Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Le droit de mourir

Vous avez peut être entendus parler de Vincent Humbert, devenu tétraplégique, aveugle et muet à la suite d'un accident de la route. Il demande aujourd'hui une dernière chose : le droit de mourir...


Marie Humbert a tenté de "suicider" son fils tétraplégique.
Le jour de la parution de son livre et trois ans exactement après l'accident de la route à l'origine de cet état, sa mère a voulu mettre fin aux souffrances du jeune homme, lui "offrir la mort après lui avoir donné la vie".

Il se trouvait jeudi à la mi-journée dans un coma "profond, mais stable", en réanimation intensive au Centre héliomarin de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) où il était hospitalisé depuis son accident, selon Me Hugues Vigier, l'avocat de Marie Humbert.
Cette dernière a été interpellée dans la chambre de son fils après lui avoir injecté mercredi après-midi un mélange de barbituriques.
Le père de Vincent, Francis Humbert, 50 ans, qui était séparé de son épouse, est arrivé dans la matinée au Centre héliomarin mais n'a pas pu voir son fils.


Vincent a écrit au président de la République pour lui demander de lui acorder le droit de mourir.
"Monsieur Chirac,
Tous mes respects, Monsieur le président. Je m'appelle Vincent Humbert, j'ai 21 ans, j'ai eu un accident de circulation le 24 septembre 2000. Je suis resté 9 mois dans le coma. Je suis actuellement à l'hôpital Hélio-Marins à Bercks, dans le Pas-de-Calais.
Tous mes sens vitaux ont été touchés, à part l'ouïe et l'intelligence, ce qui me permet d'avoir un peu de confort.
Je bouge très légèrement la main droite en faisant une pression avec le pouce à chaque bonne lettre de l'alphabet. Ces lettres constituent des mots et ces mots forment des phrases.
C'est ma seule méthode de communication. J'ai actuellement une animatrice à mes côtés, qui m'épelle l'alphabet en séparant voyelles et consonnes. C'est de cette façon que j'ai décidé de vous écrire. Les médecins ont décidé de m'envoyer dans une maison d'accueil spécialisée. Vous avez le droit de grâce et moi, je vous demande le droit de mourir.
Je voudrais faire ceci évidemment pour moi-même mais surtout pour ma mère; elle qui a tout quitté de son ancienne vie pour rester à mes côtés, ici à Berck, en travaillant le matin et le soir après m'avoir rendu visite, sept jours sur sept, sans aucun jour de repos. Tout ceci pour pouvoir payer le loyer de son misérable studio. Pour le moment, elle est encore jeune. Mais dans quelques années, elle ne pourra plus encaisser une telle cadence de travail, c'est à dire qu'elle ne pourra plus payer son loyer et sera donc obligée de repartir dans son appartement de Normandie.
Mais impossible d'imaginer rester sans sa présence à mes côtés et je pense que tout patient ayant parfaitement conscience est responsable de ses actes et a le droit de vouloir continuer à vivre ou à mourir.
Je voudrais que vous sachiez que vous êtes ma dernière chance. Sachez également que j'étais un concitoyen sans histoires, sans casier judiciaire, sportif, sapeur-pompier bénévole.
Je ne mérite pas un scénario aussi atroce et j'espère que vous lirez cette lettre qui vous est spécialement adressée. Vous direz toutes mes salutations distinguées à votre épouse. Je trouve que toutes les actions comme les pièces jaunes sont de bonnes oeuvres.
Quant à vous, j'espère que votre quinqennat se passe comme vous le souhaitez malgré tous les attentats terroristes.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments les plus distingués."

La réponse de monsieur Chirac : "Qu'il reprenne goût à la vie" a déclaré Jacques Chirac à la mère de Vincent : "c'est un ordre du président de la République. "
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Re: Le droit de mourir
Posté par lailane59 le 20/08/2004 07:54:29
bah voyon... aprés avoir lu la letre adrréssé au president (je ne pense pas k ce soit loriginal ms je pense kel est tré semblable de le verité)??et bien apré l'avooir lu g u kelk pincement o coeur certes j'essayé de me mettre à la place de ce jeune homme rempli de douleur phisik et interieur j'essayé de me mettre à le place de cet maman tjs presente et egalement ds la douleur de voir son fils soufrir et kan g essayé de me m'imaginé la reponse de ce president je ne pensais po kil oré declaré ss contrainte " Quil reprenne gout à la vie" g compris dune certaine façon le pk il à pensé ca oui chirac ne sé po mis à la place de ce povre jeune homm c une lettre si triste affectueuse et touchante de plus ce jeune homme evoque des moments fort de la société alors Chirac lui ce dit il m'ecris ds le desepoir ms il est si chou et en plus c un de ces rares bon jeune ! laissez moi rir pck le jeune homm ecrit o president commm ca en faites le president n'a po compris le msg k lui adréssé vincent et on l'excuse mais bon c vrai k ds cette situation il noré po pu dire " bah ecoute fiston meurt ..k veut tu k je te dise" moi ce ki ma choké c sa simple phrase "quon lui redonne gout à la vi"!!!!!!! a part sa mere, je ne sais pas ki à été proche et ki la accompagné ds sa douleur mais va ten donné gout à la vie a kelkun ki soufre et ki ne peut plus rien faire ki ne vit déja plus!!!!!!!!!!!

bref je parle de la reponse de chirac ms je peux evoké le geste ka fait cette pauvre mer!! celui ki ne la comprendrait pas serai vraiment imbecile c vrai k lon ne veut po k son enafnt meurt ms il est difficil de voir sa progeniture soufrir et là vincent soufré fortement dps 3 ans..gmeré bien vous voir vous ! pauvre maman c'est déja dure d'avoir soulagé son propre enfant en lui donnant la mort aprés la vie kon la rejette et veux la jugé c vrai k lon ne po accepté tt ces suicide donné car a l'avenir cela pourai laissé place à une liberté total mais là on voit bien k le patient VOULAIT PARTIR enfin jdis ca ms jdit rien decidemment on vit vraiment ds une société ki ne comprends rien
emilie
ac tt mon affection auprés de vincent et sa maman

(dslé pour les abreviations !)
Re: Le droit de mourir
Posté par angenoir le 20/08/2004 07:54:29
J'ai adoré ton article, je trouve moi-aussi, que chaque patient, malade, devrait pouvoir mourir s'il le veut vraiment. Parce que vivre dans de tels conditions, tétraplégique... Ce doit être une souffrance atroce... surtout à 21 ans! Et parce que, chaque personne ayant conscience de ses actes, est capable de décider ce qui est bon ou pas pour elle!
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Publié le 28 septembre 2003
Modifié le 28 septembre 2003
Lu 1 286 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲