Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Le pacte

Rien ne sera jamais plus comme avant. Il y a comme une odeur âpre, un goût amer, un air de fin de vacances, de fin d'été. Mais tout ça sonne surtout comme la fin de mon enfance...


Rien ne sera jamais plus comme avant. Il y a comme une odeur âpre, un goût amer, un air de fin de vacances, de fin d'été. Mais tout ça sonne surtout comme la fin de mon enfance... Oui, les dernières miettes de mon innocence se sont envolées.

Les promesses que nous nous étions faites ne seront jamais tenues. Jamais nous ne vivrons ensemble, jamais nous ne seront "trois filles dans un appart" comme on aimait à jouer plus jeunes, jamais nous ne nous disputerons pour savoir quelle chambre revient à qui ou pour savoir à laquelle de nous trois c'est le tour de faire la vaisselle. Tout ça, c'était des paroles de gamines ! Mais qui croyaient pourtant dur comme fer à ce qu'elles racontaient...

Nous qui étions soudées à la vie, à la mort... Et j'ai la nostalgie de nos achats de dix bonbecs avec la monnaie du pain, de nos histoires que nous inventions tant aux Playmobils qu'aux Barbies, de nos parties d'élastique ou de corde à sauter, de billes ou de Pogs, de trou du cou de kilo de merde, des comédies musicales que nous répétions sans cesse, des chorégraphies des Spice Girls qu'on apprenaient par cœur devant la télé, de nos mots codés qu'on inventait pour qu'on ne puisse pas comprendre nos discussions, de ces heures de conversations, de notre "grande nuit" où nous nous sommes confiées qui était le garçon que nous aimions en secret, de nos goûters, de nos échanges de vêtements, de nos relooking et de nos déguisements, des portes à portes qu'on organisait pour gagner un peu d'argent afin d'"acheter un cadeau pour l'anniversaire de notre mère" officiellement mais qui servait officieusement à se payer un appareil jetable pour nos séances photos ...

Ce temps est bel et bien révolu.
L'une d'entre nous s'est mariée.

Tu nous as promis que ça ne changerait rien, qu'il fallait qu'on essaie de faire comme avant, que tu serais toujours disponible pour nous. Mais aujourd'hui, je sais que ce jour n'est pas qu'un symbole, c'est une rupture : le pacte est rompu. Ce n'est pas toi qui l'as brisé, c'est le cours de la vie. Mais je ne peux m'empêcher d'avoir un coup de cafard. Ma cousine, mon amie s'en va et je suis partagée entre le bonheur de la voir si heureuse et la jalousie de la savoir loin de nous. Ça ressemble à de l'égoïsme et c'en est certainement mais je pense que c'est humain comme sentiment, non ?

Chacune d'entre nous suit le chemin qu'elle a choisi et nous voilà dispatché aux quatre coins de la France. C'est étrange de voir ce que nous faisons de nos vies alors que quelques années auparavant nous avions tellement peur de ne pas changer, de rester coincer ici. Et maintenant, je regrette d'avoir voulu grandir trop vite, d'avoir quitter le cocoon immédiatement, d'avoir souhaiter avoir tout de suite 20 ans sans vraiment profiter des 10 ou des 15.

Quoi qu'il en soit bonne chance à vous les filles, ce fut un honneur de ramer quelques années dans la même galère que vous.
C'est un générique de fin qui résonne tandis qu'un autre film commence...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Menthe Poivrée
32 ans, Nancy (France).
Publié le 25 septembre 2007
Modifié le 01 septembre 2007
Lu 626 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲