Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Le libre arbitre ?

Le libre arbitre ? Pourquoi cette invention ?


Qu'est ce que le libre arbitre ?

"Le libre arbitre décrit la propriété qu'aurait la volonté humaine de se déterminer librement — voire arbitrairement — à agir et à penser, par opposition au déterminisme ou au fatalisme, qui affirment que la volonté est déterminée dans chacun de ses actes par des forces qui l'y nécessitent. Se déterminer à ou être déterminé par : tel est tout l'enjeu de l'antinomie du destin et du libre arbitre" (wikipédia)

Si l'on suit cette définition le libre arbitre s'apparente à quelque chose de mystique qui nous aurai été donné par on ne sait qui pour on ne sait quelle raison.

Qu'est ce qui fait notre vie ? Notre vie est faite de choix, ces choix que nous faisons tous vont en déterminer d'autres, quand nous prennons une décision, nous la prennons la plupart du temps en se basant sur une reflexion incluant nos connaissances et nos expériences passées, on peut en déduire que chaque décision refléchie est déterminée.

Ces expériences sont en l'occurence immuables puisque vécue, donc prétendre que "nous pouvons choisir à chaque instant de notre vie" alors que ces choix sont déterminés par notre vécu relève tout simplement de la contradiction.

Ceci implique que du jour ou nous naissons notre avenir est déterminé par ce qui nous entoure, ceci n'est généralement pas accepté par la morale qui rend responsables les gens devant leurs actes ....

Comment admettre que l'assassin le plus froid et cruel qui soit n'avait pas le choix ? ça reviens a condamner la société d'etre coupable ...

Mais pourquoi avoir inventé ce concept de libre arbitre ?


L'homme est un animal qui a la faculté de penser quelquefois à la mort

Le fait que l'homme par le biais de l'évolution se soit hissé à un niveau ou il est conscient de ce qu'il est et de ce qui l'entoure bien plus que n'importe quel animal lui fait perdre la tete.

L'animal n'a pas conscience que la mort existe, l'homme oui, alors plutot que de penser qu'il ne puisse etre rien et disparaitre il a préféré depuis la nuit des temps penser à une vie éternelle et à tout simplement inventé l'immortalité en créant dieu, un dieu qui donne la vie eternelle, un démon qui la donne aussi. Ainsi tous autant que nous sommes detenons le secret de la vie éternelle.

Les contradictions aux dogmes religieux s'étant étendues à toutes les religions aussi bien sur les valeurs morales qu'ils portent que sur les dogmes pour lesquels tant d'hommes ont étés brulés ne tennant plus debout, l'Homme a peu à peu abandoné dieu mais a remplacé l'âme, par le libre arbitre, le choix et un non déterminisme lui donnant une nouvelle raison d'être.

Ceci n'est pas un choix logique c'est un choix nécessaire, l'homme du fait de sa nature ne peut pas concevoir qu'il n'est rien, sinon pourquoi vivre ? sinon que sont mes sentiments ? qu'est ce que l'amour ?

On arrive ici à une autre raison ou plutôt déni de raison qui fait que l'homme veut se persuader du fait qu'il n'est pas rien qu'un animal éphémère, les sentiments, comment imaginer qu'au jour de notre mort nous ne sommes plus, et que nous n'avons plus la conscience d'avoir meme existé, le rien n'est pas un concept faisant partie de la nature humaine mais il est bien présent dans la nature.

Comment imaginer que les sentiments ne découlent pas d'autre chose que de processus chimico-electrique de notre cerveau ?

C'est impossible, mais cela ne s'apelle pas raisoner, c'est croire. A ceux qui ne sont pas convaincus il faut essayer de penser à cela de manière froide et sans faire interferer sentiments ou impressions.

Le libre arbitre n'est qu'une suite que l'on a donné aux dieux pour se persuader que nous ne sommes rien car nos sentiments nous amènent à croire le contraire, si ce libre arbitre proviens de la nature dans ce cas il n'est pas "libre arbitre", car la nature est déterministe, si le libre arbitre est, il est issu d'autre chose que de la nature ... (ce qui en soit est impossible car meme si un dieu existai il serai lui aussi issue de quelques phénomènes naturels et donc par conséquent nous aussi)

une conclusion :

" L'homme est un animal qui lève la tête au ciel et ne voit pas les araignées au plafond. "
Jules Renard
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (40)
Re: Le libre arbitre ?
Posté par cdizen le 22/08/2007 18:35:54
Bonjour,
Il y a quelques années, le vécu m’avait incité à essayer de donner un sens à la vie en tant que victime lambda (ou pas de chance), c. à d. à ne pas déprimer en me considérant comme un simple perdant d’un jeu- action qui au départ avait été engagé(e) volontairement contre un tiers et aurait dû tourner à mon avantage.
J’avais alors échafaudé l’idée du « Jeu de la vie » sans connaître son utilisation en informatique !
Encore ce matin, je n’avais jamais entendu parlé de John Horton Conway !

Voici ce que je m’étais raconté.

Il me semble que le manque, le déséquilibre et la vie vont de pair.
(Dans un paradis idéal, sans aucun besoin, pas de réaction, d’action, de mouvement, d’animation, de vie) (Henri Laborit, -biologiste que j’apprécie, décédé récemment- le voyait ainsi)

Des êtres vivants, donc en manque, dans un milieu qui n’est pas spécialement accueillant ni hospitalier, n’ont-ils pas forcément tendance à parier, miser, dans l’espoir d’accéder à l’état de bien-être momentané, à la sécurité temporaire ? A élaborer des tactiques, des stratégies pour vaincre les obstacles, les adversaires, pour ensuite consolider ces gains ?
Ces structures ne ressemblent-elles pas à celles qui organisent les jeux ?

Un jeu ne « marche-t-il pas bien » quand peu de gagnants cohabitent pacifiquement avec une grande masse de perdants parce que liés par « l’espoir » de s’en sortir avec de la chance ? !
Si la proportion des gagnants est trop élevée et donc des rapports trop modestes ou si celle des perdants ruine l’intérêt de la participation, le jeu ne perd-il pas toute crédibilité ?
Tout ne s’effondre-t-il pas ? Un autre jeu, plus élaboré mais reposant sur les mêmes attraits et risques ne prend-il pas la relève ?

Succinctement, ne distingue-t-on pas plusieurs types de profil ?
Ont soif de s’élancer les concurrents croyant en leur avenir. Les résignés et soumis ou les « pas de chance » se contentent de respirer (ou presque). Les désabusés sont parfois amers.

A NOTER que dans tous les cas, quels que soient le talent ou la force des acteurs en compétition, le grand manège ne peut tourner correctement et perdurer que selon certaines modalités, qu’en respectant certains quotas ! Peu importe la qualité ou l’intelligence globale des participants !

C’est ainsi que plus synthétiquement, (l’âge aidant), je différencie celles et ceux qui ont saisi le système posé par le créateur du jeu de celles et ceux qui se précipitent dans l’espoir plus enfantin d’obtenir des récompenses !

Mais je suis obligé de considérer aussi que ces dernier(e)s constituent les éléments moteurs du jeu, sont indispensables pour la bonne marche de l’ensemble ! Qu’il serait aussi utopique et absurde de vouloir les supprimer que de s’attaquer à la disparition des ombres provoquées par le Soleil !

Il me semble normal que les jeunes êtres adhérent à ce jeux puisque c’est la période de la découverte, de l’apprentissage, etc.
Il me semble plus bizarre qu’en prenant de la maturité on ne soit pas amené (masculin neutre) à relativiser, à démystifier cette « soif » du jeu terrestre, voire à imaginer plutôt une suite dans l’après- vie !
En prenant du recul, probablement que peu importe.
C’est ce qu’on peut espérer mais qui ne nous est pas permis de connaître, les dimensions de notre structure mentale étant trop petites. Je ne crois pas du tout que nous soyons les chefs-d’œuvre de l’Univers mais seulement l’espèce pour le moment la plus complexe, celle des homo sapiens.

Je n’aime pas employer le mot « homme » parce que je l’associe à la « dignité » et que celle-ci est rarement observable. Bien plus souvent, ne constate-t-on pas les activations prédominantes du cerveau reptilien qui gère l’instinct de survie (par tous les moyens), du cerveau des émotions qui recherche automatiquement (sans forcément passer par l’analyse du néocortex) le plaisir ?
Où se trouve alors la « liberté », le « libre arbitre » ?
Ne sait-on pas maintenant que le génome de l’homo sapiens diffère de moins de 2 % de celui du chimpanzé ? ! Est-ce un détail sans importance ?

A cette petite situation de départ, il faudrait surtout ne pas oublier celle qui crève tellement les yeux qu’elle ne semble pas beaucoup émouvoir, qui est enregistrée sous le signe de l’indifférence.
Le sort des personnes des continents dits défavorisés me semble révoltant, en partie le fruit d’une exploitation colonialiste. Etc.
Les Occidentaux et les autres … sont- ils libres ou pas ? !

Le principe de Pareto ou règle des (20 % / 80 %) d’abord introduite, fin 19ième siècle, par un économiste de manière pragmatique, a pu être validé en tant qu’opérateur s’appliquant dans la physique des fluides et flux (v. Internet)

Par analogie, un spectacle théâtral ne se révèle-t-il pas en tant que chef-d'oeuvre
par la richesse, la diversité, la multiplicité de tous les « bons » et « mauvais » rôles ? Et ce qui se passe dans les coulisses a-t-il un rapport avec le jeu de scène ? Attribue-t-on nécessairement le rôle le plus facile à l'actrice ou l'acteur le plus doué(e) ?


Je persiste à penser que nous ne savons rien …, que nous vivons dans les illusions et croyances, que cela ne nous empêche pas de vivre et même de vouloir rester dans « l’enfer du jeu de la vie ». Heureusement, nous ne somme pas condamnés éternellement, ne sommes pas immortels !

Je n’aurais pas dû mais me suis fait piéger quand j’ai lu le titre de l’article « Le libre arbitre »
puisque j’ai embrayé de suite, encore agacé de constater qu’un adulte puisse se lancer sur cette tarte à la crème qui a animé pendant des siècles l’Eglise, les théologiens, les philosophes, chacun allant de son interprétation des mots, étalant ses fantasmes, etc.
Je suis un homo sapiens !
Salut.

N. B. J'ai tendance à me disperser ... OK.
Je cherche plutôt à élargir ... et peu importe ... A chacun(e) de creér des associations ou pas ...
Re: Le libre arbitre ?
Posté par psylock le 22/08/2007 01:49:45
Nom de dieu !!
tu es parti dans tout les sens Cdizen
mais je retien une phrase pour rebondir sur le libre arbitre :

"D’un autre côté, le fonctionnement du « Jeu de la vie » exige des joueurs/euses."
C'est net je suis d'accord c'est la métaphore du jeu de la vie du mathématicien John Horton Conway
ou chacun doit programmer sa vie (on "programme" sa structure cellulaire) et donc tendre vers le libre arbitre .
Re: Le libre arbitre ?
Posté par jacquesv le 28/07/2007 20:46:20
cdizen,
cette histoire serait plus à sa place dans le forum "paranormal" qu'ici:)
Re: Le libre arbitre ?
Posté par cdizen le 28/07/2007 20:37:04
Comme tu as un blog privilégiant les animaux, notamment un chien, voici un article qui se moque ouvertement des rationalistes et autres raisonnant de manière binaire et se croyant les chefs-d’œuvre de l’Univers, c. à d. de dimension extrême


Oscar, le petit chat qui pressent la mort
MARTINE PEREZ.
Publié le 28 juillet 2007
Actualisé le 28 juillet 2007 : 20h48 LE FIGARO (Article aussi présenté le 28/07/07 aux actualités TF1 20h)


Rubrique Sciences & Médecine

Recueilli par une unité pour malades d'Alzheimer aux États-Unis, il détecte les patients dont la mort est imminente et reste près d'eux pour un ultime réconfort.

« OSCAR arrive devant la chambre 313. La porte est ouverte, il entre. Mme K. est allongée paisiblement sur son lit et respire doucement. Autour d'elle, les photos de ses petits-enfants et une de son mariage. Malgré ces souvenirs, elle est seule. Oscar saute sur le lit, renifle l'air et marque une pause, histoire de considérer la situation. Sans plus hésiter, il fait alors deux tours sur lui-même pour se lover contre Mme K. Une heure passe. Oscar attend. Une infirmière entre, vérifie l'état de la malade et note la présence d'Oscar.

Préoccupée, elle sort et commence à passer des coups de téléphone.

La famille arrive, le prêtre est appelé pour les derniers sacrements.
Le matou ne bouge toujours pas.
Le petit-fils de Mme K. demande alors :»Mais que fait le chat ici ?* Sa mère, maîtrisant ses larmes, lui répond : »Il est là pour aider grand-mère à arriver au paradis... * Trente minutes plus tard, Mme K. pousse son dernier soupir. Oscar se lève, sort à pas de velours, sans que personne ne le remarque... »

Une fois n'est pas coutume, la prestigieuse revue médicale américaine The New England Journal of Medicine, dans son dernier numéro, loin de ses articles austères, a choisi de publier l'histoire vraie et touchante d'un petit chat pas comme les autres.

Recueilli dans une unité pour malades d'Alzheimer à Rhode Island aux États-Unis, il présente la particularité incroyable d'identifier les patients dont la mort est imminente et de se blottir alors contre eux pour leur apporter un ultime réconfort.

Il s'intéresse à chaque patient, mais ne s'installe sur leur lit que lorsque le moment fatal est arrivé.

Le docteur David Dosa, gériatre à l'hôpital Rhode Island de Providence, travaillant dans cette unité, décrit avec précision dans le New England comment ce chat a transformé les pratiques de fin de vie, en prévoyant les décès, permettant d'organiser l'appel aux familles et les derniers offices religieux.

« Un indicateur quasi certain »

Quand les employés de cette maison de retraite de la ville de Providence ont recueilli le petit chat Oscar, ils étaient loin d'imaginer que ce dernier leur indiquerait, avec une fiabilité jamais démentie, le prochain patient qui passerait de vie à trépas.

L'animal, âgé de deux ans, tigré et blanc, a été adopté par le personnel de l'unité de soins spécialisés dans la maladie d'Alzheimer situé au troisième étage.

Selon David Dosa, Oscar fait des rondes régulières, observe les patients, les renifle avant de passer son chemin ou de s'installer pour un dernier câlin.

Il lui est arrivé d'accompagner jusqu'à leur ultime demeure des mourants qui, faute de famille, seraient morts tout seul.

Ses prévisions se sont révélées jusqu'à présent si exactes que, dès qu'il se blottit contre un patient, les soignants contactent les proches.

« Personne ne meurt au troisième étage sans avoir reçu la visite d'Oscar, écrit David Dosa.

Sa seule présence au chevet d'un patient est perçue par les médecins et les soignants comme un indicateur quasi certain d'un décès imminent. »

Jusqu'ici, il a supervisé la mort de plus de 25 pensionnaires, selon David Dosa, qui a précisé de ne pas pouvoir fournir d'explication aux capacités divinatoires du chat.

Oscar a-t-il des dons particuliers ? Cette histoire permet de méditer en tout cas sur l'impact des animaux de compagnie dans certaines structures destinées aux personnes âgées.

Les chats, animaux particulièrement affectueux, pourraient jouer un rôle de réconfort pour ces malades atteints d'Alzheimer que la démence éloigne du monde rationnel. L'agence d'hospitalisation locale, en tout cas, a pris la mesure du rôle d'Oscar puisqu'elle a fait graver ces quelques mots sur le mur du service :
« Cette plaque récompense Oscar le chat pour ses soins dignement compassionnels. »
Re: Le libre arbitre ?
Posté par cdizen le 28/07/2007 19:08:46
A Chaminou …
Bonjour,

Avant de commencer, je me suis replongé dans le contexte en survolant les réactions concernant le « libre arbitre » … Ne sont-elles pas nombreuses ?

Je suis étonné que cette tarte à la crème qui dure depuis des millénaires entraîne des mouvements.

Le Christianisme a pu construire sa civilisation en se basant sur cette idée, en la dévoyant surtout, en faisant adopter le sens contraire de certaines paroles bibliques, en entreprenant la plus grande manipulation efficiente (à première vue) de tous les temps …
Mais là n’est plus l’important pour moi… en prenant du recul et me plaçant dans ma perspective !

Jean-Paul Sartre, d’après le profil que tu présentes, probablement, te plait plus que les braves gens de Brassens, les dominants et leurs pensées ad hoc, les presque rats morts et oui-oui, les agresseurs (sans arguments), les girouettes et traîtres, etc.

Quant à moi, je n’ai pas beaucoup lu Sartre dans la mesure où sa « liberté existentialiste » ne me plaisait pas du tout.

Je ne croyais absolument pas à la liberté (Vers 6 ou 7 ans, j’avais acquis la conviction ou la preuve que la vie était injuste, en avais déduit que, donc, je ne me marierai pas, n’aurai pas d’enfant !)

Quelle « chance » (seulement en apparence ou 1er degré) de ne pas avoir été imprégné pendant toute l’enfance par des consignes bourgeoises du type « La vie est belle », « Tu es le meilleur », etc. ! (Au 1er degré puisque finalement peu importe, voir après …)

Seulement récemment, via des recherches sur Internet pour trouver des expressions prouvant qu’il s’était totalement trompé, je suis tombé sur son identification du « lâche », du « salaud » en passant par la « mauvaise foi »

Effectivement, si l’ « homme » est condamné à être libre, a d’autant plus le choix de s’engager ou non lorsque la situation est dangereuse, potentiellement tragique, alors il me semble ne pas le trahir en impliquant l’ « adulte » (responsable par définition) qui n’est pas en prison (parce que incarcéré suite à une révolte matérielle et intellectuelle contre des lois iniques), qui n’a pas été assassiné ou éliminé par les services de répression des Etats notamment dictatoriaux (étant donné que son camp d’investigation ne peut s’arrêter à une quelconque frontière) …

N’est-il pas clair que, puisque les notions de « dignité » (qui va de pair avec celle de l’homme), de « Droits de l’Homme », ne sont placées en exergue nulle part, tous les « adultes » qui vivent « librement » sont –pour Sartre ou sa plutôt sa philosophie- des « lâches » et des « salauds » ?

Et Sartre, lui-même, a-t-il été exécuté ou a-t-il fini sa vie en prison ? !

N’a-t-il pas, symétriquement,
reçu le prix Nobel ? ! Mais, un bon point pour lui, il l’a refusé !


Cela dit, ces remarques me semblent absolument hors sujet dans le sens que nous ne sommes que des « adulescent(e)s (en étant gentil) : des adolescents chroniques aussi irresponsables que prétentieux, présomptueux ! Ou des « bonobos boostés » d’après les évolutions comparatives des génomes …

Connais-tu Henri Laborit (Un biologiste philosophe à ses heures très connu, décédé en 1995 qui a notamment écrit « L’éloge de la fuite », présent sur Internet) ? A priori : non.

Lui non plus n’aimait pas la pensée unique, celle des dominants.

Je viens d’ailleurs d’indiquer à une internaute ayant répondu à mon article sur « L’amour vraiment « humain » » une phrase de Fernand Gregh qu’il avait retenue :
« Il n’est pas de méchants, il n’est que des souffrants »

Ma vision de la vie est précisée dans les derniers articles.
L'avant-dernier article, sur « Les cycles de la vie, » n’a pas été accepté !
Peu importe

(Il est sur le blog
« descommentaires … » dépendant du Monde, dans les pages complémentaires … Je peux aussi vous l’envoyer directement s’il existe un moyen indiqué dans la rubrique « Profil » ?)

En conclusion, je vais joindre deux articles retenus par « L’Internaute » (sur Internet of course) (J’espère qu’ils ne seront pas censurés !)

…… …… . Des réponses à deux questions vous permettront de saisir mon état d’esprit, voire ma personnalité.


* Quel événement a selon vous marqué le plus le XXe siècle ?

Les événements de Mai 68 (sur le plan psychologique, structurel) me semblent symboliser la date du début de la fin de la civilisation judéo-chrétienne et de ses dérives.

Pourquoi ce choix ?
Les normes ont perdu leur aura. Les interdits ont montré leur impuissance. Tous les repères vont commencer (eux aussi) à "TOUJOURS PLUS" (t. p.) s'effondrer ...!

Quelles en ont été les conséquences ?
Comme des vagues finissent par faire tomber des falaises trop fragiles, comme les bases iniques, fausses (donc caduques) sur lesquelles reposent notre civilisation ne pourront résister au processus (capitaliste) de la mondialisation, à la prise de conscience des nouveaux "exclus" et "no futur" qui n'auront plus rien à perdre ... , « péteront les plombs » par ex.

Très mystérieusement, une sorte de concomitance semble apparente !
1) le phénomène t. p. de pollutions tous azimuts laisse prévoir ou demande une régulation naturelle élaguant sans compter... et permettant (par ex.) aux 10 % de survivant(e)s de repartir d'un meilleur pied.
Le problème (Nous ou la planète) n'est plus absurde !
2) Une étude statistique entreprise par des chercheurs scientifiques renommés (Laurent Nottale, Jean Chaline, Pierre Grou) vient de montrer que si l'homo sapiens suivait le schéma évolutif de nombreuses autres espèces ..., avant 2080, une remise en cause générale de nos modes de vie devrait se déclencher (Voir le livre "Les arbres de l'évolution" Hachette Sciences-Littératures 2000 qui a connu un certain succès ...)


* * Quelle découverte scientifique vous a le plus marqué ?

Le séquençage du génome humain ou l'évaluation de l'homo sapiens parmi les animaux est, pour moi, à marquer d'une pierre blanche.
Puisque la différence du patrimoine génétique avec les chimpanzés est inférieure à 2%, le début du 21e siècle a permis de démontrer :
1) Que l'homme n'a pas été créé à l'image de "Dieu" ou alors Dieu n'est (lui aussi) qu'une sorte de "bonobo boosté".
2) Que l'homme n'est pas plus le "dieu" en devenir annoncé par les rationalistes.
3) Que personne n'a voulu relever le sens de cette mesure comparative :
-les religieux continuent leurs prêches sans changer un mot,
-les scientifiques alliés et complices des industriels capitalistes accélèrent t. p. leurs recherches (en minimisant les temps d'attente qu'imposerait l'observation du "principe de précaution") et donc le saccage, la destruction de l'environnement par des effets tous azimuts des pollutions.

Cela précise (inutilement) que, comme chez les autres animaux, l'activité du cerveau des émotions est plus puissante que celle du néocortex !

Victimes de l’addiction, incapables de nous extraire de cet engrenage fatal, nous pouvons prévoir le proche avenir : la régulation naturelle (v. avant).
Nous serions aussi (d’après l’hypothèse des chercheurs) au 1/5ème de notre aventure.

A noter que si on est doté d'un esprit « réellement positif » (et non pas conservateur ou « homo sapiensiste »), l'arrivée d’une nouvelle ère avant que le point de non retour de la dégradation de la vie et de l'habitabilité de la planète soit atteint, ne peut être non souhaitée !
Les conditions étant ce qu'elles sont, qu'espérer de mieux ? Comme de toutes les façons le "cycle de la vie" est une référence de base (non comprise puisque les gens, par peur de la mort, organisent des vieillesses parfois horribles -et ce n'est qu'un commencement-), au moins, les survivants pourront vivre « dignement » comme des « vrais humains » C. Q. F. D.


Voilà ce que je pouvais te livrer …

Je fais partie des vivants ! Impossible de se disculper !
D’un autre côté, le fonctionnement du « Jeu de la vie » exige des joueurs/euses.
Comme l’Après-vie (qui pour moi doit exister pour rééquilibrer les injustices de l’enfer du jeu de la vie terrestre) ne peut pas être plus moche mais mieux …, je ne me prive que du « bonheur » … Tant pis pour moi !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (40)
L'auteur : Tik Tak
88 ans, Montauban (France).
Publié le 26 mai 2007
Modifié le 23 mai 2007
Lu 808 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲