité...


L'individu est sans cesse tiraillé entre le choix de ce qu'il qualifie de scientifique, c'est-à-dire de vérifiable, de vérifié, et ce que l'opinion commune peut considérer comme vrai, c'est-à-dire comme juste, qui a une portée véridique. Un médecin est par définition le plus apte à administrer des médicaments pour soigner les maladies, alors qu'une mère de trois enfants, qui aura l'expérience de ce genre de situations, sera également capable de soigner son enfant en cas de problème. Pourtant, les références du médecin feront que si un individu se trouve dans la situation de choisir entre le médecin et la mère, il choisira la science plutôt que l'expérience, même si la solution de la mère parait plus véridique. Ainsi, la science sera ici plus persuasive que ce qu'on peut considérer ici comme la vérité.

La science vise t-elle la vérité ?
La science est une conception du savoir théorique. Elle peut également représentée une connaissance scientifique positive (dite "expérimentale"), qui repose sur des critères précis de vérifications permettant une objectivité des résultats.
La vérité est définie comme une adéquation entre l'intelligence qui conçoit, l'esprit et la réalité. Elle est considérée comme immuable, universelle.
D'un coté on peut penser que les connaissances ne peuvent être considérées comme scientifiques qu'à partir du moment où elles ont été démontré car seule l'expérimentation est capable de démontrer par les faits la scientificité d'une connaissance. De l'autre on peut aussi croire que la vérité découle obligatoirement de faits qui ont été vérifié et accepté par l'opinion commune.
En quoi l'expérimentation peut-elle démontrer la véracité d'une proposition annoncée ?
Les différents types de sciences amènent à faire une classification concernant leur rapport à la vérité : En quoi les sciences expérimentales paraissent être les plus probantes au niveau de la vérité ?
Comment les sciences formelles peuvent être véridiques dans le sens ou elles ne requièrent aucune vérification expérimentale ?
Les sciences humaines sont –elles à considérer comme démontrant la vérité ?


En quoi l'expérimentation peut-elle démontrer la véracité d'une proposition

L'expérimentation permet de prouver la vérité ou non, dans le sens qu'à partir du moment où elle est effectuer dans de bonnes conditions, elle est indiscutable et son résultat est universel.
L'expérimentation représente l'ensemble des moyens et procédures de contrôles destinés à vérifier une hypothèse ou une théorie. De même, comme le disait D'Alembert, l'expérimentation "ne se borne pas à écouter la nature, elle l'interroge, la presse". Elle est une observation provoquée qui fait varier artificiellement les phénomènes. Ainsi, si une expérimentation révèle une théorie comme juste, cette dite théorie devient donc vraie, dans le sens où elle est vérifiable, vérifiée et qu'elle confirme ce qui avait été annoncé au départ.
Grâce à l'étude de l'ombre de l'obélisque d'Alexandrie le 21juin, Eratosthène a pu démontrer la taille de la circonférence de la Terre, au 3eme siècle avant J-C. Grâce à cet exemple, nous pouvons démontrer qu'une fois une théorie prouvée par une démonstration, il est très difficile de prouver le contraire, et même avec les technologies actuelles, la même démonstration montre qu'Eratosthène ne s'était trompé qu'à quelques mètres
prés.
Ainsi, comme nous venons de le voir, l'expérimentation permet de rendre une hypothèse vraie, dans le sens où elle prouve sa véracité dans les faits.


En quoi les sciences expérimentales paraissent être les plus probantes

Elles se rapportent à des objets donnés dans l'expérience et se valident par des contrôles expérimentaux.
Si j'annonce que le bois flotte sur l'eau, pour démontrer que ma proposition est exacte, il me suffit seulement de faire l'expérience, et de tirer les conclusions du résultat. Ainsi, pour montrer qu'une science expérimentale est véridique, il me suffit de faire une démonstration qui admette pour vrai ce que j'ai annoncé auparavant.


Comment les sciences formelles peuvent être véridiques dans le sens ou elle

Les sciences formelles sont les mathématiques et la logique, formée sur des axiomes. Elle ne requiert en aucun cas de vérification expérimentale, elles se suffisent à elles-mêmes.
Ainsi, Leibniz nous expose la manière de démontrer que deux et deux sont quatre ; car il est prédéfinit que Deux est un et un, que Trois est deux et un et que Quatre est trois et un. Donc, Deux et deux font Deux et un et un, Deux et un et un font Trois et un, Trois et un font Quatre ; Ainsi, Deux et deux font Quatre. Il parait donc évident ici que les sciences formelles ne dépendent que des prédicats qu'elles admettent, c'est-à-dire qu'elles ne sont démontrables qu'à travers la véracité des axiomes qu'elle admet auparavant.


Les sciences humaines sont –elles à considérer comme démontrant la vérité ?

Les sciences humaines sont un cas particulier, dans le sens où elles peuvent être considérer en deux sens : elles peuvent rapporter à un cas particulier, et donc représenter le vrai jusqu'à ce qu'un contre-exemple ne vienne prouver le contraire, ou être interpréter comme une étude des comportements humains, c'est-à-dire peut fiable, dans le sens ou ce n'est pas une vérification expérimentale mais bel et bien une interprétation.
Il est vrai que savoir si la table des destinées est réellement applicable à la société moderne Française est relativement difficile. Cette table des destinés consistent en une relation entre le métier du père par rapport à celui du fils et inversement. Par exemple, en France en 1990, sur 100 ouvriers de 40ans et plus, 55 ont un fils qui est devenu lui-même ouvrier selon l'Insee. Cette table démontre la mobilité sociale des fils par rapport aux pères.
Ainsi, la vérité est étudiée à travers l'observation des données de cette science humaine, c'est-à-dire que l'on considère comme vrai une simple observation d'un phénomène particulier.


La science vise t-elle la vérité ?

L'expérimentation représente l'ensemble des moyens et procédures de contrôles destinés à vérifier une hypothèse ou une théorie.
Les sciences expérimentales se rapportent à des objets donnés dans l'expérience et se valident par des contrôles expérimentaux.
Les sciences formelles sont les mathématiques et la logique, formée sur des axiomes. Elle ne requiert en aucun cas de vérification expérimentale, elles se suffisent à elles-mêmes.
Les sciences humaines sont un cas particulier, dans le sens où elles peuvent être considérer en deux sens : elles peuvent rapporter à un cas particulier, et donc représenter le vrai jusqu'à ce qu'un contre-exemple ne vienne prouver le contraire, ou être interpréter comme une étude des comportements humains, c'est-à-dire peut fiable, dans le sens ou ce n'est pas une vérification expérimentale mais bel et bien une interprétation.
Les différents types de science, formelle, humaine et expérimentale, visent toutes le même but : énoncer un principe vrai, c'est-à-dire juste et que l'on peu vérifier. Ainsi, le but premier de la science est bel et bien d'atteindre la vérité, dans le sens où elle ne trouve sa fonction que dans cette action propre. En, effet, si l'un des prédicats annoncé par la science n'est pas vérifiable, il sera considéré comme faux, du moins incertain et la science en question sera décrédibilisée, perdra de sa fiabilité aux yeux des hommes qui ne feront plus confiance en cette science.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Re: La science vise t-elle la vérité ?
Posté par cdizen le 19/07/2008 21:36:56
Ce sujet bateau de philosophie a-t-il déjà été souvent traité correctement ? !

Ne peut-on pas passer sa vie, voire des millénaires, à raconter des histoires fausses ? !
Si l’avancée des sciences suit un rythme exponentiel, pourquoi celle de la philosophie est-elle en totale stagnation ? !
(Et ces soi-disant progrès ne deviennent-ils pas « toujours plus » (t. p.) préoccupants ? !) (Le masculin neutre sera employé)

Qu’est-ce que la vérité ?

A) Une interrogation bête et méchante : Si on désire utiliser efficacement un matériel complexe, n’est-il pas conseillé 1) d’être muni du mode d’emploi et 2) de l’avoir assimilé ? !

Nous connaissons-nous ? Cela ne suppose ou n’implique-t-il pas la compréhension du mode de fonctionnement du cerveau ? !

-Il y a trente ans, M. Laborit m’a appris les rôles des trois composantes principales du cerveau (le cerveau primitif ou reptilien … ; le cerveau limbique ou mammalien ou des émotions qui est analogique et gère, entre autres, la recherche des plaisirs ; le néocortex analytique. voir sur Internet une documentation plus détaillée sur les « trois cerveaux » ou cerveau triunique ou MacLean ou Koestler, etc.)
-Qui en parle aujourd’hui ?
-Qui s’astreint avant de prendre une décision quelconque d’évaluer les rôles des trois parties ?
-Les parents et les professeurs des écoles présentent-ils ces schémas aux enfants (de manière plus ou moins simplifiée en fonction du niveau …) ?
-Le ressort fondamental de la Société de consommation n’est-il pas l’exploitation tous azimuts des manques par la proposition de plaisirs momentanés compensatoires s’estompant rapidement et incitant au renouvellement de ceux-ci ? ! Avant la tombée sous dépendance suite à l’effet de renforcement s’enregistrant (dans le cerveau des émotions !) ? !

Ce premier paragraphe n’est-il pas suffisant pour que déjà une conclusion en découle? !

B) Les sciences formelles ont été abordées.
Effectivement, la puissance et les limites des mathématiques tiennent au fait que chaque terme a été défini de façon univoque (contrairement aux sens des mots usuels constamment employés dans le flou le plus complet) et que l’échafaudage repose solidement sur des bases du même type : des axiomatiques « logiques », cohérentes mais non uniques ou universelles. La géométrie euclidienne n’est pas du tout celle de Riemann ou de Lobatchevski ! Et les droites infinies existent-elles ? ! Le Monde est-il plat ? !

1) Une inattention a conduit à la notation 1 et 1 font 2 alors qu’il aurait fallu écrire : en base 10, 1 + 1 = 2 (alors qu’en base 2, 1 + 1 = 10)
Cela n’est ici que simple négligence.
Mais la réalité est tout autre !
Le quidam, effectivement tend à penser que 1 et 1 font 2 alors que dans le monde vivant 1 (x ?) et 1 (y ?) peuvent faire des tas de choses mais très rarement 2(x ?) ou 2(y ?). Si aucune catalyse ne se produit, cela formera 2(z ?) !

2) Une erreur bien plus grave est en train de nous conduire dans l’impasse absolue !
Il est évident que les dimensions des mondes ou des réalités ou des vérités de la poule, du lapin, du vers de terre, de la bactérie, sont sans aucune commune mesure avec la nôtre, voire les nôtres. Et donc que notre petit cerveau soit ce que l’on croit !

C) Je ne puis m’empêcher de reprocher amèrement aux « rationalistes » de se renier en se définissant ! D’être les disciples inconscients d’une religion ayant prolongé celle qu’ils venaient de déloger : le Christianisme et son Eglise
Ces soi-disant « hommes de raison » n’ont rien trouvé de mieux que de copier par effet de symétrie !
La parabole « L’homme créé à l’image de Dieu » est devenue « L’homme est un dieu
en devenir » (avec un d minuscule !). Le dualisme s’est métamorphosé en système binaire !
Etc. !
Que cette soif d’apparaître, de s’imposer dès le départ, soit le propre de l’état de jeunesse, de la joie de la victoire, OK ! Mais qu’elle perdure pendant des siècles, jusque maintenant ! ! ! (N’y aurait-il pas un bug ? !)
L’étude banale des espaces vectoriels (maintenant en collège puis en lycée) démontre qu’un problème n’ayant pas de sens ou sans solution dans un espace de dimension « n » peut parfois être résolu dans un espace plus grand de dimension « n+1 ».
Si ce passage semble obscur, ci-joint une explication plus accessible.
[[N. B. Cet exercice s’adresse à tous, explicite simplement les propos précédents. Il suggère de disposer 6 allumettes (figurant 6 segments de même longueur) sur une table plate illustrant un plan de manière à configurer 4 triangles équilatéraux ayant pour côtés ces 6 segments.
Si on échoue dans le plan (de dimension 2) ; l'idée consistant à décoller, à se mouvoir dans l'espace traditionnel (de dimension 3), aboutit de suite à la construction d'une pyramide triangulaire de type équilatérale formée des 4 triangles souhaités. N'est-il pas clair que l'organisme sans épaisseur se déplaçant sur un plan ne peut pas avoir conscience de la notion de relief ? !]]

Au nom de quoi, un rationaliste peut-il se décréter le « chef-d’œuvre de l’Univers » de dimension extrême ? ! Alors même qu’il démontre précisément le contraire !

Et le comble de la tartufferie ou de l’inconscience n’est pas encore dévoilé !
Le voyez-vous ? !
En 2001 (me semble-t-il) une évaluation comparative du génome de l’homo sapiens (h. s.) et du chimpanzé a décelé une différence inférieure à 2 %, voire 4 % d’après une autre recherche.
Cette découverte n’est-elle pas la plus cruciale d’entre toutes ? ! N’est-ce pas celle qui vient de déterminer objectivement notre place réelle ? ! De mettre enfin les pendules à l’heure ? !
Ne confirme-t-elle pas (si nous ne l’avions pas distingué !) que nous ne sommes que des sortes de bonobos boostés ? !
-Freud n’avait-il pas signalé notre tendance profonde à suivre le cerveau des émotions, c. à d. le « principe de plaisir » au détriment du « principe de réalité » (sous l’analyse du néocortex) ? !
-Les affiches publicitaires ne surévaluent-elles pas le produit (à vendre) en lui adjoignant une belle silhouette féminine ou l’un de ses symboles ? !
-L’Eglise, son chef ou pape, ont-ils attaqué en diffamation les séquenceurs ayant réduit leur Dieu (puisque l’homme est à son image) en un singe surdoué ? !
-Les rationalistes, dépités, n’ont-ils pas jugé préférables de se faire oublier dans un silence étourdissant ? !
* Dans ce silence total, se situe le phénomène létal ! Tout s’est déroulé comme si rien ne s’était passé ! ! ! Le refoulement et l’occultation auraient-ils être plus « bouleversants » ? !
(A noter que les paysans bergers très intuitifs qui avaient confectionné un recueil de contes et légendes devenu célèbre suite à sa récupération par une religion (v. la Bible) avaient déjà saisi le blocage de l’espèce. Ils faisaient dire au héros de la saga que les gens étaient et demeureraient aveugles et sourds et obtus jusqu’à ce que tout parte à vau-l’eau et finisse en catastrophe ! V. év. s. st.-Matt ch. 13.13 et la suite !)
Leurs exactions se perpétuent et s’amplifient partout !
Alors qu’en maths, il suffit d’un cas contrevenant les prévisions d’un théorème pour que celui-ci soit rejeté comme faux, ailleurs il en va tout autrement !
C’est ce qui ne rentre pas dans les protocoles expérimentaux bien établis qui est considéré comme irrecevable ou n’existant pas ! Ainsi le paranormal n’est que trucs, escroqueries !
Un exemple édifiant est constaté dans certains établissements hospitaliers moins normalisés que d’autres.
Quand un brûlé grave et souffrant horriblement est accueilli, ils font appel par téléphone à « un coupeur de feu » qui parvient à calmer cette douleur !
Mais les cartésiens du 21ième siècle continuent impérialement à proclamer que cette faculté n’existe pas ! Mettent tout sous le dos de l’effet placebo !
Cela va sans dire, Ce sont les mêmes qui sont les adeptes des mathématiques binaires !
Le fait que, exclusivement, les principes de la mécanique quantique (avec notamment celui du tiers inclus !) s’appliquent au monde de l’infiniment petit, donc au monde du vivant, ne les perturbe pas ! Ils sont « h e u r e u x » dirait Fernand Raynaud ! Leur credo est : accélérer t. p. les recherches et les applications sur les marchés pour atteindre le paradis terrestre !
Si ces positions ne sont pas celles des religieux, de quelle nature sont-elles ? !

Si les méthodes scientifiques sont rigoureuses, tout dépend de l’état d’esprit de l’opérateur.

D) En bref, les effets du rationalisme ne sont-ils pas t. p. inquiétants (si on est conservateur, pessimiste à court terme) mais inversement t. p. positifs (si on est ouvert sur l’avenir à long terme, sur la naissance prochaine d’une nouvelle ère) ?

1) Il est vrai qu’on ne peut pas affirmer qu’ils ne remettent pas l’habitabilité de la Terre en cause.
-Puisque la mondialisation est le résultat d’une décision indispensable pour les capitalistes, pour que leurs profits puissent croître t. p. ;
-puisque la complicité des chercheurs leur est acquise (des crédits étant nécessaires avant d’entreprendre quoi que ce soit !) ;
-puisque les pays émergents ont d’autres soucis que la protection de la nature,
_ tout devrait se dégrader t. p. vite au milieu d’une pollution t. p. envahissante (atmosphère, climat, sol, eau, énergie, surface habitable, favorable à l’agriculture, qualité des aliments, etc.)

2) * On a observé que lorsqu’une espèce est en danger de disparition, il arrive qu’une régulation naturelle survienne et, via un élagage massif, permette aux survivants de repartir d’un bon pied.
-Voir l’exemple de l’épidémie de myxomatose qui toucha les lapins et lièvres et qui se solda par environ 10 % de survivants immunisés !
* Une enquête mathématique statistique sur l’évolution de la planète menée par des chercheurs renommés L. Nottale (spécialiste des fractales), J. Chaline (maître des recherches au CNRS en biogéosciences), P. Grou (enseignant en sciences économiques) (V. le livre « Les arbres de l’évolution » Hachette 2000) débouche sur l’émission de l’hypothèse -dans le cas où l’h. s. suivrait les mêmes chemins que les organismes témoins- que tout se terminera par un feu d’artifice inégalé depuis le néolithique avant 2080 ! (Ou plus gentiment par une remise en question complète de nos modes de vie)
* Pourquoi donc désespérer ! Reste à attendre patiemment ce fameux changement d’ère ! N’avons-nous pas la chance exceptionnelle de participer en direct à un événement exceptionnel ? !

La conclusion ne s’impose-t-elle pas inévitablement !
-Notre dite élite a tellement été imprégnée, conditionnée durant son éducation
classique, sa scolarité du même genre, par les normes antiques telles celles de la géométrie euclidienne où règnent les droites idéales croissant indéfiniment dans la continuité, qu’ils sont incapables de s’écarter de cette linéarité ni même de sentir l’approche des moments de discontinuité et de rupture ! (V. la sortie de M. Raffarin 1er ministre ~ « La route est droite mais la pente est rude »)
-Les toubibs, qu’on pourrait croire plus éveillés, sortent du même tonneau et sont tombés eux aussi sous la dépendance … mais du serment d’Hippocrate !
-Le summum de l’Histoire des h. s. le détail et l’ensemble a priori tellement apparents qu’il sont toujours invisibles, devrait clore toute contestation … !
* * * A moins de se mouvoir, d’exister comme un animal prisonnier de son cerveau reptilien, d’être paralysé par l’instinct de survie ou de conservation, comment peut-on ne pas remarquer que la marche ou les mouvements de l’Univers, de la vie, sont quasiment cycliques, seulement interrompus par des moments de discontinuité et de rupture ? !
Les jours et les nuits, les saisons, les marées, les écosystèmes, les chaînes alimentaires, etc., ne signifient-ils rien ?
Si la mort avait été oubliée, ne faudrait-il pas l’installer en priorité ? !
* * * Comment délaisser une partie d’un cycle ? Au nom de quoi privilégier le début (la naissance) et rejeter la fin, la vieillesse et la mort ? ! Et cela ne dure-t-il pas depuis que nous sommes des animaux ? ! Et cela ne persistera-t-il pas tant que nous ne serons pas des hommes mais seulement de h. s. ? !

N. B. D’autres réflexions sur l’intérêt de l’immortalité, sur la condition de la vie (Sans manque ni besoin, pas de motivations, de réactions ou actions, de mouvement, d’animation !) des h. s. se retrouvant en manque dans un milieu inhospitalier et devant se débrouiller, parier, miser, essayer de s’en sortir, élaborer des tactiques, des stratégies, etc., aident à prendre du recul. Le principe de Pareto, la théorie mathématique des jeux, le détachement placé en exergue pas le Bouddhisme, sont des données intéressantes …

Pour le moment les mots « dignité », « liberté », « libre arbitre », « homme », « VERITE », ne sont-ils pas essentiellement des mots ? !
(V http://descommentaires.blog.lemonde.fr)
Re: La science vise t-elle la vérité ?
Posté par xray le 19/07/2008 16:45:57
Ces virus imaginaires qui nous manipulent.
http://ces-virus-qui-nous-manipulent.i-clic.net

Dès l’instant où l’on a compris, on n’a pas besoin de savoir.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
L'auteur : Anaïs ****
28 ans, Caen (France).
Publié le 19 juillet 2008
Modifié le 31 mai 2008
Lu 4 723 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲