Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Les jeunes d'aujourd'hui transformeront-ils la société actuelle ?

À en juger des articles de France-Jeunes sur le Monde, je commence à croire que les jeunes d'aujourd'hui se posent de sérieuses questions sur les valeurs de la société moderne. Est-ce un sentiment profond ou une simple mode ?


Les jeunes d'aujourd'hui transformeront-ils la société actuelle ?

À en juger des articles de France-Jeunes sur le Monde, je commence à croire que les jeunes d'aujourd'hui se posent de sérieuses questions sur les valeurs de la société moderne. Est-ce un sentiment profond ou une simple mode.

On dit que les jeunes sont l'avenir da la planète. C'est vrai si l'on y va par la logique que nous serons ceux qui formerons le monde de demain par nos votes et notre façon de vivre.

N'avez-vous pas remarqué comme moi que la majorité des articles du journal Internet ont comme thème les politiques internationales et commerciales des grands de ce monde. Ce qui me chicote et me fait peur, c'est que certains se laissent emporter par un faux sentiment nationaliste anti-américain. Bon, je vois déjà ceux qui me brandissent mes 3 articles questionnant sérieusement les Etats-Unis. Tapez Simon-Pierre Landry et vous verrez que je ne suis pas toujours allé de main morte contre les Ricains (c'est comme ça que vous les appelez sur votre continent je crois) ! Seulement, est-ce normal que le sujet soit si profondément discuté. Tous ces jeunes, instruits et ayant leurs propres idées reniant certaines des valeurs de leurs parents au profit d'idées environnementales et plus ou moins libérales (au sens politique et non économique).

C'est bien beau de sortir des beaux slogans (ça me fait penser à la chanson des Cowboys Fringants), il n'en reste pas moins que tout ça me fait penser aux années 60. Ces jeunes qui du jour au lendemain, sont passé du "Peace and Love'" à une société plus que jamais consommatrice.

J'espère que ces articles représentent la majorité des adolescents car ceux-ci sont fondés sur des preuves tangibles et non pas sur des valeurs insensées (enfin la majorité d'entre eux). Preuve que les jeunes d'aujourd'hui, par l'accès à l'information, sont capable de se faire une opinion intéressante.
Il faut cependant faire attention de ne pas tomber dans une folie idéologique, ce qui nous placerait au même niveau qu'Al Quaîda.


Simon-Pierre Landry

P-S Lorsque je remet en cause certaines idées, c'est simplement pour ouvrir le dialogue et non pour provoquer.
Allez, sautez sur vos clavier et répondez !!!
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Re: Les jeunes d'aujourd'hui transformeront-ils la société actuelle ?
Posté par assp le 20/08/2004 07:49:15
C'est important que tu te cultive et te développe une opinion même à 15 ans !!! Il ne te reste que 3 ans et ton vote vaudra autant que celui qui est professeur en politique dans la plus grande université !!!
Re: Les jeunes d'aujourd'hui transformeront-ils la société actuelle ?
Posté par gwadacapps le 20/08/2004 07:49:15
Ca vous dit pas d'aller en parler sur mon débat sur la guerre en Irak (Rubrique Débats)
Depuis le temps que je galére à trouver des gens qui débattent intelligement sans parler de conneries.
Re: Les jeunes d'aujourd'hui transformeront-ils la société actuelle ?
Posté par dany dool le 20/08/2004 07:49:15
L'inventaire musclé de Powell

Les Américains séduits

L'inventaire musclé de Colin Powell

« Des indices, mais pas de preuves »

Etes-vous convaincu par les « preuves » de Colin Powell ? (*)

Tension à l'ONU

Ils ont dit

Les notes secrètes qui accusent l'affréteur du « Prestige »

Mikhaïl Friedman, sulfureux homme d'affaires

Crise irakienne La France ne veut pas se couper des Américains
Dans son intervention hier à l'Onu, le Secrétaire d'Etat américain Colin Powell n'a pas apporté contre l'Irak «la» preuve décisive, mais il a frappé les esprits. D'ailleurs, la France, si Bagdad ne fait pas vite des gestes, n'exclut plus aucune hypothèse.





Depuis hier, le doute n'est plus permis: sauf si Saddam Hussein, in extremis, met genou à terre, il y aura une seconde guerre du Golfe. Et cette fois, à la différence de 1991, les Américains iront jusqu'à Bagdad. L'intervention du Secrétaire d'Etat Colin Powell a levé, en effet, les dernières ambiguïtés. Convaincus que l'Irak leur ment, se moque du monde, détient des armes destructrices et soutient même les terroristes d'al-Qaïda, les Etats-Unis ont fait comprendre, par sa voix, qu'ils étaient prêts à attendre un tout petit peu, mais que l'heure de vérité allait sonner. Powell à New-York, devant le Conseil de sécurité: on s'en souviendra. L'orateur aura cogné sans hausser le ton, entrecoupant son propos de photos prises par satellites et même, fait encore plus extraordinaire, d'extraits sonores de conversations entre officiers irakiens piratées par la CIA. Ni fioritures ni idéologie: des faits, juste des faits (ou présentés comme tels).

A l'arrivée, bien des sceptiques sont apparus ébranlés. Sans doute le secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, fidèle à son rôle, a-t-il lancé à la sortie: «La guerre n'est pas inévitable». Mais, autour de lui, l'atmosphère avait changé. Même si Powell n'a pas apporté «la» preuve fatale, même s'il a, par moments, paru en faire beaucoup. Car tous ont compris qu'ils allaient devoir choisir: ou se ranger derrière l'hyper-puissance, ou prendre le risque de l'isolement.

C'est la France, bien sûr, que tout le monde, après Powell, a guettée. En apparence, le ministre des affaires étrangères, Dominique de Villepin, ne s'est pas écarté de sa partition des dernières semaines: la guerre ne saurait être qu'un ultime recours; priorité aux inspecteurs de l'Onu, dont les moyens d'action doivent être cependant renforçés; l'Irak doit absolument faire des gestes concrêts (en acceptant, par exemple, des entretiens sans témoins avec les scientifiques de son pays). Pour le reste, c'est à la communauté internationale, et à elle seule, d'avoir le dernier mot. Mais, en fait, le ton a changé: il n'est plus question de «droit de veto»; la France ne récuse pas les documents américains; elle admet que bien de questions posées par Colin Powell sont fondées.

Villepin va plus loin: il accorde une dizaine de jours seulement aux Irakiens (jusqu'au prochain rapport des inspecteurs prévu le 14) pour qu'ils montrent ce qu'ils cachent. Alors que le porte-avions Charles-de-Gaulle a quitté Toulon mardi (en principe pour de simples manoeuvres franco-américaines), le patron du quai d'Orsay annonce que Paris est disposé à déployer des Mirage IV au-desssus du territoire irakien. Plus frappant: il n'exclut plus le recours à la force. Et comme, chez les diplomates, les propos de couloirs ne sont jamais indifférents, beaucoup retiendront ce qu'il a glissé en quittant le siège de l'Onu: «Nous sommes les amis des Américains. Nous avons été amis et nous serons amis, quoiqu'il arrive». Traduction: à l'heure de vérité, Paris ne se dérobera pas. Reste pour Chirac, qui avait porté très loin le discours anti-guerre, à gérer demain, si tout bascule, une opinion qui ne veut pas de la guerre, n'en voit pas les motifs, et n'est guère impressionnée par Powell, ses photos et ses cassettes.


Dominique de Montvalon et Henri Vernet
Le Parisien , jeudi 06 février 2003
Re: Les jeunes d'aujourd'hui transformeront-ils la société actuelle ?
Posté par assp le 20/08/2004 07:49:15
À DENZEL JE RÉPONDS: Je ne veux pas tomber dans des insultes sans fondements. Mais stp, tu représente pour moi le genre de type qui s'informe dans les tv hebdo sur ce qui est à la mode. Pour les gens comme toi, rien n'est gris, tout est noir ou blanc. Stp, use un peu de bon sens. Tu ne peux pas crier après les américains comme ça, moi tout ce que je dis c'est que nous nous devons de nous forger une opinion constructive basée sur des faits, et non pas sur des modes anti-américanisme. Les français ont fournis des armes au moyen Orient autant que les États-Unis, ça tu le savais ? et en plus ils ont le culot de se cacher derière le ``Peace and love everyone``, les pires dans cette histoire, ce sont le gouvernement français et je ne leur donne pas longtemps pour qu'ils s'assoient sur le derière en regardant les autres se battres comme des barbares. Les deux veulent arriver à leurs fins, mais certains autrement que d'autre. La france, pays de la démocratie ?
Re: Les jeunes d'aujourd'hui transformeront-ils la société actuelle ?
Posté par denzel le 20/08/2004 07:49:15
Contrairement a la plupart des personnes ici, je ne trouve pas ton article très bon, sans vouloir t'offenser. Car dans le fond, que dit-il, ton article? Qu'il ne faut rien dire? Qu'il faut par exemple, laisser les Etats-Unis massacrer nos frères, nos soeurs tous les jours, avec comme prétexte de rétablir la paix, la démocratie? Mais qui a mis Pinochet au pouvoir? (les Etats-Unis)Qui martyrise la population Coréenne, rien que parce que les Coréens ne sont pas d'accord avec le système politique américain? N'est-ce pas de la dictature ça, aller agresser les pays qui ne sont pas d'accord avec le système Américains? Qui fournit les Israéliens pour massacrer la population paestienne? Encore et toujours les Américains.
Je ne pense pas que ce soit seulement une mode, mais un appel, oui mes frères et mes soeurs, le temps est venu de dire "non" a l'hégémonie américaine. Que l'on soit blanc, jane, brun ou noir; catholique, musulmans, orthodoxes ou autres, il faut s'unir et aller se battre contre la société impérialiste et barbare américaine.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (7)
Publié le 03 février 2003
Modifié le 03 février 2003
Lu 3 731 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲