Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Le sort des grands criminels nazis

Dans le tumulte de la débâcle allemande en 1944-1945, les grands criminels nazis furent : arrêtés, jugés, condamnés. Certains se sont suicidés, d'autres ont réussis à s'enfuir. BARBIE ou EICHMANN furent capturés bien des années plus tard. D'autres n'ont jamais été retrouvés.


Klaus BARBIE

Il est mort le 25 septembre 1991 dans sa cellule de la prison de Montluc à Lyon. L'ancien chef de la Gestapo lyonnaise avait été condamné en 1987 à la prison à vie. Le procès de BARBIE devait amener la Cour de cassation à donner une définition précise de la notion de "crime contre l'humanité" au regard de la loi française. L'ancien Obersturmführer SS, qui avait arrêté et "interrogé" Jean MOULIN, fut reconnu coupable notamment de la déportation des enfants juifs de la colonie d'Izieu et de 650 personnes. En 1972, Beate KLARSFELD identifie BARBIE, alias Klaus ALTMANN, négociant installé en Bolivie. BARBIE bénéficiera longtemps de solides protections de la part des services de sécurité boliviens de la CIA pour lesquels il a travaillé après la guerre. Et il faudra attendre plus de dix ans pour que la Bolivie, au lendemain de la chute du régime militaire, livre l'ancien "Boucher de Lyon" à la France. En janvier 1983, Senor ALTAMANN redevient Herr BARBIE. Interpellé à La Paz, il est ramené en France et incarcéré dans la prison où, de 1942 à 1944, les hommes du SIPO-SD avaient commis leurs exactions contre les Juifs.


Gottlob BERGER

Chef du service central des SS. Grand recruteur de la Waffen SS., il est jugé à Nuremberg, condamné à 25 ans de prison et libéré en 1952.


Martin BORMANN

Secrétaire particulier et exécuteur testamentaire d'Adolf HITLER, il n'a jamais été retrouvé, bien qu'il fût l'un des criminels de guerre les plus recherchés. Hypothèse : le 1er mai 1945 il serait parvenu à s'enfuir du bunker où HITLER et Eva BRAUN s'étaient suicidés peu avant la destruction de leur abri. Son corps n'a pu être identifié dans les décombres. La légende de Martin BORMANN était né. Il aurait rejoint l'Argentine à bord d'un sous-marin transportant le fameux "trésor nazi". BORMANN était-il le détenteur des comptes suisses des dignitaires du IIIème Reich ? D'aucuns affirment qu'il fut l'un des organisateurs des filières d'évasion nazis de l'après-guerre via l'Italie du Nord avec l'aide de certains réseaux du Vatican.


Karl BRANDT

Médecin personnel d'HITLER puis général SS responsable de toutes les affaires de santé pour le Reich, il a favorisé les expérimentations sur les déportés des camps. Condamné, il est exécuté en mai 1948.


Kurt DALUEGE

Chef de l'Orpo, la police en uniforme. Remplace HEYDRICH en Bohême-Moravie après l'assassinat de ce dernier. Il est exécuté à Prague en 1946.


John DEMJANJUK

Devenu mécanicien à Cleveland aux Etats-Unis, originaire d'Ukraine. John Ivan DEMJANJUK, surnommé "Ivan le Terrible", est extradé en Israël où il est condamné à mort pour crime contre l'humanité le 25 avril 1988. Il est considéré comme l'un des principaux tortionnaires du camp de Treblinka où 800000 Juifs sont morts dans les chambres à gaz. Coup de théâtre, cinq ans plus tard, la Cour suprême de Jérusalem prononce l'acquittement au bénéficie du doute. La justice israélienne a finalement préféré libérer un possible coupable plutôt que condamner un innocent. Reconnu dans un premier temps par les anciens déportés, il échappe à la peine de mort grâce aux archives du KGB d'où ont été extraits 37 témoignages d'anciens gardes-chiourmes ukrainiens, peu avant leur exécution, affirmé qu'Ivan le Terrible s'appelait en réalité Ivan MARCHENKO. Un individu qui n'a jamais été retrouvé depuis 1944. DEMJANJUK aurait néanmoins été garde-chiourme dans un autre camp celui de Sobibor. En septembre 1993, l'ancien wachman (gardien) est renvoyé aux USA via un avion d'El Al. Pour avoir menti à l'administration américaine sur ses activités pendant la guerre, l'ancien mécano de Cleveland a été déchu de sa nationalité américaine et pourrait être extradé des USA où il réside actuellement sous haute protection. En France l'Association des filles et des fils de déportés juifs de France a porté plainte pour crime contre l'humanité au regard de ses activités à Sobibor.


Karl DÖNITZ

L'amiral DÖNITZ organise la guerre sous-marine contre l'Angleterre jusqu'en 1942. Commandant suprême de la marine de guerre, il est désigné dans le testament d'HITLER comme son successeur. A la mort du Führer, il tente de négocier la paix avec les puissances occidentales contre l'URSS. Signe la capitulation sans condition en mai 1945. Jugé à Nuremberg, il est condamné à dix ans de prison. Il est libéré en 1956.


Adolph EICHMANN

Le 23 mai 1960, à la tribune de la Knesset, le Premier ministre israélien Ben GOURION annonce au monde entier la nouvelle : l'un des plus grands criminels de guerre nazis est dans une prison israélienne en attendant d'être jugé. C'est l'une des opérations les plus spectaculaires du Mossad. A 18000 km de Tel Aviv, le 1er mai 1960, les agents israéliens kidnappent Ricardo KLEMENT, alias EICHMANN à Buenos Aires. Rapatrié dans le plus grands secret en Israël, "le boucher du peuple juif" est jugé et condamné à mort en décembre 1961. Le 31 mai 1962, Adolph EICHMANN le grand technocrate du génocide est pendu puis incinéré. Ses cendres sont dispersées dans les eaux internationales afin qu'elles ne suoillent pas la terre de l'Etat d'Israël.



Hans FRANK

ouverneur de la Pologne à partir de 1939 et grand organisateur de l'extermination des Juifs dans ce pays, il est condamné à mort et exécuté en octobre 1946.



Alter FUNK

Secrétaire d'Etat à la Propagande au côté de GOEBBELS, il succède au Dr SCHACHT à la tête de la Reichsbank et au ministère de l'Economie. Accusé d'avoir favorisé la politique d'agression du III Reich, il est condamné à la prison à vie puis libéré en 1957.



Karl GEBHARDT

Ministre de la Propagande et de l'Information d'HITLER de 1933 à 1945, GOEBBELS réussit à faire de la propagande une véritable technique de guerre. Son influence sur le peuple allemand fut considérable. D'une absolue fidélité à HITLER, il s'empoisonne avec toute sa famille lors de la chute de Berlin.



Hermann GOERING

Maréchal du Reich, chef suprême de la Luftwaffe, maître de l'économie de guerre allemande, il est considéré comme le succeseur potentiel d'HITLER de 1939 à 1945. Réfugié en Bavière en avril 1945, il tente vainement de prendre le pouvoir et est désavoué par HITLER. Arrêté par les Américains, il est condamné à mort à Nuremberg. Il parvient avant son exécution à se suicider dans sa cellule le 15 octobre 1946.


Ernst GRÖWITZ

Président de la Croix-Rouge allemande, il participe aux "expériences" dans les camps. Il se suicide d'une balle de revolver dans la tête lors de la prise de Berlin par les Soviétiques.


Herbert HAGEN

Collaborateur de EICHMANN, puis chef de la section anti-juive u SD, il organisa les rafles à Bordeaux puis à Paris. Condamné en 1955 par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité par un tribunal militaire à Paris, l'ancien officier SS disparaît et refait sa vie en Allemagne comme directeur commercial. Retrouvé par Serge et Beate KLARSFELD, il est condamné, en février 1980, à 12 ans de prison par le tribunal de Cologne qui ordonne son incarcération à la prison de Hamm. (Voir LISCHKA)


Rudolf HESS

Il était le prisonnier le plus cher du monde. Unique détenu de la prison de Spandau concç pour abriter 600 détenus dont les principaux dignitaires nazis. Mort le 19 août 1987 à l'âge de 93 ans. Secrétaire particulier d'HITLER, il est considéré comme son deuxième successeur après GOERING. En 1941, il saute en parachute sur la propriété du duc de HAMILTONmilton en Ecosse. Enfermé à la tour de Londres, il est jugé à Nuremberg et condamné en octobre 1946 à la prison à vie.


Rudolf HÖSS

Commandant du camp d'Auschwitz, il est jugé à Varsovie et pendu à Auschwitz en 1946.


Teinhard HEYDRICH

Même HIMMLER le craignait. Chef de la SIPO (Police criminelle et police politique), chef du RSHA (services de sécurité du Reich) et commissaire général de la Gestapo pour les territoires occupés, "protecteur du Reich" en Bohême et Moravie, il est grièvement blessé par les partisans tchèques et meurt le 4 juin 1942.


Heinrich HIMMLER

hef suprême de la estapo. Il forme avec HESS et GOERING le triumvirat nazi. Chef d'orchestre de la "Solution finale", pourvoyeur des camps de la mort, il devient en juillet 1944 le chef de tous les services de police ddu Reich. Le 23 mai 1945, le Reichsführer SS se suicide dans le camp anglais de Lüneburg.


Fred JODL

Chef du bureau des opérations de l'OKW jusqu'en 1945, il prend une part active dans l'établissement des plans d'invasions de la Wehrmacht. Condamné à mort, il est exécuté en octobre 1946.


Ernst KALTENBRUNNER

uccesseur de HEYDRICH à la direction générale du RSHA, il est condamné à mort par le tribunal international de Nuremberg et pendu dans la nuit du 15 au 16 octobre 1946.


Wilhelm KEITEL

Serviteur aveugle du "Führer", le maréchal KEITEL est à la tête du commandement suprême de l'armée allemande (OKW) avec prérogatives de ministre de la Guerre. Avec l'amiral DÖNITZ, il signe la capitulation du 8 mai 1945. Considéré comme l'un des principaux responsables des crimes de guerre allemands, il est condamné à mort au procès de Nuremberg et exécuté en octobre 1946.


Karl KOCH

Commandant SS du camp de Buchenwald, il est exécuté par les SS pour malversation peu avant la libération du camp.


Heinz LAMMERDING

Son nom est à jamais associé au massacre d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne). Le 10 juin 1944, des SS de la division Das Reich massacrèrent les 642 habitants du village. Le général LAMMERDING commandant de la division a été tenu pour responsable, il est condamné à mort par contumace par un tribunal de Bordeaux. Caché à Wiesbaden sous le nom de BRAUN, il refait surface sous son vrai nom à Dusseldorf, comme entrepreneur. La France a vainement demandé son extradition. Il meurt le 13 janvier 1971, à Bad-Tölz en Bavière.


Kurt LISCHKA

Chef du service des affaires juives pour la Gestapo pour tout le Reich (section IV B), il est envoyé à Paris dès 1940. Il est l'un des principaux responsables de la déportation des 73000 Juifs de France. En 1950, il est condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité par un tribunal militaire français. Mais il disparaît. Il est retrouvé par les époux KLARSFELD qui tenten de le kidnapper. Sans succès. Il fut néanmoins jugé et condamné ainsi que deux autres anciens chef de la Gestapo (HAGEN et HEINRICHSOHN) à Cologne en 1979. Pour la première fois depuis la Libération, trois dignitaires nazis ayant sévi en France étaient jugés par un tribunal allemand.


Josef MENGELE

Médecin SS des camps d'Auschwitz et de Buchenwald, il est surnommé "l'ange de la mort" pour ses pratiques "expérimentales" sur les êtres humains. Après la guerre, il réussit à se cacher en Allemagne. Pendant quatre ans, il travaille chez un pharmacien nazi puis dans une ferme. Il est arrêté à deux reprises par les Américains qui, n'ayant pu établir son identité, le relâchent. Contrairement à tous les SS, MENGELE avait toujours refusé de se faire tatouer son groupe sanguin sous le bras gauche. Réfugié en Argentine, il vit onze ans sous sa véritable identité. Après l'enlèvement d'EICHMANN, il se réfugie au Paraguay. Il serait décédé au Brésil en 1979 à l'âge de 78 ans.


Heinrich MÜLLER

Chef de la Gestapo jusqu'en 1939, il participe à la conférence de Wannsee au cours de laquelle est décidée la "Solution finale". Ce haut dignitaire SS a disparu en 1945.


Karl OBERG

L'interlocuteur de René BOUSQUET secrétaire, général de la police de Vichy. Le numéro 1 des SS en France et son adjoint Helmut KNOCHEN ont été condamné à mort en 1954, gracié par le président de la République René Coty en 1958 et libérés en 1962 par le général DE GAULLE dans la perspective de la signature du traité de coopération franco-allemand de janvier 1963. L'ancien général SS OBERG est aujourd'hui décédé. KNOCHEN après avoir été agent d'assurances est aujourd'hui à la retraite. Il est âgé de 92 ans et vit en Allemagne.


Frantz von PAPEN

Conservateur rallié à HITLER, von PAPEN règne sur la Prusse jusqu'en 1933. HITLER le fait arrêter en 1934 mais le nomme ambassadeur en Autriche un an plus tard où il prépare l'Anschluss. Accusé de crimes de guerre, il est acquitté, puis condamné et finalement libéré en 1949.


Erich PRIEBKE

Ancien capitaine SS, il est accusé d'avoir organisé et personnellement participé aux massacres des fosses Ardeatines à Rome le 24 mars 1944. Après la mort de 32 soldats allemands tués par la Résistance italienne, les SS avaient en représailles exécuté 335 Italiens dont 75 Juifs. Arrêté à la Libération PRIEBKE avait néanmoins réussit à s'enfuir en Argentine. Retrouvé par des journalistes américains en mai 1994, il fait immédiatement l'objet d'une demande d'extradition de la part de l'Italie. L'ancien SS ne s'était jamais vraiment caché, vivant sous sa réelle identité, il s'était rendu à plusieurs reprises aux Etats-Unis et en Europe. Arrêté par les policiers argentins dans une station touristique non loin de Bariloche (Patagonie) où il menait une vie de notable, il a été extradé en Italie le 21 novembre 1995. Actuellement, il est incarcéré à vie dans une prison de Rome.


Joachim RIBBENTROP

Signataire du pacte germano-soviétique de 1939, considéré comme l'un des responsables de la Seconde Guerre mondiale, il est condamné à mort au procès de Nuremberg et exécuté en octobre 1946.


Alfred ROSENBERG

Idéologue et théoricien du racisme nazi, auteur du Mythe du XXème siècle ministre du Reich, organisateur des déportations des Juifs et de la germanisation dans les territoires occupés, il est condamné à mort et exécuté en octobre 1946.


Fritz SAUCKEL

Gauleiter de Thuringe il devient, en 1942, chargé de la direction, en Allemagne, de la main-d'oeuvre réquisitionnée dans les pays occupés. Condamné à mort, il est exécuté en octobre 1946.


Hjalmar SCHACHT

Président de la Reichsbank puis ministre de l'Economie en 1939, il reste ministre sans portefeuille jusqu'en 1943. En opposition avec le régime, il est interné dans un camp en juin 1944. Acquitté, rejugé, il est définitivement acquitté en 1948.


Baldur von SCHIRACH

Chef des Jeunesses hitlériennes, puis Gauleiter de Vienne. Il réussira à s'enfuir en 1945 pour finalement se constituer prisonnier. Il est condamné à 20 ans de prison et libéré en 1966.


Josef SCHWAMMBERGER

Cet ancien officier SS fut le premier ancien criminel de guerre extradé d'Argentine en 1990 après dix-sept ans de négociations. Jugé par un tribunal de Stuttgart en 1990, il est accusé du meurtre de 45 Juifs et de complicité d'assassinat pour 3000 autres dans trois camps de concentration en Pologne. Agé de 83 ans, il est actuellement détenu en Allemagne.


Albert SPEER

Ministre de l'Armement après la mort de TODT et grand architecte du IIIème Reich, réalisateur des grandes parades nazis, il est condamné à 20 ans de prison et libéré en 1966.


Julius STREICHER

Antisémite fanatique, il inspira les lois de Nuremberg de 1935. Condamné à mort, il est exécuté en octobre 1946.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Re: le sort des grands criminels nazis
Posté par rosswell93 le 20/08/2004 07:54:05
¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Modifié le 30/10/2004 22:59:03
Re: le sort des grands criminels nazis
Posté par rosswell93 le 20/08/2004 07:54:05
¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Modifié le 30/10/2004 22:58:51
Re: Le sort des grands criminels nazis
Posté par lysou38 le 20/08/2004 07:54:05
excellent article ! ! !
(comme tous tes autres, d'ailleurs !)
Re: Le sort des grands criminels nazis
Posté par sanada le 20/08/2004 07:54:05
Yen a que l'histoire interesse et qui n'ont rien d'autre à faire que nous la raconter ;-)
Continue !!!
Re: Le sort des grands criminels nazis
Posté par kant1 le 20/08/2004 07:54:05
Pour Hitler, je pense qu'il s'est réellement suicidé dans son blockhaus avec Eva Braun et Goebbels. Dommage que çà leur ait permis d'échapper à la justice.
En tout cas, ce qui est bizarre c'est que bien qu'étant fermement opposé à la peine de mort, je n'arrive pas à me dire que c'est dommage pour ces salopards. Personellement, je ne les aurait pas condamné à mort, mais à la prison à vie pour leur laisser tout le temps de méditer aux conséquences de leurs actes. Enfin bon, je ne peux quand même pas m'empêcher de penser qu'ils ont eu ce qu'ils méritaient. Dur.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Publié le 31 décembre 2003
Modifié le 31 décembre 2003
Lu 30 242 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲