Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Les orphelins derrière les barbelés

Ceux qui vivent là où rien ne vie librement, ceux qui ne voit que le désert d'un côté, les barbelés de l'autre, ceux qui meurent pour que la Palestine soit écouté


Mohamed savait qu'il n'avait pas le choix.
Il l'avait su peut être au moment où sa mère est morte et où son père le lui avait dit. Ou peut être quand son cousin lui avait expliquer que dans les territoires occupés, comme les investissements étaient très limités, ils ne pouvaient y avoir de développement. Peut être l'avait-il su quand il a vu son père mourir de faim et de la maladie, ou quand son cousin avait décider de franchir la ligne pour faire parler au prix de sa vie du "peuple-de-derrière-les-barbelés".
Peu importait, mais à un moment précis, même s'il ne savait plus très bien lequel, il avait comprit le poids d'une vie humaine : aucun.
Une vie est un nombre, un nombre de tué, de blessé. Et c'était d'ailleurs ce que Aziz lui avait dit quand il l'avait invité à entrer dans le FLNP. Le but n'était pas de tuer des israéliens. Le but était de faire parler de ces israéliens. Si Allah leur avait donné leur vie sur cette terre en particulier, c'était pour se sacrifier afin que ceux qui viennent après aient leur propre terre.
Bien qu'on avait essayé de l'endoctriner avec ces inepties sur Allah et le Coran, Mohamed était une forte tête, et il avait pu échapper au lavage de cerveau qu'on leur faisait subir. Il savait pourquoi il mourrait.
Quand Mohammed regardait le sable, derrière le ghetto, il se sentait libre. Il n'y avait rien, ni Israéliens, ni Palestiniens, rien que le sable et le ciel bien tranquille au-dessus. Quand il regardait derrière lui sa maison, il voyait une espèce de bâtiment préfabriqué d'où son père l'appelait "Mohammed, à table". Il voyait son frère, couvert de cicatrice après une manifestation. Il s'était fait martyr l'an dernier. Il voyait son père pleurer sans cesse sa femme, sa fille morte jeune et son fils. Au fond, peut être que Mohammed lui en voulait un peu de toujours se tourner vers les morts.
Quand son père est mort à son tour, c'est Mahmoud, le voisin, qui l'a hébergé. Mahmoud était un homme très pieux. Il lui avait appris le bonheur qui réside dans le simple fait de vivre, le but que poursuivait Allah. Il l'avait amené à La Mecque l'an dernier. S'il y avait un Allah, là-bas dans le ciel, alors au moins, il aurait fait ça.
Non, ce que voulait Mohammed, ce n'était pas accomplir un devoir religieux d'aucune sorte, ni faire un massacre, ou en finir avec une vie qui ne lui avait rien donné. Il voulait qu'on voie un massacre à la télévision. Il n'aimait pas le sang, mais il voulait que tout le monde le voie.
C'était inhumain, de vouloir tuer pour faire du spectacle, ça il le savait, mais il ne voyait pas d'autre chose que lui-même pouvait faire. Il n'avait aucun espoir de vivre une vie dans la dignité et la richesse à l'occidental, cela lui aurait plu, mais pour les orphelins, il n'y a que la mort.
Inch'Allah. Le voici lancé dans un centre commercial israélien. Il y avait des gens partout. Ils avaient tous l'air heureux. Les vieux, les enfants avec leurs parents, ceux qu'il n'avait jamais eu, les couples qui marchaient enlacés et insouciants alors que lui n'avait rien eu de sa vie. Quand il appuya sur le détonateur, il savait que rien de tout cela n'existait. Seul le martyr répond à l'ignorance. Quand il sentit son corps exploser, son tronc se séparer du reste, ses bras de chaque côté, puis la tête du cou, sa dernière pensée se tournait vers son frère, qui lui disait : "Mohammed, mais tu feras toujours les mêmes conneries que moi ?!"
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (59)
Re: Les orphelins derrière les barbelés
Posté par amélie poulain le 10/09/2004 01:19:30
Je me sui bcp plus amusé a lire les comms ka lire le texte de bob qui est, il faut l'avoué, assé mal écri.
La preuve ke ce texte est plutot médiocre: personne n'en parle réellement.Je pense, bob, ke ce n'est pa de la faute des lecteurs s'il ne ressort de ton texte aucun réel débat, tu devrais te demander si ce n'est pas plutôt à cause de ton texte peu approfondi.Car, sans parler des fautes d'orthographe, cela est en effet compréhensible quand on écri rapidement par ordinateur,tu caricatures tellement tes personnages qu'ils nous paraissent vraiment iréels et qu'aucune émotion(à part de l'ennui!)n'en ressortent.
Enfin, je trouve qu'il n'est quand mê pas aussi pitoyable que ton texte sur le gars de 18 ans ki n'a jamais entendu parlé de shit de sa vie!
Re: Les orphelins derrière les barbelés
Posté par utopist le 20/08/2004 07:56:41
boah... ca les occupe...
Re: Les orphelins derrière les barbelés
Posté par lady greenleaf le 20/08/2004 07:56:41
hihihi

;)
Re: Les orphelins derrière les barbelés
Posté par bob razowsly le 20/08/2004 07:56:41
Ah, parce qu'en plus, il faudrait mettre des didascalis? un truc écrit sur le ton de la lassitude, le cerveau que meuble le vide intersidéral compris entre tes deux oreilles le comprend comme de l'énervement. Bon:
(Lassitude) Tu me les casses, j'y peux rien si tu t'emmerde tellement que tout ce qui tu trouves à faire c'est insulter les gens. Penses ce que tu veux, mais arrêtes d'emmerder le mond avec tes saloperies.
(Franchise) Par contre, je suis profondément peiné par la tare dont la nature t'a affublé, et je suis désolé pour toi, sincèrement. Il doit être dur de vivre avec deux de QI dans un monde ou la moyenne est de 100.
(A part) bah, au moins, on sait maintenant qu'on peut vivre en n'ayant qu'un QI d'huitre.
(Franchise et fermeté) Je t'ai proposé une solution, selon moi, elle fonctionne, il ne s'agit pas d'une excuse, mais d'une possibilité pour vérifier la véracité de mes dires. Je ne m'excuserai pas et ne m'excuserai jamais, en tout cas pas quand je n'estime pas avoir commis un tort. Je ne m'énerve pas, je ne m'énerve plus depuis longtemps, c'est une réaction que je te laisse parce que je sais qu'elle est réservée au tafiole. Je ne me défile absolument pas, mes propos ne sont pas menaçant, mais il s'agit d'une invitation: fais toi un petit séjour à Nice, profites de tes derniers instants de vie, et ensuite, je te mettrai à mort. Tout simplement.
Re: Les orphelins derrière les barbelés
Posté par bob razowsly le 20/08/2004 07:56:41
Bon, ça y est, tu m'as saoulé.
1) Je t'emmerde, si t'es pas content, t'as qu'à voir ailleurs si j'y suis.
2) Je te répète pour la n-ème fois que je n'attend qu'une chose c'est d'écraser ta sale gueule de minable quand un beau jour tu finiras par te pointer. Juste pour te montrer à quel point je suis lâche.
3) Je te répète qu'à Ivana, je lui ai rien demandé, son coup foireux, il la fait tout seul. Maintenant, je t'ai expliqué comment ça pouvait se vérifier, mais visiblement, ct trop compliqué pour toi.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (59)
Publié le 14 juin 2004
Modifié le 14 juin 2004
Lu 1 098 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲