FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Le Parfum

Le nouveau film de Tom Tykwer, tiré du livre de Patrick Suskind. Trouvez ici le résumé, et le pourquoi du comment il ne faut absolument pas le rater d'après moi !


Voici les premières lignes du livre Le Parfum :

A l'époque dont nous parlons, il régnait dans les villes une puanteur à peine imaginable pour les modernes que nous sommes. Les rues puaient le fumier, les arrière-cours puaient l'urine, les cages d'escalier puaient le bois moisi et la crotte de rat, les cuisines le chou pourri et la graisse de mouton; les pièces d'habitation mal aérées puaient la poussière renfermée, les chambres à coucher puaient les draps graisseux, les courtepointes moites et le remugle âcre des pots de chambre. Les cheminées crachaient une puanteur de soufre, les tanneries la puanteur de leurs bains corrosifs, et les abattoirs la puanteur du sang caillé. Les gens puaient la sueur et les vêtements non lavés; leurs bouches puaient les dents gâtées, leurs estomacs puaient le jus d'oignons, et leurs corps, dès qu'ils n'étaient plus tout jeunes, puaient le vieux fromage et le lait aigre et les tumeurs éruptives. Les rivières puaient, les places puaient, les églises puaient, cela puait sous les ponts et dans les palais. Le paysan puait comme le prêtre, le compagnon tout comme l'épouse de son maître artisan, la noblesse puait du haut jusqu'en bas, et le roi lui-même puait, il puait comme un fauve, et la reine comme une vieille chèvre, été comme hiver. Car en ce XVIIIe siècle, l'activité délétère des bactéries ne rencontrait encore aucune limite, aussi n'y avait-il aucune activité humaine, qu'elle fût constructive ou destructive, aucune manifestation de la vie en germe ou bien à son déclin, qui ne fût accompagnée de puanteur. Et c'est naturellement à Paris que la puanteur était la plus grande, car Paris était la plus grande ville de France. Et au sein de la capitale il était un endroit où la puanteur régnait de façon particulièrement infernale entre la rue aux Fers et la rue de la Ferronnerie, c'était le cimetière des Innocents. (...) Or c'est là, à l'endroit le plus puant de tout le royaume, que vit le jour, le 17 juillet 1738, Jean-Baptiste Grenouille.

C'est ainsi que nait Grenouille, le héros de ce livre angoissant et malsain, où l'ambiance glauque, que l'on retrouvera tout au long du livre, est annoncée sans préambule dès la première page de lecture.
Vous avez donc deviné, chers lecteurs n'ayant peut être pas eu le... "plaisir" de lire cet ouvrage, que ce livre relate l'histoire de ce bébé né dans l'immondice.
Affreusement laid dans le livre, il est directement abandonné à la naissance, et est placé dans un orphelinat. Mais malgré sa laideur, il détient un don. Oui, un don, celui d'avoir l'odorat le plus développé qu'on ne pourrait trouver même chez les meilleurs parfumeurs.
Il se crée des listes de parfum en son esprit, et emmagasine tout ce qu'il peut sentir sur sa route, chaque jour, chaque heure, chaque minute, jusqu'à ce qu'il soit troublé par l'odeur d'une jeune fille rousse, odeur dont il tombera amoureux et décidera d'emprisonner, de quelques moyens que ce soit.

C'est un livre resplendissant car sur les odeurs, ce qui est très difficle à décrire et à emprisonner dans des mots, nous avons ici deux personnages principaux, Grenouille, et son odorat.
L'histoire tourne exclusivement autours de lui sans trop s'attarder sur les personnages secondaires, qui subissent seulement la présence de Grenouille près d'eux, autours d'eux.


Et voilà que Tom Tykwer en fait un film.
Tout le monde pensait que le livre etait impossible à retranscrire sur grand écran, en effet comment faire un film sur les odeurs ? Beaucoup de puristes déclare ceci impossible.
Mais Tom Tykwer détourne cette question, en faisant la remarque très juste "Il était pratiquement impossible de faire un livre sur les odeurs, et pourtant il est là et bien là, et est un chef d'oeuvre, alors faire un film sur les odeurs est un défi, mais n'est pas impossible"
Tom Tykwer ? Vous ne savez pas bien qui il est ?
Et bien il est à l'origine du très connu en France, et très réussi, Cours lola cours, avec Franka Potente dans le rôle principal.


Vous vous rappelez ? Cette jeune fille ayant 20 minutes pour trouver 10 000 marks dans Berlin et sauver l'homme qu'elle aime ? Ce film si bien rythmé et original ! C'est bien de lui !
Il est également à l'origine de...







Heaven, avec Cate Blanchett et Giovanni Ribisi, parlant d'une jeune institutrice en Italie, voulant venger ses élèves d'un dealeur de drogues, mais finalement injustement arrêtée pour avoir tué un père et ses deux enfants suite à un malheureux hasard. Mais oui ! Ce film où Giovanni Ribisi n'est autre qu'un jeune carabinier qui tombe amoureux d'elle et fait tout pour la sauver !
Ou vous pouvez encore avoir eu la chance de voir...







The princess + the warrior (toujours avec Franka Potente) qui est magnifique, ou tout simplement le court métrage avec Natalie Portman dans Paris Je t'aime !

Bref, c'est un réalisateur très doué à mon humble avis, possédant une vraie façon d'imposer une atmosphere bien à lui.


Donc, toujours celon moi, Le Parfum a trouvé son réalisateur idéal, qui souvent laisse planer une touche d'angoisse et de malaise dans tous ces films, avec une grande habileté car cette angoisse n'est perceptible sans que l'on s'en rende compte réellement.

Le Parfum est un livre poisseux, malsain, mais le film pour être bon, ne doit pas tombé dans le cliché, mais juste garder une certaine mesure dans le malaise.
La première initiative de Tom Tykwer fut de faire de Grenouille un jeune homme au physique désagréable, mais pas LAID, son visage est juste dérangeant, curieux, ainsi Tom reste toujours dans cette demi mesure, cet entre deux qu'il sait si bien maitriser.

Celon moi, le livre a trouvé son réalisateur, le livre est fabuleux, la fin est inattendue et horrible, et Tom Tykwer l'a apparemment respectée.
Donc, je pense que si vous voulez assister à un somptueux eveil des sens à travers l'horreur et le vice, bienvenu dans la salle de cinéma le 4 octobre !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Re: Le Parfum
Posté par ramafille le 07/12/2006 20:19:27
ton article donne envie de voir le film mais pour tout dire je n'ai meme pa reussis a le finir je me suis ennuyé au milieu de film
Re: Le Parfum
Posté par eowyn182 le 08/11/2006 11:23:44
La fin est dans le livre. Peut être qu'elle surprend moins dans le livre, mais ça a été respecté dans le film, plus ou moins bien, et c'était essentiel.
Re: Le Parfum
Posté par akilona le 06/11/2006 16:29:36
Effectivement tres bonne article, et je suis d'accord pour dire que c'est un tres bon film... Mais personnellement j'ai trouver qu'il a completement foirer sa fin, je trouve la fin denouer de sens et voi pas du tout le rapport avec le reste, je trouve cela trop "gros", et cela ne sert a rien dans l'histoire...
Re: Le Parfum
Posté par 7iris le 01/11/2006 18:15:17
Très bon article, tu donnes des bonnes raisons pour aller voir ce film. Je l'ai vu, et c'est vrai qu'il est excellent.
Le réalisateur a su relever le défi qu'il s'était lancé de façon brillante.
Re: Le Parfum
Posté par clara-croft le 01/11/2006 10:33:59
je n'est pas vu le film, mais des extrait sa a l'air vraiment pas mal, et sa ma donner envie de lire le livre^^(mais je n'ai pas encore ressu le livre)
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
L'auteur : Mémé Ciredutemps
28 ans, Paris (France).
Publié le 28 octobre 2006
Modifié le 22 septembre 2006
Lu 2 701 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143