FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Les piranhas en aquarium

Ce texte va expliquer comment garder des piranhas en captivité...


En aquarium, les plupart des piranhas adultes ont une activité diurne très limité. Comme la plupart des grands prédateurs d'eau
douce, ils restent stationnaires durant de très longues périodes, attendant le passage d'une proie. A la nuit tombée si la faim se fait sentir, ils
vont se mettre en chasse ce qui se traduit dans nos bacs par une ronde incessante loin des regards. Un bac de piranhas est donc bien particulier
et peu animé, il faut donc être véritablement passionné pour en acquérir.

Les piranhas se vendent essentiellement grâce à un mythe stupide mais qui perdure, à savoir qu'ils seraient d'horribles monstres déchiquetant
tout ce qui est introduit dans le bac, y compris leurs semblables. Ceci est faux. Les piranhas sont des poissons nerveux et craintifs bien loin du
monstre imaginé, qui vont s'affoler parfois pour un rien (un passage devant l'aquarium, une porte qui claque, etc.).

De nombreuses personnes ayant tentées la maintenance de ce poisson se dégouttent alors et pensent que ce comportement est dû la captivité,
à un manque d'espace ou à un banc trop petit. En se renseignant auprès de personnes fréquentant les piranhas au quotidien dans leur milieu
naturel, on s'aperçoit que ce comportement est identique dans la nature. Ce poisson qui est souvent présenté comme un dangereux prédateur
agressant les humains n'est en fait qu'un "trouillard" qui ne fera pas le fier si vous introduisez votre main dans l'aquarium, pour la majorité
d'entre eux tout du moins car certains spécimens peuvent déroger à la règle. Il faut toutefois rester méfiant, la vie en solitaire, une eau trop
polluée voire même un coup de panique peuvent rendre les piranhas dangereux. Cela arrive relativement fréquemment dans les bacs ne
possédant aucuns éléments de décors (bacs de ventes par exemple), le poisson n'a alors pas d'autres choix que de vous mordre s'il se sent
agressé. Se méfier également des serrasalmus solitaires qui sont souvent plus agressifs que les pygocentrus.

D'autre part, c'est un poisson très polluant qui exige un entretien régulier pour une maintenance à long terme.


Il faut éviter d'acheter des piranhas adultes ou sub-adultes (>5cm) car ils auront alors peut être pris des habitudes qu'il sera très difficile voir
impossible de leur faire perdre (ne pas avoir peur des mains lors de la maintenance par exemple) et ne supporteront pas la présence de
poissons avec lesquels ils n'auront pas été élevés. Il est donc conseillé d'acheter un groupe de juvéniles en une seule fois et provenant du
même bac de ventes dans un magasin sérieux en mesure de vous indiquer précisément le nom de l'espèce. Cette règle s'applique surtout aux
Pygocentrus nattereri d'élevages car il est difficile d'obtenir des espèces sauvages juvéniles.

Enfin, ne surtout pas écouter les vendeurs qui prétendront qu'il faut acheter plus de juvéniles que l'on souhaite avoir d'adultes. C'est le meilleur
moyen pour se retrouver avec une surpopulation inquiétante car ce poisson grossi très vite et est robuste. Des individus de 1,5cm en mesurent
par exemple plus de 15cm six mois après !
On comprend maintenant mieux pourquoi un pourcentage significatif de piranhas vendus finissent euthanasiés, retournent à leur vendeur ou
sont relâchés dans la nature. On peut en effet se demander quel est l'intérêt de maintenir ce poisson en aquarium à la lecture des informations
données ci dessus. Pour ma part, j'en ai acheté car j'aime les poissons carnassiers de toutes sortes qui nous paraissent beaucoup plus
intelligents que les poissons grégaires du début de la chaîne alimentaire ; je suis plus intéressé par l'observation des comportements que par la
fascination d'un bac au demeurant splendide mais peuplés d'animaux aux moeurs trop fades.

Réfléchissez bien avant d'acheter des piranhas. Serez vous capable de consacrer du temps pendant plusieurs années pour ce poisson
magnifique mais peu remuant ?


Aménagement du bac

Volume : Concernant les Pygocentrus nattereri, il faut maintenir au moins 4 individus en considérant qu'il faut 80L pour un piranha. Ne pas
descendre en dessous de 300-350L à moins d'être prêt à passer tous ses week-ends à traquer la moindre saleté au fond du bac pour maintenir
une eau de qualité. Les volumes indiqués par la littérature sont souvent excessifs. Les problèmes de maintenance de ce poisson ne sont jamais
dus à un volume trop faible mais plutôt à un décor inadapté, une eau trop polluée, etc. Car il ne suffit pas de prendre un 850L pour réussir la
maintenance de ce poisson, encore faut il lui offrir un décor à sa convenance, installer une filtration adaptée, le nourrir correctement et veiller à
la qualité de l'eau. Evidemment il sera beaucoup plus difficile de réunir ces conditions dans un petit volume que dans un grand donc le volume
est un facteur important, mais en aucun cas une cause !

Pour les espèces sauvages de piranhas (Serrasalmus rhombeus, Pygocentrus caribe etc.), les volumes nécessaires sont très variables. Un
rhombeus aura par exemple besoin d'un minimum de 450L pour survivre alors qu'un spilopleura nécessite un aquarium de quelques centaines
de litres seulement.
Enfin, en ce qui concerne les dimensions, évitez un bac trop étroit, il est également préférable que l'aquarium soit haut. Cela dit, un aquarium
standard du commerce suffit largement.
Poster de fond : Les posters de couleur fluo sont à proscrire car ce serait une source de stress très importante pour les poissons qui seraient
alors beaucoup plus craintifs. L'idéal étant d'utiliser une matière sombre et mate comme par exemple un carton peint en noir ou un décor en
polystyrène sculpté (voir le site Aquasquale pour les conseils de réalisation). Une solution peu coûteuse et très esthétique est d'utiliser du papier
à crèche froissé.

Substrat : Un points particulier est à surveiller attentivement lors de l'achat de votre sable : il doit être d'une granulométrie moyenne à
grosse, sous peine d'admirer de fréquentes chutes de neige dans le bac : -) Si possible, il doit être le plus foncé possible pour sécuriser les
poissons.
Eclairage : Les piranhas n'aiment pas la lumière, ils sont stressés et donc plus nerveux lorsque le bac est trop éclairé. Il faut veiller à ne pas
dépasser 1 watt pour 5 litres. Pour ce qui est du choix des tubes, préférez un modèle mettant en valeur les couleurs rouges et argentés, Gro-Lux
en étant un bon exemple bien que décrié pour d'autres types d'aquarium.

Filtration : Elle doit être puissante pour préserver une eau de qualité malgré la forte pollution engendrée par les restes de nourriture ainsi que
par les fécès des poissons. Vous pouvez donc mettre deux filtres "normaux" ou un seul mais surdimensionné par rapport à votre bac.
L'utilisation de 2 filtres différents présentent des avantages sérieux : la filtration est mieux répartie à travers le bac et les filtres s'encrassent
moins vite. On peut donc installer un filtre externe (Rena ou Eheim de préférence) en plus d'une décantation interne existante ou mieux, deux
filtres externes. Toujours est-il que la filtration totale doit être au minimum de 4 fois le volume du bac par heure. A noter que les filtres
extérieurs semi humide sont facile à entretenir et très performants mais parfois un peu bruyant du à la descente d'eau.

Décor : Point très important. Il faut absolument veillez lors de la construction du décor à faire un nombre de cachettes supérieur a celui de
piranhas. Une bon refuge à piranha est un lieu où il est protégé de la lumière et se sent en sécurité grâce à un angle d'exposition restreint (il
peut ainsi tout contrôler). Pour ce faire, il est recommandé d'utiliser des racines de tourbière et des roches. Il faut absolument coller le décor
rocheux sous peine de le refaire tout les deux jours. J'ai personnellement été contraint d'utiliser de la super glue, le silicone n'ayant pas suffit !
Le piranha a parfois la fâcheuse tendance à mordiller voire même à déchiqueter les plantes. Pour y remédier, de nombreuses personnes ne
mettent pas de plantes, ce qui est un choix critiquable étant donné que la flore aquatique constitue un excellent décors pour nos poissons qui
peuvent s'y abriter.

Eau : Voici enfin le moment tant attendu : le remplissage de la cuve. Inutile de se prendre la tête sur les paramètres physico-chimiques de
l'eau avec des piranhas ! A moins de se lancer dans l'élevage de souches sauvages, il est idiot de vouloir ajuster ses paramètres sur ceux de
l'eau du lieu d'origine car les piranhas que nous achetons viennent pour une très grosse majorité d'élevages situés en Allemagne donc il serait
plus judicieux de s'aligner sur leurs paramètres. Mais si on jette un coup d'oeil du côté du biotope naturel, on se rend vite compte que le piranha
vit dans toutes sortes d'eau donc il est inutile de jouer au petit chimiste en voulant modifier ses paramètres, le piranha étant très robuste et
possède une grande faculté d'adaptation (dont il ne faut toutefois pas abuser). Par contre, la température est importante, car si elle est élevée,
les piranhas sont plus agressifs. Une température de 24°C est un bon compromis pour les plantes et les poissons.

Il faudra tout de même veiller à maintenir le taux de nitrates le plus bas possible.



Plantation : Elle doit si possible être dense et composée de plantes robustes. Il faut si possible introduire les plantes avant les piranhas car il
est fréquent que ceux ci mordillent la végétation, qui devra donc être en mesure de se régénerer ce qui est plus simple si la plante est enracinée
correctement.
Liste non exhaustive des plantes acceptant une lumière modérée et étant suffisamment robustes :

Valisnéria spp.
Anubias barteri
Anubias barteri variété nana
Microsorium pteropus (fougère de Java)
Vesicularia dubyana (mousse de Java)
Echninodorus spp.

Toutes les espèces citées ci dessus sont très robustes et pousseront à une vitesse raisonnable étant donné la teneur élevée en composés
organiques de l'eau de nos bacs.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Sebastien Smith
22 ans, Mercier (Canada).
Publié le 22 octobre 2009
Modifié le 13 octobre 2009
Lu 6 803 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143