Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Le football et la violence

Le football genère sa propre violence et non le contraire comme dit lâchement l'establishment : "le football otage de la violence"...


La barbarie envahit le football, et c'est la responsabilité directe de tous les acteurs adultes du football. Le football n'est pas otage de la violence. Le football génère sa propre violence, outre celle des intérêts économiques et de l'environnement social. Tous les acteurs critiquent officiellement la violence et ceci fait, dégagent en touche, en cherchant des responsabilités extérieures à la leur. Le football tolère ou fomente l´individualisme, la haine et sa violence dérivée. Devant cette barbarie, les enfants perdent les références positives, éducatives et collectives d´un jeu qu´ils ne comprennent plus. Ou alors, ils savent comment siffler, faire un doigt d´honneur, faire des fautes tactiques discrètes ou "bien" tomber pour obtenir un pénalty.

Les joueurs : COUPABLES. Fair-play, le mot ne s'utilise même plus. Certains "cracks" idolatrés par les enfants n'ont pas toujours un comportement exemplaire. Nombre de célébrations de buts sont individuelles, agressives, de mauvais goût et sans rire ni sourire. LE JOUEUR : qu'il rit et communique le bonheur quand il marque un but et aille vers le compagnon passeur et le reste de l´équipe, saluer le public, tout le public, pas seulement les "radicaux". DIRIGEANTS, ENTRAINEURS: COUPABLES. Ils se repandent en mots provocateurs, qui médiatisés, incitent à la violence. Les clubs protègent (euphémisme) leurs supporters "ultra". CLUBS, ENTRAINEURS, JOUEURS : qu'ils enseignent à respecter le football, l'adversaire et le fair-play, commençant par faire entrer et sortir les deux équipes ensemble.


Le public : COUPABLE. Une partie substantielle va au stade pour se défouler et haïr. Là, il délègue ses propre désirs de succès à son équipe... Et si la nécessaire victoire n'arrive pas, il insulte l'arbitre, l'entraîneur, l'équipe, le noir de l'équipe adverse, protégé au milieu de son clan... Le public : qu'il anime plus à son équipe, phase défensive inclue, au lieu de siffler l'adversaire et l'arbitre en permanence, presque toujours sans raison.

La presse : COUPABLE. Elle vit de victoires, celles des grands ou celles de son club, car la presse "est d'un club", dans certains cas, parfois "intégristement", manquant gravement à l'éthique du journalisme. La presse ne remplit pas son rôle éducatif... Au contraire. Elle donne du protagonisme à l´environnement, à la polémique, à la morbidité et à la violence. Elle demande agressivité, rage et guerre, et peu souvent football, technique ou jeu collectif. Elle individualise à l´extrème les résultats collectifs. A la télévision, les images ensanglantées, de tête bandée, de masques de terreur de nez cassé, d'actions violentes, accaparent l'espace des belles actions collectives. Le super but sur coup-franc a totalement éclipsé le but collectif dans les "tops". Il est scandaleux d'entendre les reporters parler de fautes techniques "intelligentes" ou "bien faites". Ces FAUTES paraissent désormais "normales". La presse : qu'elle soit plus objective, éducative, qu´elle parle de football, de technique, de fair-play et qu'elle recherche la beauté au lieu de chercher la morbidité de la rage et de la guerre.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
Re: Le football et la violence
Posté par donquijote le 20/08/2004 07:47:35
Cet article n´a pas un caractère franco-français, mais universel. Le football est un jeu pas seulement français. Bien sûr que cette liesse du 12 juillet 98 était belle, en couleur et en noir et blanc, métissage de la joie, et j´y étais, mais bien du temps a passé et bien des morts dans les stades à pleurer (plusieurs centaines entre accidents, la majorité, et assassinats en Afrique, en Amsud, en Asie), le tout provoqué par la violence dérivée du business et de la passion pour des couleur. La passion pour le football ce n´est pas la mème chose que la passion pour des couleurs. ET LE JEU DE FOOTBALL DANS TOUT ÇA?

En se replaçant dans le contexte exclusivement français, éffectivement le problème n´est pas encore grave, mais tous les éléments, ferments de la haine et de la violence sont dejà en place et sans contrôle et exemple éducatif des JOUEURS, ENTRAINEURS, DIRIGEANTS ET PUBLIC, le danger des passions exacerbées amènera au même résultat. MAIS DE GRACE, ÉVITONS LE PIÈGE DE PENSER ET DIRE DE FAÇON FATALISTE, QUE LE FOOTBALL EST SEULEMENT OTAGE DE LA VIOLENCE DE LA SOCIÉTÉ. NON IL GÉNÈRE GRANDE PARTIE DE SA PROPRE VIOLENCE.

Vive le beau jeu, le beau football et la belle victoire et comme dit le grand écrivain Eduardo Galeano: "Et quand j´assiste à du bon football, je remercie pour ce miracle, en me fichant pas mal qui est le club ou le pays qui me l´offre"
Re: Le football et la violence
Posté par dolittle le 20/08/2004 07:47:35
je rejoins le lofteur.

Le foot a bien changé mais tu exageres un poil sur les faits divers assez récents. Il ne faut pas vraiment généraliser, bien que, je l'admets, le foot est au début de sa fin si il n'y a pas d'efforts de la part du public.
Re: Le football et la violence
Posté par le lofteur le 20/08/2004 07:47:35
Je me dois de réagir ! Il est clair que le football est devenu bien plus qu'un jeu. Trop de business, trop de marketing, oui, oui, c'est vrai ! Mais, cela reflète tout simplement la société dans laquelle on vit. De plus, le football n'est malheureusement pas le seul sport touché par de phénomène...Mais merde ! Arrêtez de critiquer ce sport aussi injustement ! Evidemment qu'il existe des cas "extremes" parmis les dirigeants, les joueurs, le public, mais il ne faut EN AUCUN CAS généraliser ! Le football et le sport en général, rapproche les peuples, déclanche des scènes de liesses. Que dîtes-vous de tout ces français sur les Champs, à Paris, un certain 12 juillet 1998 ?! La France n'avait pas assisté à tel rassemblement depuis la Révolution ! . Lors de cette nuit magique marseillais et parisiens étaient fiers : fiers d'être français, tout simplement. La France était plongée dans une sorte de douce folie, pacifique. On mettait côté nos "différences" pour rêver...Y-a-t-il quelque chose de plus fabuleux que de voir blacks, blancs, beurres, vieux, jeunes, main dans la main ? Et à qui doit-on cela ? Au...football !
Adrien alias le lofteur !

Ps: ALLEZ LES BLEUS ET FORZA ITALIA
Re: Le football et la violence
Posté par flash le 20/08/2004 07:47:35
Désolé mais j'aime pas le foot d'aujourd'hui, c'est devenu, trop d'argent, trop de politik, de buisness, de marketing, trop de trop, le foot est mort ...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
Publié le 05 juin 2002
Modifié le 05 juin 2002
Lu 3 011 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲