FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Le Seigneur des Anneaux (6)

Sixième épisode de l'analyse de l'oeuvre : étude des personnages principaux du deuxième tome.


Eomer : C'est un homme du peuple des Rohirrims. Il est né en 2991 du Troisième âge, et est mort en 63 du Quatrième Age. Il est le fils d'Eomund et de Theodwin. Sa soeur est la belle Eowyn. Marié à Lothiriel, ils eurent un fils, Elfwine. Eomer est le neveu du roi Théoden de la Marche et occupe le poste de Maréchal de la Marche : "... On m'appelle le Troisième Maréchal du Riddermark." Ayant repéré la trahison de Langue-de-serpent, et voulant protéger sa soeur et son roi, il s'opposa ouvertement au conseiller véreux qui le fit passer comme traître au yeux du roi et emprisonner. Eomer dut sa libération à l'arrivée de Gandalf et du reste de la Communauté qui démasquèrent Langue-de-serpent.
Avant de mourir, Théoden, dont le fils avait été tué, nomma Eomer comme héritier de la couronne : "Où est Eomer ? Car mes yeux se voilent et je voudrais le voir avant de partir. Il doit être roi après moi..."
Voici la seule description que l'on ait d'Eomer : "L'un d'eux s'approcha alors _ un homme de haute taille, plus grand que les autres ; de son casque, comme un cimier, pendait une queue de cheval blanche."
Eomer a de nombreuses qualités, les plus présentes étant sa fidélité, sa générosité et son courage. En effet, même après avoir été emprisonné, le Maréchal reste fidèle à son roi : ""Prenez celle-ci cher Seigneur ! Dit une voix claire. Elle a toujours été à votre service." (...) Eomer était là. Aucun heaume n'était sur sa tête, aucune maille sur sa poitrine, mais, dans la main, il tenait une épée nue ; et, s'agenouillant, il tendit la garde à son maître."Dans les plaines du Rohan, lorsqu'il rencontre Aragorn, Gimli et Légolas, et malgré les murmures de ses hommes, il leur donne deux chevaux : "Quand Eomer parla de prêter les chevaux de rechange aux étrangers, ses hommes furent étonnés et ils échangèrent maints regards sombres et dubitatifs..." ; "On amena à Aragorn un grand cheval gris (...) Un cheval plus petit et plus léger, mais rétif et fougueux fut fourni à Légolas. (...) On mit Gimli en croupe derrière son ami."Eomer est aussi courageux "La dernière fois que je l'ai vu, il ralliait ses hommes autour de lui et il se battait à l'entrée du Gouffre..."Eomer est très attaché à son roi et surtout à sa soeur. Lorsqu'il l'aperçoit comme morte sur le champ de bataille à côté de Théoden, "Il resta un moment comme un homme percé d'une flèche au coeur au milieu d'un cri ; son visage devint mortellement pâle."Eomer a le don d'attirer la confiance de ses hommes. A la fin du roman, il est alors roi de la Marche, succédant ainsi à Théoden. C'est là que l'on s'aperçoit qu'il aime son peuple et son pays, qu'il plaint pour sa destruction : "Mais je dois me rendre quelque temps dans mon propre royaume, où il y a à réparer et à remettre en ordre."

Saroumane : C'est un magicien qui a plus de 7000 ans. Selon les endroits, il a divers noms : chez les Hommes c'est Saroumane, Curumo à Valinor, Curumir chez les Elfes et Sharcoux chez les Hobbits.
En l'an 1000 du Troisième Age, il fut nommé chef du Conseil et se spécialisa dans les Anneaux de pouvoir. A Gandalf, il fit croire que l'Unique était perdu dans les profondeurs de la mer. En l'an 3000, il utilise son fameux Palantir et tombe sous la coupe de Sauron. A partir de cela, il trahit tout le monde, essaya de corrompre Gandalf mais n'y réussit pas. En 3019, après avoir déclaré la guerre au Rohan, il fut renversé par les Ents.
Gandalf le répudia de l'ordre des Magiciens, et il quitta Orthanc. Toutefois, avec l'aide de ses derniers serviteurs, il prit le contrôle de la Comté. Mais il en fut chassé lors du retour de Frodon et de ses compagnons Hobbits. Il sera assassiné par Grima Langue-de-serpent : "... tirant un poignard caché, et, avec un grognement de chien en colère, il bondit sur le dos de Saroumane, lui tira la tête en arrière, lui trancha la gorge..."Physiquement, le magicien, en fait, "était un vieillard, enveloppé d'un grand manteau de couleur indéfinissable, car elle changeait s'ils bougeaient les yeux ou s'il faisait un mouvement. Son visage était long avec le front haut, et il avait des yeux sombres et profonds, difficiles à sonder encore que le regard qu'ils assumaient alors fût grave et bienveillant, un peu las aussi. Ses cheveux et sa barbe étaient blancs, mais des fils noirs se voyaient encore autour des lèvres et des oreilles."Saroumane est un traître. Il regroupe beaucoup de défauts : il est jaloux envers Gandalf dont il craint qu'il ne lui passe devant, il profite de toutes les occasions possibles pour s'imposer. Saroumane est aussi un esclavagiste : Langue-de-serpent est une de ses victimes. Le magicien lui ordonne de tuer, d'affaiblir, et le bat en retour : ""Tu fais ce que Sharcoux dit toujours, n'est-ce pas Langue-de-serpent ? Eh bien maintenant il te dit : suis-moi !" Il décocha un coup de pied dans la figure de Langue-de-serpent, à plat ventre..."
Comme le dit Gandalf, Saroumane fait des mauvais coups "à sa petite façon méprisable" . Lorsque l'Isengard tombe, le magicien déchu n'a plus qu'un seul pouvoir : sa voix. Manipulatrice, enchanteresse, elle entre dans les esprits, et, sournoise, essaie de les corrompre : "Soudain une autre voix parla, basse et mélodieuse, dont le son même était un enchantement. Ceux qui écoutaient sans méfiance cette voix pouvaient rarement répéter les paroles entendues ; et, quand ils le faisaient, ils étaient tout étonnés, car il ne leur restait que peu de force. (...) Mais nul n'y était insensible ; personne ne rejetait ses appels et ses ordres sans grand effort de l'esprit et de la volonté, tant que son maître la dirigeait."Jusqu'au bout Saroumane aura des idées noires et obscures. Jusqu'au bout il sera du côté du mal. Jusqu'au bout il persécutera et essaiera de tuer pour son profit : "Mais au moment où Saroumane passait tout près de Frodon, un poignard étincela dans sa main, et il en porta un coup rapide. La lame dévia sur la cotte de mailles cachée et se cassa net."

Théoden : C'est un homme du peuple des Rohirrims. Né en 2948 du Troisième Age, il mourut en 3019 du Troisième Age durant la bataille des Champs en s'opposant à un Nazgùl. Ses parents, Thengel et Morwen de Lossarnach, eurent aussi une fille, Théodwin. Avec sa femme Elfhild, Théoden eut un fils, Théodred, qui fut tué aux gués dès le début de la Guerre de l'Anneau.
Voici comment Théoden apparaît à Legolas, Aragorn, Gimli et Gandalf lors de leur rencontre : "Un homme y était assis, tellement courbé par l'âge qu'il paraissait presque nain ; mais ses cheveux blancs, longs et fournis, tombaient en grandes tresses de sous un mince cercle d'or posé sur son front. Sa barbe reposait, comme de la neige, sur ses genoux ; mais ses yeux brûlaient d'un vif éclat et étincelaient comme il observait les étrangers."Sa guérison nous montre ce qu'il est vraiment : un vieil homme, certes, mais vigoureux, fort et courageux.
Le roi aime aussi beaucoup son peuple, et tout ce que celui-ci endure lui fait de la peine : "Ils apportent du feu, dit Théoden, et ils brûlent tout sur leur passage, meules, chaumières et arbres. C'était ici une riche vallée, qui possédait de nombreux coursiers de chez nous. Hélas ! Pour les miens !"Théoden est aussi un des rares à essayer de résister à la voix de Saroumane. Il est aussi généreux : il offre à Gandalf son cheval Gripoil, le cheval le plus rapide la Terre du Milieu. Le vieux roi est aussi très attaché à Eowyn, il l'avoue à Merry, au bord de la mort : "Et je voucrai envoyer un message à Eowyn. Elle ne voulait pas me laisser partir, elle : et maintenant, je ne la reverrai pas, elle qui m'est plus chère qu'une fille." Et il meurt en disant à Eomer
"Va maintenant à la victoire ! Fais mes adieux à Eowyn."
Théoden est un roi juste, parfois dur, mais qui fait presque tout le temps de bons choix. Le Seigneur meurt dans un acte de bravoure, en voulant défier un Nazgùl, et c'est son cheval qui, tué d'une flèche, tombe sur lui et le blesse mortellement.

Faramir : C'est un homme du Gondor. Né en 2983 du Troisième Age, il est le fils de Denethor II et de Finduilas de Dol Amroth. Boromir était son frère. Malgré la préférence de son père pour Boromir, celui-ci et Faramir restèrent très proches. Lorsque le Gondor sut que Boromir était mort, son frère lui succéda et en devint le Capitaine.
Il combattit vaillamment lors de la bataille des Champs de Pelennor, et fut gravement blessé. Son père, croyant qu'il était mort, ne put supporter la perte de ses deux fils et se donna la mort. Faramir fut guéri Aragorn, qu'il reconnut comme son roi.
A la chute de Sauron, Faramir fut récompensé par Aragorn et devint Prince de l'Ithilien et Intendant du Gondor. Il se maria avec Eowyn.
Voici comment Faramir apparut à Frodon et Sam : "L'homme vert de haute taille eut un rire menaçant (...) Il voyait le visage de Faramir à présent démasqué ; il était sévère et imposant ; une intelligence aiguë paraissait dans son regard scrutateur. Le doute était dans ses yeux gris..."Faramir est tout ce qu'il y a de plus loyal, principalement envers Aragorn. Il est confiant et accorde facilement sa confiance, comme pour Sam et Frodon.
Faramir est aussi très courageux. Il se fait gravement blesser à cause de cela d'ailleurs : "Faramir avait perdu le tiers de ses hommes. Et où était-il ? Il arriva le dernier. Ses hommes passèrent à l'intérieur. Les chevaliers montés revinrent, avec, en queue, l'étendard de Dol Amroth et le Prince. Et dans ses bras, devant lui sur son cheval, il portait le corps de son parent, Faramir fils de Denethor, trouvé sur le champ de bataille."Mais il se rétablira sous l'effet du pouvoir de guérison d'Aragorn : "Soudain, Faramir bougea ; il ouvrit les yeux et regarda Aragorn qui se penchait sur lui ; une lueur de reconnaissance et d'amour était dans ses yeux, et il parla doucement..."Faramir est aussi brûlant dans son amour pour Eowyn : "Eh bien, Eowyn de Rohan, je vous dirai que vous êtes belle. Il est dans les vallées de nos montagnes des fleurs jolies et colorées, et des jeunes filles plus jolies encore ; mais je n'ai vu jusqu'ici nulle fleur en Gondor ni dame aussi ravissante et triste."Faramir finit par comprendre que c'est Aragorn qui obsède la jeune femme, et, en la raisonnant, il atteint son but : " Et Eowyn regarda Faramir longuement et fermement ; et Faramir dit : "Ne méprisez pas la compassion qui est le don d'un coeur doux. Eowyn ! (...) Et je vous aime (...) Mais à présent, seriez-vous exempte de toute pine, de toute crainte et de toute privation, seriez-vous l'heureuse reine du Gondor, je vous aimerez encore. Ne m'aimez-vous pas Eowyn ?" (...) Il la prit dans ses bras et l'embrassa sous le ciel ensoleillé (...) Et nombreux furent ceux qui les virent, ainsi que la lumière qui brillait sur eux tandis qu'ils descendaient des murs et se dirigeaient main dans la main vers les Maisons de Guérison."Et ils se marièrent avant que les Hobbits ne s'en aillent.

Denethor II : C'est un homme du Gondor. Son père était Ecthelion II, surintendant du Gondor, et sa mère est inconnue. Marié à Einduilas de Dol Amroth, il eut deux fils : Boromir (2978), l'aîné qu'il chérissait plus que tout, et Faramir (2983).
Denethor succéda à son père en 2984, devenant ainsi Denethor II, 26ème Intendant du Gondor. Lors de la mort prématurée de sa femme, il ne put résister à la tentation de regarder dans le Palantir de Minas Tirith. Là, la force et la malfaisance de Sauron le firent vieillir avant l'âge. Denethor se méfia alors de tous ses alliés, crut la lutte contre Sauron perdue d'avance
et sombra doucement dans la folie. En 3019, la nouvelle de la mort de son fils bien-aimé Boromir accabla encore plus un Denethor affaibli. Et lorsqu'il crut que Faramir était lui aussi tombé, il fut pris de folie et s'immola sur un bûcher funéraire à l'origine prévu pour Faramir.
Lorsque la Compagnie rentre dans Minas Tirith, elle tombe sur un Denethor accablé : "Le vieillard leva alors les yeux. Pippin vit son visage de statue avec sa fière ossature, sa peau d'ivoire et le long nez busqué entre les yeux sombres et profonds ; et il ne pensa pas tant à Boromir qu'à Aragorn."On ne peut deviner que peu de choses sur Denethor, car il n'apparaît pas souvent et meurt rapidement.
On sait qu'il est cordial et accueillant au début à Minas Tirith : " Apportez du vin, de la nourriture et des tabourets pour les hôtes, dit Denethor "
Denethor est très dur envers Faramir, qu'il considère un peu comme responsable de la mort de son frère : "_ Eh bien adieu, dit Faramir. Mais si je devais revenir, ayez meilleure opinion de moi.
_ Cela dépend de la façon de ton retour, dit Denethor"

Et, en effet, Faramir revint, blessé, et c'est à cet instant que son père abandonne tout espoir de victoire et sa raison : "Apportez-nous vite du bois à brûler, disposez-le autour et en-dessous de nous et arrosez-le d'huile. Et quand je vous l'ordonnerai, vous y plongerez une torche."Lorsque Gandalf vient pour essayer de sauver Faramir et qu'il le soulève, on découvre que Denethor aime tout de même son second fils : "Faramir poussa un gémissement et appela son père dans son rêve. Denethor tressaillit comme quelqu'un sortant d'une transe ; la flamme s'éteignit dans ses yeux, et il pleura : "Ne m'enlevez pas mon fils ! Dit-il. Il m'appelle !""Mais malgré cela et malgré toute la force de conviction de Gandalf, Denethor s'allonge et met le feu à la salle. Gandalf, bien entendu, est triste. "Et alors Denethor poussa un grand cri puis il ne dit plus rien, et jamais plus il ne devait être revu d'aucun mortel."

Langue-de-serpent : C'est un homme du peuple des Rohirrims. De son vrai nom Grima, il est le fils de Galmod, qui devait être un des conseillers de Thengel, le père de Théoden. Sa sagacité lui permit d'entrer au service de Théoden et, pendant des années, il servit son roi fidèlement et sans faillir. Il tomba amoureux d'Eowyn mais celle-ci repoussa ses avances, et il en éprouva une grande amertume.
Personne ne connaît la date à laquelle Saroumane commença à le détourner de son roi et de sa patrie. Cependant, le magicien lui promit le trésor de Théoden et la main d'Eowyn en échange de ses services et Grima ne put résister aux sortilèges de Saroumane. C'est à partir de cette période qu'il complota contre son roi, le rendant faible et crédule à ses mensonges : il en fut surnommé Langue-de-serpent. Il ne manipula pas seulement Théoden, mais aussi le peuple du Rohan, utilisant ses peurs pour arriver à ses fins.
Il fit passer Gandalf et les Elfes pour des traîtres voulant la mort du Rohan ; il écarta Eomer du trône en le faisant emprisonner et ses avances envers Eowyn se firent de plus en plus pressantes. Toutefois, il fut découvert par Gandalf qui le mit hors d'état de nuire, et Théoden lui offrit l'ultime chance de se racheter en l'accompagnant à la guerre. Mais Grima refusa et fut banni du Rohan. Il rejoignit Saroumane dans sa défaite, et l'emprise du magicien sur lui diminua avec la perte de ses pouvoirs. Haïssant Saroumane, il le suivit quand même dans la Comté et l'aida à prendre le pouvoir. Après qu'ils eurent été chassés, Grima tua Saroumane et se fit abattre par les Hobbits : "Avant que Frodon ne pût se ressaisir ou dire un mot, trois arcs de hobbits vibrèrent et Langue-de-serpent tomba mort."Grima est "un homme ratatiné, dont le visage pâle et les yeux aux lourdes paupières reflétaient la sagacité."
Avant de tomber sous la coupe de Saroumane, Grima, comme le dit Gandalf, "n'a pas toujours été mauvais. Je ne doute pas qu'il ne fût autrefois un ami du Rohan."Mais depuis c'est un traître. C'est un bon orateur, plein de sagacité. Il est aussi très malicieux, mais sa malice est du côté du mal : "Ses yeux étincelèrent. On y lisait une telle malice que les hommes s'écartèrent de lui."
Langue-de-serpent est moins lâche que l'on pourrait le croire, il était le messager, l'esclave et le souffre-douleur de Saroumane. Il a toujours cru que le magicien était celui qui lui offrirait ce qu'il désirait le plus, mais il comprit, à la fin, que tout n'était que mensonges. D'un côté, on pourrait presque le plaindre !

Eowyn : C'est une femme du peuple des Rohirrims. Elle est surnommé la Dame Blanche du Rohan ou encore la Vierge Guerrière. Née en 2995 du Troisième Age, elle est la fille d'Eomund et de Theodwin, a pour frère le vaillant Eomer, dix-huitième roi du Rohan et de la Marche, et est la nièce de Theoden, dix-septième roi Du Rohan. Très jeune, elle perdit ses parents et elle et sin frère furent adoptés par Theoden. Elle devint une jeune femme magnifique et fut désirée par Grima, mais elle refusa ses avances. A l'arrivée d'Aragorn, elle s'en éprend : "... mais, en prenant la coupe, sa main rencontra celle de la jeune fille et il sentit qu'elle tremblait à ce contact."Mais Grandpas n'éprouve pour elle que de l'amitié. Désespérée, à la guérison de Theoden, elle se déguise en cavalier du Rohan pour participer à la guerre de l'Anneau. Elle joue ainsi un rôle énorme lors de la bataille des champs de Pelennor, car, avec l'aide de Merry, elle tue le Seigneur des Nazgùls.
Eowyn est très belle : "Ses yeux étaient graves et pensifs, tandis qu'ils se posaient avec une calme pitié sur le roi. Son visage était très beau et ses longs cheveux semblaient une rivière d'or. Mince et élancée apparaissait-elle dans sa robe blanche ceint d'argent ; mais elle était en même temps forte et dure comme l'acier, fille de rois. C'est ainsi qu'Aragorn vit pour la première fois à la pleine lumière du jour Eowyn, Dame de Rohan, et il la trouva belle, belle et froide comme un pâle matin de printemps, non parvenue à la plénitude de la femme."
Eowyn est une femme fière et froide. Elle est aussi miséricordieuse : en effet, s'occuper, durant la majeur partie de sa vie, d'un vieillard, peut être source d'admiration : "La femme se hâta de venir au côté du roi et lui prit le bras ; d'un pas chancelant, le vieillard descendit de l'estrade et traversa doucement la salle."Eowyn est une femme très courageuse : elle s'oppose seule au Seigneur de Nazgùls : "Un peu à gauche, leur faisant face, se dressait celle qu'il avait appelée Dernhelm. Mais le heaume de son secret était tombé, et ses brillants cheveux, relâchés de leur lien, luisaient comme de l'or pâle sur ses épaules. Ses yeux gris étaient durs et féroces, et pourtant des larmes coulaient sur ses joues. Elle avait une épée à la main, et elle levait son bouclier pour s'abriter de l'horreur des yeux de son ennemi. (...) Elle porta un coup rapide, habile et mortel. Elle fendit le cou tendu et la tête tranchée tomba comme une pierre."La jeune femme aime aussi la liberté, on le voit lorsqu'elle est contrainte de rester dans les Maisons de Guérison.
Malgré son apparence dure et froide, elle finit par se trahir, trahir sa vraie nature : "Elle ne répondit pas, mais comme il la regardait, il lui sembla que quelque chose mollissait en elle, comme un gel rigoureux cédant au premier faible présage du printemps. Une larme jaillit dans l'oeil d'Eowyn et coula le long de sa joue, comme une scintillante goutte de pluie. Sa tête s'inclina légèrement (...) Sa voix était maintenant celle d'une fille jeune et triste."Elle croit trouver l'amour en Aragorn, mais elle se trompe. Grâce à Faramir et sa passion, Eowyn trouvera enfin le chemin du vrai bonheur et de l'amour : "Faramir, Intendant du Gondor et Prince d'Ithilien, demande pour épouse Eowyn Dame du Rohan, et elle lui accorde sa main de grand coeur. Leur foi sera donc engagée devant vous tous."

Gollum : C'est un hobbit de la famille Stoor. De son vrai prénom Sméagol, il est né en 2430 du Troisième Age et vivait près de la rivière Gladden. En 2464, jeune homme, il part à la pêche avec son cousin Déagol. Pendant leur pêche, Déagol aperçoit quelque chose qui scintille sous l'eau : un anneau doré, l'Unique.
Hypnotisé par la beauté de l'Anneau et influencé par son pouvoir maléfique, Sméagol tuera son ami et cousin dans le but de posséder le précieux bijou. Ayant découvert que l'Anneau rendait invisible, Sméagol développa rapidement de nombreux défauts : voler, écouter les conversations, créer des disputes ; il devint très sournois. Il se fit bannir de sa famille et de sa maison. Inconscient des autres pouvoirs de l'Anneau, il se réfugie dans une galerie sous les Monts Brumeux. Là, dévoré par l'Anneau, il voit son esprit se charger de haine et son corps se déformer dangereusement. Dans la trilogie, Gollum a passé de longues années dans sa cachette, rongé par le mal, et il est vieux et tourmenté. A force de vivre dans la pénombre, il finit par détester la lumière (tant du soleil que de la lune), mais aussi les ténèbres. Il haït sa personne et l'Anneau autant qu'il les aime. S'étant fait prendre l'Anneau par Bilbo, il quiitera sa galerie et errera à la recherche du hobbit jusqu'en Mordor, où, torturé par les hommes de Sauron, il fut le précurseur de la guerre de l'Anneau.
Gollum mourra en 3019 dans les flammes de la Montagne Interdite, dans un saut de joie : il venait de retrouver et de voler l'Anneau à Frodon.
Gollum est "une créature répugnante", il a "de grands pieds plats", "de longs doigts", un "long cou maigre", "des dents aiguës", une "rare chevelure plate", et surtout il a de gros "yeux pâles et venimeux ", où se reflète toute sa malfaisance.
Gollum possède tous les défauts les plus indésirables : il est sournois, fourbe, c'est un assassin, un menteur.
Ses fourberies se révèlent lorsque, après avoir mené Sam et Frodon près du Mordor et avoir feint la bienveillance, il les livre à la monstrueuse Arachne.
Tout son corps transpire de "perversité et de malice ". Sméagol est rusé et déteste que l'on parle de son ancienne vie.
Il est très agile et ne supporte pas tout ce qui vient des Elfes.
Gollum s'exprime majoritairement à la première personne du pluriel, en parlant de lui et de l'Anneau. On peut dire que Gollum est une victime qui, jusqu'au bout, sera dominé par le bijou. Cela le tuera : ""Trésor, trésor, trésor ! Cria Gollum. Mon Trésor ! Oh ! Mon trésor !" Là-dessus, au moment où ses yeux étaient levés pour contempler son butin, il fit un pas de trop, bascula, balança un moment sur le bord, puis, avec un cri, il tomba. Des profondeurs monta son dernier gémissement "Trésor", et s'en fut fait de lui."

Sylvebarbe : C'est un Ent : un pasteur dont les moutons sont les arbres. Les Ents ne supportent pas d'ailleurs que l'on fasse du mal aux arbres.
Sylvebarbe est aussi appelé Fangorn, du nom de la forêt dont il est le maître secret. On sait peu de choses de l'histoire de Sylvebarbe, sinon qu'il était déjà là il y a 4000 ans.
Sylvebarbe est un être extraordinaire : "Sa forme était semblable à celle d'un homme, presque celle d'un troll, de haute taille, quatorze pieds aux mains, très robuste, avec une haute tête et presque pas de cou. Il était difficile de discerner s'il était vêtu d'une matière ressemblant à une écorce verte et grise, ou si c'était sa propre peau. En tout cas, les bras, à une certaine distance du tronc, n'étaient pas ridés mais recouverts d'une peau lisse et brune.
Les grands pieds avaient sept doigts chacun. La partie inférieure de la longue figure était couverte d'une vaste barbe grise, broussailleuse, presque rameuse à la racine, ténue et mousseuse à l'extrémité."

Mais cela n'était rien comparé à ses yeux :   "Ces yeux profonds les examinaient à présent, lents et solennels, mais très pénétrants. Ils étaient bruns, traversés d'une lueur verte."Voici comment Pippin essaie de les décrire : "on aurait dit qu'il y avait derrière un énorme puits, rempli de siècles de souvenirs et d'une longue, lente et solide réflexion ; mais la surface scintillait du présent : comme le soleil qui miroite sur les feuilles extérieures d'un vaste arbre ou sur les ondulations d'un lac très profond."Sylvebarbe s'exprime lentement. Comme il le dit lui-même sur son endurance, "non, je ne suis pas fatigué. Je ne me fatigue pas facilement. Et je ne m'assieds pas."Sylvebarbe s'est lié très rapidement d'amitié avec Pippin et Merry. Il n'aime pas la rapidité lorsque quelqu'un parle : "Maintenant, racontez-moi votre histoire et sans vous presser ! Dit Sylvebarbe."L'Ent déteste Saroumane : s'il convoque une assemblée d'Ents et que tous se mettent en marche sur l'Isengard, c'est parce que Saroumane a fait abattre beaucoup d'arbres.
On peut difficilement analyser Sylvebarbe, car, même s'il apparaît plusieurs fois, il est un peu impénétrable : son caractère est calme, mais, si on le cherche, il peut se déchaîner.
A la fin de la trilogie, lorsque vient le moment de se séparer, on voit que l'Ent est très attaché à Pippin et Merry : "En dernier lieu, Merry et Pippin firent leurs adieux au vieil Ent qui devint plus gai en les regardant. "Alors mes joyeux amis, dit-il, voulez-vous boire un coup avec moi avant de partir ?
_ Bien sûr répondirent-ils.""
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Re: Le Seigneur des Anneaux (6)
Posté par efw28 le 20/08/2004 07:55:56
a Un Mec : mes autres articles sur le sda ont exactement la meme forme, l'analyse des personnages de l'autre tome est construite de la meme façon, en koi celui-ci est-il mieux ? (question qui pourrait servir à m'améliorer) Pour les paraphrases, j'en suis consciente et désolée d'en faire autant !
a Benjiir : merci ! pour les autres oeuvres de Tolkien, je les met à l'écart c'est vrai, mais il ne faut surtt pas les oublier . Là je suis entrain de lire le livre des contes perdus, je dois avouer qu'il faut s'accrocher, mais c'est beau et bien !
bisous tt le monde !
Re: Le Seigneur des Anneaux (6)
Posté par appelez-moi-jadka le 20/08/2004 07:55:56
je trouve que c'est mieux que tes autres articles
mais tu fais trop de paraphrase
Re: Le Seigneur des Anneaux (6)
Posté par benjiir le 20/08/2004 07:55:56
Après lecture des articles, je tiens à vouloir défendre les autres oeuvres de Tolkien! Le silmarillion et les contes et légendes inachevés sont géniaux!! les autres, pa lu (pour l'instant)!! mais vraiment, je trouve qu'ils valent le coup d'être lus!!!! Et j'en profite à nouveau pour féliciter l'auteur!!! franchement, je suis fan!!! lol
Re: Le Seigneur des Anneaux (6)
Posté par benjiir le 20/08/2004 07:55:56
superbe article!! mai j'ai quand même réussi à trouver une faute:
Théoden ne donne pas Gripoil à Gandalf! en fait, lors de la première venue de Gandalf à Edoras, Théoden lui demande de partir assez rapidement (il ne l'aimait pas trop, comme sarouman le possédait un peu), et gandalf lui dit qu'il lui faudrai un cheval. THéoden lui dit de prendre celui qu'il veut, et donc notre malin Gandalf prend Gripoil, au grand désespoir de THéoden, qui l'aimait beaucoup.
Mais c'est un détail, car cet article est vraiment exellent! Il repose sur des citations du livre (pour une fois que c'est pas le film), et tout est vrai!!! Vraiment bravo, félicitations à l'auteur!!!! Bravo!!!! vraiment, je n'ai pas assez de mots pour te féliciter!!!!!
Re: Le Seigneur des Anneaux (6)
Posté par efw28 le 20/08/2004 07:55:56
non non c pas fini ! il reste encore le résumé du troisième tome, les personnages principaux du troisième tome et l'analyse (si je peux !) de l'oeuvre de tolkien ! donc encore 3 articles !
bisous
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
L'auteur : Lucile Deprez
30 ans, Carcans (France).
Publié le 12 janvier 2004
Modifié le 12 janvier 2004
Lu 3 482 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143