FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Les dieux Egyptiens : Isis

Vu que l'article sur Horus vous a plu, j'ai choisi d'en faire un sur Isis, la grande déesse !


Nom Egyptien : Aset. Vous pouvez constater que plusieurs graphies existent pour le nom de la déesse. On traduit généralement le nom de la déesse par "siège".


Iconographie : L'aspect le plus fréquent de la déesse est celui d'une femme, debout ou sur un trône, qui porte le symbole de nom sur la tête (le trône). Elle est vêtu d'un robe archaïque et porte les bijoux habituels des déesses. Sa tête peu également être ornée d'un perruque khaÿt, dans son rôle de pleureuse. A partir du Nouvel Empire, elle peut porter des cornes liriformes ensserant le disque solaire, ensemble quelque fois fiché dans un tour de tête d'uraei dressés. Au Nouvel Empire, elle arbore parfois une dépouille de vautour comme couvre-chef. Elle est parfois munie d'ailes qui doublent ses bras. Debout, ailée ou nom, elle se tient près d'Osiris dans une attitude protectrice. Assise ou accroupie, elle est souvent figurée allaitant Horus, tout comme Hathor.

Isis peut prendre également diverses formes animales ou mi-animales : elle est tout à tour vache ou femme à tête de vache, scorpion, hippopotame femelle, lionne (par assimilation aux déesses Sekhmet et Ouadjet). Elle peut également emprunter l'aspect du serpent à Ouadjet. Dans le cylce osirien, Isis se tranforme en oiselle (faucon ou milan ?). En association avec Min de Coptos, elle est appelée "truie blanche". En outre, Isis peut être une déesse de l'arbre (sycomore généralement) ou l'arbre tout court.

Isis, sous forme de femme à tête de vache, fait une libation en l'honneur de d'Osiris, représenté sous la forme d'un faucon qui se lève des plantes poussant dans le lac sacré.







Isis accroupie









Isis portant une dépouille de vautour, l'ankh et le spectre was










Isis sous la forme d'un milan, ressucitant Osiris






Isis sous la forme d'un arbre allaite Thoutmôsis III









Culte et origine : Il faudra attendre la XIIIème dynastie pour que soient construits les premiers temples dédiés à Isis. Jusqu'à cette date, Isis ne possèdait pas ses propres temples, mais étaient vénérées dans des temples consacrées à d'autres divinités.
La plus ancienne mention d'un lieu de culte d'Isis se trouve dans les Textes des Pyramides, selon lesquels la déesse aurait son sanctuaire principal à Netcherou, dans le 12ème nome de Basse-Egypte, probablement l'actuel Behbet el-Haggar, non loin de Busiris. Behbet el-Haggar était son lieu de culte principal au Moyen-Empireet Nectanebo II y construisit un temple dédié à son culte, l'Iseum.
Dans le 13ème nome de Basse-Egypte, elle était associée à Bâstet. Isis jouait un rôle important à Héliopolis et faisait partie de l'Ennéade du système religieux de la ville. Dans le 1er nome de Basse-Egypte, à Memphis, Isis disposait depuis l'Ancien Empire d'un lieu de culte. Au Nouvel Empire (durant la XXième dynastie plus précisément), sur le plateau de Gizeh, un temple fut également consacré à "Isis, Maîtresse de la Pyramide" ; son culte à Gizeh perdura jusqu'à la Période Ptolémaïque.


Description : Isis, peut-être à l'origine une incarnation du trône, est l'une des déesses les plus importantes du panthéon égyptien. Originellement déesse du ciel, elle devint la déesse par exellence : on se réfère a elle comme "Netheret" et on l'appelle "Grande de divinité".

Elle est déjà présente dans les Textes des Pyramides, où on l'associe à Osiris, bien qu'à aucun moment on ne spécifie sa qualité d'épouse de façon explicite. Cependant, elle figure clairement comme mère d'Horus.

Elle représente aussi la fidélité conjugale et la maternité, et se présente sous une figure plus humaine que les autres déesses. Elle est à la fois l'épouse affectueuse et pleine de sollicitude, l'admirable compagne d'Osiris qui sut le seconder, la veuve endeuillée, la mère divine, la nourrice, la persécutée qui doit perpétuer le culte de son époux vaincu par le mal, cacher et défendre son enfant de ses ennemis avant qu'il ne devienne adulte et enfin la combattante qui fait obtenir l'héritage paternel à son fils.
Elle est considéré comme celle qui a institué le mariage. C'est la veuve à jamais inconsolable : bien que déesse elle ne peut pas pénétrer dans l'Au-delà pour revoir son époux Osiris, d'où son eternelle solitude. Epouse fidèle même au-delà de la mort, c'est la contrepartie d'Hathor, dame de l'amour, déesse de la fécondité et de la féminité. C'est une déesse protectrice et secourable, même à l'égard de son frère Seth.

Elle personnifie la magie et est appelée "La Grande Magicienne". En effet, pour répondre à toutes ces fonctions, elle a besoin de la ruse et de la magie. C'est la magicienne par excellence, capable de repousser la maladie et de rendre vie (à Osiris notamment). Elle est d'ailleurs invoquée pour soulager les piqûres et morsures des serpents et des araignées. Mais elle n'hésite non plus pas à soumettre ses victimes - notamment Râ - à des contraintes douloureuses afin d'assouvir ses ambitions visant le pouvoir absolu. Elle est capable aussi de provoquer la mort. Ces deux faces de son caractère font d'elle une personnalité exeptionnelle.
Aucun sortilège n'est étranger à Isis : elle manie les enchantements. Sa garde personnelle est composée de sept scorpions dont les noms sont : Befen, Maatet, Mestet, Mestetef, Petet, et Thetet, qui l'aidèrent à protéger Horus.

Elle devient déesse des morts et protectrice de la vie dans l'au-delà avec Nepthys (dont elle était l'opposée, dans un concept dualiste). Isis est la principales déesse invoquée dans les rites funéraires.
Dans le Le livre des morts thèbain, le chapitre CLVI permet aux défunt d'obtenir une partie de la puissance magique de la déesse :

Ô Isis
Que ton sang agisse
Que ton rayonnement agisse !
Protège, ô déesse, ce puissant esprit
Et garde le à l'écart des démons
Qui lui inspirent horreur et dégoût !

Le chapitre était prévu pour être récité au-dessus d'une bouble de cornaline, trempée dans l'eau des fleurs ankham et incrustée dans une tablette de bois de sycomore. Elle était placée au cou des défunts

Isis et Nephtys, les deux pleureuses, les deux milanns font bénéficier le défunt, dans la tente d'embaumement, de la préparation rituelle de son corps par Anubis qui fait de lui un Osiris. Mais les pouvoirs de la "Grande Magicienne" ne s'arrêtent pas là : elle guide le mort, "son enfant" vers le début d'un nouveau cycle lumineux et devient vache celeste, "la grande barque nechemet (barque d'Osiris) ", véhiculant le mort, le nouveau soleil afin qu'il se lève à l'horizon. Elle est donc aussi la déesse des naissances, nourrice divine du roi avec d'autres déesses : c'est l'Isis allaitant, prototype de la Vierge à l'enfant. Detenant ainsi la maîtrise de la vie et de la mort, elle devient elle-même déesse du destin. Elle déclare elle-même dans certains textes religieux "Je suis celle à qui le destin obéit".

Avec les déesses Nephtys, Neith et Selkis, elle protèges les vases canopes. Isis est la gardienne du vase à tête d'homme (Amset) qui contient le foie.

Elle habitait l'etoile Sirius (Sothis) de la constellation d'Orion (associée à Osiris). Sirius était considérablement aimée car elle marquait le début d'une nouvelle année et annonçait le début de l'inondation.

Elle incarne également la fertilité agraire et veille sur le foyer ; elle protège la fonction royale et assure l'équilibre de l'univers. Mère-épouse, Isis se rapproche du roi, Horus incarné, et de la royauté en général, donc aussi des déesses tutélaires des couronnes, Nekhbet et Ouadjet. A partir de la XIXème dynastie, les propriétés universelles d'Isis apparaissent de plus en plus au premier plan.

A l'Epoque Ptolémaïque, Isis Pharia devient la protectrice des marins et la gardienne du port d'Alexandrie. Son attribut sont alors le timon, l'ancre ou le gouvernail. Sa statue monumentale a été retrouvée dans la mer d'Alexandrie, non loin du célèbre phare.


Relation familiale : Isis est la fille de Nout et de Geb, épouse et soeur d'Osiris, soeur et belle soeur de Seth et Nephtys ; mère, soeur et épouse de différentes formes d'Horus. Elle appartient à l'Ennéade d'Héliopolis et elle est née le 4ème jour épagomènes. Elle forme évidemment une triade avec Osiris et son fils Horus, triade assez modulable, étant donné les différentes et nombreuses formes horiennes et isiaques.
Isis est à la fois mère et épouse de Râ et tient un rôle analogue auprès d'Amon et Min, dieux qualifiés de Kamoutef. Cet épithète signifiant "Taureau de sa mère", est une image assez crue pour définir la fonction de démiurge de ces dieux.


Assimilations : Il est impossible de définir toutes les fonctions de cette déesse, puisqu'elle possède les pouvoirs de déesses de l'eau, de la terre, de la récolte, des étoiles... En réalité, elle a emprunté les attributs de toutes les déesses principales d'Egypte, surtout de plusieurs déesses-vaches.

Ainsi à partir du Nouvel Empire, elle apparaît comme Hathor, avec les cornes liriformes enserrant le disque solaire, comme une femme à tête de vache ou une vache. Elle emprunte à cette déesse le rôle de mère d'Horus et elle devient comme elle patronne de la musique.
Elle peut être aussi assimilée à Sothis dans ses fonctions cosmiques, mais aussi en tant que déesse de l'inondation.
Elle peut être associée à Tefnout la déesse Lointaine, à Sekhmet ou à Bastet, apparaître avec une tête de lion et prendre part au mythe de la Lointaine.


Mythes : Isis prend part à de nombreuses légendes.

On peut évoquer la célèbre histoire, selon laquelle, elle voulut voler le nom secret de Râ pour devenir encore plus puissante. Elle créa un serpent venimeux qui mordit le dieu-soleil. Isis n'accepta de le soigner qu'en échange de son nom secret.

La "Mère du dieu" est aussi la patronne du 4ème jour épagomène, jour de sa naissance. Cela la rattache au cycle héliopolitain et au calendrier.

"Maîtresse de la Nubie", Isis-Hathor-Tefnout (vache, serpent et lionne) revient en Egypte avec l'inondation, point de départ de l'an nouveau et dont le début est marqué par le lever héliaque de Sirius. Ainsi ramène t-elle en TAN qu'Isis-Sothis, le liquide vital à la "Terre Aimée".

Mais c'est bien évidemment le cycle Osirien le principal mythe qui montre Isis en action. Ce mythe nous est connu dans un récit de Plutarque. Premier enfant de Geb et de Nout, Osiris épouse sa sœur Isis et reçoit de son père la terre d'Égypte alors que son frère Seth hérite des étendues désertiques. Seth, jaloux le tue et enferme son corps dans un coffre qu'il jette dans le Nil.
La suite donne lieu a donné lieu à plusieurs versions. Dans l'une d'elle le coffre échoue contre un arbre. Après de nombreuses péripéties, Isis qui le cherchait le retrouve.
Selon une autre version, le corps d'Osiris, coupé en morceaux est jeté dans le Nil. L'épisode du démembrement à une origine plus tardive et a permis de concilier toutes les cités qui se targuaient de posséder la tombe d'Osiris : ainsi à Philae, se trouvait une jambe du dieu, tandis que l'île située en face, Biggeh, abritait le tombeau d'Osiris, l'épaule gauche se trouvait à Letopolis, à Busiris était enterré sa colonne vertébrale, et à Abydos, le site le plus important, se trouvait sa tête.
Isis rassemble les morceaux du corps du dieu et lui redonne la vie en agitant ses ailes ; elle en conçoit alors un fils, Horus, qu'elle éleve dans les marais du Delta. Un épisode raconte qu'elle le sauva d'une piqure de scorpion.
Anubis assure la conversation du corps d'Osiris par la momification et le fait ainsi renaître dans le royaume des morts, dont il devient le souverain. Horus succèdera à son père.


Liens : Vous retrouverez cet article sur mon site (donc ne dîtes pas que je l'ai plagié). J'ai pris du temps à l'écrire et il est la synthèse de recherches (je ne l'ai pas copié bêtement d'un manuel). Sur mon site, il est un peu plus complet, car ici j'ai juste voulu donner l'essentiel sur cette déesse.

Voici l'article sur internet : http://membres.lycos.fr/nebetbastet/isis.htm

Voici l'adresse de mon site, consacré à la religion egyptienne et où il y a plus de 400 dieux repertoriés : http://www.nebetbastet.net


Livre : Il y a deux livres sur la mythologie egyptienne, très biens, que je vous conseille :
Dictionnaire illustré des dieux de l'Egypte de Ruth SCHUMANN ANTELME et de Stéphane ROSSINIE.
Nouveau dictionnaire de Mythologie Egyptienne d'Isabelle FRANCO
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Re: Les dieux Egyptiens : Isis
Posté par nebetbastet le 28/11/2004 10:42:49
PTDR, je me disais bien que ca devait pas être une vraie déesse
Re: Les dieux Egyptiens : Isis
Posté par epeire le 27/11/2004 19:56:03
Dites plutôt qu'il faudrait lâcher un peu "la reine des damnés" et Lestat le Vampire ptdr Akasha et Enkil sont des inventions d'Anne Rice allons !
Re: Les dieux Egyptiens : Isis
Posté par dark angel le 03/10/2004 17:38:07
J'ai lu que c'était une reine qui est devenue déesse en Egypte il y a 6000ans. Ensuite son mari Enkil devint lui aussi un dieu. Certains les appelaient Isis et Osiris. Je pense que tu connais leur histoire.
Re: Les dieux Egyptiens : Isis
Posté par nebetbastet le 03/10/2004 09:29:41
C'est qui Akasha ? Ce n'est pas une déesse egyptienne, je pense ??
Re: Les dieux Egyptiens : Isis
Posté par dark angel le 03/10/2004 04:22:53
J'ai lu quelque part que la déesse ISI ne fait qu'une seule avec Akasha la reine des Damnés
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Publié le 25 septembre 2004
Modifié le 01 septembre 2004
Lu 9 713 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143