FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







La séparation (2)

Ce texte est un peu romancé, et je ne suis pas exactement sur que ce soit la véritée, mais c'est ma véritée, ce que je ressent au fond de moi meme, alors ça devrait sufire.


Si vous n'avez pas lu "La sépartion", voici le lien : http://www.france-jeunes.net/lire-la-separation-22079.htm


Je n'aurais jamais cru avoir assez de force, pour écrire ce texte. Le premier avait été écrit sous le coup de la colère, et je croyait que cette partie de ma vie n'allait être qu'une passe difficile qui passerais avec le temps, et qui allait s'effacer de ma mémoire pour ne former qu'une mésaventure d'un soir. Alors je lui ai pardonné. Mais seulement voilà, je me trompait. Mon père, car cette fois ci je ne veut aucun sous entendu, c'est plus facile à accepter, à recommencer. Il s'est mis dans cette colère rouge, qui lui a fait faire des choses horribles. Et au moment où il a frappé ma mère, toutes mes vielles cicatrices, mes vieux souvenirs, mon père frappant, égorgeant, frappant encore ma mère, s'ouvrirent et je voyait soudain, se que je n'avais pas voulut voir pendant toutes ces années, quand j'était trop jeune pour comprendre, trop jeune pour en vouloir à un père qui m'avait tant donné, qui m'avait tant apporté de choses autre que les biens matériels, j'ai vu un père violent.


Ma mère, la dernière fois n'avais pas voulut divorcer, et je crois que je n'aurais pas pu accepter à cette époque le fait que s'ils divorçaient, ma vie ne serrais pas aussi belle et joyeuse qu'elle l'était en sa présence. Mais maintenant je suis assez vielle et je comprend qu'ils doivent divorcer, et que, certes, je n'aurais pas une vie aussi facile et belle, mais que je la préférerais sûrement aux cris et aux larmes qu'il engendrait et qu'il engendreras. J'ai aussi compris que ses crises n'était pas des évènements isolés, qu'ils étaient tous liés et qu'ils continueraient à arriver. J'écris ce texte, les larmes coulant sur mes joues, pleurant de ce père que je ne peux pas pardonner, de cette sœur plus jeune qui a réussit à lui pardonner et de cette mère qui n'a pas été assez courageuse pour porter ses responsabilités, tellement que j'ai dû le faire à sa place. Je ne suis pas là pour raconter ma vie, je sais que c'est ça que je suis un peu en train de faire, mais je suis plus là pour exprimer ce que je ne peux exprimer à mon entourage, car je sais qu'il ne comprendrait.


Mes amis diraient; non ils ne divorceront pas, ça va mieux aller, il était juste en colère, il n'a pas dû le faire exprès, tu dois exagérer. Allez y dites que je suis folle tant que vous y êtes. Mon père est violent, point ! Je ne peux lui pardonner, car à chaque fois que je le voit, gentil, comme celui que j'aime, l'homme doux qui m'offrirait la lune, je revoit celui qui me fait peur, et je me dit que ces deux personnages sont la même personne, qu'ils ne forment qu'un. Alors, je n'ai plus faim, je n'ai plus soif, je n'ai plus sommeille, je n'ai plus envie de rire, plus envi de sourire. Mais je me doit de manger, je me doit de faire comme d'habitude, pour qu'on me laisse tranquille. Sauf que je me tape des colères monstres, je cris pour un oui ou pour un non. Et à ce moment je me dit que finalement je suis comme lui, un être violent, une ordure, alors je pleure toute seule dans ma chambre. Je n'ai pas faim, pas soif, pas sommeille... J'aimerais mourir pour ne plus avoir à affronter la vérité qui me fait tellement mal tellement souffrir ! J'ai peur et j'aimerais mourir...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (1)
Re: La séparation (2)
Posté par viennoise le 02/04/2007 18:41:08
jai li ton texte, peut etre en retard parce que je viens douvrir ma boite email. Je ne suis pas la pour te juger, pour juger le comportement de topn père ou encore te dire ce qu'il en sera.
Je suis la pour te demander d'être courageuse, je connais pleins de personnes dans ton cas et même pire, ils en souffrent mais finissent par bien prendre les choses, d'essayer de moins l'aggraver dans leur esprit et de se dire, voila c'est la vie, on est heureux d'un côté et triste de l'autre on ne peut pas vivre en paix et comblé de bonheur et ce malheur doit se persecuter quelque part pour qu'on ait une vie d'humain et toi ton malheur s'est persécuté sur le caractère de ton père. Il est violent, et il a ses raison. ne le voit pas juste comme un père qui aurait du être parfait, mais comprends que lui aussi surment dans sa vie a rencontré des choses qui ont changés sa nature et qui l'ont laissé devenir tel qu'il est a présent, essaye d'avoir un regard externe meme si c'est pas toujours facile. Regarde loin dans son passé, dans sa vie, ce nest pas de sa faute des choses que tu sauras ou que tu ignorera pour toujours on fait de lui l'homme qu'il est, ne le blâme pas parce qu'au fond de lui il a surment voulut etre quelqu'un de plus doux et surtout un père exemplaire. Ne souffre pas directement de ta situation mais commence en premier a essayer de la comprendre.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (1)
L'auteur : C'est drole comme, pour une fois j'ai Vraiment rien à raconter de triste !
26 ans, Montreal (Canada).
Publié le 24 janvier 2007
Modifié le 30 décembre 2006
Lu 633 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143